vendredi 19 avril 2019
 

 

TEST SURFACE : La tablette à tout faire selon Microsoft

par Loïc Duval - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2012 Article Rating

Avec son processeur ARM et son système Windows RT, la tablette Surface n’est définitivement pas un PC Windows. Elle est tout simplement incompatible avec les logiciels Windows… mais pas avec les « apps » du Windows Store ! L’équipement minimal est finalement suffisant. Premier essai prolongé etconvaincant.


Surface constitue une petite révolution pour Microsoft. La tablette concrétise le premier pas de l’entreprise dans sa transformation en fournisseur de « services et devices », puisque c’est ainsi que Steve Ballmer redéfinit lui-même le visage de l’entreprise dans le dernier rapport financier annuel. Certes Microsoft fabriquait déjà du matériel au travers de sa division « Hardware » spécialisée dans les périphériques PC et au travers de la XBox. Mais Surface est un objet bien différent. Il est le premier à faire concurrence directement aux partenaires historiques de l’entreprise: les constructeurs de PC. Pourtant, Surface n’est pas un PC. Pas au sens où l’entendent la plupart des utilisateurs. Car il est basé sur Windows RT. Et, malgré des similitudes marquées avec son grand frère, Windows8, Windows RT n’est pas tout à fait le Windows que l’on connaît et que l’on utilise depuis 27ans… Windows RT est la première version de Windows pour processeur ARM. Dès lors, il est totalement incapable d’exécuter les logiciels Windows traditionnels comme Paint, Photoshop, InDesign, Illustrator, Google Chrome, Firefox, CCleaner, VLC, etc.

Autrement dit, bien que visuellement très similaire à Windows 8, « RT » est tout simplement incompatible avec les logiciels… Windows. Il est en revanche compatible avec les nouvelles « apps » du Windows Store introduit par Windows8. Car Windows RT, s’il dérive du même code source et dispose de la même nouvelle interface tactile, est avant tout un système d’exploitation pour appareils ultramobiles. Il dispose bien d’un Bureau mais on ne peut rien y installer, ce qui en fait une incongruité aux yeux de bien des observateurs, nous y reviendrons.

Un objet unique en son genre

De par le processeur et le système d’exploitation qui la propulsent, Surface est donc un objet bien différent d’un PC, et pas uniquement par son design. C’est une authentique tablette, dans le pur esprit d’un iPad ou d’une tablette Android comme la Nexus 10. Mais elle a un gros « plus » différenciateur : cette tablette sait se transformer en outil productif car elle intègre la suite Office 2013. Ou plus exactement la suite Office 2013 Home and Student qui intègre Word, PowerPoint, Excel et OneNote dans des versions dépourvues de VBA et des macros mais compatibles avec les nouvelles extensions de l’Office Store. On notera un grand absent : Outlook. Celui-ci n’est pas intégré et les utilisateurs devront opter soit pour un accès OWA (Outlook Web Acces) à la messagerie Exchange de leur entreprise, soit pour un accès en EAS (Exchange Active Sync) via le client de messagerie Courrier intégré dans le nouvel univers tactile. En outre, il faut savoir que cette version d’Office ne couvre pas les droits d’utilisation en entreprise qui doivent être acquis séparément au travers des abonnements Office 365 ou Office 2013 Entreprise.

Page 1 de 3 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Pour s’inscrire sur le réseau social, il arrive depuis trois ans que Facebook demande l’adresse mail, mais aussi le mot de passe du compte mail de l’utilisateur. Et qu’il en profite pour collecter les adresses des contacts. Mais cela était purement « involontaire » plaide l’entreprise.

Selon un rapport réalisé par Alibaba Cloud Intelligence, l’unité Cloud Computing du groupe Alibaba, l’ampleur des attaques DDoS est en augmentation flagrante dans la période entre juin et novembre 2018.

L’ESN de la région de Bordeaux va regarder à 2 fois avant de renouveler son partenariat avec Oracle et propose à ses clients une offre de migration d’Oracle DB vers Postgre SQL en s’appuyant sur les travaux de sa Direction de Modernisation Technologique (DMT) et d’un partenariat avec une ESN tourangelle, Dalibo.

L’application de messagerie des pouvoirs publics contient au moins une faille, très rapidement découverte par un chercheur en sécurité et corrigée tout aussi promptement. La vulnérabilité permettait de contourner l’authentification des adresses mails .gouv.fr ou .elysee.fr.

Plusieurs testeurs du smartphone pliable de Samsung rapportent que l’écran du Fold se casse au bout de quelques jours. Une malfaçon ? Non, répond le Sud-Coréen, c’est la couche protectrice de l’écran qui a été enlevée par les utilisateurs.

Destinée à remplacer WhatsApp et Telegram dans les administrations, Tchap est disponible sur mobile et en client Web. Messagerie chiffrée, l’application n’est accessible qu’aux possesseurs d’une adresse mail gouv.fr.

Si seuls nos quatre opérateurs télécoms nationaux pourront enchérir à l'automne pour obtenir les précieux blocs de fréquences 5G, Orange assure ce matin que les entreprises participeront elles aussi à la nouvelle génération de technologie cellulaire, dans une démarche de co-construction chère à Stéphane Richard.

Nutanix met en disponibilité générale sa distribution certifiée de Kubernetes sous le nom de Karbon.

L’entreprise franco-américaine vient de finaliser un tour de table de 41 M$ auprès de divers investisseurs. Elle vise à faire migrer les grandes entreprises qui sont ses clients vers un nouveau modèle, celui de l’organisation apprenante.

Surprise ! Alors qu’un nouveau procès s’ouvrait aux Etats-Unis, Qualcomm et Apple enterrent la hache de guerre. Le règlement à l’amiable, dont les modalités financières ne sont pas connues, comporte un accord de licences sur six ans et la fourniture de puces. La récente décision d’Intel de ne pas produire de modems 5G pour les smartphones n’est certainement pas étrangère à ce dénouement.

Toutes les News