Salesforce lui aussi licencie

Le spécialiste du CRM a remercié plusieurs centaines de salariés. Il s’agit là encore de réduire les coûts pour améliorer les marges opérationnelles du groupe, tel qu’exigé par un investisseur activiste récent, Starboard Value.

Depuis plusieurs semaines, les vagues de licenciements se multiplient dans la tech outre-Atlantique. Sans atteindre les chiffres de Twitter ou de Meta, Salesforce a confirmé se séparer d’une partie de son effectif. Le plan social concerne « quelques centaines de salariés ».

Les chiffres exacts sont sujets à débat. Les sources de Protocol annoncent « environ 2000 personnes », quand celles de Techcrunch évoquent « moins d’un millier ». Au dernier comptage, Saleforce comptait quelque 73 000 employés.

Un fonds activiste au capital

Cette annonce survient moins d’un mois après l’arrivée au capital de l’entreprise de Marc Benioff d’un fonds activiste. Quoiqu’on ne sache pas le montant de cette prise de participation, le nouvel investisseur, Starboard Value, incite Salesforce à une réduction de ses coûts, arguant que sa croissance et sa marge d’exploitation sont largement inférieures à ce qu’elles devraient être.

Toutefois, même sans Starboard Value, la société avait déjà des projets de réduction de ses dépenses. Lors de l’Investors Day, en octobre, la direction de l’entreprise avait souligné vouloir être plus rentable à l’horizon 2026.