Shadow

  • Octave Klaba annonce un “nouvel” OVHcloud

    Le fondateur du gĂ©ant français de l’hĂ©bergement s’est exprimĂ© sur le futur non seulement d’OVHcloud mais aussi d’Hubic Shadow, quelques semaines aprĂšs le rachat du service de cloud gaming par Octave Klaba. Un service qui sera amenĂ©, Ă  terme, Ă  concurrencer Office 365 et G Suite. Mais encore faudra-t-il qu’il survive Ă  la fronde de ses utilisateurs aprĂšs le rĂ©cent changement de tarif. 

    De quoi sera fait le futur pour OVHcloud ? Sur BFM Business, Octave Klaba est revenu sur l'incident industriel "cauchemardesque" qui a dĂ©truit Strasbourg 2. Le fondateur de l'hĂ©bergeur explique que, suite Ă  l’incendie, la situation est revenue Ă  la normale pour la majeure partie des clients et des partenaires. Il en retient trois “consĂ©quences”.

    A commencer par une “sortie par le haut” de cette crise, Octave Klaba assurant que, sans vouloir entrer dans le dĂ©bat de la responsabilitĂ© des uns ou des autres, il compte bien offrir le backup des donnĂ©es Ă  ses clients. 

    Et, outre une rĂ©vision de l’architecture de ses datacentres futurs et existants, le prĂ©sident d’OVH ajoute qu’il a l’intention d’ouvrir une nouvelle rĂ©gion, Ă  proximitĂ© de Paris, plus proche de ses clients afin qu’ils puissent opĂ©rer leurs backup plus rapidement. En plein processus d’entrĂ©e en bourse, dont Octave Klaba propose de reparler dans quelques semaines, l’hĂ©bergeur se rĂ©jouit de l’initiative Ă©tatique autour d’un “Cloud de confiance”, Ă©quivalent du cloud souverain sur lequel l’exĂ©cutif a rĂ©cemment tenu confĂ©rence. 

    Shadow concurrent d’Office 365 ?

    Et si OVH, trĂšs fier d’en ĂȘtre un acteur, est Ă©galement partenaire de Google, Octave Klaba botte en touche lorsqu’il est interrogĂ© sur ce lĂ©ger paradoxe. A ses yeux, il s’agit de rĂ©pondre Ă  la demande des clients aussi bien en termes de software et de hardware. D’oĂč les multiples partenariats avec des acteurs amĂ©ricains, dont il fait tourner les solutions dans ses datacentres afin de les proposer Ă  ses clients. Mais l’entrepreneur insiste sur sa volontĂ© de dĂ©velopper Ă©galement des logiciels open source. 

    Et sans doute aussi ses propres solutions puisque, par le biais de Hubic Shadow, Octave Klaba compte ĂȘtre en mesure d’ici cinq Ă  dix ans de “dĂ©velopper un catalogue de services similaire Ă  Office 365 et G Suite”, grĂące aux technologies de Shadow, que son fonds a rĂ©cemment acquis. Shadow qui vient, suite Ă  ce rachat et afin de garantir sa rentabilitĂ©, de modifier ses offres et ses tarifs. 

    Ce nouveau plan tarifaire se veut simple : Blade articule dĂ©sormais son catalogue autour d’une seule et unique offre, au prix de 29,99 euros par mois. Un tarif qui est donc doublĂ© par rapport aux prix pratiquĂ©s antĂ©rieurement par Blade. Mais qui vient surtout supprimer tout engagement pour se fonder sur un plan mensuel unique Ă  partir du 25 juin. Shadow Boost est tout simplement supprimĂ©, tandis que Shadow Ultra et Shadow Infinite ne seront plus disponibles Ă  la vente, mais “continueront d'exister dans notre datacenter de Gravelines, en France” pour les utilisateurs existants, avec lĂ  encore une nouvelle grille tarifaire : 44,99€ pour Shadow Ultra et 54,99€ pour Shadow Infinite.

    OVH veut-il enterrer le cloud gaming ?

    Un prix doublĂ©, voilĂ  qui fait rĂąler certains utilisateurs du service, qui jugent cette hausse trop importante. Mais ce sont moins les nouveaux tarifs que l’absence d’évolution du point de vue hardware qui Ă©nerve. Ils sont nombreux sur Twitter Ă  s’indigner du fait que l’augmentation du prix ne s’accompagne pas d’une montĂ©e en gamme du matĂ©riel, Shadow tournant encore et toujours sur des GPU Nvidia GTX 1080, sortis en 2017. 

    Et Blade a beau assurer que “le double Ă©cran, la coloration amĂ©liorĂ©e 4:4:4 et un nouveau systĂšme d'authentification sont prĂ©vus pour cet Ă©tĂ©â€ et qu’il annoncera “plus de dĂ©tails sur les mises Ă  niveau matĂ©rielles dans le courant de l'annĂ©e”, certains rappellent que «“dans les mois Ă  venir" avec Shadow, ça veut dire entre 1 mois et 6 ans». D’autant que la FAQ laisse entendre que les utilisateurs devront souscrire Ă  certaines mises Ă  niveau matĂ©rielles, soit des frais supplĂ©mentaires en plus de l’abonnement mensuel Ă  30 euros. 

    Mais ce qui a mis le feu aux poudres est ce changement de plan soudain, y compris pour des utilisateurs disposant jusqu’à prĂ©sent d’un plan annuel. Et donc engagĂ©s au prix prĂ©cĂ©dent. A ceux-lĂ , la nouvelle direction d’Hubix x Shadow propose d’accepter les nouvelles conditions sans broncher ou... de rĂ©silier. Tant et si bien que l’on s’interroge sur la lĂ©galitĂ© du procĂ©dĂ©. D’autres encore y voient un signe : Octave Klaba compte enterrer la dimension cloud gaming pour ne plus dĂ©dier Shadow qu’au segment B2B.

  • Shadow de retour aux affaires

    Quatre mois aprĂšs son rachat par Octave Klaba, l’acteur français du cloud gaming revient dans le match, avec l’ouverture de 5000 nouvelles places en ventes directes en France. Shadow, qui a prĂ©cĂ©demment refondu son offre, travaille dĂ©sormais sur plusieurs chantiers, en tĂȘte desquels renouer avec sa communautĂ©.