SAS

  • Broadcom dĂ©sireux de s’emparer de SAS

    L’offensive du gĂ©ant des semiconducteurs dans le milieu du logiciel se poursuit. AprĂšs avoir mis la main sur CA et s’ĂȘtre offert un morceau de Symantec, Broadcom a jetĂ© son dĂ©volu sur SAS, vĂ©nĂ©rable Ă©diteur de solutions de BI et d’analyse de donnĂ©es. Le rachat pourrait ĂȘtre officialisĂ© dans les prochaines semaines.

    Le rachat de CA Technologies par Broadcom mi-2018 avait pris tout le monde de court. Le gĂ©ant des semi-conducteurs, qui venait de se casser les dents sur sa tentative de rachat de Qualcomm, n’était guĂšre connu comme un Ă©diteur de logiciels. Et pourtant l’acquisition de l’éditeur de logiciels destinĂ©s aux mainframes fut un succĂšs, tant et si bien que l’activitĂ© software reprĂ©sente 28% du chiffre d’affaires de Broadcom.

    A l’époque le PDG du gĂ©ant, Hock Tan, soulignait avoir « l’intention de continuer Ă  renforcer ses franchises pour rĂ©pondre Ă  la demande croissante de solutions logicielles d’infrastructure ». Depuis, Broadcom a donc poursuivi ses emplettes, rachetant notamment l’activitĂ© Enterprise de Symantec, avant d’en revendre un morceau Ă  Accenture. Tout en fuyant les opĂ©rations de consolidation dans le secteur des semi-conducteurs, qui ont valu Ă  Broadcom l’échec du rachat de Qualcomm et une volĂ©e de bois vert de la Commission europĂ©enne.

    Diversification dans les logiciels

    C’est dĂ©sormais vers le vĂ©nĂ©rable SAS que le gĂ©ant se tournerait, Ă  en croire les sources citĂ©es par le Wall Street Journal. SAS, Ă©diteur de solutions de BI et de gestion et d’analyse de donnĂ©es, est toujours dirigĂ© par ses deux cofondateurs, Jim Goodnight and John Sall, qui ont crĂ©Ă© l’entreprise dans les annĂ©es 1970 sur les bases posĂ©es par le programme universitaire Statistical Analysis System.

    SAS s’est bien dĂ©veloppĂ© depuis lors, comptant 12 545 employĂ©s Ă  travers le monde, 82 000 clients issus aussi bien du secteur privĂ© que public et l’acquisition plus tĂŽt cette annĂ©e de son partenaire Boemska. Le projet de rachat valoriserait l’entreprise entre 15 et 20 milliards de dollars et pourrait ĂȘtre officialisĂ© dans les prochaines semaines selon le Wall Street Journal. Il s’agit pour Broadcom de se hĂąter avant que l’administration Biden ne renforce le contrĂŽle des autoritĂ©s amĂ©ricaines, FTC en tĂȘte, sur les opĂ©rations de fusions-acquisitions.

  • SAS et Braincube partenaires autour des objets connectĂ©s

    Braincube et SAS annoncent un partenariat stratĂ©gique associant la plateforme IIoT (Industrial Internet of Things) intelligente de Braincube aux applications d’IA de SAS.

  • SAS prĂ©fĂšre entrer en bourse

    Le vĂ©nĂ©rable SAS, toujours dirigĂ© depuis les annĂ©es 1970 par ses deux fondateurs, a annoncĂ© vouloir entrer en bourse, d’ici Ă  2024. Le temps de revoir ses processus de reporting financiers. Cette annonce survient quelques semaines aprĂšs que la rumeur a attribuĂ© Ă  Broadcom des vues sur l’éditeur.

  • SAS reprend son partenaire Boemska

    Le fournisseur de solutions analytiques intÚgre son partenaire Boemska spécialisé dans le déploiement d'applications Low code/No code et la gestion des processus analytiques sur la plateforme SAS.

    Start-up anglaise avec un centre en Serbie, Boemska va ĂȘtre intĂ©grĂ©e dans SAS et son expertise va complĂ©ter la plateforme Viya. Les capacitĂ©s nativement Cloud de Boemska vont apporter la possibilitĂ© de porter les modĂšles SAS ou open source dans des applications mobiles ou d'entreprise. La solution va aussi permettre d'exĂ©cuter ou de dĂ©velopper des modĂšles de dĂ©cisions sur des langages Low Code dans de nombreux domaines. Les fonctions d'administration de Boemska autorisent de plus des migrations de processus analytiques de maniĂšre efficace par des configurations prĂ©cises des processus analytiques sur une plateforme Cloud comme Azure de Microsoft.

    La plateforme Viya va pouvoir s'Ă©tendre par des applications tierces et il sera possible d'embarquer des processus analytiques nativement Cloud sur des applications reposant sur SAS en arriĂšre-plan. Ces fonctions avancĂ©es vont ĂȘtre intĂ©grĂ©es dans les solutions de SAS et seront disponibles sur la boutique de l'Ă©diteur afin de pouvoir ĂȘtre intĂ©grĂ©es dans des applications supportant diffĂ©rents cas d'usage.

    Un rapport dans l'interface de Boemska.