REvil

  • Bitdefender offre le déchiffreur pour REvil

    En sommeil depuis juillet, le ransomware REvil pourrait bientôt opérer son grand retour. Bitdefender prend les devants en fournissant

  • Kaseya dément fermement avoir payé une rançon

    L’éditeur, victime comme bon nombre de ses clients d’un ransomware, a obtenu la semaine dernière une clé de déchiffrement. Immédiatement on a soupçonné que Kaseya avait cédé aux exigences de REvil, ce que l’entreprise nie en bloc.  

  • Kaseya dément fermement avoir payé une rançon

    L’éditeur, victime comme bon nombre de ses clients d’un ransomware, a obtenu la semaine dernière une clé de déchiffrement. Immédiatement on a soupçonné que Kaseya avait cédé aux exigences de REvil, ce que l’entreprise nie en bloc.  

  • Le FBI a-t-il fait tomber REvil ?

    La semaine dernière, le groupe de ransomware REvil se faisait pirater. La compromission de son infrastructure obligeait le groupe à passer hors ligne. On pensait à la vengeance d’un affilié mécontent mais, à en croire Reuters, il s’agit d’une opération menée par plusieurs Etats.

  • Le FBI a-t-il fait tomber REvil ?

    La semaine dernière, le groupe de ransomware REvil se faisait pirater. La compromission de son infrastructure obligeait le groupe à passer hors ligne. On pensait à la vengeance d’un affilié mécontent mais, à en croire Reuters, il s’agit d’une opération menée par plusieurs Etats.

  • Le FBI ne s’est pas hâté à aider les victimes de REvil

    Entre le moment où le FBI a obtenu la clé de déchiffrement de REvil, et celui où il a fourni cette clé aux victimes, trois semaines se sont écoulées. Trois semaines lors desquelles les victimes ont dépensé des millions de dollars en récupération de données.

  • Le FBI ne s’est pas hâté à aider les victimes de REvil

    Entre le moment où le FBI a obtenu la clé de déchiffrement de REvil, et celui où il a fourni cette clé aux victimes, trois semaines se sont écoulées. Trois semaines lors desquelles les victimes ont dépensé des millions de dollars en récupération de données.

  • Revil pris à son propre piège

    Après Kaseya, le groupe s’était fait discret, avant de revenir en septembre. Mais, un peu trop pressé de doubler ses affiliés, Revil a été « hacké Â», un tiers prenant le contrôle de son « site vitrine Â» et de son portail de paiement. Un coup de Trafalgar qui devrait mettre un coup d’arrêt au groupe, mais pas à son ransomware.

  • Revil s'est fait hacker

    Après Kaseya, le groupe s’était fait discret, avant de revenir en septembre. Mais, un peu trop pressé de doubler ses affiliés, Revil a été « hacké Â», un tiers prenant le contrôle de son « site vitrine Â» et de son portail de paiement. Un coup de Trafalgar qui devrait mettre un coup d’arrêt au groupe, mais pas à son ransomware.