mercredi 25 avril 2018
 

 

TEST SURFACE : La tablette à tout faire selon Microsoft

par Loïc Duval - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2012 Article Rating

Avec son processeur ARM et son système Windows RT, la tablette Surface n’est définitivement pas un PC Windows. Elle est tout simplement incompatible avec les logiciels Windows… mais pas avec les « apps » du Windows Store ! L’équipement minimal est finalement suffisant. Premier essai prolongé etconvaincant.


Surface constitue une petite révolution pour Microsoft. La tablette concrétise le premier pas de l’entreprise dans sa transformation en fournisseur de « services et devices », puisque c’est ainsi que Steve Ballmer redéfinit lui-même le visage de l’entreprise dans le dernier rapport financier annuel. Certes Microsoft fabriquait déjà du matériel au travers de sa division « Hardware » spécialisée dans les périphériques PC et au travers de la XBox. Mais Surface est un objet bien différent. Il est le premier à faire concurrence directement aux partenaires historiques de l’entreprise: les constructeurs de PC. Pourtant, Surface n’est pas un PC. Pas au sens où l’entendent la plupart des utilisateurs. Car il est basé sur Windows RT. Et, malgré des similitudes marquées avec son grand frère, Windows8, Windows RT n’est pas tout à fait le Windows que l’on connaît et que l’on utilise depuis 27ans… Windows RT est la première version de Windows pour processeur ARM. Dès lors, il est totalement incapable d’exécuter les logiciels Windows traditionnels comme Paint, Photoshop, InDesign, Illustrator, Google Chrome, Firefox, CCleaner, VLC, etc.

Autrement dit, bien que visuellement très similaire à Windows 8, « RT » est tout simplement incompatible avec les logiciels… Windows. Il est en revanche compatible avec les nouvelles « apps » du Windows Store introduit par Windows8. Car Windows RT, s’il dérive du même code source et dispose de la même nouvelle interface tactile, est avant tout un système d’exploitation pour appareils ultramobiles. Il dispose bien d’un Bureau mais on ne peut rien y installer, ce qui en fait une incongruité aux yeux de bien des observateurs, nous y reviendrons.

Un objet unique en son genre

De par le processeur et le système d’exploitation qui la propulsent, Surface est donc un objet bien différent d’un PC, et pas uniquement par son design. C’est une authentique tablette, dans le pur esprit d’un iPad ou d’une tablette Android comme la Nexus 10. Mais elle a un gros « plus » différenciateur : cette tablette sait se transformer en outil productif car elle intègre la suite Office 2013. Ou plus exactement la suite Office 2013 Home and Student qui intègre Word, PowerPoint, Excel et OneNote dans des versions dépourvues de VBA et des macros mais compatibles avec les nouvelles extensions de l’Office Store. On notera un grand absent : Outlook. Celui-ci n’est pas intégré et les utilisateurs devront opter soit pour un accès OWA (Outlook Web Acces) à la messagerie Exchange de leur entreprise, soit pour un accès en EAS (Exchange Active Sync) via le client de messagerie Courrier intégré dans le nouvel univers tactile. En outre, il faut savoir que cette version d’Office ne couvre pas les droits d’utilisation en entreprise qui doivent être acquis séparément au travers des abonnements Office 365 ou Office 2013 Entreprise.

Page 1 de 3 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et AWS ne veut certainement pas avoir l’air d’un imbécile. Changeant son fusil d’épaule, le géant du cloud lance un service de blockchain-as-a-Service permettant de déployer rapidement une blockchain Ethereum ou Hyperledger Fabric sur le cloud Amazon.

La DINSIC a officialisé la messagerie chiffrée d’État évoquée par Mounir Mahjoubi. Développée sur des logiciels open source et sur un standard de communication IP ouvert, elle est actuellement en tests dans les cabinets du Secrétariat d’État au Numérique, de la DINSIC et dans les DSI de quelques ministères.

Malgré les inquiétudes liées à l'usage des données personnelles par les groupes technologiques, Alphabet, maison mère de Google, a vu ses résultats trimestriels continuer à progresser grâce à la publicité mais la hausse des dépenses inquiète les analystes.

Jamais contents, ces actionnaires. En janvier dernier, Carl Icahn et Darwin Deason poussaient Xerox à se vendre. Un accord avait rapidement été trouvé avec FujiFilm. Mais les deux investisseurs considèrent ce rachat honteusement désavantageux pour Xerox, tant et si bien que celui-ci renégocie avec Fujifilm.

Critiqué pour être parfois trop zélé dans la suppression de photos, vidéos ou textes qu'il juge obscènes ou violents, Facebook a promis mardi qu'il serait possible pour les utilisateurs de "faire appel" de ces décisions.

La réglementation européenne en matière de rachat est extrêmement stricte sur toutes les questions de contrôle anti-concentration. Altice, en rachetant Portugal Telecom, n’a pas attendu son feu vert : il est aujourd’hui condamné à une amende de 124,5 millions d’euros.

Le LiFi permet de transmettre des données sur le spectre lumineux, en exploitant le scintillement des lampes LED, selon un principe proche du morse. Jusqu’alors cantonné à des marchés de niche, ce système passe à l’offensive à la conquête du grand public et des entreprises. Tour d’horizon de ses possibilités et de son positionnement par rapport aux autres technos sans fil. Article publié dans L'Informaticien n°165.

L’opération, annoncée en décembre dernier, doit permettre d’intégrer les algorithmes de reconnaissance musicale de Shazam à Apple Music. Mais la Commission ne l’entend pas de cette oreille : elle a ouvert une enquête approfondie sur ce rachat, craignant qu’Apple n’en profite pour désavantager ses concurrents.

Si on donnait à Samsung la primeur du premier smartphone à écran pliable, il semble que son concurrent chinois lui vole la vedette. Huawei pourrait en effet présenter un modèle équipé d’un écran pliable en novembre 2018 là où le Sud-Coréen ne serait prêt qu’en 2019.

La Blockchain des Fréquences, projet piloté par l’ANFR en partenariat avec la startup Blockchain Partner, servira aux utilisateurs des fréquences libres pour signaler leurs usages afin d’éviter les effets de congestions sur une même zone géographique.

Toutes les News