SendInBlue

  • Sendinblue forme les PME au marketing digital

    Le spécialiste du mail marketing lance une académie pour former les PME au marketing digital et les engager dans la transformation numérique.

    Cette acadĂ©mie s'adresse aussi bien aux dĂ©butants qu’aux initiĂ©s et a pour objectif de permettre Ă  tous les business, mĂȘme les plus hĂ©sitants, de sauter dans le grand bain du digital.

    Une premiĂšre sĂ©rie de cours sur l’emailing est maintenant Ă  la disposition, gratuitement, de toutes les entreprises qui n’ont pas encore saisi la vague du marketing digital. Au programme : 8 modules sur les bases de l’emailing, la dĂ©couverte de l’outil Sendinblue, les KPI, la RGPD
 avec un diplĂŽme Ă  la clĂ© !

    Cette premiĂšre sĂ©rie de cours permettra Ă  chacun de saisir les fondamentaux de l’emailing, avant une prochaine salve de modules qui devrait porter sur le marketing automation. La formation est gratuite. Elle se complĂšte en seulement quatre heures. Elle est disponible sur le site de l'Ă©diteur, sur YouTube et ici.

    la page d'accueil de l'académie de Sendinblue
  • SendInBlue lĂšve 140 millions d'euros

    L’éditeur de solutions de marketing digital rĂ©ussit une belle levĂ©e pour un tour de sĂ©rie B. Les 140 millions collectĂ©s vont servir Ă  accĂ©lĂ©rer l’internationalisation des solutions de CRM et de marketing de l’éditeur. BPIfrance, Bridgepoint Developement Capital rejoignent Partech Growth, qui remet au pot, dans ce nouveau tour de table de sĂ©rie B Ă  hauteur de 140 M€. SendInBlue tient une place prĂ©Ă©minente dans les solutions de marketing et de gestion de la relation client en Europe aprĂšs le rachat de son concurrent allemand N2GO. Il est particuliĂšrement connu pour sa plate-forme d’emailing commerciaux et marketing. FondĂ©e en 2012, la sociĂ©tĂ© affiche une forte croissance (60 % par an) et un chiffre d’affaires annuel de 50 M€. La sociĂ©tĂ© emploie 400 salariĂ©s rĂ©partis sur les diffĂ©rents sites de l’entreprise. Visant principalement les PME, les solutions de SendInBlue profitent de la numĂ©risation accĂ©lĂ©rĂ©e de ce segment de marchĂ©.Les fonds levĂ©s vont pour partie renforcer la R&D de l’entreprise pour continuer Ă  dĂ©velopper de nouvelles fonctionnalitĂ©s sur la plate-forme de l’éditeur et pour accĂ©lĂ©rer l’internationalisation de son implantation. DĂ©jĂ  prĂ©sent en France, en Allemagne, aux USA et en Inde, SendInBlue vient d’ouvrir un bureau Ă  Toronto au Canada et vise Ă  se dĂ©velopper sur le continent nord-amĂ©ricain pour Ă©tendre sa couverture du marchĂ© local.

    DĂ©velopper les briques technologiques

    InterrogĂ© Ă  ce sujet, Armand Thiberge, CEO et co-fondateur de SendInBlue, nous confirme souhaiter continuer Ă  dĂ©velopper le produit quand bien mĂȘme des opĂ©rations externes ne sont pas exclues, Ă  l’instar du rachat de l’Allemand N2GO dĂ©but 2019. “L’Allemagne est un marchĂ© que nous avons eu du mal Ă  pĂ©nĂ©trer, nous avons donc procĂ©dĂ© en acquĂ©rant le leader local sur notre segment. On ne fermera pas la porte Ă  des opportunitĂ©s de croissance externe pour Ă©tendre notre empreinte internationale, mais nous allons surtout nous concentrer sur l’investissement en interne, autour de trois volets importants : la communication instantanĂ©e, le dĂ©veloppement du CRM et les intĂ©grations, puisque nous vivons dans un monde ouvert oĂč tout doit ĂȘtre en mesure d'interagir” souligne-t-il.  Le CEO de SendInBlue, s’il se refuse Ă  communiquer sur la valorisation de son entreprise, prĂ©cise que depuis les dĂ©buts de la jeune pousse, des stocks options ont Ă©tĂ© donnĂ©es aux salariĂ©s du groupe : la moitiĂ© de l’effectif est concernĂ©. “C’est aussi une belle rĂ©alisation pour eux que cette levĂ©e de fonds” conclut-il.Photo © FrenchWeb