Blade

  • Blade bientĂŽt repris par OVH ?

    Le fondateur d’OVH s’est positionnĂ© pour reprendre Blade, l’entreprise de cloud gaming placĂ©e en redressement judiciaire dĂ©but mars, via le fonds d’investissement Jezby.

    Octave Klaba, fondateur du groupe français de cloud OVHcloud, sera-t-il le nouveau repreneur de Blade, inventeur du PC Shadow et placĂ© en redressement judiciaire dĂ©but mars ? C’est en tout cas son souhait.

    « A travers JezbyVentures, je ferai une offre de reprise de Shadow France dans l’objectif de dĂ©velopper une alternative europĂ©enne Ă  Office365 / G-Suite Â», a-il indiquĂ© dans un tweet, vendredi 5 mars, sur son compte personnel. Le besoin de financement a Ă©tĂ© estimĂ© entre 30 et 35 millions d’euros, selon le document communiquĂ© par Octave Klaba.

    « Cette reprise permettrait aux équipes de Blade Shadow de continuer à développer la technologie et la livraison des services. Jezby mettra immédiatement à disposition son écosystÚme international. La puissance de Shadow devrait se trouver rapidement renforcée et la croissance assurée », a expliqué une source proche du fonds candidat, cité par Les Echos.

    Difficultés croissantes chez Blade

    L’entreprise de cloud gaming traverse une pĂ©riode difficile. AprĂšs une levĂ©e de fonds avortĂ©e fin 2020, elle a Ă©tĂ© placĂ©e en redressement judiciaire, le 2 mars dernier, comme le rĂ©vĂ©lait NextInpact. Anciennement membre du Next 40 en 2020, elle avait rĂ©trogradĂ© dans celui du French Tech 120 en 2021.

    La sociĂ©tĂ©, qui compte 138 salariĂ©s, a levĂ© 108 millions d’euros depuis 2015 et a vu le nombre de ses utilisateurs augmenter de 67000 Ă  97000 entre 2019 et 2020. Et pourtant, malgrĂ© cette croissance, son chiffre d’affaires a diminuĂ©, passant de 20 Ă  17 millions d’euros.

    Les potentiels acquĂ©reurs ont jusqu’au 19 mars pour se porter candidats.

  • Reprise de Shadow : match serrĂ© entre Niel et Klaba

    Coup de thĂ©Ăątre dans le redressement judiciaire de la startup française Blade. Alors que l’offre de reprise par Octave Klaba semblait la seule en lice, un groupe de salariĂ©s s’est portĂ© candidat au rachat du spĂ©cialiste du cloud gaming. Et ce avec le soutien de Xavier Niel. Hier, l'affaire passait devant le tribunal de commerce de Paris, difficile de savoir qui va l’emporter. DĂ©libĂ©rĂ© le 30 avril. 

    Blade va mal. PlacĂ© en redressement judiciaire en mars, la startup tricolore accumule les pertes et les dĂ©boires. On est bien loin de l’époque des levĂ©es de fonds et des ambitions europĂ©ennes. Parmi les repreneurs potentiels de l’éditeur de Shadow, le fondateur d’OVH, Octave Klaba, par le biais de sa holding personnelle JezbyVentures. « A travers JezbyVentures, je ferai une offre de reprise de Shadow France dans l’objectif de dĂ©velopper une alternative europĂ©enne Ă  Office365 / G-Suite » expliquait Octave Klaba dans un tweet. 

    Xavier Niel entre en lice

    Parmi les quelques offres dĂ©posĂ©es, celle de JezbyVentures semblait la mieux placĂ©e, et la seule que le juge du tribunal de commerce de Paris Ă©tait susceptible de retenir. Mais c’était sans compter sur une poignĂ©e de salariĂ©s de Blade qui ont dĂ©cidĂ© de se porter acquĂ©reurs de leur entreprise. Â« J’étais actionnaire de la sociĂ©tĂ© depuis sa crĂ©ation et, avec le redressement judiciaire, mes parts disparaissaient Â» raconte Yannis Weinbach, directeur marketing de Shadow jusqu’en 2018 puis responsable de la stratĂ©gie produit.

    Yannis Weinbach, responsable de la stratégie produit.

    « A force de discussion avec les collĂšgues, avec Jean-Baptiste Kempf [multi-entrepreneur, derriĂšre VLC notamment, et CTO de Shadow depuis novembre dernier] notamment, on s’est lancĂ© pour dĂ©poser une offre au premier tour avec un plan et une stratĂ©gie assez clairs
 mais pas d’argent Â» poursuit-il. AprĂšs deux semaines Ă  contacter plusieurs investisseurs, les salariĂ©s ont rendez-vous avec Xavier Niel
 avec qui « Ă§a a bien accrochĂ© Â» selon Yannis Weinbach. Le patron d’Iliad revoit le business plan proposĂ©, amĂ©liorant la stratĂ©gie pour permettre Ă  Shadow d’ĂȘtre rentable le plus vite possible.

    Rentabilité

    Il s’agissait en outre pour les six salariĂ©s porteurs de l’offre d’apporter de la « concurrence Â» avec un plan « trĂšs simple Â» de rĂ©duction des coĂ»ts, d’augmentation des prix pour le grand public et de rentabilisation de l’infrastructure. Un dernier point crucial, puisqu’il s’agirait pour Blade de mettre sa puissance de calcul au service d’autres entreprises ou du secteur de l’éducation. Cependant, l’offre d’Octave Klaba ferait passer Shadow d’une infra en propre Ă  un modĂšle de location chez OVH, nous apprend Yannis Weinbach.

    « La volontĂ© de Xavier Niel est qu’on soit agnostique, mais nous pouvons avoir une vraie stratĂ©gie de groupe avec Scaleway en termes d’achat Â», quant bien mĂȘme l’un fait du hosting, l’autre cherche plutĂŽt du GPU. L’offre de reprise a d’ailleurs Ă©tĂ© formĂ©e sous la houlette de Scaleway. « Iliad, en tant que partenaire industriel, permet d’offrir les meilleures conditions pour retenir les talents de Shadow en leur garantissant l’indĂ©pendance nĂ©cessaire Ă  l’expression de leur savoir-faire Â» indique le communiquĂ© Ă©mis par les salariĂ©s repreneurs. Les salariĂ©s dĂ©tiendront 20% du capital de Blade, qui deviendra une filiale d’Iliad qui possĂšdera les 80% restants.

    Une ambiance « bon enfant Â»

    CĂŽtĂ© finances, les deux propositions ne se distinguent guĂšre : toutes deux proposent un financement autour de 30 millions d’euros, « assez pour remettre Shadow Ă  flot Â» signale Yannis Weinbach. De fait, Ă  l’audience devant le tribunal de commerce hier, on comptait les points de part et d’autre, dans une ambiance que l’ex directeur marketing dĂ©crit comme « bon enfant Â». « La morale, c’est que personne n’est capable pour le moment de savoir qui va l’emporter, il va falloir attendre le dĂ©libĂ©rĂ© du 30 avril Â».

    « L’offre des salariĂ©s dĂ©fend une certaine vision de l’entreprise. Nous avons un projet ambitieux et voulons montrer aussi que Shadow est un projet tech Ă  la pointe Â» insiste Yannis Weinbach. Et un objectif de rentabilitĂ© Ă  l’horizon 2023, le temps « d’acheter beaucoup de machines Â». Mais pour savoir qui d’Octave Klaba ou de Xavier Niel l’emporte, il faudra attendre le 30 avril.

  • Shadow : Ă  la fin, c’est Octave Klaba qui l’emporte

    Le tribunal de commerce de Paris a tranchĂ© : c’est finalement Octave Klaba qui reprend Blade. Le fondateur d’OVH Ă©tait en lice avec un autre projet de rachat d’un groupe de salariĂ©s de la startup française soutenu par Xavier Niel. 

    En mars dernier, Blade Ă©tait placĂ© en redressement judiciaire. La startup française, pressentie pour devenir une licorne, a levĂ© depuis sa crĂ©ation une centaine de millions d’euros. Et n’a jamais trouvĂ© de modĂšle rentable. Ce n’est pas faute d’utilisateurs, Ă  en croire ses salariĂ©s : l’entreprise recensait fin 2020 prĂšs de 100 000 utilisateurs.
    Mais la forte croissance de sa base d’utilisateurs contraignait la jeune pousse Ă  toujours plus de dĂ©penses d’infrastructures, sans que jamais les revenus de ses abonnements ne permettent de revenir Ă  l’équilibre.

    Et ainsi de suite jusqu’à la faillite et au redressement judiciaire. Ils Ă©taient deux candidats Ă  la reprise : Octave Klaba, le fondateur d’OVH, par le biais de son fonds Jezby, et un groupe de six salariĂ©s de Blade soutenu par Xavier Niel. Le 14 avril, les deux offres concurrentes se sont retrouvĂ©es devant le tribunal du commerce et se sont livrĂ©es un match serrĂ©. Le verdict Ă©tait attendu le 30 avril : il est donc tombĂ© vendredi en faveur d’Octave Klaba. 

    Qu’adviendra-t-il d’OVH ?

    Celui-ci se rĂ©jouit de la dĂ©cision de justice dans un tweet. “TrĂšs heureux d’avoir Ă©tĂ© retenu par le Tribunal de Commerce de Paris pour le 1UP de @Shadow_France !” Ă©crit le fondateur d’OVH. “L’ambition est simple : bĂątir la meilleure offre du Cloud Gaming au Monde ! On a dĂ©sormais tout dans 1 seule boite: Ă©quipe talentieuse, aucun souci de CAPEX, le marchĂ© mondial !”. S’il n’évoque que le Cloud Gaming, rappelons que Blade propose aussi un PC haut de gamme dans le cloud. 

    Reste dĂ©sormais Ă  savoir quels sont les plans exacts d’Octave Klaba pour Blade. On sait que Jezby a prĂ©vu d’injecter 35 millions d’euros dans la startup. Les deux offres Ă©taient trĂšs proches, nous expliquait Yannis Weinbach, responsable de la stratĂ©gie produit de Blade et l’un des six salariĂ©s Ă  s’ĂȘtre portĂ©s repreneurs de l’entreprise. A en croire l’avocat reprĂ©sentant Octave Klaba, l’offre de Jezby avait le soutien des crĂ©anciers et de StĂ©phane HĂ©iot, l’un des co-fondateurs de Blade. Et “la constance” du fondateur d’OVH “dans son implication et son engagement” ont fait la diffĂ©rence face au juge.