samedi 18 novembre 2017
 

 

TEST SURFACE : La tablette à tout faire selon Microsoft

par Loïc Duval - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2012 Article Rating

Avec son processeur ARM et son système Windows RT, la tablette Surface n’est définitivement pas un PC Windows. Elle est tout simplement incompatible avec les logiciels Windows… mais pas avec les « apps » du Windows Store ! L’équipement minimal est finalement suffisant. Premier essai prolongé etconvaincant.


Surface constitue une petite révolution pour Microsoft. La tablette concrétise le premier pas de l’entreprise dans sa transformation en fournisseur de « services et devices », puisque c’est ainsi que Steve Ballmer redéfinit lui-même le visage de l’entreprise dans le dernier rapport financier annuel. Certes Microsoft fabriquait déjà du matériel au travers de sa division « Hardware » spécialisée dans les périphériques PC et au travers de la XBox. Mais Surface est un objet bien différent. Il est le premier à faire concurrence directement aux partenaires historiques de l’entreprise: les constructeurs de PC. Pourtant, Surface n’est pas un PC. Pas au sens où l’entendent la plupart des utilisateurs. Car il est basé sur Windows RT. Et, malgré des similitudes marquées avec son grand frère, Windows8, Windows RT n’est pas tout à fait le Windows que l’on connaît et que l’on utilise depuis 27ans… Windows RT est la première version de Windows pour processeur ARM. Dès lors, il est totalement incapable d’exécuter les logiciels Windows traditionnels comme Paint, Photoshop, InDesign, Illustrator, Google Chrome, Firefox, CCleaner, VLC, etc.

Autrement dit, bien que visuellement très similaire à Windows 8, « RT » est tout simplement incompatible avec les logiciels… Windows. Il est en revanche compatible avec les nouvelles « apps » du Windows Store introduit par Windows8. Car Windows RT, s’il dérive du même code source et dispose de la même nouvelle interface tactile, est avant tout un système d’exploitation pour appareils ultramobiles. Il dispose bien d’un Bureau mais on ne peut rien y installer, ce qui en fait une incongruité aux yeux de bien des observateurs, nous y reviendrons.

Un objet unique en son genre

De par le processeur et le système d’exploitation qui la propulsent, Surface est donc un objet bien différent d’un PC, et pas uniquement par son design. C’est une authentique tablette, dans le pur esprit d’un iPad ou d’une tablette Android comme la Nexus 10. Mais elle a un gros « plus » différenciateur : cette tablette sait se transformer en outil productif car elle intègre la suite Office 2013. Ou plus exactement la suite Office 2013 Home and Student qui intègre Word, PowerPoint, Excel et OneNote dans des versions dépourvues de VBA et des macros mais compatibles avec les nouvelles extensions de l’Office Store. On notera un grand absent : Outlook. Celui-ci n’est pas intégré et les utilisateurs devront opter soit pour un accès OWA (Outlook Web Acces) à la messagerie Exchange de leur entreprise, soit pour un accès en EAS (Exchange Active Sync) via le client de messagerie Courrier intégré dans le nouvel univers tactile. En outre, il faut savoir que cette version d’Office ne couvre pas les droits d’utilisation en entreprise qui doivent être acquis séparément au travers des abonnements Office 365 ou Office 2013 Entreprise.

Page 1 de 3 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Le projet de Laurent Chemla pointe le bout de son nez. Caliopen, agrégateur de messagerie décentralisé et sensible aux questions de vie privée et de confidentialité est passé en version alpha fin octobre et connaît cette semaine sa première mise à jour.

Le OnePlus5 est à peine installé dans les rayons des magasins de téléphonie mobile que le constructeur chinois annonce la commercialisation d’un nouveau modèle pour le 21 novembre. Et force est de constater que le 5T est une copie quasi-conforme, avec le côté « borderless » à la mode en plus.

L’ensemble de failles découvertes dans le protocole Bluetooth affecte très largement l’IoT. Parmi les objets vulnérables, les enceintes connectées. Lesquelles ne permettent pas de désactiver le Bluetooth. Google et Amazon ont réagi en patchant leurs Home et Echo.

Depuis quelques années l’éditeur a mis en place le programme Accelerator qui met en valeur des projets innovants venant d’idées internes. FreshTracks est le dernier projet entrant dans ce programme qui regroupe désormais 10 startup.

A en croire les dépêches et la presse asiatique hier, c’était quasiment joué : Toshiba était entré en négociations avec Asus afin de lui vendre sa branche PC. S’il est tout à fait exact que le constructeur japonais cherche effectivement à vendre ses ordinateurs, il dément aujourd’hui être en discussion avec qui que ce soit.

Tournée vers la technique, la 2ème journée de la conférence CA World’17 a eu pour point d’orgue les annonces produits soit une vingtaine au total. L’analytique est un point commun à tous ces nouveaux produits.

Les nouvelles règles européennes en matière d’e-commerce et de protection des consommateurs inquiètent. En effet, les autorités nationales de protection des consommateurs pourront exiger des FAI le blocage d’un site, sans le garde-fou d’une décision judiciaire.

Un article de L’Usine Nouvelle épingle l’École 42, dont le comportement de certains étudiants à l’égard de leurs camarades féminines est pour le moins déplorable. Mais il ne faut pas pour autant s’imaginer que seule 42 est touchée : le sexisme concerne la filière toute entière.

Le service de cartographie va voir son design évoluer dans les prochaines semaines. Maps affichera alors des informations plus pertinentes, plus visibles : l’objectif est d’améliorer la lisibilité des cartes.

Ils arrivent ! Les PC Windows 10 ARM doivent officiellement débarquer avant le 31 décembre. Mais, depuis l’annonce de Qualcomm en mai, c’est silence radio du côté des constructeurs. Sauf HP, qui laisse fuiter un code produit et une ébauche de configuration.

Toutes les News