Coinbase

  • A Wall Street, Coinbase consacre les crypto

    La plateforme d'échanges de cryptomonnaies a réalisé cette semaine une introduction record sur le Nasdaq, avec une valorisation de 86 milliards de dollars et un titre qui grimpait à 430 dollars au plus fort de la journée, contre une cotation initiale à 250 dollars.

    Coinbase a marqué le coup pour son introduction au Nasdaq. Une entrée par cotation directe, mercredi, qui a permis à la plateforme d'échanges de cryptomonnaies d'atteindre des sommets. En 2012, Facebook battait un record en atteignant 81 milliards de dollars de valorisation lors de son IPO. C'était alors la plus importante valorisation d'une entreprise lors de sa cotation initiale. "Hold my bitcoin" s'est avant-hier exclamé Coinbase : la plateforme bat le record de Facebook, en s'établissant à la fin de sa première journée de cotation à 86 milliards de dollars de valorisation.

    Le prix de référence de Coinbase avait été fixé à 250 dollars. Le titre a pourtant clos à 328 dollars, après un pic à 430 dollars dans la journée. Son cours est resté relativement stable les jours suivants : l'action Coinbase s'établit aujourd'hui à 322,75 dollars. L'entreprise est entrée sur le Nasdaq par cotation directe, permettant aux actionnaires d'empocher leur mise (et leur plus-value) sans lever de fonds supplémentaires dans l'immédiat. Et pour Brian Armstrong, cofondateur de la plateforme et détenteur de 20% des parts de Coinbase, c'est le jackpot : il devrait faire son entrée au Top 100 des plus grandes fortunes du monde.

    Les cryptomonnaies légitimées

    En parallèle à cette introduction en bourse de Coinbase, le Bitcoin et quelques autres devises virtuelles continuent de grimper. Un bitcoin vaut désormais 65000 dollars et certains prédisent qu'il pourrait dépasser les 70000 dollars avant la fin du mois, et atteindre les 100000 cet été. Pour de nombreux observateurs, la cotation de Coinbase au Nasdaq consacre les cryptomonnaies. Le processus de légitimation du Bitcoin et autres altcoins se poursuit, avec le soutien d'entreprises bien établies, de PayPal à Morgan Stanley en passant évidemment par Tesla.

    Pour autant, cette tendance n'apaise pas les craintes des r√©gulateurs, qui voient les cryptomonnaies au mieux comme un actif sp√©culatif, au pire comme un moyen de blanchir de l'argent sale. Certains experts les comparent d'ailleurs √† certaines mati√®res premi√®res, √† l'instar du sucre ou du cacao, des march√©s √ī combien volatiles... et √† l'origine de plusieurs crises s√©rieuses quoique oubli√©es. Coinbase a d'ailleurs √©t√© accus√© de manipulation des cours entre 2015 et 2018 par le r√©gulateur am√©ricain, avec une amende de 6,5 millions de dollars √† la cl√© pour la plateforme.

    Toutefois, aux yeux de Brian Armstrong, interrog√© par CNBC, cette entr√©e en bourse implique que Coinbase est soumis √† davantage de r√®gles et de contr√īle, que le fondateur se dit ravi de respecter d√®s lors que Coinbase "est trait√© de la m√™me fa√ßon que les services financiers traditionnels" et non pas "sanctionn√©" parce qu'il vient du monde des cryptomonnaies.

    Brian Armstrong, cofondateur de Coinbase, devrait faire son entrée dans le Top 100 des plus grandes fortunes mondiales.

  • Coinbase a bloqu√© 25.000 comptes russes

    Si les exchanges se refusent encore √† bloquer les utilisateurs russes, Coinbase lui, n'a pas attendu la guerre en Ukraine. 

  • Coinbase a bloqu√© 25.000 comptes russes

    Si les exchanges se refusent encore √† bloquer les utilisateurs russes, Coinbase lui, n'a pas attendu la guerre en Ukraine. 

  • WeWork accepte les cryptomonnaies

    Le loueur d'espaces et de fournisseur de services de coworking accepte désormais la cryptomonnaie comme moyen de paiement.

    Par l'intermédiaire de BitPay, un fournisseur de services de paiement en cryptomonnaies, WeWork acceptera le Bitcoin (BTC), l'Ethereum (ETH), l'USD Coin (USDC), le Paxos (PAX) et plusieurs autres cryptomonnaies comme moyens de paiement pour plusieurs de ses offres.

    WeWork détiendra également la monnaie dans son bilan. L'entreprise paiera les bailleurs et les partenaires tiers en cryptomonnaies, le cas échéant, par le biais de Coinbase, un membre de WeWork et la plus grande plateforme américaine de transactions en crypto-monnaies. Coinbase sera le premier client/partenaire de WeWork à utiliser des cryptomonnaies pour payer son adhésion à WeWork.

    Le hall d'un WeWork dans Paris.