Thoma Bravo

  • Medallia redevient privĂ©

    Medallia a annoncé hier que le fonds de Private Equity Thoma Bravo va mettre 6,4 milliards de dollars pour sortir l'éditeur de la bourse.

  • Naissance d'un gĂ©ant de la gestion des identitĂ©s ?

    Le fonds d'investissement américain TPG Capital vient de réussir un gros coup en arrangeant le rapprochement entre Thycotic et Centrify pour créer un géant dans le secteur de la gestion des identités et des comptes à privilÚge.

    AprÚs l'acquisition de Centrify en janvier dernier auprÚs de Thoma Bravo et le rachat à Insight Partners de Thycotic pour 1,4 milliard de dollars, TPG fusionne les deux entités. L'ensemble devrait prendre un nouveau nom qui na pas été divulgué jusqu'à présent. La nouvelle société sera dirigée par Art Gilliland, actuel CEO de Centrify. James Legg, CEO de Thycotic, se voit attribuer le poste de président du nouvel ensemble.

    La combinaison des deux entreprises crée un groupe de taille trÚs respectable sur un marché qui ne demande qu'à croßtre du fait de l'engouement pour les environnements Cloud et les architectures distribuées.

    TPG rĂ©alise donc un gros coup qui peut changer la donne sur le marchĂ© de les gestion des identitĂ©s ou des accĂšs pour les comptes Ă  privilĂšge en crĂ©ant un offreur prĂȘt Ă  concurrencer CyberArk, CA Technologies (Broadcom), Balabit, ou encore Wallix pour la France.

    Art Gilliland, CEO de Centrify actuellement puis ultérieurement du nouvel ensemble créé avec Thycotic.
  • Naissance d'un gĂ©ant de la gestion des identitĂ©s ?

  • Talend rejoint Thoma Bravo

    La sociĂ©tĂ© de capital-investissement Thoma Bravo va lancer une OPA ( Offre Publique d'Achat) en espĂšces de 66,00 $ (environ 55,54 €) par action ordinaire et ADS de Talend.

    Cette offre dĂ©termine la valeur de Talend Ă  environ 2,4 milliards de dollars, soit environ 2,1 milliards d’euros, y compris la dette nette. Cela reprĂ©sente une prime d’environ 29 % par rapport au cours de clĂŽture de Talend le 9 mars et une prime de 81 % par rapport au cours moyen pondĂ©rĂ© en fonction du volume sur les douze derniers mois.

    Le Conseil d’administration de Talend, Ă  l’unanimitĂ©, a approuvĂ© le protocole d’accord. Il prĂ©voit une pĂ©riode de 30 jours de « shopping » expirant le 10 avril 2021, qui permet au Conseil d’administration et aux conseillers de Talend de solliciter des propositions d’acquisition alternatives.

    A la suite de la transaction, Talend deviendra une sociĂ©tĂ© non cotĂ©e en bourse. L’offre d’achat devrait ĂȘtre clĂŽturĂ©e au cours du troisiĂšme trimestre 2021 et la re-domiciliation et les opĂ©rations connexes devraient ĂȘtre clĂŽturĂ©es au cours du quatriĂšme trimestre 2021.

    Talend est un éditeur spécialisé dans l'intégration de données créé en France en 2005 par Bertrand Diard et Fabrice Bonan mais dont le siÚge social est à Redwood City, Californie. Son introduction en Bourse au Nasdaq remonte à juillet 2016.

  • Thoma Bravo continue ses emplettes

    Le fonds Thoma Bravo continue ses achats et reprend l'Ă©diteur de solution de gestion des actifs immobiliers en location RealPage pour 9,8 milliards de dollars.

    AprĂšs avoir fait une jolie bascule sur l'achat et le revente de Ellie Mae, oĂč Thoma Bravo a multipliĂ© par 4 son investissement, le fonds de private equity remet le couvert et offre une prime de 37 % par rapport au dernier cours de RealPage, un Ă©diteur de solutions de gestion de propriĂ©tĂ© et de location immobiliĂšre, pour un montant de 9,8 milliards de dollars.

    Sise à Richardson au Texas, la plateforme de RealPage permet aux locataires de payer leur loyer et de demander des opérations de maintenance. La plateforme permet aussi de suivre en temps réel les transactions et permet de réaliser des prévisions sur les tendances du marché de la location immobiliÚre.

    Cette acquisition est, à ce jour, la plus grosse acquisition de Thoma Bravo. Le fonds gÚre 70 milliards de dollars d'actifs et vient de lever 22,8 milliards de dollars sur 3 véhicules différents à la fin d'octobre dernier.

    Steve Winn, CEO et fondateur de RealPage
  • Thoma Bravo rachĂšte Proofpoint

    Un autre Ă©diteur en cybersĂ©curitĂ© tombe dans l’escarcelle du fonds d’investissement. Proofpoint a, la veille de l’annonce de ses rĂ©sultats financiers, annoncĂ© avoir acceptĂ© l’offre de rachat Ă  12,3 milliards de dollars formulĂ©e par Thoma Bravo. Qui se rĂ©serve tout de mĂȘme le droit de trouver mieux dans les 45 jours.

    Thoma Bravo poursuit ses emplettes dans le domaine de la cybersĂ©curitĂ©. AprĂšs Sophos et Venafi, le fonds annonce mettre la main sur Proofpoint. L’offre de rachat reprĂ©sente une plus-value de 34% pour les actionnaires de l’éditeur sur la valeur de leurs parts et fixe un prix total de rachat Ă  environ 12,3 milliards de dollars.

    Proofpoint vient d'annoncer des rĂ©sultats financiers en hausse au premier trimestre, avec un chiffre d’affaires Ă  287 millions de dollars, soit 15% de mieux sur un an et des pertes qui se rĂ©sorbent lĂ©gĂšrement, Ă  45,3 millions de dollars. Et, dans la foulĂ©e de cette proposition de rachat approuvĂ©e par son Board, l'entreprise a annulĂ© la visioconfĂ©rence avec ses actionnaires en attendant une assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale extraordinaire afin que ceux-ci se prononcent sur l’opĂ©ration.

    Go-shop

    À la suite de cette transaction, l’éditeur sortira de bourse oĂč il est entrĂ© en 2012. « Nous pensons qu'en tant qu'entreprise privĂ©e, nous pouvons ĂȘtre encore plus agiles avec une plus grande flexibilitĂ© pour continuer Ă  investir dans l'innovation, en nous appuyant sur notre position de leader et en devançant les acteurs de la menace Â» explique le PDG de Proofpoint, Gary Steele (photo ci-dessus).

    La transaction doit ĂȘtre bouclĂ©e au troisiĂšme trimestre 2021, sous rĂ©serve des conditions de clĂŽture habituelles, notamment l'approbation des actionnaires de Proofpoint et le feu vert des rĂ©gulateurs. Mais le rachat est Ă©galement conditionnĂ© par une pĂ©riode de « go-shop » de 45 jours que s’accorde Thoma Bravo, l’autorisant Ă  apprĂ©cier d’autres opportunitĂ©s de rachat, quitte Ă  in fine laisser tomber Proofpoint.

  • Thoma Bravo rachĂšte Proofpoint

  • Thoma Bravo s’empare de Venafi, qui franchit le milliard de dollars de valorisation

    Le fonds poursuit ses emplettes dans le milieu de la cybersĂ©curitĂ©. Il annonce le rachat de Venafi, sociĂ©tĂ© spĂ©cialisĂ©e dans les certificats machine. Cette acquisition permet Ă  l’entreprise de dĂ©passer le milliard de dollars de valorisation, Venafi rejoignant ainsi le club des licornes. 

    Thoma Bravo multiplie les rachats dans le domaine de la cybersĂ©curitĂ©. A peine plus d’un an aprĂšs s’ĂȘtre offert le Britannique Sophos pour 3,9 milliards de dollars, le fonds a annoncĂ© en fin de semaine derniĂšre mettre la main sur Venafi. Cette sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine s’est spĂ©cialisĂ©e dans l’identitĂ© machine, notamment les certificats. 

    Le montant de l’opĂ©ration n’a pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©e, mais l’investissement de Thoma Bravo dans Venafi permet Ă  ce dernier de dĂ©passer le milliard de dollars de valorisation, Ă  1,15 milliard exactement. Venafi rejoint ainsi le club des licornes, avec Thoma Bravo majoritaire Ă  son capital tandis que TCV et Foundation, ses investisseurs historiques, y conservent une participation. 

    Licorne

    “Venafi a crĂ©Ă© la catĂ©gorie de la gestion des identitĂ©s des machines et notre vision stratĂ©gique reste inchangĂ©e: nous nous engageons Ă  crĂ©er un monde dans lequel toutes les identitĂ©s de machines sont fiables et protĂ©gĂ©es. Notre partenariat stratĂ©gique avec Thoma Bravo peut nous aider Ă  rĂ©aliser notre vision en capitalisant sur la dynamique du marchĂ© et en accĂ©lĂ©rant la croissance et l'innovation produit” se rĂ©jouit Jeff Hudson, le CEO de Venafi. 

    Chip Virnig, associĂ© chez Thoma Bravo, considĂšre cette opĂ©ration comme une grande chance pour Venafi. “Nous sommes convaincus que les capacitĂ©s opĂ©rationnelles de Thoma Bravo et son expĂ©rience de plusieurs dĂ©cennies sur le marchĂ© de la cybersĂ©curitĂ© peuvent aider Ă  dynamiser la trajectoire de croissance dĂ©jĂ  impressionnante de Venafi”. 

  • Thoma Bravo s’empare de Venafi, qui franchit le milliard de dollars de valorisation

  • Zero Trust : Illumio lĂšve 225 M$

    Le pionnier du Zero Trust rĂ©alise un tour de sĂ©rie F de 22 M$ pour ĂȘtre valorisĂ© 2,75 milliards de dollars.

    Mené par Thoma Bravo accompagné de Franklin Templeton, Hamilton Lane et Blue Owl Capital, ce tour de table de 225 M$ servira principalement à développer les opérations commerciales de l'éditeur et à accélérer le développement de son réseau de partenaires. Ils serviront de plus au développement de la plateforme d'Illumio. A ce jour Illumio a levé 550M$.  Morgan Stanley, BNP Paribas et Salesforce sont des clients de le solution. Selon des déclarations à TechCrunch, Andrew Rubin, le fondateur de la société, ne semble pas pressé de se lancer en bourse mais garde celle-ci en ligne de mire.

    La solution de l'éditeur s'appuie sur la micro-segmentation du réseau pour créer un environnement plus simple à gérer et à protéger face aux attaques. Cela simplifie aussi la possibilité de contenir l'attaque et de limiter ses effets. en cas d'attaque, il est possible ainsi de repartir d'un point de confiance pour reconstruire le systÚme d'information. ConcrÚtement cela complÚte le concept Zero Trust qui s'appuie sur le fait de ne faire confiance à aucun élément à l'intérieur ou à l'extérieur du périmÚtre de l'entreprise.

    Illumio n'est pas le seul Ă©diteur Ă  s'appuyer sur cette possibilitĂ©. Unisys et sa solution Stealth se fonde sur le mĂȘme principe de micro-segmentation ainsi que la plateforme de Nutanix et de VMware.

    Andrew Rubin fondateur et CEO d'Illumio.
  • Zero Trust : Illumio lĂšve 225 M$