YouTube

  • DĂ©bordements Ă  Washington : Les rĂ©seaux sociaux responsables ?

    Si le prĂ©sident des États-Unis, par sa rhĂ©torique conspirationniste et ses attaques rĂ©pĂ©tĂ©es contre la lĂ©gitimitĂ© de l’élection amĂ©ricaine, a une grande responsabilitĂ© dans les dĂ©bordements des manifestants – pour beaucoup ses supporters – Ă  Washington, qu'en est-il des gĂ©ants du Net qui ne manquent pas de le condamner ?

    Les rĂ©seaux sociaux ont-ils une part de responsabilitĂ© dans l’invasion du Capitole, Ă  Washington le 6 janvier 2021, par des manifestants – pour l’écrasante majoritĂ© d’entre eux – Pro-Trump ?

    C’est ce que pointent du doigt plusieurs mĂ©dias amĂ©ricains, Ă©voquant une campagne de rassemblement largement permise et organisĂ©e via Twitter, Facebook ou YouTube mais aussi plusieurs rĂ©seaux sociaux d’extrĂȘme droite comme Parler ou Qanon, alors mĂȘme que Facebook, Twitter, Instagram ont dĂ©cidĂ© de suspendre l’activitĂ© des comptes de Donald Trump Ă  la suite des dĂ©bordements.

    « Nous voyons un important volume [d’une violente] rhĂ©torique en ligne. Et nous voyons cette rhĂ©torique - alimentĂ©e par les suspicions de fraudes Ă©lectorales de Donald Trump – Ă  travers l’ensemble des rĂ©seaux sociaux Â», a indiquĂ© Daniel Jones, prĂ©sident de l’organisation Advance Democracy, auprĂšs de USA Today.

    Sur certains des réseaux sociaux et sites les plus acquis à Donald Trump comme TheDonald.win, 80 % des messages appelaient à la violence, rappelle USA Today.

    Peu de contrĂŽle

    Alors mĂȘme que certains rĂ©seaux sociaux ont pris des mesures contre la rhĂ©torique conspirationniste de Trump, comme la suppression de toute vidĂ©o remettant en cause l’issue de l’élection par YouTube en dĂ©cembre ou l’inscription d’une mention d’alerte sur Twitter, pour maintenir la vĂ©ritĂ©, certains journalistes s’interrogent sur le peu de contrĂŽle pratiquĂ© par ces entreprises.

    « Quelle vĂ©ritĂ© ? Celle objective de la dĂ©faite de Trump lors de l’élection prĂ©sidentielle de 2020 ? Ou celle, rĂ©alitĂ© alternative, trop longtemps soutenue par Twitter, Facebook, Youtube et autres ? Â», Ă©crit Ryan Mac, journaliste chez BuzzFeed, en rĂ©fĂ©rence Ă  un tweet de Trump oĂč celui-ci demandait que « les États-Unis demandent la vĂ©ritĂ© Â» aprĂšs les rĂ©sultats de l’élection.

    Twitter et Facebook ont rĂ©guliĂšrement Ă©tĂ© au cƓur de controverses quant Ă  leur gestion des donnĂ©es des utilisateurs et aux dangers de leur service face Ă  une population n’étant soumise qu’à des informations traitĂ©es pour satisfaire et confirmer leurs opinions et vision du monde.

  • Donald Trump lance un blog trĂšs inspirĂ© de Twitter

    Banni des principales plateformes d’expression pour incitation Ă  la haine en janvier dernier, l’ancien prĂ©sident des États-Unis vient d’ouvrir son propre site, un blog fortement inspirĂ© de Twitter.

    «En des temps de silence et de mensonge. Un phare pour la libertĂ© s’élĂšve. Un lieu pour s’exprimer librement,» avertit une courte vidĂ©o de 30 secondes publiĂ©e pour le lancement du site du banni le plus cĂ©lĂšbre des rĂ©seaux sociaux.

    L’ancien prĂ©sident des États-Unis Donald J. Trump a ouvert son nouveau site « From The Desk Of Donald Trump Â», mardi 4 mai, quelques mois aprĂšs avoir Ă©tĂ© banni de plusieurs plateformes telles que Twitter, Facebook ou YouTube pour incitation Ă  la haine Ă  la suite des dĂ©bordements du Capitole, Ă  Washington, le 6 janvier dernier. Le site est un blog fortement inspirĂ© de Twitter et rassemblant de courts messages de Donald Trump, dans son style caractĂ©ristique trĂšs agressif et vindicatif.

    Son lancement est intervenu Ă  la veille d’une rĂ©union du conseil de surveillance de Facebook pour statuer sur la rĂ©introduction de sa page, ce mercredi, sans qu’aucun lien n’ait Ă©tĂ© Ă©tabli pour le moment.

    TrÚs inspiré de Twitter

    Si le lancement du blog a Ă©tĂ© officiellement lancĂ© mardi 4 mai, le premier message postĂ© date du 24 mars. Le blog prend la forme d’un infinite scroll oĂč sont compilĂ©s tous les messages de Donald Trump, Ă  la maniĂšre de Twitter. Comme Ă  son habitude, Donald Trump continue ses attaques contre la « cancel culture Â», les DĂ©mocrates et l’issue de l’élection prĂ©sidentielle.

    Il est possible de liker chaque message et de les republier sur Facebook ou Twitter mais, majeure diffĂ©rence avec l’oiseau bleu, il est impossible de commenter. Pour un « lieu pour s’exprimer librement Â», on repassera.

    Reste que Twitter pourrait Ă©galement suspendre tout retweet issu du site de Donald Trump si le « seul but est de remplacer un compte dĂ©jĂ  suspendu Â», un porte-parole de l’entreprise a confiĂ© Ă  Politico. Twitter s’était dĂ©jĂ  attelĂ© Ă  la tĂąche en suspendant plusieurs comptes de proches de Trump s'Ă©tant chargĂ©s de republier ses contenus.

    From the Desk of Donald J. Trump | Donald J. Trump (donaldjtrump.com)
  • Donald Trump privĂ© de YouTube pour les sept prochains jours

    La plateforme YouTube, propriété de Google, a suspendu la publication de vidéos du compte de Donald Trump pour les sept prochains jours, au moins.

    Une nouvelle entreprise de la Big Tech a intensifié sa guerre contre Donald Trump alors que les suspensions de ses activités sur le Net par plusieurs acteurs comme Twitter ou Facebook se sont multipliées au cours des derniers jours.

    YouTube a annoncĂ© suspendre les activitĂ©s du compte Donald J Trump, le compte officiel du prĂ©sident des États-Unis, pour les sept prochains jours au moins, rapportent plusieurs mĂ©dias mardi 12 janvier, au motif que les contenus de certaines vidĂ©os publiĂ©es au cours des derniers jours incitent Ă  la violence.

    « AprĂšs vĂ©rification et Ă  la lumiĂšre d’inquiĂ©tudes sur de possibles violences, nous avons retirĂ© tout nouveau contenu tĂ©lĂ©chargĂ© par la chaĂźne de Donald J Trump pour violation de nos politiques », a justifiĂ© l’entreprise dans un communiquĂ© citĂ© par BBC News.

    YouTube a également précisé avoir désactivé définitivement la section commentaires du compte.

    8 nouvelles vidéos depuis l'attaque du Capitole

    La dĂ©cision de l’entreprise fait suite aux pressions de plusieurs organisations de lutte pour les droits civiques aux États-Unis qui ont menacĂ© de boycotter YouTube si aucune dĂ©cision n’était prise Ă  l’égard de sa chaĂźne, a rapportĂ© Reuters.

    YouTube est la derniĂšre grosse entreprise des GAFA Ă  prendre une telle dĂ©cision concernant les activitĂ©s de Donald Trump aprĂšs les suspensions - temporaires ou dĂ©finitives – prises par Facebook ou encore Twitter.

    La chaĂźne YouTube de Donald Trump a publiĂ© pas moins de huit vidĂ©os depuis l’attaque du Capitole, Ă  Washington par des supporters Pro-Trump le 6 janvier 2021, dont une oĂč le prĂ©sident accuse les entreprises de la Big Tech d’avoir fait « une grosse erreur Â» en le bloquant.

  • La FTC enquĂȘte sur la collecte de donnĂ©es par les rĂ©seaux sociaux et les plateformes vidĂ©o

    Le rĂ©gulateur amĂ©ricain du commerce vient de sommer Amazon, ByteDance, Discord, Facebook, Reddit, Snapchat, Twitter, WhatsApp et YouTube de clarifier leurs pratiques sur la collecte et le traitement des donnĂ©es personnelles de leurs utilisateurs. L’enquĂȘte de la FTC entend comprendre comment les activitĂ©s de ces plateformes influencent les AmĂ©ricains, notamment les mineurs. 

    Les pratiques des plateformes numĂ©riques quant aux donnĂ©es de leurs utilisateurs font souvent l’actualitĂ©, qu’il s’agisse de scandales ponctuels ou de rĂ©flexions sur le long terme sur leur influence. Et frĂ©quemment les rĂ©gulateurs se penchent sur ce que ces gĂ©ants font de nos donnĂ©es. La FTC entre dans la danse en ordonnant une vaste enquĂȘte visant Amazon, ByteDance, Discord, Facebook, Reddit, Snapchat, Twitter, WhatsApp et YouTube. L’autoritĂ© amĂ©ricaine de la concurrence explique vouloir mener des â€œĂ©tudes de grande envergure”, sans avoir en tĂȘte de faire appliquer une loi spĂ©cifique ou de sanctionner ces neufs gĂ©ants. 

    La FTC exige d’eux qu’ils l’informent quant Ă  la maniĂšre dont ils collectent et utilisent les donnĂ©es personnelles de leurs utilisateurs, comment ces donnĂ©es sont exploitĂ©es dans le cadre de campagnes publicitaires ou d’engagement des utilisateurs et surtout quels effets ont ces pratiques sur les enfants et les adolescents. Le rĂ©gulateur s’intĂ©resse en particulier aux techniques dĂ©terminant quels publicitĂ©s et contenus sont prĂ©sentĂ©s aux consommateurs et sur l’application d’algorithmes et l’analyse de ces donnĂ©es. 

    Quel impact des réseaux sociaux sur nos comportements ?

    Objectif : comprendre comment fonctionnent ces plateformes et quel est leur impact sur les comportements des AmĂ©ricains, notamment les jeunes. “MalgrĂ© leur rĂŽle central dans notre vie quotidienne, les dĂ©cisions que prennent les principales plateformes en ligne concernant les consommateurs et leurs donnĂ©es restent secrĂštes” expliquent trois des membres de la FTC dans un communiquĂ©. “Les questions critiques sur les modĂšles commerciaux, les algorithmes, la collecte et l'utilisation des donnĂ©es sont restĂ©es sans rĂ©ponse”.

    Le champ des informations demandĂ©es au neufs plateformes est particuliĂšrement large, couvrant de nombreuses mĂ©triques (nombre d’utilisateurs, activitĂ©s, outils utilisĂ©s, etc.). “La FTC veut comprendre comment les modĂšles commerciaux influencent ce que les AmĂ©ricains entendent et voient, avec qui ils parlent et quelles informations ils partagent” poursuivent Rohit Chopra, Rebecca Slaughter et Christine Wilson.

  • Trump lance Truth Social, le rĂ©seau social de son nouveau mĂ©dia

    Le média a annoncé le lancement de Truth Social, un réseau social qui veut "se lever face à la tyrannie des Big Tech". Fusionné avec Digital World Acquisition Corp. et listé au Nasdaq, TMTG est évalué à 1,7 milliard de dollars.
  • Twitter et Facebook suspendent les comptes de Donald Trump

    Les géants du Net ont suspendu temporairement les comptes de Donald Trump, citant plusieurs violations à leur politique à la suite de propos encourageants les débordements devant le Capitole américain, à Washington, mercredi 6 janvier.

    L’homme le plus puissant au monde ne peut actuellement plus s’exprimer sur plusieurs de ses comptes sur les rĂ©seaux sociaux.

    Twitter, Facebook et Instagram ont unilatĂ©ralement dĂ©cidĂ© de suspendre temporairement chacun des comptes du PrĂ©sident des États-Unis, mercredi 6 janvier, aprĂšs que plusieurs de ses propos aient Ă©tĂ© jugĂ©s comme ayant enfreint leurs politiques.

    Ils font référence aux propos tenus aux travers de tweets, posts ou vidéos par Donald Trump appelant les manifestants à se rendre devant le Capitole, à Washington, pour interrompre la certification de la victoire de Joe Biden par ses membres, le 6 janvier, ainsi que son refus de reconnaßtre la victoire électorale de ce dernier.

    Blocage dans l'attente du retrait

    « A la suite des violences sans prĂ©cĂ©dents Ă  Washington D.C, nous avons retirĂ© trois tweets du compte de Donald Trump pour violations sĂ©vĂšres et rĂ©pĂ©tĂ©es de notre politique d’intĂ©gritĂ© civique. [
] Cela suppose la blocage de ce compte pour les prochaines 12h Ă  la suite de la suppression de ces tweets. Le compte restera bloquĂ© tant qu’ils ne seront pas retirĂ©s Â», a d’abord indiquĂ© le compte Twitter Safety dans un thread.

    Twitter a mĂȘme ajoutĂ© que toute nouvelle infraction Ă  sa politique entraĂźnerait une suspension dĂ©finitive.

    « Nous avons dĂ©terminĂ© deux violations de notre politique sur la page de Donald Trump provoquant une suspension de 24 heures et l’empĂȘchant ainsi de poster sur la plateforme durant cette pĂ©riode Â», a communiquĂ© le compte Facebook Newsroom sur Twitter un peu plus tard dans la journĂ©e. Une suspension similaire a Ă©tĂ© prise par Instagram, propriĂ©tĂ© de Facebook.

    Dans le mĂȘme temps, YouTube a dĂ©cidĂ© de retirer une vidĂ©o de Donald Trump appelant les manifestants Ă  rentrer chez eux tout en continuant Ă  nier le rĂ©sultat de l’élection prĂ©sidentielle, a confirmĂ© le journal The Verge. Ces propos vont Ă  l’encontre d’une politique prise par l’entreprise en dĂ©cembre 2020 qui vise Ă  supprimer toute vidĂ©o remettant en cause l’issue de l’élection prĂ©sidentielle amĂ©ricaine.


    Mise Ă  jour du 7 janvier 17h

    Mark Zuckerberg annonce le blocage des comptes Facebook et instagram du président "indéfiniment".

    Nous pensons que les risques de permettre au président de continuer à utiliser nos services pendant cette période sont tout simplement trop grands. Par conséquent, nous étendons le blocage que nous avons placé sur ses comptes Facebook et Instagram indéfiniment et pendant au moins les deux prochaines semaines jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit terminée.

  • VidĂ©os Ă©lections US : YouTube va faire le grand mĂ©nage

    Seront karchĂ©risĂ©es toutes les vidĂ©os suggĂ©rant que des fraudes Ă©lectorales ont influencĂ© le rĂ©sultat de l’élection amĂ©ricaine. La dĂ©cision de l’entreprise amĂ©ricaine survient au lendemain de la fin du « safe harbor », pĂ©riode oĂč toute contestation juridique des rĂ©sultats Ă©lectoraux de chaque État est encore contestable.

    Si vous pensez que Donald Trump est la victime d’un vaste systĂšme de fraude Ă©lectorale l’ayant empĂȘchĂ© d’ĂȘtre rĂ©Ă©lu prĂ©sident des États-Unis et souhaitez rendre plus visible cette thĂšse, il vous faudra vous passer du premier hĂ©bergeur de vidĂ©os en ligne pour faire entendre votre opinion.

    DĂšs le 9 dĂ©cembre 2020, YouTube a pris la dĂ©cision de supprimer toute vidĂ©o remettant en cause l’issue de l’élection prĂ©sidentielle amĂ©ricaine Ă  la suite de fraudes Ă©lectorales massives, a indiquĂ© l’entreprise sur son blog officiel, le 9 dĂ©cembre 2020.« [DĂšs aujourd’hui], nous supprimerons tout contenu prĂȘtant Ă  confusion en suggĂ©rant que de vastes fraudes ou erreurs ont changĂ© le rĂ©sultat de l’élection amĂ©ricaine de 2020, en accord avec notre approche vis-Ă -vis des prĂ©cĂ©dentes Ă©lections prĂ©sidentielles amĂ©ricaines », a rĂ©digĂ© l’entreprise sur son blog.

    Pas de bug informatique massif

    L’entreprise cite comme exemple de vidĂ©o susceptible d’ĂȘtre bannie celle soutenant l’idĂ©e qu’un candidat a remportĂ© l’élection aprĂšs un bug informatique massif ou une erreur dans le recomptage des voix, deux thĂ©ories Ă©voquĂ©es et relayĂ©es sans relĂąche par Donald Trump depuis que la trĂšs grande majoritĂ© des mĂ©dias amĂ©ricains ont dĂ©clarĂ© Joe Biden vainqueur.

    YouTube a officialisĂ© sa dĂ©cision au lendemain de la fin du « safe harbor », la date limite pour dĂ©poser un recours en justice et remettre en cause juridiquement l’issue d’un scrutin dans n’importe quel États amĂ©ricains. Donald Trump ainsi que le parti rĂ©publicain ont dĂ©pensĂ© prĂšs de 200 millions de dollars en procĂ©dures juridiques contre le rĂ©sultat du scrutin, rapporte la BBC.

    L’entreprise de San Bruno a Ă©galement motivĂ© sa dĂ©cision aprĂšs que de nombreuses personnes se soient tournĂ©es vers la plateforme pour connaĂźtre l’issue de l’élection, rappelant que 88 % des 10 vidĂ©os les plus vues traitant de l’élection prĂ©sidentielle provenaient de mĂ©dias faisant autoritĂ©.

  • YouTube se met au short !

    Le réseau social de partage de vidéos annonce un outil de création de vidéos au format court depuis un appareil mobile.

    La version bĂȘta de YouTube Shorts sera disponible pour tous les utilisateurs en France d’ici ce mercredi 14 juillet dans le cadre de son dĂ©ploiement international en cours dans plus de 100 pays, notamment d’Europe, du Moyen Orient et d’Afrique. DĂ©jĂ  lancĂ© en Inde, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans certains pays d’AmĂ©rique latine, YouTube Shorts suscite dĂ©jĂ  6,5 milliards de vues quotidiennes dans le monde.

    Une nouvelle fonction Remix permet de reprendre des extraits audio de vidĂ©os YouTube, ou encore la possibilitĂ© d’ajouter du texte, des filtres ou des sous-titres automatiques.

    L'Ă©cran de reprise de son dans YouTube Shorts.