Ivanti

  • DoublĂ© d’Ivanti, qui s’empare de MobileIron et de Pulse Security

    L’éditeur de logiciels renforce sa branche cybersĂ©curitĂ© en rachetant coup sur coup deux Ă©toiles montantes du secteur, MobileIron et Pulse Secure. A l’aide des solutions de sĂ©curisation de parcs mobiles du premier et de celles Zero Trust du second, Ivanti compte bien profiter du boom du tĂ©lĂ©travail pour devenir le champion de la gestion du poste de travail.  

    Ivanti est quelque peu touche-Ă -tout : ITSM, supply chain, sĂ©curitĂ©, gestion du poste de travail... L’entreprise de Salt Lake City, nĂ©e du rachat par le fonds Clearlake de Landesk en janvier 2017, a rĂ©cemment reçu le soutien financier d’un autre investisseur, TA Capital. Et c’est forte de ce nouvel investissement qu’Ivanti s’en est allĂ© faire ses emplettes. Et c’est sur le secteur de la cybersĂ©curitĂ© qu’il a jetĂ© son dĂ©volu.

    D’abord en mettant la main pour 872 millions de dollars sur MobileIron. Cette jeune pousse est spĂ©cialisĂ©e dans la protection des parcs mobiles des entreprises, qu’il s’agisse de l’intĂ©gration des nouveaux appareils, des accĂšs en mode conditionnel, de l’application de rĂšgles de sĂ©curitĂ© Ă  l’ensemble d’une flotte ou encore de la dĂ©tection et Ă©limination des menaces. En bref, un portefeuille de services complet qui faisait encore dĂ©faut Ă  Ivanti.  

    Vient ensuite Pulse Secure, dont l’éditeur fait l’acquisition pour un montant non dĂ©voilĂ©. Lui oeuvre plutĂŽt dans la sĂ©curisation des accĂšs aux [...]

  • DoublĂ© d’Ivanti, qui s’empare de MobileIron et de Pulse Security

  • Ivanti crĂ©e une nouvelle chimie pour Neurons

    Ivanti met les bouchées doubles pour renforcer les fonctions de sa plateforme Neurons et sa vision de l'hyper automatisation via un nouveau rachat et une intégration avec Cloud MobileIron.

    Ivanti est arrivé à un accord pour reprendre Cherwell, un éditeur de logiciels de gestion des services IT. Fondée en 2000, Cherwell a son siÚge aux USA et développe des logiciels pour l'expérience de services à travers l'ensemble d'une organisation. La société a aussi une présence au Royaume-Uni, en Allemagne et en Australie. Si aucun détail sur la transaction n'a transpiré, Ivanti a annoncé continuer à supporter les deux platesformes de gestion des services et annonce la plan de faire converger les meilleures fonctions de chaque plateforme.

    L'idée de cette acquisition est de connecter les éléments de la plateforme d'automatisation d'Ivanti : la gestion des terminaux, leur sécurité et les fonctions d'auto-remédiation et de gestion des services pour fournir une vision globale sur l'ensemble dans un contexte sécurisé.

    Une vue de l'outil de création de workflows dans Neurons.

    Une verticalisation dans la santé

    Par ailleurs, Ivanti s'intĂšgre dĂ©sormais au Cloud MobileIron, offrant aux entreprises une console unique pour l'auto-rĂ©paration et l'auto-sĂ©curisation des appareils et le self-service des utilisateurs finaux. Avec un nouveau module complĂ©mentaire de cartographie des services d'application pour Ivanti Neurons for Discovery, les Ă©quipes informatiques peuvent analyser et attĂ©nuer les risques associĂ©s aux changements, et accĂ©lĂ©rer la rĂ©cupĂ©ration aprĂšs des arrĂȘts imprĂ©vus.

    Avec cette nouvelle possibilitĂ© Ivanti annonce Ivanti Neurons for Healthcare, qui amĂ©liore la visibilitĂ© des appareils IoT mĂ©dicaux et permet aux Ă©quipes de sĂ©curitĂ© de dĂ©tecter et corriger, de maniĂšre proactive, toute vulnĂ©rabilitĂ©. Ivanti Neurons for Healthcare offre une visibilitĂ© complĂšte sur les terminaux mĂ©dicaux, les appareils IoT et les donnĂ©es en exploitant et en analysant intelligemment les appareils, avec Ă©valuation des risques, signalement des menaces et rĂ©conciliation des informations via les sources de donnĂ©es.

    Les clients du Cloud MobileIron peuvent dĂ©sormais se connecter Ă  Ivanti Neurons pour dĂ©couvrir, gĂ©rer et sĂ©curiser les appareils dans leur parc informatique et lancer facilement des actions automatisĂ©es telles que le verrouillage, la suppression ou la rĂ©initialisation d'un appareil sans changer de console.

    Les clients peuvent Ă©galement acheter un nouveau module complĂ©mentaire pour Ivanti Neurons for Discovery, fournissant une cartographie automatisĂ©e des services d'application, afin d'aider les Ă©quipes informatiques Ă  identifier les causes initiales des incidents et Ă  restaurer rapidement la disponibilitĂ© des services. La cartographie des services offre des reprĂ©sentations visuelles dynamiques des relations entre l'infrastructure informatique, les dĂ©pendances d'applications, les services commerciaux et les processus ITSM.

  • Ivanti renforce la chasse aux vulnĂ©rabilitĂ©s sur les endpoints

    L’éditeur spĂ©cialisĂ© dans l’automatisation des opĂ©rations IT met Ă  jour son outil Unified Endpoint Manager en le dotant de nouvelles capacitĂ©s en termes de sĂ©curitĂ©. Au menu, analyse des vulnĂ©rabilitĂ©s et automatisation de l’application des correctifs. S’y ajoutent de nouvelles fonctions pour les appareils Apple et pour Linux.  Ivanti annonce de nouvelles fonctions pour sa solution de gestion des endpoints Unified Endpoint Manager. Il s’agit en premier lieu d’apporter des outils renforçant la protection du poste client, avec dĂ©sormais l’analyse des vulnĂ©rabilitĂ©s sans agent et l’automatisation des correctifs. S’y ajoutent une mise Ă  jour des outils de contrĂŽle Ă  distance avec (enfin) un mode plein Ă©cran et la possibilitĂ© de passer d'une application Ă  l'autre Ă  l’aide d’un raccourci clavier, deux fonctionnalitĂ©s qui viendront simplifier la gestion d’un parc d’appareils par les administrateurs.  La gestion des terminaux sous iOS et MacOS a droit Ă  une amĂ©lioration avec l’ajout notamment du support du portail iOS et “la possibilitĂ© d'activer ou de supprimer le verrou d'activation, l'inscription MDM des terminaux sous iOS par code QR, la possibilitĂ© de rĂ©initialiser l'agent EPM Ă  l'aide d'un paquet MDM et la prise en charge simplifiĂ©e du service APNS (Apple Push Notification Service)”. Linux n’est pas oubliĂ©, puisque Ivanti renforce les fonctions de gestion Ă  distance des terminaux sous Linux de sorte Ă  pouvoir se passer de VPN, mais aussi de planifier l'inventaire, la gestion de la distribution de logiciels et l'intĂ©gration avec Ivanti Patch Manager. 

    Mac, Windows, iOS, Android et Linux

    “Les derniĂšres versions de nos solutions Unified Endpoint Manager et User Workspace Manager simplifient encore l'expĂ©rience de gestion IT, tout en fournissant un support robuste pour les terminaux de tous types, en les sĂ©curisant et en les contrĂŽlant, peu importe oĂč et comment ils accĂšdent aux donnĂ©es de l'entreprise - le tout Ă  partir d'une seule et mĂȘme console intuitive” indique dans un communiquĂ© Alan Braithwaite, directeur du product management chez Ivanti.  A noter que User Workspace Manager a lui aussi droit Ă  quelques nouveautĂ©s pour les postes sous Windows, avec un concepteur de menu DĂ©marrer, la synchronisation des paramĂštres sur VPN, des fonction de demande d'Ă©lĂ©vation des privilĂšges, la redirection d'URL pour le navigateur Edge ou encore la prise en charge du proxy Web authentifiĂ©. L’ensemble de ces nouvelles fonctionnalitĂ©s sont d’ores et dĂ©jĂ  disponibles.
  • Les RSSI revoient leurs prioritĂ©s

    Une étude du cabinet Vanson Bourne sponsorisée par Ivanti indique que les RSSI ont revu leurs priorités et que les appareils mobiles sont devenus le point central de leurs stratégies de cybersécurité.

    PrÚs de neuf RSSI interrogés sur dix (87 %) conviennent que les appareils mobiles sont devenus le point central de leurs stratégies de cybersécurité, et quatre RSSI sur cinq (80 %) déclarent que les mots de passe ne sont plus un moyen efficace pour protéger les données des entreprises, car les pirates informatiques ciblent de plus en plus les travailleurs à distance et les appareils mobiles.

    Sur 400 RSSI dans toute la région EMEA, 82 % des personnes sondées s'accordent à dire que le travail à distance a accéléré la disparition du périmÚtre réseau traditionnel, et a par la suite donné lieu à une foule de nouveaux défis en matiÚre de sécurité informatique. Aujourd'hui, les principaux défis auxquels les RSSI sont confrontés consistent à s'assurer que seuls les utilisateurs, les appareils, les réseaux et les applications fiables peuvent accéder aux données de l'entreprise. PrÚs de la moitié (45 %) des personnes interrogées indique que les employés utilisant un WiFi non sécurisé pour accéder aux ressources de l'entreprise constituaient l'un des principaux défis en matiÚre de sécurité informatique pendant la pandémie.

    Terminaux personnels, apps non autorisées...

    Deux cinquiÚmes (40 %) des RSSI citent les employés utilisant leurs terminaux personnels pour accéder aux données de l'entreprise comme un des principaux défis en matiÚre de sécurité informatique. Un tiers (33 %) des personnes interrogées indique que les employés utilisant des applications non autorisées pour accéder aux données de l'entreprise constituaient un des principaux défis en matiÚre de sécurité informatique.

    93 % des RSSI déclarent avoir mis en place des solutions efficaces pour permettre le passage inattendu au travail à distance au début de la pandémie, Presque tous (92 %) déclarent également avoir besoin de mesures de sécurité informatique supplémentaires pour mieux permettre aux travailleurs à distance de faire face au nouveau paysage des menaces mobiles.

    Pour l'avenir, prÚs des deux tiers (64 %) des RSSI prévoient d'investir dans des logiciels de détection des menaces mobiles. Plus de la moitié (58 %) indiquent que l'amélioration de l'expérience des utilisateurs, l'amélioration de l'authentification des applications à distance (57 %) et le déplacement des applications professionnelles critiques vers le Cloud (52 %) seront les principales priorités cette année.

    Vous pouvez trouver l'Ă©tude sur le site ici.

  • Les RSSI revoient leurs prioritĂ©s