Microsoft

  • Internet Explorer tirera sa rĂ©vĂ©rence en 2022

    VoilĂ  maintenant cinq ans que Microsoft cherche Ă  convaincre les internautes de se passer d’IE, de sorte Ă  mettre le vĂ©nĂ©rable navigateur Ă  la retraite au profit de Edge. Cette fin de service a dĂ©sormais une date : le 15 juin 2022, et ce pour la majoritĂ© des versions de Windows 10. 

    AprĂšs plus de 25 annĂ©es de bons et loyaux services, il est dĂ©sormais temps pour Internet Explorer de tirer sa rĂ©vĂ©rence. Microsoft vient d’annoncer planter le dernier clou au cercueil du vĂ©nĂ©rable navigateur : le 25 juin 2022, IE 11 partira Ă  la retraite sur un majoritĂ© de versions de Windows 10. “AprĂšs cette date, l'application de bureau IE11 sera dĂ©sactivĂ©e et redirigera vers Microsoft Edge si un utilisateur tente d'y accĂ©der” explique Redmond. 

    A cette date, Edge remplacera donc Internet Explorer sur la plupart des machines, Ă  l’exception de celles du Long-Term Servicing Channel (LTLC). Ce qui n’affectera guĂšre les utilisateurs finaux, les internautes. IE reprĂ©sente en effet 0,71% du marchĂ© des navigateurs, contre 3,3% pour Edge. NĂ©anmoins, certains Ă©diteurs de sites et d’applications risquent d’ĂȘtre impactĂ©s par la fin du support d’Internet Explorer en juin 2022. 

    Une fin annoncée

    Ainsi divers services legacy pourraient connaĂźtre des dysfonctionnements avec la fin de IE, voire ĂȘtre inutilisables. Mais Microsoft explique avoir prĂ©vu le coup : Edge comporte un “mode IE”, qui consiste ni plus ni moins qu’à supporter le moteur MSHTML. Mais attention toutefois, le support du “mode IE” dans Edge sera limitĂ© dans le temps. Support qui prendra par exemple fin en mai 2023 pour Windows 10 Entreprise, version 20H2 ou encore en janvier 2029 pour les versions LTSC de Windows 10. 

    Pour rappel, Microsoft avait dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  enterrer Internet Explorer l’an dernier, avec tout d’abord la fin du support d’IE dans Teams Ă  compter du 30 novembre 2020. En aoĂ»t prochain, ce sera au tour de la suite bureautique Microsoft 365 de ne plus prendre en charge le vieux navigateur. 

  • Le code source de Microsoft piratĂ©

  • Le code source de Microsoft piratĂ©

    L’entreprise fondĂ©e par Bill Gates et Paul Allen vient d’admettre que le code source de certains de ses logiciels avait Ă©tĂ© infiltrĂ© au travers de la faille SolarWinds.

    Le piratage SolarWinds n’en finit plus de faire des vagues. A l’aube de cette annĂ©e 2021, le gĂ©ant Microsoft vient d’indiquer avoir dĂ©tectĂ© des irrĂ©gularitĂ©s sur un petit nombre de comptes internes et que l’un d’entre eux « avait Ă©tĂ© utilisĂ© pour afficher le code source dans un certain nombre de rĂ©fĂ©rentiels de code source». Si l’on peut louer l’effort de transparence de l’entreprise de Redmond, ces derniĂšres rĂ©vĂ©lations sont extrĂȘmement inquiĂ©tantes. En effet, Microsoft a, depuis le dĂ©but du piratage, communiquĂ© sur le fait qu’elle avait Ă©tĂ© pĂ©nĂ©trĂ©e par des versions malveillantes du logiciel SolarWinds. Cependant, aujourd’hui, c’est une nouvelle Ă©tape dĂ©voilĂ©e. Microsoft s’est rĂ©fusĂ© Ă  dire quel(s) logiciel(s) auraient pu ĂȘtre mis en cause. S’il s’agit d’une obscure application sans succĂšs, il n’y a pas d’inquiĂ©tudes Ă  avoir. Mais, s’il s’agit de Windows ou d’Office utilisĂ©s par plus d’1 milliard de personnes dans le monde, ce n’est plus du tout la mĂȘme histoire.

    Certes, Microsoft indique dans son article de blog que le code source n’a pu ĂȘtre modifiĂ©. Cependant et comme le souligne notre confrĂšre RaphaĂ«l Satter de Reuterscitant Andrew Fife de Cycode : « Le code source est le modĂšle architectural de la façon dont le logiciel est construit. Si vous avez le plan directeur, il est beaucoup plus facile de concevoir des attaques. Pour moi, la plus grande question est : Ă©tait-ce une reconnaissance pour la prochaine grande opĂ©ration ».

    Jour aprĂšs jour, cette attaque, dont l’origine demeure incertaine, se rĂ©vĂšle de plus en plus d’une ampleur sans prĂ©cĂ©dent. Nous avons l’impression de nous retrouver face Ă  l’hydre de la mythologie

  • Le deuxiĂšme malware Solarwinds d’origine chinoise

    Alors que plusieurs enquĂȘtes avaient identifiĂ© l’existence d’un deuxiĂšme malware appelĂ© Supernova, voici que les rĂ©sultats de recherche d’une entreprise de cybersĂ©curitĂ© l’attribuent Ă  une organisation chinoise.

    On l’avait presque oubliĂ©. Supernova, un deuxiĂšme malware au sein d’Orion d’abord identifiĂ© par les Ă©quipes de Google en dĂ©cembre dernier, donne une tournure Ă  l’affaire Solorigate toujours plus gĂ©opolitique. AprĂšs la Russie, responsable dĂ©signĂ© par les États-Unis pour le malware Sunburst, voici que la Chine y aurait Ă©galement pris part.

    Supernova, un web shell .NET Ă©galement infiltrĂ© dans l’application Orion, proviendrait d’un espion d’origine chinoise appelĂ© Spiral, ont rĂ©vĂ©lĂ© les rĂ©sultats de recherche de SecureWorks, une entreprise de cybersĂ©curitĂ© amĂ©ricaine, dans un article de blog publiĂ© le 8 mars 2021.

    Les deux attaques sur Orion ne sont pas reliées selon les conclusions de SecureWorks.

    Plus de 1000 ingĂ©nieurs derriĂšre l’attaque

    Spiral aurait exploitĂ© une vulnĂ©rabilitĂ© d’identification API (intitulĂ©e CVE-2020-10148) chez Orion pour exĂ©cuter un script de reconnaissance et implantĂ© Supernova.

    Bien que les web shells en .NET soient relativement communs, celui utilisĂ© dans le cadre de Supernova tĂ©moigne d’un grand niveau de sophistication, ont Ă©crit les chercheurs de Unit 42, un laboratoire rattachĂ© Ă  Palo Alto Networks, dans un article, le 17 dĂ©cembre 2020.

    Dans une interview pour la chaĂźne amĂ©ricaine CBS, le directeur de Microsoft Brad Smith avait estimĂ© que plus de 1000 ingĂ©nieurs Ă©taient derriĂšre l’attaque de SolarWinds, la qualifiant de la « plus sophistiquĂ©e et importante que le monde ait jamais vu ».

  • Le deuxiĂšme malware Solarwinds d’origine chinoise

  • Le gouvernement dĂ©voile un Cloud souverain
 en mĂȘme temps un peu amĂ©ricain

    Le ministĂšre de la Transformation et de la fonction publique a dĂ©voilĂ© son plan numĂ©rique pour garantir le Cloud souverain Ă  l’échelle europĂ©enne. Un « cloud de confiance » qui ambitionne de se protĂ©ger des lois d’exterritorialitĂ©s amĂ©ricaines tout en autorisant Google ou Microsoft, par exemple, de licencier certaines technologies.

    AprĂšs plusieurs tentatives avortĂ©es en ce sens, le gouvernement d’Emmanuel Macron a prĂ©sentĂ© une stratĂ©gie visant Ă  inscrire la France dans un plan d’ambition de Cloud souverain. Et il n’a pas manquĂ© au passage d’y apporter une touche de dĂ©sormais cĂ©lĂšbre « en mĂȘme temps » macronien.

    Le gouvernement de la Transformation et de la fonction publiques a dĂ©voilĂ© les contours de sa stratĂ©gie nationale pour le Cloud, lors d’une confĂ©rence de presse, lundi dernier, fruit d’une rĂ©flexion de deux annĂ©es a prĂ©cisĂ©, en prĂ©ambule, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance.

    Cette stratĂ©gie, en trois axes, consiste Ă  dĂ©velopper un label « Cloud de confiance Â» auprĂšs des entreprises pour leur garantir une protection de leur donnĂ©es, moderniser l’action publique grĂące aux technologies du Cloud dans les administrations publiques - « dĂ©sormais mode d’hĂ©bergement par dĂ©faut des projets numĂ©riques des administrations Â», a rappelĂ© AmĂ©lie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la fonction publiques – ainsi qu’un soutien des projets d’entreprises françaises en ce sens dont cinq d’une valeur totale de 100 millions d’euros sont dĂ©jĂ  sur la table.

    Les ministres ont cité notamment le projet Gaia-X comme horizon souhaitable pour ce Cloud souverain.

    PrĂ©sence d’entreprises amĂ©ricaines

    Reste que pour accĂ©der aux meilleurs services mondiaux, il faut composer avec les États-Unis, les meilleurs en la matiĂšre, de l’aveux de Bruno Le Maire. La France a donc dĂ©cidĂ© que certaines entreprises amĂ©ricaines – seules Google et Microsoft ont Ă©tĂ© citĂ©es par le ministre – pourraient licencier tout ou partie de leur technologie Ă  des entreprises françaises.

    « Nous pourrions conjuguer ce que nous n’étions jamais arrivĂ© Ă  conjuguer : une protection et valorisation maximale des donnĂ©es Â», a justifiĂ© Bruno Le Maire, prĂ©cisant que les technologies seront opĂ©rĂ©es par des Français dans un souci de garantie d’indĂ©pendance. « Nous ne renonçons pas Ă  notre souverainetĂ© française Â», s’est-il dĂ©fendu d’avance, citant les exemples passĂ©s du dĂ©veloppement de la filiĂšre industrielle nuclĂ©aire française permis par des licences amĂ©ricaines.

    « Nous espĂ©rons l’émergence d’autres alliances franco-amĂ©ricaines qui permettent de disposer de la meilleure technologie tout en garantissant l’indĂ©pendance des donnĂ©es des Français Â», a ajoutĂ© CĂ©dric O.

    Ce mĂȘme CĂ©dric O qui assurait qu Â« une nation ne peut pas rivaliser dans [la course Ă  la souverainetĂ©] face Ă  l’agilitĂ© du secteur privĂ© et les importants moyens de la premiĂšre ou deuxiĂšme puissance mondiale : c’est pourquoi nous ne devons pas nous entĂȘter Ă  vouloir dĂ©velopper des technologies souveraines de A Ă  Z, mais travailler de concert avec les autres nations et grandes entreprises europĂ©ennes Â», dans une prĂ©face pour le livre « Pour un Cloud europĂ©en Â».

    Et américaines, donc.

  • Les acteurs du Web rĂ©unis pour rĂ©gler cinq problĂšmes de compatibilitĂ© des rendus sur navigateurs

    RĂ©unis sous la banniĂšre Compat2021, Microsoft, Google ainsi que d’autres acteurs du Web travaillent Ă  rĂ©soudre cinq problĂšmes de compatibilitĂ© de rendus des navigateurs : CSS Flexbox, Grid, position : sticky, aspect-ratio property et transform.

    C’est une alliance inattendue et bienvenue dans le monde des dĂ©veloppeurs Web entre plusieurs gĂ©ants de l’industrie.

    Google et Microsoft ont annoncĂ© dans deux billets sur leurs blogs respectifs qu'ils travaillent ensemble et avec d’autres acteurs du Web Ă  la rĂ©solution de cinq problĂšmes de compatibilitĂ©s de leurs navigateurs,

    Les cinq problĂšmes concernent les CSS FlexBox, Grid, position : sticky, aspect-ratio property et transform, respectivement relatifs Ă  la mise en page, au calcul de ratio, Ă  la disposition des Ă©lĂ©ments, des grilles, de la mise en page, du ratio et des animations et transformations 3D.

    Safari le plus affecté

    Selon des travaux de recherches, ces fonctions prĂ©sentent des rĂ©sultats diffĂ©rents selon les navigateurs alors que les dĂ©veloppeurs utilisent les mĂȘmes outils Chromium ou WebKit. L’objectif affichĂ© est donc de rĂ©soudre les cinq problĂšmes d’ici Ă  la fin 2021.

    Un dashboard de l’avancĂ©e des travaux est disponible ici. Pour l’instant, Safari est le moteur de recherche souffrant le plus des cinq problĂšmes de compatibilitĂ©s (chacune notĂ©e sur 20) avec une note globale de 64/100 contre 86 et 83 pour Chrome et Firefox.

  • Les comptes Microsoft se passent dĂ©sormais de mot de passe

    Le gĂ©ant de Redmond annonce que la possibilitĂ© de s’authentifier en premier facteur avec Windows Hello, une clĂ© de sĂ©curitĂ© physique ou encore Microsoft Authenticator est dĂ©sormais Ă©largie Ă  tous les comptes Microsoft.

  • Les GAFAM discutent cybersĂ©curitĂ© avec Joe Biden et promettent des milliards

    C’est Ă  qui investira le plus. Microsoft, Google, IBM ou encore Apple ont rencontrĂ© hier Joe Biden lors d’une rĂ©union dĂ©diĂ©e Ă  la cybersĂ©curitĂ©. Depuis, les gĂ©ants rivalisent d’annonces et de dizaines de milliards de dollars pour permettre aux Etats-Unis de faire face Ă  la menace cyber.

  • Les salariĂ©s prĂ©fĂšrent les messageries par conversation

    Slack a mandatĂ© l'institut Wakefield Research pour interroger 3 000 professionnels utilisant un outil collaboratif tel que Slack ou Teams, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, au Japon et en Australie. Plus d’un tiers des utilisateurs (36%) prĂ©fĂ©rerait se passer des e-mails plutĂŽt que des messageries professionnelles comme Slack ou Teams.

    Allons-nous vers la disparition de l'e-mail ? Selon le sondage de Wakefield Research pour Slack, 60% des dĂ©cideurs informatiques français pensent qu'une autre forme de communication numĂ©rique remplacera complĂštement l’e-mail dans les 3 ans et prĂšs d'un sur dix (9%) estime que c’est dĂ©jĂ  le cas aujourd'hui. 

    Plus de productivité

    D'autres chiffres de l'Ă©tude prĂȘchent pour la chapelle de Slack dont le but originel Ă©tait de supplanter les messageries Ă©lectroniques classiques. Ainsi, si les utilisateurs comprennent que Slack et Microsoft Teams sont des outils pour des tĂąches diffĂ©rentes, l’enquĂȘte fait Ă©galement ressortir que 79% des utilisateurs dĂ©clarent que les plateformes de communication d'entreprise sont trĂšs ou extrĂȘmement importantes pour mener Ă  bien leur travail, une dĂ©claration encore plus majoritaire chez les utilisateurs de Slack (88%) contre 71% des utilisateurs de Teams. 

    Et pour cause ! Les utilisateurs qui privilĂ©gient l‘usage de la plateforme de messagerie professionnelle par conversation sur l’historique e-mail gagnent l’équivalent de 7,5 heures sur une semaine de travail, soit pratiquement une journĂ©e supplĂ©mentaire chaque semaine.

    Pour les utilisateurs de Slack, 40% des rĂ©unions tĂ©lĂ©phoniques ou en vidĂ©o auraient pu ĂȘtre remplacĂ©es par des messages Slack. Ce n'est pas prĂȘt de changer. 100% des utilisateurs de Slack veulent continuer Ă  l'utiliser mĂȘme aprĂšs la pandĂ©mie, notamment pour collaborer au moment qui leur convient le mieux (34%), amĂ©liorer l'alignement entre les Ă©quipes (34%) et accroĂźtre la productivitĂ© individuelle (33%).

    L'interface de Slack.
  • LinkedIn et Audible retirĂ©s de Chine

    Microsoft et Audible ont dĂ©cidĂ© de retirer leur application du marchĂ© chinois. En cause, l’intensification des rĂšgles de fonctionnement des applications imposĂ©es par la Chine. Deux applications de lecture du Coran et de la Bible ont Ă©galement dĂ» ĂȘtre retirĂ©es Ă  la demande du gouvernement. 

  • L’EOMT de Microsoft montre dĂ©jĂ  ses effets

    Une semaine aprĂšs sa sortie, l’Exchange on-premises Mitigation Tool (EOMT) de Microsoft a permis une rĂ©duction de 45 % des systĂšmes vulnĂ©rables.

    L’Exchange On-premises Mitigation Tool (EOMT) prĂ©sentĂ© ici la semaine derniĂšre montrerait dĂ©jĂ  ses effets.

    Une semaine aprĂšs sa sortie, l’outil de Microsoft crĂ©Ă© pour lutter contre les problĂšmes de vulnĂ©rabilitĂ©s zero-day qui affectent ses serveurs Exchange a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© tĂ©lĂ©chargĂ© 25 000 fois, a rapportĂ© le Conseil national de SĂ©curitĂ© de la Maison Blanche, citĂ© par l’Associated Press.

    Il aurait déjà réduit de 45 % le nombre de vulnérabilités ProxyLogon de Microsoft Exchange, a précisé le conseil national de Sécurité de la Maison-Blanche.

    Attaques sur deux continents

    EOMT (Exchange On-premises Mitigation Tool) se veut une solution en un clic pour remĂ©dier aux 4 vulnĂ©rabilitĂ©s zero-day utilisĂ©es dans les attaques rĂ©centes contre des serveurs Exchange. Ces attaques prennent diffĂ©rentes formes comme des shell Web, des cryptomineurs, ou plus rĂ©cemment une attaque de ransomware du nom de DearCry. Le logiciel est un script Powershell qui simplifie les opĂ©rations pour combler les diffĂ©rentes vulnĂ©rabilitĂ©s. il peut ĂȘtre tĂ©lĂ©chargé ici.

    La brÚche a été découverte en janvier dernier. Plusieurs failles ont été exploitées par un groupe de hackers chinois dénommé Hafnium. Malgré des patchs, les attaques se sont multipliées en février dernier affectant 250 000 serveurs sur les territoires américains et européens.

  • Microsoft a rachetĂ© Suplari

    Microsoft s'est offert son voisin de Seattle, Suplari, pour apporter plus de visibilité sur les données financiÚres dans Dynamics 365

  • Microsoft acquiert Nuance pour 19,7 milliards de dollars

    On attendait l’annonce ce lundi de ce qui constitue le deuxiĂšme rachat le plus coĂ»teux de la firme de Redmond aprĂšs les 26,2 milliards dĂ©boursĂ©s pour LinkedIn en 2016. Jeux-vidĂ©os, rĂ©seaux sociaux, intelligence artificielle, Microsoft Ă©largit encore les domaines de ses potentiels rachats. Le rachat de Nuance vient d'ĂȘtre confirmĂ©. Il lui en coĂ»te 19,7 milliards de dollars.

    Cette opĂ©ration reprĂ©sente le deuxiĂšme rachat le plus cher parmi les plus de 210 entreprises acquises par Microsoft depuis son introduction en bourse. Jeux-vidĂ©os, rĂ©seaux sociaux, Microsoft veut aussi se renforcer sur les technologies de l’intelligence artificielle.

    Microsoft vient donc de conclure le rachat de Nuance Communications Inc., un spécialiste reconnu de la reconnaissance vocale, pour une 19,7 milliards de dollars. Ce montant valorise l'action Nuance à 56 dollars.

    Nuance a notamment dĂ©veloppĂ© la technologie utilisĂ©e par l’assistant vocal Siri d’Apple et a collaborĂ© avec Microsoft depuis 2019 dans le domaine mĂ©dical en permettant aux mĂ©decins de communiquer avec leur patient ou d’inscrire leurs donnĂ©es dans un recueil digital.

    Toujours intéressé par Pinterest

    Nuance est la derniĂšre entreprise Ă  susciter l’intĂ©rĂȘt du gourmand Microsoft. PortĂ© par des rĂ©sultats financiers records en 2020, Microsoft augmente ses investissements sur l’intelligence artificielle, secteur sur lequel il cherche Ă  s’amĂ©liorer depuis une dĂ©cennie.

    AprĂšs l’acquisition l’an dernier de ZeniMax pour 7,5 milliards de dollars -rachat venu renforcer sa division Xbox-, Microsoft s’est tournĂ© vers le jeux-vidĂ©o et les rĂ©seaux sociaux, en tĂ©moignent ses ambitions de rachat d’entreprise comme Discord et TikTok, ou encore Pinterest. Dans le cas de Pinterest, un rachat Ă  50 milliards est envisagĂ©.

    Les solutions de reconnaissance vocale et d'intelligence artificielle de Nuance sont notamment exploitées dans le domaine de la santé.
  • Microsoft appelle Ă  une rĂ©ponse globale pour lutter contre les cyberattaques

  • Microsoft appelle Ă  une rĂ©ponse globale pour lutter contre les cyberattaques

    Dans un long communiquĂ©, l’entreprise a dit avoir identifiĂ© 40 entreprises et administrations, principalement amĂ©ricaines, victimes de la cyberattaque sur SolarWinds et a listĂ© trois pistes futures dans la lutte contre la cybercriminalitĂ©.

    Il faut se rĂ©veiller. C’est en tout cas l’appel qu’a lancĂ© Microsoft sur les enjeux de demain face Ă  des cyberattaques de plus en plus larges, de mieux en mieux organisĂ©es et de plus en plus sophistiquĂ©es.

    Microsoft a proposĂ© trois pistes pour lutter contre les dangers des cyberattaque, dans un communiquĂ© publiĂ© jeudi 17 dĂ©cembre, dans un contexte oĂč les attaques Ă©tatiques se multiplient, se privatisent et profitent de la crise du coronavirus, liste l'Ă©diteur de logiciels. Le hacking des softwares de SolarWinds, ayant provoquĂ© des attaques coordonnĂ©es sur FireEye ainsi que plusieurs administrations amĂ©ricaines la semaine derniĂšre, en est le dernier exemple.

    « Ce n’est pas « de l’espionnage traditionnel Â», mĂȘme Ă  l’ùre du digital. C’est un acte dangereux et imprudent qui crĂ©e de sĂ©rieuses vulnĂ©rabilitĂ©s technologiques pour les États-Unis et le monde. Â»met en garde Microsoft. « [
] Chaque pays encourt un risque et a besoin d’une protection indĂ©pendante de [son] gouvernement. Â»

    Judiciarisation

    Microsoft souhaite que les donnĂ©es de cybersĂ©curitĂ© soient Ă©changĂ©es Ă  l'Ă©chelon national plus librement entre les acteurs du secteur et que des lois internationales rendent justiciables les attaques coordonnĂ©es Ă  Ă©chelle Ă©tatique, une demande visant particuliĂšrement des États comme la CorĂ©e du Nord ou la Russie, soupçonnĂ©e ĂȘtre derriĂšre l’attaque de SolarWinds.

    L’entreprise a dĂ©jĂ  relevĂ© des failles chez plus de 40 entreprises, dont 80 % rien qu’aux États-Unis, prĂ©cise le communiquĂ©. Elle a par ailleurs confirmĂ© avoir dĂ©tectĂ© des failles sur certains de ses propres serveurs. « Comme d'autres clients de SolarWinds, nous pouvons confirmer que nous avons dĂ©tectĂ© des binaires SolarWinds malveillants dans notre environnement, que nous avons isolĂ©s et supprimĂ©s. Nous n'avons pas trouvĂ© de preuve d'accĂšs aux services de production ou aux donnĂ©es clients. Nos enquĂȘtes, qui sont en cours, n'ont trouvĂ© absolument aucune indication que nos systĂšmes ont Ă©tĂ© utilisĂ©s pour attaquer d'autres personnes.»

    Outre les dĂ©partements du Commerce et du TrĂ©sor, le dĂ©partement de l’énergie ainsi que l’agence nationale de sĂ©curitĂ© nuclĂ©aire amĂ©ricains, deux organes gĂ©rant le stock d’armes nuclĂ©aires amĂ©ricaines, ont reconnu que des hackers ont pĂ©nĂ©trĂ© leurs rĂ©seaux, a rĂ©vĂ©lĂ© le journal Politico, une brĂšche supplĂ©mentaire attestant de l’ampleur de l’attaque.

  • Microsoft dĂ©voile son tout nouveau Windows 11

    Microsoft a officialisĂ© ce que des fuites avaient dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  rĂ©vĂ©ler, Ă  l’occasion d’une prĂ©sentation. Son nouveau Windows 11 apporte un brin de fraĂźcheur au systĂšme d’exploitation. Il sera disponible dĂšs l’automne.

    « Le Windows vous rapprochant des choses que vous aimez.» VoilĂ  ce qu’a Ă  en dire Panos Panay, directeur produit chez Microsoft, dans une prĂ©sentation attendue.

    Microsoft a dĂ©voilĂ© Windows 11, son tout nouveau systĂšme d’exploitation et successeur de Windows 10 – lors d’une prĂ©sentation intitulĂ©e « What’s Next For Windows Â», le jeudi 24 juin, une semi-surprise aprĂšs que des fuites ont rĂ©vĂ©lĂ© certains aspects de ces nouveautĂ©s. « Aujourd’hui marque un tournant majeur pour Windows Â», a dĂ©clarĂ© Satya Nadella, le PDG de Microsoft et tout nouveau prĂ©sident de son conseil d’administration. « C’est le dĂ©but d’une nouvelle gĂ©nĂ©ration. »

    https://www.youtube.com/watch?v=Uh9643c2P6k&t=87s

    Simplification

    Bords arrondies, barre « DĂ©marrer Â» centralisĂ©e, nouvelles fonctionnalitĂ©s Xbox, nouvelle interface Teams, Windows 11 apporte des touches nouvelles et lĂ©gĂšres Ă  son paternel aux 1,3 milliard d’utilisateurs et dĂ©jĂ  ĂągĂ© de six ans.

    DĂ©jĂ  rĂ©vĂ©lĂ© lors des premiĂšres fuites, le menu « DĂ©marrer Â» – habituellement sur la gauche de l’écran – est dĂ©sormais centrĂ© et laisse place Ă  beaucoup moins d’applications que celles prĂ©sentes sur Windows 10. En-dessous apparaĂźt une liste de documents rĂ©cents et proposĂ©s par Microsoft.

    A gauche de l’écran se dĂ©roule dĂ©sormais un fil d’informations rĂ©unissant des articles de presse, la mĂ©tĂ©o, un calendrier ou une liste de contacts. Microsoft a aussi introduit six nouveaux thĂšmes ainsi que la possibilitĂ© de diviser son Ă©cran en deux (split-screen) voire trois Ă©crans.

    Compatibilité Android

    Grosse nouveautĂ© Ă©galement, les applications Android sont dĂ©sormais installables dans Windows 11, fruit d’un partenariat avec Amazon et Intel - l’OS Ă©tant compatible en passant par la boutique mobile d’Amazon, le tout garanti par une technologie Intel Bridge (lire l'article dĂ©diĂ© Ă  ce sujet). Microsoft Store a Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©poussiĂ©rĂ© et facilitĂ© ses conditions d’entrĂ©e.

    CĂŽtĂ© applications, Microsoft a dĂ©cidĂ© de supprimer l’assistant vocal Cortana et de dĂ©brancher totalement Internet Explorer. 3D Viewer, Paint 3D ou encore Skype ont Ă©tĂ© Ă©galement retirĂ© des prĂ©-installations et envoyĂ©es vers le nouveau Store.

    L’entreprise a Ă©galement prĂ©cisĂ© que la majoritĂ© des applications, des pĂ©riphĂ©riques et des PC sous fonctionnalitĂ©s Windows 10 fonctionneront automatiquement sous Windows 11. Le nouvel OS sera disponible sous la forme d’une mise Ă  jour, Ă  partir de l’automne.

  • Microsoft Ă©choue Ă  s’offrir Discord

    Les discussions entre Redmond et la jeune pousse viennent de s’achever alors que Discord ait rejetĂ© l’offre de rachat de 12 milliards de dollars formulĂ©e par Microsoft. La plateforme de serveurs vocaux serait valorisĂ©e entre 15 et 18 milliards de dollars alors qu’elle est en nĂ©gociation avec d’autres investisseurs et prĂ©voit Ă  terme une introduction en bourse. 

    Depuis plusieurs semaines Microsoft et Discord sont en discussion. Le premier entend mettre la main sur le second, proposant 10 puis 12 milliards de dollars. Le gĂ©ant de Redmond, fort de solides rĂ©sultats financiers, fait preuve d’un appĂ©tit insatiable. Il lorgne toujours du cĂŽtĂ© de Pinterest, pour lequel il est prĂȘt Ă  dĂ©bourser 15 milliards de dollars, et vient de s’offrir le prodige de la reconnaissance vocale Nuance pour prĂšs de 20 milliards de dollars. 

    Mais il en faut plus pour impressionner la direction de Discord, qui a dĂ©jĂ  Ă©conduit Epic Games et Amazon. La presse amĂ©ricaine nous apprend que les Ă©changes sont terminĂ©s entre la jeune pousse et le gĂ©ant aprĂšs que le premier ait repoussĂ© l’offre Ă  12 milliards du second. 

    La bourse plutĂŽt que le rachat

    D’autant que Discord fait partie des grands gagnants du confinement. A tel point que c’est l’un de ses investisseurs, Index Ventures, qui est revenu vers la plateforme l’an dernier pour lui proposer 100 millions de dollars supplĂ©mentaires, portant sa valorisation Ă  3,5 milliards de dollars. Et les deux fondateurs de Discord, Jason Citron et Stan Vishnevskiy, respectivement CEO et CTO, n’ont jamais cachĂ© leur intention de voir leur entreprise cotĂ©e en bourse. 

    D’oĂč les espoirs déçus d’Amazon, Epic et Microsoft, qui ne serait pas le dernier en date puisque Twitter se serait lui aussi cassĂ© les dents sur Discord. Le gazouilleur se serait en effet montrĂ© intĂ©ressĂ© aprĂšs que sa tentative de rachat de ClubHouse se soit rĂ©vĂ©lĂ©e infructueuse. Du cĂŽtĂ© de Discord, on parle de discussions avec de nouveaux investisseurs en vue d’un nouveau tour de table qui porterait sa valorisation Ă  une fourchette de 15 Ă  18 milliards de dollars. Avant une possible introduction en bourse ? 

  • Microsoft en passe de racheter Discord ?

    Discord, une plateforme de jeu vidĂ©o en ligne comptant plus de 250 millions d’utilisateurs, serait en discussions avec Microsoft dans le cadre d’un rachat Ă©valuĂ© Ă  10 milliards de dollars, a rapportĂ© VentureBeat, ce lundi, s'appuyant sur plusieurs sources anonymes.

    Discord a vu le nombre de ses utilisateurs exploser durant le confinement, ceux-ci se rĂ©unissant autour de projets virtuels centrĂ©s autour d’activitĂ©s du quotidien, au point de devenir un espace de discussions Ă  part entiĂšre plus qu’une simple plateforme de jeu vidĂ©o. Son rachat est perçu comme un positionnement stratĂ©gique, Ă©crit VentureBeat.

    Discord est Ă©galement entrĂ© en discussions avec Epic Games Inc. et Amazon par le passĂ©, a ajoutĂ© Bloomberg, citant deux sources proches du dossier, un tĂ©moignage de l’intĂ©rĂȘt que les entreprises leaders du jeu vidĂ©os et de la Big Tech portent Ă  son Ă©gard.

    Hier Pinterest et TikTok

    AprĂšs l’acquisition l’an dernier de ZeniMax pour 7,5 milliards de dollars, le positionnement de Microsoft sur Discord confirmerait les envies de la firme de Redmond de capitaliser autour du jeu vidĂ©o. L'opĂ©ration envisagĂ©e signale aussi la volontĂ© de l’éditeur de s’articuler autour de communautĂ©s d’utilisateurs rĂ©unis sur un thĂšme commun, en tĂ©moignent les rĂ©centes discussions autour d’un rachat de Pinterest ou de TikTok.

    DĂšs les premiers jours du confinement, Discord Ă©tait l’application la plus tĂ©lĂ©chargĂ©e en France, rapportait Le Figaro. L’entreprise Ă©tait valorisĂ©e Ă  plus de 7 milliards de dollars, portĂ© par une annĂ©e 2020 exceptionnelle qui a vu plusieurs levĂ©e de fonds et un nombre supplĂ©mentaire d’utilisateurs estimĂ© Ă  140 millions.

  • Microsoft enrichit Customer Insight

    Microsoft ajoute de nouvelles fonctions Ă  son logiciel Dynamics 365 Customer Insights.Avec le logiciel Dynamics 365 Customer Insights, Microsoft veut connecter de maniĂšre globale les donnĂ©es Ă  travers les silos organisationnels de l’entreprise par les analyses dans sa plate-forme Power pour rĂ©pondre aux besoins des mĂ©tiers. Cette application est devenue rapidement celle qui est le plus utilisĂ©e dans le portefeuille de Dynamics 365. Le logiciel a de plus Ă©tĂ© intĂ©grĂ© dans Microsoft Government Cloud.

    De nouvelles fonctionnalités

    Microsoft y ajoute de nouvelles fonctionnalitĂ©s pour apporter une vision plus complĂšte du client avec Engagement Insights, actuellement en preview, par des analyses sur l’ensemble des canaux d’interactions avec le client pour mieux comprendre son comportement ou ses intentions. Une nouvelle dimension est ajoutĂ©e avec l’intĂ©gration avec Dynamics 365 Customer Voice pour enrichir le profil client par les retours de sondages pour rĂ©ellement avoir le sentiment du client et dĂ©finir des segmentations plus dĂ©taillĂ©es.La solution propose de plus une intĂ©gration profonde avec Microsoft Azure Synapse Analytics et permet de s’appuyer sur des bibliothĂšques de templates prĂ©configurĂ©es d’intelligence artificielle pour rĂ©aliser des prĂ©dictions ou des recommandations pour des retours rapides sans avoir Ă  recourir Ă  l’expertise de data scientists.La plate-forme contient de nombreuses intĂ©grations par son API ouverte pour partager les informations avec AutopilotHQ, Bing ads, dotdigital, Facebook, Google Ads, HubSpot, LiveRamp, Marketo, Mailchimp, SendGrid
 De nouvelles fonctionnalitĂ©s contribuent Ă  renforcer la gouvernance des donnĂ©es et la prĂ©vention des pertes, de sorte que les organisations puissent plus facilement classer, Ă©tiqueter et protĂ©ger les donnĂ©es en fonction de leur sensibilitĂ©.Une vue de Dynamics 365 Customer Insights.