Doctolib

  • Emmanuel Macron Ă  VivaTech : « oui, les start-ups crĂ©ent de l’emploi, partout en France »

    Le PrĂ©sident de la RĂ©publique s’est rendu hier au salon Viva Technology, une habitude depuis 2017. Il y a notamment dĂ©fendu le succĂšs de la French Tech dans un discours Ă  « l’optimisme prudent Â».

    C’est dĂ©sormais une habitude pour le PrĂ©sident de la RĂ©publique qui s’y rend Ă  chaque Ă©dition. Celui qui veut faire de la France une « start-up nation Â» s’est affichĂ© aux cĂŽtĂ©s de celles et ceux qui en sont les principaux acteurs.

    Emmanuel Macron s’est rendu Ă  l’édition 2021 de VivaTech, mercredi 16 juin, oĂč il y a rencontrĂ© les entrepreneurs français de demain et y tenir un discours pendant prĂšs d’une heure dans une pĂ©riode oĂč « un optimisme prudent [est] permis Â». C’est la premiĂšre fois de l’annĂ©e que le PrĂ©sident de la RĂ©publique se rend Ă  un Ă©vĂšnement public maintenant que les restrictions sanitaires commencent Ă  ĂȘtre levĂ©es. L'Ă©dition 2020 avait Ă©tĂ© annulĂ©e pour cause de pandĂ©mie.

    « L'Europe a beaucoup accĂ©lĂ©rĂ© et oui la France est leader Â»

    Au cours d’une sĂ©ance de questions-rĂ©ponses, Emmanuel Macron a dĂ©fendu les succĂšs de la French Tech comme ceux de BlaBlaCar ou Doctolib, s’est fĂ©licitĂ© des levĂ©es de fonds record de l’annĂ©e 2020 ou de « casser les reprĂ©sentations Â» sur une opposition entre « French Tech Â» et « Gilets Jaunes Â».

    « L'Europe a beaucoup accĂ©lĂ©rĂ© et oui la France est leader, c'est une super nouvelle. Il faut ĂȘtre fier, la fiertĂ© rĂ©veille l'ambition et l'ambition, les rĂ©sultats Â» a-t-il notamment dit, dans des propos rapportĂ©s par Les Echos.

    « Depuis 2017, nos start-ups ont bien grandi. Avec elles, ce sont plus d’emplois, plus d’industrie, plus de souverainetĂ© pour la France. Car, contrairement aux idĂ©es reçues, oui, les start-ups crĂ©ent de l’emploi. Partout en France Â», a-t-il rĂ©affirmĂ©, notamment sur Twitter, une fiertĂ© française qui devrait permettre Ă  la France de « sortir du chĂŽmage de masse Â».

  • FIC 2021 : Doctolib et Yes We Hack Ă  la chasse aux bugs

    A quelques mÚtres de l'European Cyber Cup, on chasse les bugs chez Yes We Hack. Un événement festif, débuté mercredi, mais sérieux. Car c'est sur Doctolib qu'une cinquantaine de hunters traquent les vulnérabilités, avec des primes pouvant atteindre 10 000 euros.

  • FIC 2021 : Doctolib et Yes We Hack Ă  la chasse aux bugs

    A quelques mÚtres de l'European Cyber Cup, on chasse les bugs chez Yes We Hack. Un événement festif, débuté mercredi, mais sérieux. Car c'est sur Doctolib qu'une cinquantaine de hunters traquent les vulnérabilités, avec des primes pouvant atteindre 10 000 euros.

  • Vaccination : prise de rendez-vous par doctolib

    La plateforme d'e-santé permet de prendre rendez-vous aux personnes éligibles pour se faire vacciner contre la Covid par l'intermédiaire de sa plateforme.

    Pour rappel, Doctolib propose une plateforme en ligne qui permet aux patients de prendre rendez-vous avec un praticien de santĂ© Ă©quipĂ© du logiciel de l'Ă©diteur avec lequel le praticien gĂšre sa relation avec le patient. La plateforme s'est mobilisĂ©e et a Ă©quipĂ© 670 centres de vaccination qui proposent des rendez-vous de vaccination aux personnes Ă©ligibles. Ces personnes ont ainsi la possibilitĂ© de trouver un centre prĂšs de chez eux en se connectant sur Doctolib ou sur SantĂ©.Fr dĂšs ce matin. A noter que Keldoc et Maiia participent aussi Ă  l'organisation de la campagne de vaccination. 300 employĂ©s de Doctolib sur les 1600 que compte l'entreprise se sont mobilisĂ©s pour rĂ©aliser cette opĂ©ration en moins d'une semaine.     

    Rendez-vous pour les deux vaccinations

    Les personnes Ă©ligibles (+ de 75 ans, professionnels de santĂ© de plus de 50 ans ou personnes atteintes de comorbiditĂ©, patients Ă  hauts risques disposant d'une ordonnance de vaccination prioritaire) peuvent prendre rendez-vous pour eux ou leurs proches aprĂšs une dĂ©claration sur l'honneur qu'ils sont Ă©ligibles. Les rendez-vous pour les deux vaccinations sont pris en mĂȘme temps. Une fois les rendez-vous confirmĂ©s, le patient reçoit un email et un SMS de confirmation et des informations sur la vaccination. Un rappel par les mĂȘmes voies lui est envoyĂ© pour Ă©viter les oublis. De nouveaux centres vont ĂȘtre ajoutĂ©s dans les prochains jours et la plateforme travaille dĂ©jĂ  avec les mĂ©decins libĂ©raux pour prĂ©parer la phase de vaccination dĂ©centralisĂ©e.   

    Une confirmation de rendez-vous sur la plateforme de Doctolib

                                   

  • Vaccination Covid-19 : Doctolib enregistre 2 millions de rendez-vous

    La plateforme a fait ce matin un point d'Ă©tape sur la campagne de vaccination, l’occasion pour Stanislas Niox-Chateau, son patron, d’en dire plus sur le dispositif mis en place pour permettre Ă  1100 centres de vaccinations d’assurer quelque 2 millions de rendez-vous. 

    Antivax, les Français ? Pas Ă  en croire Stanislas Niox-Chateau. Le patron de Doctolib a soulignĂ© ce matin, lors d’une confĂ©rence de presse, « l’engouement Â» de la population. Un engouement qui se retrouve dans les chiffres de la plateforme en ce qui concerne la campagne de vaccination en cours. Alors qu’on comptait hier soir 1,2 million de vaccinĂ©s, Doctolib explique que 2 millions de rendez-vous ont Ă©tĂ© pris dans les quelque 1100 centres qui utilisent sa solution. Attention, il ne s’agit pas de la totalitĂ© des centres de vaccination, Doctolib n’ayant pas de visibilitĂ© sur les centres supportĂ©s par KelDoc et Maiia.

    Alors que d’ici Ă  la fin de la semaine, le gouvernement publiera le nombre de doses disponibles dans chaque centre de vaccination, dans chaque dĂ©partement et dans chaque rĂ©gion, Doctolib entend faire de mĂȘme en communiquant sur les rendez-vous pris et les disponibilitĂ©s, un « enjeu de transparence et de clartĂ© Â» explique Stanislas Niox-ChĂąteau. Des chiffres rĂ©gion par rĂ©gion, et bientĂŽt dĂ©partement par dĂ©partement, qui seront mis Ă  jour quotidiennement promet le directeur gĂ©nĂ©ral de la plateforme e-santĂ©.

    1,2 million de rendez-vous pris les 14 et 15 janvier

    Ainsi, on apprend que la majoritĂ© des rendez-vous ont Ă©tĂ© pris en ligne et lors des deux premiers jours. Les 14 et 15 janvier, 1,2 million de rendez-vous ont Ă©tĂ© pris. Stanislas Niox-Chateau tord d’ailleurs le cou aux idĂ©es reçues quant Ă  la capacitĂ© des personnes concernĂ©es, les 75 ans ou plus, Ă  utiliser les plateformes en ligne, puisque 62% des rendez-vous sont pris via Internet, un chiffre qui grimpe Ă  80% les 14, 15 et 16 janvier.

    Pour autant, cette demande n’a pas surchargĂ© la plateforme, qui a connu pire et dont l’infrastructure est prĂ©vue pour supporter la charge. Quant aux problĂšmes que nous ont rapportĂ© certains lecteurs, Ă  savoir la non rĂ©ception des mails de confirmation, le patron de Doctolib nous explique ne pas avoir eu de retour sur ce sujet, mais que le processus et le back office sont les mĂȘmes que pour toute prise de rendez-vous mĂ©dical classique.

    200 salariés mobilisés

    D’ailleurs, seule a changĂ© la solution cĂŽtĂ© praticien. Le logiciel de gestion destinĂ© aux centres, dĂ©veloppĂ© initialement pour les gĂ©nĂ©ralistes au cas oĂč le gouvernement aurait dĂ©cidĂ© de laisser les mĂ©decins assurer les vaccinations, « est proche du logiciel utilisĂ© par les praticiens, avec quelques spĂ©cificitĂ©s Â». A noter que mĂȘme les rendez-vous pris par tĂ©lĂ©phone passent par l’outil que Doctolib a mis Ă  la disposition des centres.

    Enfin, d’une Ă©quipe d’une cinquantaine de personnes, ce sont dĂ©sormais 200 salariĂ©s de Doctolib qui sont mobilisĂ©s pour cette campagne de vaccination. D’une part une Ă©quipe technique assure les dĂ©veloppements complĂ©mentaires et continus autour du logiciel pour prendre en compte les Ă©volutions (nouveaux vaccins, nouvelles instructions du gouvernement ou des ARS, etc.) et une Ă©quipe de dĂ©ploiement et d'accompagnement auprĂšs des centres dans tous les dĂ©partements chargĂ©e de la gestion des rdv, des tĂąches de secrĂ©tariat ou encore des statistiques.