Insight

  • Informatique et mĂ©tiers se regardent toujours en chiens de faĂŻence

    Une Ă©tude pour Insight, une sociĂ©tĂ© de service, rĂ©vĂšle qu’une fracture de longue date avec leurs Ă©quipes informatiques empĂȘche les entreprises d’adopter les nouvelles technologies et menace leur capacitĂ© de rĂ©ponse Ă  la pandĂ©mie sur le long terme.

    Pour 74 % des entreprises en France, le service informatique reste un service utilitaire plutĂŽt qu’un facilitateur. Elles ne sont que 28 % Ă  leur octroyer un siĂšge au sein de leur direction. Cela a des consĂ©quences directes : 56 % des entreprises françaises ne mettent pas Ă  profit les nouvelles technologies car elles n’écoutent pas leurs Ă©quipes informatiques.

    Si une large majoritĂ© (85 %) pense que la pandĂ©mie a transformĂ© les modes de travail de maniĂšre permanente, 60% des entreprises hĂ©sitent Ă  investir dans des projets qui pourraient amĂ©liorer l’expĂ©rience de leurs employĂ©s ou optimiser leur activitĂ© car elles croient Ă  un retour Ă  la « normale » d’avant COVID-19.

    Les autres rĂ©sultats intĂ©ressants de cette Ă©tude indiquent aussi que 77 % des dĂ©partements informatiques sont libres d’investir dans les compĂ©tences dont ils ont besoin, tandis que 86 % sont engagĂ©s dans le soutien de projets d’entreprise. Pourtant 70% ne font pas l’objet de mesures par rapport aux indicateurs clĂ©s de performance (KPI) de l’entreprise. 51% des entreprises indiquent qu’elles doivent investir davantage dans des compĂ©tences et technologies requises pour le tĂ©lĂ©travail, et 50% dans celles nĂ©cessaires Ă  l’optimisation de leur activitĂ©. 67 % des entreprises travaillent sur des projets destinĂ©s Ă  amĂ©liorer l’expĂ©rience de leurs employĂ©s et 50% en France sur des projets visant Ă  optimiser leur activitĂ©. Cependant, en raison de la croyance dans un retour Ă  la « normale », nombre de ces projets ne bĂ©nĂ©ficient pas du plein soutien de l’entreprise et sont donc davantage vouĂ©s Ă  l’échec.

    Vous trouverez l'ensemble de cette Ă©tudeici.