lundi 19 août 2019
 

 

Arkeia vmOneStep Physical Appliance R120

par Christophe Bardy - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/06/2012 Article Rating

Une solution intéressante pour la sauvegarde d’environnements PME. En proposant à sa gamme une série d’appliances de sauvegarde matérielle prêtes à l’emploi, Arkeia vise à simplifier la mise en place de sa solution pour les PME. Un objectif que l’on peut considérer comme atteint au vu des tests réalisés par L’Informaticien.

Notre environnement de test

  • Nom : Arkeia vmOneStep Physical Appliance R120 
  • Constructeur : Arkeia 
  • Description : appliance matérielle de sauvegarde prête à l’emploi 
  • Prix : à partir de 2 900 € HT (sans lecteur LTO), à partir de 5 900 € HT (avec lecteur LTO)

Plus :

  • Simplicité d'installation et d'utilisation
  • Large support OS et logiciel
  • Performances satisfaisantes

Moins :

  • Capacité un peu limitée pour la sauvegarde
  • Pas de déduplication à la cible sur ce modèle.

Au cours des trois dernières années, le spécialiste de la sauvegarde Arkeia a singulièrement renforcé ses efforts de développement ajoutant notamment à sa suite d’outils de sauvegarde Arkeia Network Backup le support des grands environnements virtualisés, ainsi qu’un moteur de déduplication de données. L’éditeur s’est également lancé dans la commercialisation d’appliances de sauvegarde prêtes à l’emploi, sous forme de machines virtuelles, mais aussi physiques : la gamme vmOneStep (Virtual Appliance et Physical Appliance). Lors du lancement de la troisième génération de ces appliances physiques, Arkeia a confié l’un de ses modèles à L’Informaticien pour une prise en main. L’occasion de faire un tour des capacités de cette nouvelle gamme, mais aussi de creuser certaines des fonctions du logiciel.

Arkeia propose aujourd’hui une gamme d’appliances composée de six modèles, tous au format 2U avec des capacités disque allant de 2 To à 24 To bruts. Pour cet essai, nous avons pu prendre en main le modèle d’entrée de gamme, l’appliance Arkeia vmOneStep R120 équipée de deux disques durs de 1 To, soit 1 To de capacité utile en RAID-1 et environ 5 To après déduplication. Cette appliance est arrivée avec un lecteur LTO-4 (optionnel) pour l’externalisation des sauvegardes sur bandes. Il est à noter que l’appliance R120 ne supporte pas la déduplication à la cible mais seulement la déduplication à la source, une différence majeure par rapport aux autres appliances de la gamme, dotées de processeurs plus puissants et de plus de mémoire donc capables de supporter le processus de déduplication à la cible.

Comme la plupart des solutions de sauvegarde, Arkeia Network Backup a une architecture composée d’une partie serveur et d’une partie client. L’avantage de l’appliance est que la partie serveur du logiciel est déjà préinstallée et largement préconfigurée – il n’y a pour l’essentiel qu’à configurer l’adresse IP de l’appliance pour achever le paramétrage de base. En fait, l’appliance embarque une distribution Linux sécurisée (Edgefort) qui sert de plate-forme d’exécution au logiciel.

La partie client est sans doute l’une des plus complètes du marché avec des agents « génériques » pour la plupart des systèmes d’exploitation du marché (Windows, Linux, Mac OS X, Netware, BSD, Solaris, HP UX, AI/X, SCO, Tru64…) ainsi que des agents spécialisés pour les grands logiciels de messagerie et de bases de données du marché (Exchange, Domino, MySQL, Oracle, PostGreSQL, SQL Server). Arkeia supporte aussi la sauvegarde des principaux environnements virtualisés. Son logiciel intègre le support des API vStorage pour la sauvegarde des environnements VMware et fournit un agent spécifique pour Hyper-V et RHEV. Des scripts permettent aussi de paramétrer le logiciel pour la sauvegarde des environnements XenServer. Notons que Arkeia propose aussi des services d’image complète, qui permettent de réaliser une sauvegarde complète d’un serveur ou d’un poste de travail et de le restaurer en cas de désastre. Nous n’avons toutefois pas testé ces services lors de notre prise en main.

Installation et configuration initiale

L’appliance Arkeia R120 que nous avons reçue se présente sous la forme d’un boîtier desktop 2U et peut s’installer sur un simple bureau – les autres modèles incluent des kits de rackage. Son installation se fait très simplement au sens où une fois l’appliance hors de son carton, il suffit de la raccorder au secteur – elle ne dispose que d’une alimentation non-redondante – et de la connecter au réseau via ses deux interfaces Gigabit Ethernet. Une fois démarrée, l’appliance récupère une adresse IP dynamique via le serveur DHCP. Pour configurer l’appliance, il suffit de pointer son navigateur vers cette adresse IP.

La première connexion aboutit sur un écran de login qui donne aussi accès à la documentation de l’appliance. Une fois le login par défaut (root) saisi, on accède à l’interface d’administration proprement dite. Notre première manipulation a été l’assignation à l’appliance d’une nouvelle adresse IP fixe et le paramétrage des réglages SMTP – l’appliance peut envoyer des messages sur son état et sur le bilan de ses opérations.

L’interface de configuration permet aussi de gérer le statut des disques durs, d’appliquer les mises à jour logicielles et de piloter l’arrêt et le redémarrage de l’appliance.

Une fois la configuration initiale achevée, il convient de redémarrer l’appliance pour que les réglages soient pris en compte. Il s’est écoulé moins de 15 minutes depuis le déballage de l’appliance.

Configuration des agents et des plates-formes « clientes »

La seconde étape consiste à installer et à configurer les agents logiciels de sauvegarde sur les différents serveurs et postes de travail à sauvegarder. Pour notre test, nous avons installé des agents pour plusieurs distributions Linux (CentOS et Suse), Windows XP, Windows 7 et Windows Server 2008R2, ainsi que pour Mac OS X. Ces agents sont directement téléchargeables depuis le site d’Arkeia – l’appliance fournit les liens adéquats. Nous n’avons rencontré aucun souci pour leur paramétrage, même s’il nous a fallu recourir au WiKi de support de l’éditeur pour finaliser les réglages de l’agent Mac OS X. Arkeia ne fournit pas d’interface graphique pour le paramétrage de l’agent et il faut recourir à un éditeur de texte depuis la console. Aucun agent n’est nécessaire pour la sauvegarde des environnements VMware car ces derniers sont gérés via l’API vStorage. Il est à noter que pour notre prise en main, nous avons aussi configuré le service de sauvegarde NDMP de notre serveur NAS Nexenta pour qu’il puisse sauvegarder ses données directement vers l’appliance Arkeia.

Page 1 de 2 Page suivante

/// Actuellement à la Une...
Un service doit répondre à un problème spécifique. Sa conception n’est pas pour autant chose facile. Le métier de Nekoé consiste à assister les entreprises, administrations et collectivités dans cette démarche. Pour ce faire, elle s’appuie sur la suite d’outils d’Evolt afin de mettre en commun les expertises, les compétences ainsi que les idées des clients et des consultants. Article paru dans L'Informaticien n°178.

La marque à la pomme se voit accusée de violation de contrat et de publicité mensongère selon plusieurs plaignants, qui reprochent à Apple de ne pas être transparent quant aux conditions d’utilisation d’iCloud, notamment le stockage des données confié à des tierces parties.

Nos lecteurs ont-ils recours à Slack, Box, Teams ou Hangouts ? Quels usages en font-ils ? Avec quel gain de productivité ? Ces questions ont été posées aux abonnés à la newsletter de L’Informaticien, qui sont nombreux à utiliser des outils collaboratifs. Article publié dans L'Informaticien n°178.

Et voilà l’ensemble des GAFAM dans le même panier. Après Google, Apple, Amazon et Microsoft, Facebook se voit accuser de faire analyser les enregistrements audio de Messenger par des sous-traitants.

Par jugement en référé du TGI de Paris, Free se voit contraint de couper la diffusion de BFMTV, RMC Découverte et RMC Story à compter du 27 août.

La suite collaborative conçue par Linagora, parce que open source et fondée sur une architecture de microservices et d’API ouvertes, est semble-t-il plébiscitée. Y compris par des clients fidèles de Microsoft. Et si l’avenir du collaboratif était dans le libre ? Article publié dans L'Informaticien n°178.

Alors que le scandale enfle sur les analyses humaines réalisées par des sous-traitants des enregistrements des assistants vocaux, Apple, Google et Amazon tentent d’étouffer l’incendie, les uns en gelant ces programmes d’examen des extraits audio, les autres en permettant aux utilisateurs de s’y opposer.

Ce n’est finalement pas Pornhub qui s’empare du vénérable site de microblogging, mais le propriétaire de Wordpress.com, Automattic. A prix cassé : alors que Yahoo! avait dépensé 1,1 milliard de dollars pour s’offrir la plateforme en 2013, elle rapporterait à Verizon moins de 20 millions de dollars.

L’offre de VOD de TF1, M6 et France Télévisions va enfin pouvoir voir le jour, et ce début 2020. Salto a en effet reçu l’aval de l’Autorité de la Concurrence, contre de solides garanties, dernier obstacle à l’entrée en service de cette offre qui entend concurrencer Netflix.

Alors que se profile un Brexit dur, un rapport secret de la Commission européenne étrille la gestion faite par les autorités britanniques du SIS, une base de données de l’espace Schengen servant à la coopération des polices et douanes européennes et contenant des informations sensibles.

Toutes les News