AMD

  • AMD met 35 milliards de dollars pour reprendre Xilinx

    Les deux fondeurs de semi-conducteurs se sont mis d’accord pour la reprise de Xilinx par AMD pour 35 milliards de dollars. Une acquisition gigantesque pour crĂ©er un gĂ©ant des semi-conducteurs. Comme on s'y attendait aprĂšs les rĂ©vĂ©lations du Wall Street Journal il y a une quinzaine de jours, Xilinx et AMD ont signĂ© un accord pour qu’AMD reprenne l’ensemble des actions de Xilinx pour la somme faramineuse de 35 milliards de dollars (29,7 milliards d’euros).L’opĂ©ration va largement Ă©tendre le portefeuille d’AMD avec des prises de positions prĂ©dominantes dans certains marchĂ©s oĂč Xilinx tenait une place prĂ©pondĂ©rante. La transaction va se rĂ©aliser par Ă©change d’actions avec une paritĂ© de 1,7234 d’actions ordinaires d’AMD pour une action Xilinx. Sur ce ratio d'Ă©change, le prix par action s’établit Ă  143 $ par action Xilinx. A la fin de l’opĂ©ration, les actionnaires d’AMD dĂ©tiendront 74 % du nouvel ensemble, le reste reviendra aux actionnaires de Xilinx.Lisa Su, l’actuelle CEO d’AMD va prendre la tĂȘte de la nouvelle entitĂ© qui regroupera 13 000 ingĂ©nieurs et 2,7 milliards de dollars d’investissements annuels en R&D. Victor Peng, son homologue chez Xilinx, reste Ă  la tĂȘte de la division Xilinx dans la nouvelle entitĂ© et sera en charge d’initiatives de croissance stratĂ©gique. Deux directeurs de Xilinx rejoignent le conseil d’administration d’AMD.

    300M de synergies

    AMD a indiquĂ© pouvoir dĂ©gager des synergies de 300 millions de dollars dans les 18 mois suivant la transaction qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© approuvĂ©e par les conseils d’administration des deux parties. Il reste encore Ă  passer les barriĂšres habituelles de l’accord des actionnaires et des Ă©tapes rĂ©glementaires pour une clĂŽture vers la fin de 2021. Jusqu’à cette date les deux entitĂ©s restent indĂ©pendantes avec des opĂ©rations sĂ©parĂ©es.AMD, qui a connu dans le passĂ© de nombreuses vicissitudes, revient sur le devant de la scĂšne et va avec cette opĂ©ration largement renforcer son business dans les centres de donnĂ©es et s’ouvrir de larges opportunitĂ©s dans le Edge Computing avec un marchĂ© adressable Ă©tendu de 110 milliards de dollars tout en augmentant sa marge bĂ©nĂ©ficiaire, son flux de trĂ©sorerie et son bĂ©nĂ©fice par action. Un joli coup qui redistribue totalement les cartes du secteur des semi-conducteurs.
  • CES#2021 : AMD rĂ©pond Ă  Intel

    Au lendemain de la prĂ©sentation d'Intel au CES, AMD s'est livrĂ© avec sa CEO au mĂȘme exercice. La session plĂ©niĂšre de Lise Su a Ă©tĂ© l'occasion de prĂ©senter de nouvelles puces mettant en avant la mobilitĂ©.

    AprÚs avoir rappelé l'importance de processeurs performants dans notre vie quotidienne et comment la transformation numérique indique la voie d'un brillant futur, Dr Lisa Su, la CEO d'AMD, a présenté la série Ryzen 5000 de processeurs mobiles à destination des ordinateurs portables qui s'appuiera sur un coeur Zen 3 combinant performance et efficacité énergétique pour répondre aux besoins de demain. Asus, Lenovo et HP devraient utiliser ce processeur dans des machines dÚs le mois prochain.

    Ces matériels devraient afficher des autonomies importantes. La série U du Ryzen 5000 est destinée aux matériels ultrafins et ultra-portables. Le Ryzen 7 présenté remplace le Ryzen 7 4800 et propose toujours 8 coeurs et 16 threads. Ce processeur est annoncé atteindre 18 % de plus de performances que le meilleur des Tiger Lake d'Intel. La série H sera plutÎt dévolue aux marchés du jeu et de la création graphique. L'ensemble des processeurs propose des mémoires caches de 20 Mo

    La CEO d'AMD a ensuite enchaßné sur la présentation de la 3Úme génération des processeurs Epyc à destination des serveurs et du HPC. Sous le nom de code Milan qui devrait marquer un nouveau standard de performance.

    Lisa Su lors de son keynote durant le CES 2021.
  • Intel pourrait racheter GlobalFoundries

    La consolidation se poursuit sur le marchĂ© des semi-conducteurs. Intel, rĂ©cemment repris en main par Pat Gelsinger, serait en discussions avec le fonds Ă©mirati Mubadala en vue d’acquĂ©rir un autre fondeur amĂ©ricain, GlobalFoundries, pour la modique somme de 30 milliards de dollars.

    Intel chercherait Ă  mettre la main sur GlobalFoundries, l’un de ses concurrents sur le terrain des semi-conducteurs et surtout un fondeur. L’opĂ©ration pourrait s’élever Ă  30 milliards de dollars croient savoir les sources anonymes citĂ©es par le Wall Street Journal. Si la direction de GlobalFoundries annonce ne pas ĂȘtre en discussions avec Intel, ce dernier pourrait directement nĂ©gocier avec le propriĂ©taire du fondeur amĂ©ricain, Mubadala Investment, le fonds d’investissement des Emirats Arabes Unis.

    Cette acquisition serait la plus importante de l’histoire d’Intel, six ans aprĂšs le rachat d’Altera pour 15,4 milliards de dollars. Surtout, elle permettrait au fondeur d’accĂ©lĂ©rer sa stratĂ©gie autour d’Intel Foundry Services, qui donne accĂšs aux sites de production du fondeur Ă  d’autres fabricants. Ce que fait dĂ©jĂ  GlobalFoundries, nĂ© du spin-off des activitĂ©s de production de puces d’AMD en 2008.

    La pénurie, ça consolide

    L’opĂ©ration, quoique non confirmĂ©e par le principal intĂ©ressĂ©, serait cohĂ©rente avec la politique d’investissements massifs entreprise par Pat Gelsinger, l’ex-patron de VMware qui a pris en dĂ©but d’annĂ©e les rĂȘnes d’Intel. Le fondeur entend investir 20 milliards de dollars notamment dans de nouvelles unitĂ©s de production, notamment en Europe. GlobalFoundries suit peu ou prou la mĂȘme stratĂ©gie d’investissements, annonçant en juin la construction d’une nouvelle usine Ă  Singapour pour 4 milliards de dollars.

    Mais certains problĂšmes risquent de faire tomber l’opĂ©ration Ă  l’eau, Ă  commencer par les relations entre GlobalFoundries et AMD, Ă©ternel concurrent d’Intel. Le fondeur dĂ©tenu par le fonds Ă©mirati, reprĂ©sente 7% du marchĂ© de la production de semi-conducteurs et fournira cette annĂ©e 1,6 milliard de dollars de composants Ă  son ancienne maison-mĂšre. Ce qui pourrait faire obstacle Ă  son acquisition, d’autant que l’administration Biden a promis une surveillance accrue des opĂ©rations de fusions-acquisitions.

    NĂ©anmoins, l’opĂ©ration ne ferait que poursuivre la consolidation du secteur des semi-conducteurs Ă  grands coups de milliards. Depuis dĂ©but 2020, Analog Devices a signĂ© un chĂšque de 20 milliards de dollars pour s’offrir Maxim Integrated Products, tandis qu’AMD mettait la main sur Xilinx pour 35 milliards. Nvidia battait pour sa part un record en annonçant le rachat d’ARM Ă  Softbank pour la modique somme de 40 milliards de dollars.

  • Rachat de Xilinx par AMD : le FPGA coĂ»te 30 milliards de dollars

    La consolidation se poursuit dans le monde des semi-conducteurs, dĂ©cidĂ©ment de plus en plus petit. AprĂšs l’annonce du rachat d’ARM par Nvidia, c’est au tour d’AMD de dĂ©vorer Xilinx, un spĂ©cialiste des FPGA, pour 30 milliards de dollars. AMD s’apprĂȘterait Ă  racheter Xilinx, un autre fabricant de puces installĂ© Ă  San Jose, en Californie. Les nĂ©gociations seraient sur le point d’ĂȘtre bouclĂ©es et un accord pourrait ĂȘtre annoncĂ© la semaine prochaine selon le Wall Street Journal. Le montant de l’opĂ©ration s’élĂšverait Ă  30 milliards de dollars, juste derriĂšre le rachat Ă  40 milliards de dollars d’ARM par Nvidia, annoncĂ©e le mois dernier, et devant celui Ă  20 milliards de Maxim Integrated Products par Analog Devices. Xilinx produit un large Ă©ventail de puces aussi bien pour des datacenters que des automobiles, des rĂ©seaux sans fil ou encore aĂ©rospatiale. Mais, surtout, Xilinx est l’un des poids lourds des “field-programmable gate arrays”, que l’on connaĂźt plus gĂ©nĂ©ralement sous le terme FPGA, des puces ayant la particularitĂ© d’ĂȘtre reprogrammables mĂȘme aprĂšs leur sortie d’usine. Et outre une excuse utilisĂ©e par certains pour justifier leur choix d’un cloud ou d’un autre, les FPGA devraient connaĂźtre un boom grĂące Ă  la 5G, dont les analystes pressentent que les puces classiques des Ă©quipements rĂ©seaux seront Ă  terme remplacĂ©es par ces circuits ĂŽ combien plus flexibles. 

    Concurrencer Intel

    Le rachat est donc pour AMD l’occasion de percer dans ce secteur et de tirer parti de sa forte croissance, ainsi que, accessoirement, de venir damer le pion d’Intel, qui a pour sa part pĂ©nĂ©trer ce marchĂ© en 2015 avec le rachat d’Altera. AMD, en bonne forme financiĂšre grĂące Ă  la forte demande de terminaux Ă©quipĂ©s de ses puces (Ă  l’instar notamment des consoles de jeux) pourrait donc croquer ce voisin californien. D’autant que le prix de Xilinx pourrait ĂȘtre revu Ă  la baisse par rapport Ă  sa valorisation actuelle, ce pourquoi le fabricant amĂ©ricain pourra remercier Donald Trump : Huawei reprĂ©sentait environ 7% des revenus de Xilinx.