EasyVista

  • EasyVista revoit sa stratĂ©gie

    L'éditeur français de gestion des services IT est sorti de bourse pour s'adosser à de nouveaux investisseurs et chercher une nouvelle voie pour son développement.

    CotĂ© en bourse depuis 2005, EasyVista a Ă©tĂ© dĂ©listĂ© le 13 janvier 2021 dernier. En 10 ans, les actions ont progressĂ© de 2 800 % et 130 millions d’euros ont Ă©tĂ© levĂ©s. Ainsi aprĂšs 4 ans de croissance Ă  deux chiffres, la direction a pris la dĂ©cision de changer de stratĂ©gie financiĂšre afin d’accĂ©lĂ©rer son dĂ©veloppement et d’élargir son offre. La sociĂ©tĂ© est dĂ©sormais contrĂŽlĂ©e par le fonds d’investissement Eurazeo PME, de concert avec les fondateurs d’EasyVista prĂ©sents dans EasyVista holding, les actionnaires historiques, ainsi que certains co-investisseurs financiers (Cathay Capital, Momentum Invest et Isatis Capital).

    L’éditeur a dĂ©sormais pour ambition de doubler son chiffre d’affaires sur les 5 prochaines annĂ©es avec une forte profitabilitĂ©. Mais l’idĂ©e est aussi de renforcer sa position dans les zones gĂ©ographiques oĂč l’entreprise est dĂ©jĂ  prĂ©sente, en Europe mais aussi aux États-Unis oĂč la sociĂ©tĂ© rĂ©alise 25 % de son chiffre d’affaires actuel.

    Afin de complĂ©ter la gamme de produits proposĂ©s aux 1 500 clients d’EasyVista dans le monde, le groupe a prĂ©vu des investissements en matiĂšre de R&D mais aussi de procĂ©der Ă  des acquisitions. L’entreprise va miser sur les nouvelles technologies et va renforcer son expertise en matiĂšre d’intelligence artificielle et d’automatisation.

    EasyVista va donc jouer la carte de l'AIOps dans les années à venir. Une tendance déjà bien établie dans le secteur de l'ITSM. A voir comment et à quel rythme, l'éditeur français va rattraper les acteurs du marché déjà engagés dans cette démarche depuis quelques mois déjà.

    Les fonctionnalités de la plateforme d'EasyVista.
  • Les tendances de l'ITSM pour 2023

    EasyVista a demandĂ© Ă  IDC une analyse du marchĂ© sur les bĂ©nĂ©fices de la modernisation du « Service Management » et de son impact sur l’accĂ©lĂ©ration de la transformation digitale.

    2020 a vu l'accĂ©lĂ©ration des stratĂ©gies de digitalisation des entreprises. Le rapport d'IDC relĂšve que 63 % des organisations ont effectuĂ© ou rĂ©orientĂ© leurs investissements IT pour se prĂ©parer au monde d’aprĂšs. 70 % des entreprises auront, d’ici 2022, accĂ©lĂ©rĂ© leur transformation numĂ©rique pour renforcer la rĂ©silience des entreprises, l’engagement des clients et la productivitĂ© des collaborateurs.

    Automatisation et procédures de dépannage du type «Self Help » vont contribuer à soutenir cet effort afin de permettre aux utilisateurs des services IT de diagnostiquer puis résoudre leurs incidents sans faire appel aux équipes de support.

    La transformation : une course d'obstacles

    Selon IDC, 50 % des entreprises ont rencontrĂ© des problĂšmes lors de leur migration vers le cloud et, Ă  l’horizon 2023, 50 % des entreprises se lançant dans des efforts d’hybridation des modes de travail Ă©choueront faute d’investissements suffisants.

    Le cabinet IDC pointe que, trop souvent, les projets de transformation digitale se concentrent d’abord, et Ă  tort, sur le front-office, la relation client, le marketing. Or, la digitalisation est aujourd’hui un impĂ©ratif business au cƓur de la stratĂ©gie des entreprises qui doivent, de maniĂšre agile, rĂ©ussir Ă  embarquer l’ensemble des dĂ©partements pour garantir leur efficacitĂ© opĂ©rationnelle.