vendredi 16 novembre 2018
 

 

NETAPP FAS2240 : Le mariage idéal entre fonctionnalités et simplicité ?

par Christophe Bardy - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/11/2012 Article Rating

La dernière née des baies de stockage pour PME de NetApp s’avère simple à configurer, facile d’utilisation et performante. Elle offre de plus un large éventail de fonctionnalités à un prix serré. De quoi satisfaire la plupart des besoins d’une PME à la recherche d’un stockage polyvalent.

L’ Informaticien a récemment pu passer une journée au sein du centre de démonstration français de NetApp pour une prise en main de la dernière baie de stockage d’entrée de gamme du constructeur, le FAS2240. Ce système de nouvelle génération est la réponse de NetApp aux baies VNXe d’EMC et s’est avéré un système très séduisant tout au long de nos tests.

Le FAS2240 est proposé par NetApp en deux versions au format rack, l’une au format 2U, l’autre au format 4U. Les deux baies sont fonctionnellement identiques et leurs contrôleurs sont parfaitement identiques. La différence est que le modèle 2U est conçu pour accueillir 24 disques SAS au format 2,5 pouces, tandis que la version 4U accepte 24 disques au format 3,5 pouces, dont les disques SAS Nearline les plus « gros » du moment, des modèles de 3 To de capacité. Ces deux systèmes sont disponibles en mode monocontrôleur et en mode bi-contrôleur – cette configuration étant celle que nous recommandons pour des raisons de performance et de disponibilité. En version bi-contrôleur, le FAS 2240 dispose en standard de 8 ports Gigabit Ethernet (deux par contrôleurs) et de 4 ports d’extension SAS pour la connexion à des tiroirs de disque externe. Ces tiroirs de disque optionnel permettent de porter la capacité maximale de la baie à 376 To (pour la version 2U) et à 432 To (pour la version 4U). Parmi les autres options figurent aussi un module de connexion 10 Gigabits (2 ports par contrôleur) qui permet de doper les performances en entrée sortie pour les applications les plus exigeantes, ainsi qu’un module avec deux ports Fibre Channel 8 Gbit pour les entreprises disposant de SAN FC.

Des licences incluses pour la plupart des fonctions d’OnTap

La baie que nous avons pu tester était configurée en usine avec la dernière mouture de l’OS Data Ontap, la 8.1, et fournie par défaut avec des licences pour les protocoles NFS, CIFS et iSCSI. NetApp fournit aussi en standard des licences pour la plupart de ses technologies comme Flexvol – technologie de volume flexible de NetApp –, la déduplication et la compression, le support des snapshot et de l’archivage snapvault. Enfin, le constructeur inclut les licences pour le support du multipath et du partitionnement de la baie ; la technologie Multistore est la technologie « multitenant » de NetApp et permet de virtualiser la baie de telle sorte qu’elle apparaisse comme plusieurs baies indépendantes à plusieurs serveurs autonomes.

Comme chez EMC, les technologies avancées de protection de données sont en revanche optionnelles et requièrent l’acquisition de licences séparées. C’est le cas des technologies de réplication Snapmirror et snapVault (backup disk to disk), de la technologie de clonage de volume Flexclone, la technologie de restauration snaprestore, qui permet de restaurer un volume en quelques secondes à partir d’un snapshot. La suite SnapManager qui permet d’intégrer les technologies de snapshot de NetApp avec les applications les plus courantes du marché pour la réalisation de snapshot consistant est aussi optionnelle (SnapManager s’intègre notamment avec Oracle, Exchange, SharePoint, SQL Server, SAP, VMware et Hyper-V).

Après une présentation de la baie, nos accompagnateurs chez NetApp nous ont accompagnés dans la prise en main de la baie de sa configuration initiale, jusqu’à sa connexion à des serveurs, en passant par la création de volumes, le paramétrage des différents services…

Moins de 10 minutes pour la configuration initiale

La configuration initiale requiert un accès en mode console à la baie. Ce processus qui se fait à partir d’une console en mode texte permet d’assigner aux différents contrôleurs leurs adresses IP (avec sous-réseau et passerelle) mais aussi d’appairer les contrôleurs afin qu’ils fonctionnent en mode actif-actif. Cette étape est la seule qui doit se faire hors de toute interface graphique, puisqu’après le redémarrage de la baie, toutes les autres opérations peuvent être réalisées de l’interface d’administration on command. Il est à noter que la configuration initiale en mode console ne sera bientôt plus nécessaire puisque NetApp a développé une nouvelle application graphique permettant la configuration initiale des paramètres de la baie – un développement récent, lié au lancement d’une version virtuelle des baies NetApp, dépourvue, contrairement aux baies physiques de port console.

Lors du lancement de l’interface On Command, la première opération réalisée est la détection des baies NetApp présentes sur le réseau. Après quelques secondes, le logiciel affiche la liste des baies détectées ainsi qu’un minimum de paramètres essentiels tels que les adresses IP des contrôleurs et leur configuration. Dans notre cas, une paire de contrôleurs configurés en mode haute disponibilité – le terme utilisé par NetApp pour décrire deux contrôleurs configurés en mode actif-actif.

Page 1 de 2 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
La mise à jour d’octobre de Windows 10 fait timidement son retour. Initialement lancée début octobre, un fâcheux bug avait obligé l’éditeur à suspendre sa diffusion avant qu’une longue série de défaillances ne retarde un peu plus le retour de cette version. Ces problèmes sont désormais résolus et Microsoft relance la machine, tout en restant prudent.

Et ce n’est pas vraiment une surprise ni une révélation. Il est de notoriété publique que nos alliés américains n’hésitent pas à « jeter un œil » à ce que font les entreprises françaises, notamment Airbus, à l’aide de méthodes que l’on peut qualifier d’espionnage économique. Les différentes révélations quant aux programmes du renseignement américain abondent en ce sens. Et cette fois-ci, c’est la DGSI qui le dit.

Le ministre japonais chargé de la cyber-sécurité a provoqué les rires mâtinés d'angoisse de l'opposition mercredi après avoir reconnu n'avoir jamais utilisé d'ordinateur dans sa vie professionnelle.

Depuis mai, le géant a racheté pas moins de quatre entreprises, chacune spécialisée dans un pan différent de l’intelligence artificielle. Dernière en date, XOXCO, une société spécialisée en intelligence conversationnelle ou, tout simplement, en chatbots.

A partir d'aujourd'hui 15 novembre 2018 il n'est en principe plus possible de souscrire un abonnement téléphonique de type "RTC" (Réseau téléphonique commuté), analogique. Et les premières coupures sont prévues en 2023 ! Comment se préparer à l’extinction de ce RTC ? Les réponses d’experts du secteur. Article paru dans L'Informaticien n°172.

Le groupe industriel poursuit une stratégie amorcée dès 2015 en rachetant la jeune pousse. Spécialisée dans les obj...

Akamai veut dépasser sa condition de CDN pour s'imposer comme une entreprise de sécurité à part entière. Et pour ce faire, il s'appuie sur sa position d'acteur du « edge » pour sécuriser sites Web, applications, API et infrastructures.

Spécialiste de la gestion et de la protection de l’identité numérique, IDNOMIC poursuit son développement en proposant de nouvelles solutions pour la sécurisation des objets connectés et du monde industriel. Retour sur 15 ans d’innovations au sein d’une entreprise qui se réinvente de façon permanente. Article paru dans L'Informaticien n°171.

Le système de stockage distribué unifié Ceph lance lui aussi sa fondation dans le giron de la fondation Linux.

Deuxième journée de l’OpenStack Summit à Berlin avec une session générale qui fait le point sur les nouveautés dans les projets de la fondation.

Toutes les News