Equinix

  • Equinix en toute amitiĂ©

    Equinix construit à Bruges en Gironde un centre de données qui va accueillir le point de terminaison du cùble sous-marin AMITIE.

    En partenariat avec Orange et les membres du consortium AMITIE, Equinix construit un centre de donnĂ©es de 3000 mÂČ de salles blanches Ă  Bruges dans la banlieue bordelaise. Il va accueillir le point de terminaison du cĂąble sous-marin AMITIE qui relie les cĂŽtes amĂ©ricaines (Massachusetts) Ă  la cĂŽte d'argent en atterrissant au Porge et Ă  Bude en Angleterre. Ce rĂ©seau de fibre optique est d'une longueur totale de 6800 km, embarquant 16 paires de fibre d’une capacitĂ© maximale de 23 Tbit/s chacune et initiĂ© par Facebook. Il sera opĂ©rationnel Ă  compter de dĂ©but 2022. A partir du centre de Bruges, Orange a ouvert trois voies de connexion vers l'Espagne.

    Un centre de données modulaire

    Pour ce centre de donnĂ©es nommĂ© BX 1, Equinix a choisi une conception modulaire. PlutĂŽt que de construire un centre complet, Equinix va dĂ©ployer des modules par tranche. Chaque module dĂ©veloppe une puissance de 1 MW pour parvenir Ă  un total de 6 MW. il sera alimentĂ© entiĂšrement en Ă©nergies renouvelables. La redondance Ă©lectrique est N+N et le refroidissement N+1 Ă  partir de refroidissement Ă  eau et par air ambiant. La configuration d'alimentation de secours est de 3 x 1,250 et 15 x 1,000 kVA de gĂ©nĂ©rateurs diesel. Le sol est constituĂ© par une dalle en bĂ©ton qui supporte 12 kN/mÂČ (KiloNewton), soit 1,2 tonne par mÂČ. Il est reliĂ© Ă  toutes les grandes boucles de connectivitĂ©. Le PUE cible du centre est de 1,2 et propose une disponibilitĂ© Ă  9,99999. Il sera mis en service en juillet prochain avec une inauguration officielle en septembre.

    Le choix de l'attractivité

    Le choix de la région Nouvelle-Aquitaine pour ce centre ne tient pas juste à l'arrivée du cùble AMITIE. Le point d'atterrissage était en discussion et la région de Bilbao, au pays Basque Espagnol avait été évoquée. C'est l'attractivité de la région et son potentiel qui a poussé le projet. Régis Castagné, DG d'Equinix en France précise : "Bordeaux est la 1Úre ville en nombre de création d'entreprises et 1Úre créatrice d'emploi dans le numérique en France". Le centre vise à développer un large écosystÚme régional autour de cette dynamique en apportant un noeud de concentration et de traitement au plus prÚs des besoins. Toujours selon Régis Castagné, d'ici quelques années 60% des ressources réseau seront dédiées à l'Edge (périphérie) pour de nouveaux cas d'usages comme la télémédecine. BX 1 a donc vocation à regrouper en son sein des opérateurs de télécommunications et des fournisseurs de services en ligne (Cloud, SaaS...). Localement, outre les emplois pour construire le centre, BX 1 va générer une cinquantaine d'emplois à temps plein.

    Une vue du futur centre de données de Bruges en Gironde.
  • Equinix fait Paris-Londres Ă  la vitesse de la lumiĂšre

    Le gĂ©ant des datacenters a annoncĂ© aujourd’hui un nouveau projet de cĂąble sous-marin. Les 520 kilomĂštres de cette CrossChannel Fibre reliera par la Manche la France et la Grande-Bretagne d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e.

    La dĂ©faite de l’Angleterre face aux Italiens a peut-ĂȘtre conclu le long et fastidieux processus du Brexit, Equinix compte pourtant bĂątir des passerelles entre l’üle et le continent. Ou plus exactement au fond de la Manche... Le gĂ©ant des datacenters vient en effet d’annoncer un projet de cĂąble sous-marin entre la France et la Grande-Bretagne, le premier projet de ce type en vingt ans assure Equinix.

    Construit par CrossLake Fibre, ce cĂąble de 520 kilomĂštres baptisĂ© CrossChannel Fiber reliera les stations d’atterrissement de Brighton et de Veules-Les-Roses, et ultimement les datacenters Equinix Ă  Courbevoie (PA7) et Ă  Slough, dans la banlieue de Londres (LD4). « Le systĂšme sera Ă©galement connectĂ© Ă  de nombreux rĂ©seaux de cĂąbles voisins, afin d’étendre sa capacitĂ© au-delĂ  du Royaume-Uni et de la France, et mĂȘme de l’Europe Â» prĂ©cise Equinix.

    Sous la Manche

    « GrĂące Ă  ce nouveau cĂąble, les entreprises pourront dĂ©ployer leurs infrastructures informatiques Ă  l’Edge, et profiter d’une interconnexion avec notre vaste Ă©cosystĂšme de prestataires de services» se rĂ©jouit RĂ©gis CastagnĂ©, directeur France d’Equinix. « Avec le lancement rĂ©cent de notre centre BX1 Ă  Bordeaux, cette annonce offre Ă  nos clients et partenaires la possibilitĂ© de transfĂ©rer des donnĂ©es entre Londres et le continent europĂ©en au sens large, tout cela dans des dĂ©lais aussi proches que possible du temps rĂ©el»

    Sans rĂ©pĂ©titeur et dotĂ© d’un double blindage, ce cĂąble enterrĂ© deux mĂštres sous le plancher de la Manche accueillera 96 paires de fibres, Ă  « plus de 20 Tbits par paire de fibres Â» affirme l’opĂ©rateur. La fibre noire est Ă©galement de la partie. Il s’agit de la deuxiĂšme collaboration entre Equinix et l’AmĂ©ricain CrossLake Fibre, et le premier projet europĂ©en pour ce dernier.

    « L’accĂšs direct (depuis CrossChannel) aux Ă©cosystĂšmes d’entreprises hĂ©bergĂ©s par Equinix est un atout considĂ©rable pour les clients de Crosslake Fibre. Ces derniers bĂ©nĂ©ficient en effet d’une connectivitĂ© Ă  faible latence vers des partenaires critiques au sein des principaux centres Ă©conomiques du Royaume-Uni et de France. Cet accĂšs direct attire Ă©galement des entreprises Ă  la recherche d’offres de gros de fibre noire et de bande passante, Ă  l’intĂ©rieur comme Ă  l’extĂ©rieur de ces marchĂ©s Â» Ă©crit Equinix dans son communiquĂ©.

  • Equinix victime d’un ransomware, pas ses clients

    Clients d’Equinix, pas de panique ! Si des titres volontiers alarmistes ont pu vous donner des sueurs froides, sachez que seuls des systĂšmes internes du gĂ©ant des datacenters ont Ă©tĂ© affectĂ©s. Les attaquants exigent une rançon de 4,5 millions de dollars. Les ransomwares n’épargnent personne, pas mĂȘme un spĂ©cialiste des datacenters de la trempe d’Equinix. Le gĂ©ant amĂ©ricain a confirmĂ© cette semaine avoir Ă©tĂ© victime d’un ransomware. Toutefois, n’ajoutons pas d’eau au moulin des marchands de peur : les clients hĂ©bergĂ©s chez Equinix ne sont pas touchĂ©s. Dans son communiquĂ©, l’entreprise prĂ©cise que l’incident “implique un ransomware sur certains de [ses] systĂšmes internes” et que ses datacenters, de mĂȘme que les services managĂ©s qu’il propose, restent “pleinement opĂ©rationnels”. Pas d’inquiĂ©tude Ă  avoir de ce cĂŽtĂ©-lĂ . NĂ©anmoins, si Equinix indique mener l’enquĂȘte, le site Bleeping Computer a eu un aperçu de l’attaque, qu’il attribue Ă  Netwalker. Ce ransomware avait faire parler de lui la semaine derniĂšre, en paralysant la DirecciĂłn Nacional de Migraciones en Argentine. Plus tĂŽt cet Ă©tĂ©, on lui attribuait Ă©galement l’attaque visant le Français Mister Fly.  

    Netwalker profite de l’étĂ©

    Dans le cas prĂ©sent, la note reçue par Equinix, et obtenue par Bleeping Computer, exige une rançon de 4,5 millions de dollars, en bitcoins, somme qui doublera si Equinix ne s’exĂ©cute pas dans le temps imparti. Preuve Ă  l’appui, une capture d’écran des donnĂ©es dĂ©robĂ©es, capture rĂ©vĂ©lant que l’attaque a eu lieu ce week-end et a compromis les bureaux australiens du gĂ©ant.  Les donnĂ©es, d’aprĂšs les noms de dossiers de la capture, relĂšvent en grande partie de rapports financiers et comptables, de documents lĂ©gaux, d’audits, etc. Reste Ă  connaĂźtre le vecteur d’infection et Ă  ce sujet aussi, Bleeping Computer a une piste : des serveurs de bureaux Ă  distance prĂ©cĂ©demment compromis, dont les identifiants et mots de passe sont en vente sur les places de marchĂ© coutumiĂšres des cybercriminels. Or, Ă©trange coĂŻncidence, une forte proportion de ces serveurs sont localisĂ©s en Australie.
  • Equinix victime d’un ransomware, pas ses clients

  • VMware et Equinix Ă©tendent leur partenariat

    Le SD-WAN de VeloCloud, dans le giron de VMware, est maintenant disponible comme une fonction virtuelle de rĂ©seau sur le rĂ©seau de pĂ©riphĂ©rie d’Equinix.La solution de SD-WAN de VeloCloud est maintenant disponible comme une fonction virtuelle sur Equinix Network Edge pour aider les entreprises Ă  gĂ©rer leurs relations de peering avec le fournisseur de services cloud de leur choix Ă  travers Equinix cloud Fabric ou Equinix Marketplace.Par ce biais, les entreprises vont pouvoir dĂ©ployer de nouveaux services virtuels en quelques minutes en pĂ©riphĂ©rie de rĂ©seau avec le choix de leur fournisseur de services tout en rĂ©duisant les coĂ»ts affĂ©rents au dĂ©ploiement de telles solutions de maniĂšre classique.Pour la sĂ©curitĂ©, le service s’appuie sur l’approche SASE de VMware avec un point central et unique d’orchestration par VMware Orchestrator Portal au travers duquel les entreprises peuvent accĂ©der et provisionner les diffĂ©rents Ă©lĂ©ments de protection compris dans la solution SASE de VMware.Photo : vue d'un centre de donnĂ©es Equinix.