mardi 18 décembre 2018
 

 

TEST SURFACE : La tablette à tout faire selon Microsoft

par Loïc Duval - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2012 Article Rating

Avec son processeur ARM et son système Windows RT, la tablette Surface n’est définitivement pas un PC Windows. Elle est tout simplement incompatible avec les logiciels Windows… mais pas avec les « apps » du Windows Store ! L’équipement minimal est finalement suffisant. Premier essai prolongé etconvaincant.


Surface constitue une petite révolution pour Microsoft. La tablette concrétise le premier pas de l’entreprise dans sa transformation en fournisseur de « services et devices », puisque c’est ainsi que Steve Ballmer redéfinit lui-même le visage de l’entreprise dans le dernier rapport financier annuel. Certes Microsoft fabriquait déjà du matériel au travers de sa division « Hardware » spécialisée dans les périphériques PC et au travers de la XBox. Mais Surface est un objet bien différent. Il est le premier à faire concurrence directement aux partenaires historiques de l’entreprise: les constructeurs de PC. Pourtant, Surface n’est pas un PC. Pas au sens où l’entendent la plupart des utilisateurs. Car il est basé sur Windows RT. Et, malgré des similitudes marquées avec son grand frère, Windows8, Windows RT n’est pas tout à fait le Windows que l’on connaît et que l’on utilise depuis 27ans… Windows RT est la première version de Windows pour processeur ARM. Dès lors, il est totalement incapable d’exécuter les logiciels Windows traditionnels comme Paint, Photoshop, InDesign, Illustrator, Google Chrome, Firefox, CCleaner, VLC, etc.

Autrement dit, bien que visuellement très similaire à Windows 8, « RT » est tout simplement incompatible avec les logiciels… Windows. Il est en revanche compatible avec les nouvelles « apps » du Windows Store introduit par Windows8. Car Windows RT, s’il dérive du même code source et dispose de la même nouvelle interface tactile, est avant tout un système d’exploitation pour appareils ultramobiles. Il dispose bien d’un Bureau mais on ne peut rien y installer, ce qui en fait une incongruité aux yeux de bien des observateurs, nous y reviendrons.

Un objet unique en son genre

De par le processeur et le système d’exploitation qui la propulsent, Surface est donc un objet bien différent d’un PC, et pas uniquement par son design. C’est une authentique tablette, dans le pur esprit d’un iPad ou d’une tablette Android comme la Nexus 10. Mais elle a un gros « plus » différenciateur : cette tablette sait se transformer en outil productif car elle intègre la suite Office 2013. Ou plus exactement la suite Office 2013 Home and Student qui intègre Word, PowerPoint, Excel et OneNote dans des versions dépourvues de VBA et des macros mais compatibles avec les nouvelles extensions de l’Office Store. On notera un grand absent : Outlook. Celui-ci n’est pas intégré et les utilisateurs devront opter soit pour un accès OWA (Outlook Web Acces) à la messagerie Exchange de leur entreprise, soit pour un accès en EAS (Exchange Active Sync) via le client de messagerie Courrier intégré dans le nouvel univers tactile. En outre, il faut savoir que cette version d’Office ne couvre pas les droits d’utilisation en entreprise qui doivent être acquis séparément au travers des abonnements Office 365 ou Office 2013 Entreprise.

Page 1 de 3 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Île-de-France Mobilités a choisi aux termes d’un appel d’offres le groupement composé de Conduent, un spécialiste des solutions de mobilité, et Worldline, la filiale paiements en ligne d’Atos. Ensemble, ils se chargeront de mettre sur pied le futur système informatique central sur lequel reposera le Smart Navigo.

Comme chaque année en septembre, Apple présentait ses nouveaux smartphones, dont l’iPhone Xs. Si le terminal arbore le design de son prédécesseur, l’iPhone X, les évolutions internes, matérielles et logicielles, font toute la différence. Article paru dans L'Informaticien n°172.

La startup cofondée par Bertrand Diard change de main. Ogury, une autre jeune pousse spécialisée dans le marketing, annonce le rachat d’Influans, pour un montant non divulgué. Au menu de cette opération, des algorithmes destinés à automatiser les campagnes marketing.

Le spécialiste de la gestion des données a profité de notre visite dans la vallée pour nous convier à un dîner afin de nous présenter la version 5.0 Andes de sa plate-forme de protection des données. Principales nouveautés de cette version la prise en compte de manière approfondie des environnements critiques d’entreprise et des améliorations de la performance et de la sécurité.

La campagne de propagande menée par la Russie sur les réseaux sociaux avant la présidentielle américaine de 2016 a tenté d'inciter les Noirs à s'abstenir de voter, avant de prendre le procureur spécial Robert Mueller lui-même pour cible après la victoire de Donald Trump, selon des rapports commandés par le Sénat.

Igneous est devenu un habitué de nos visites dans la Silicon Valley. L’entreprise annonce son Acte 2 avec l'ajout de la gestion des données non structurées pour son portefeuille de stockage.

Le projet DragonFly n’est maintenant plus un secret, y compris pour certaines équipes au sein de Google. Notamment le personnel en charge des questions de privacy, qui n’est guère ravi d’avoir été tenu à l’écart du projet quand celui-ci s’appuyait en partie sur l’analyse de requêtes d’internautes chinois. Son coup de gueule aurait mis à mal le développement du moteur de recherche.

L’éditeur de système de fichiers pour le HPC et les entreprises renouvelle ses baies pour optimiser performance et coût de possession pour ses clients.

La France commencera à prélever la taxe sur les géants du numérique Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, etc.) à partir du 1er janvier, sans attendre son adoption au niveau européen, a annoncé ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Et rebelote ! Facebook a une nouvelle fois exposé les données de ses utilisateurs à des développeurs tiers. Cette fois-ci, l’API bugué permettait de récupérer les photos d’un membre du réseau social, y compris les photos non publiées. 6,8 millions de comptes sont affectés.

Toutes les News