samedi 18 août 2018
 

 

Arkeia vmOneStep Physical Appliance R120

par Christophe Bardy - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/06/2012 Article Rating

Une solution intéressante pour la sauvegarde d’environnements PME. En proposant à sa gamme une série d’appliances de sauvegarde matérielle prêtes à l’emploi, Arkeia vise à simplifier la mise en place de sa solution pour les PME. Un objectif que l’on peut considérer comme atteint au vu des tests réalisés par L’Informaticien.

Notre environnement de test

  • Nom : Arkeia vmOneStep Physical Appliance R120 
  • Constructeur : Arkeia 
  • Description : appliance matérielle de sauvegarde prête à l’emploi 
  • Prix : à partir de 2 900 € HT (sans lecteur LTO), à partir de 5 900 € HT (avec lecteur LTO)

Plus :

  • Simplicité d'installation et d'utilisation
  • Large support OS et logiciel
  • Performances satisfaisantes

Moins :

  • Capacité un peu limitée pour la sauvegarde
  • Pas de déduplication à la cible sur ce modèle.

Au cours des trois dernières années, le spécialiste de la sauvegarde Arkeia a singulièrement renforcé ses efforts de développement ajoutant notamment à sa suite d’outils de sauvegarde Arkeia Network Backup le support des grands environnements virtualisés, ainsi qu’un moteur de déduplication de données. L’éditeur s’est également lancé dans la commercialisation d’appliances de sauvegarde prêtes à l’emploi, sous forme de machines virtuelles, mais aussi physiques : la gamme vmOneStep (Virtual Appliance et Physical Appliance). Lors du lancement de la troisième génération de ces appliances physiques, Arkeia a confié l’un de ses modèles à L’Informaticien pour une prise en main. L’occasion de faire un tour des capacités de cette nouvelle gamme, mais aussi de creuser certaines des fonctions du logiciel.

Arkeia propose aujourd’hui une gamme d’appliances composée de six modèles, tous au format 2U avec des capacités disque allant de 2 To à 24 To bruts. Pour cet essai, nous avons pu prendre en main le modèle d’entrée de gamme, l’appliance Arkeia vmOneStep R120 équipée de deux disques durs de 1 To, soit 1 To de capacité utile en RAID-1 et environ 5 To après déduplication. Cette appliance est arrivée avec un lecteur LTO-4 (optionnel) pour l’externalisation des sauvegardes sur bandes. Il est à noter que l’appliance R120 ne supporte pas la déduplication à la cible mais seulement la déduplication à la source, une différence majeure par rapport aux autres appliances de la gamme, dotées de processeurs plus puissants et de plus de mémoire donc capables de supporter le processus de déduplication à la cible.

Comme la plupart des solutions de sauvegarde, Arkeia Network Backup a une architecture composée d’une partie serveur et d’une partie client. L’avantage de l’appliance est que la partie serveur du logiciel est déjà préinstallée et largement préconfigurée – il n’y a pour l’essentiel qu’à configurer l’adresse IP de l’appliance pour achever le paramétrage de base. En fait, l’appliance embarque une distribution Linux sécurisée (Edgefort) qui sert de plate-forme d’exécution au logiciel.

La partie client est sans doute l’une des plus complètes du marché avec des agents « génériques » pour la plupart des systèmes d’exploitation du marché (Windows, Linux, Mac OS X, Netware, BSD, Solaris, HP UX, AI/X, SCO, Tru64…) ainsi que des agents spécialisés pour les grands logiciels de messagerie et de bases de données du marché (Exchange, Domino, MySQL, Oracle, PostGreSQL, SQL Server). Arkeia supporte aussi la sauvegarde des principaux environnements virtualisés. Son logiciel intègre le support des API vStorage pour la sauvegarde des environnements VMware et fournit un agent spécifique pour Hyper-V et RHEV. Des scripts permettent aussi de paramétrer le logiciel pour la sauvegarde des environnements XenServer. Notons que Arkeia propose aussi des services d’image complète, qui permettent de réaliser une sauvegarde complète d’un serveur ou d’un poste de travail et de le restaurer en cas de désastre. Nous n’avons toutefois pas testé ces services lors de notre prise en main.

Installation et configuration initiale

L’appliance Arkeia R120 que nous avons reçue se présente sous la forme d’un boîtier desktop 2U et peut s’installer sur un simple bureau – les autres modèles incluent des kits de rackage. Son installation se fait très simplement au sens où une fois l’appliance hors de son carton, il suffit de la raccorder au secteur – elle ne dispose que d’une alimentation non-redondante – et de la connecter au réseau via ses deux interfaces Gigabit Ethernet. Une fois démarrée, l’appliance récupère une adresse IP dynamique via le serveur DHCP. Pour configurer l’appliance, il suffit de pointer son navigateur vers cette adresse IP.

La première connexion aboutit sur un écran de login qui donne aussi accès à la documentation de l’appliance. Une fois le login par défaut (root) saisi, on accède à l’interface d’administration proprement dite. Notre première manipulation a été l’assignation à l’appliance d’une nouvelle adresse IP fixe et le paramétrage des réglages SMTP – l’appliance peut envoyer des messages sur son état et sur le bilan de ses opérations.

L’interface de configuration permet aussi de gérer le statut des disques durs, d’appliquer les mises à jour logicielles et de piloter l’arrêt et le redémarrage de l’appliance.

Une fois la configuration initiale achevée, il convient de redémarrer l’appliance pour que les réglages soient pris en compte. Il s’est écoulé moins de 15 minutes depuis le déballage de l’appliance.

Configuration des agents et des plates-formes « clientes »

La seconde étape consiste à installer et à configurer les agents logiciels de sauvegarde sur les différents serveurs et postes de travail à sauvegarder. Pour notre test, nous avons installé des agents pour plusieurs distributions Linux (CentOS et Suse), Windows XP, Windows 7 et Windows Server 2008R2, ainsi que pour Mac OS X. Ces agents sont directement téléchargeables depuis le site d’Arkeia – l’appliance fournit les liens adéquats. Nous n’avons rencontré aucun souci pour leur paramétrage, même s’il nous a fallu recourir au WiKi de support de l’éditeur pour finaliser les réglages de l’agent Mac OS X. Arkeia ne fournit pas d’interface graphique pour le paramétrage de l’agent et il faut recourir à un éditeur de texte depuis la console. Aucun agent n’est nécessaire pour la sauvegarde des environnements VMware car ces derniers sont gérés via l’API vStorage. Il est à noter que pour notre prise en main, nous avons aussi configuré le service de sauvegarde NDMP de notre serveur NAS Nexenta pour qu’il puisse sauvegarder ses données directement vers l’appliance Arkeia.

Page 1 de 2 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Comme tous les ans à la même période, L’Informaticien fait une pause durant la première quinzaine du mois d’août. Nous serons de retour le lundi 20. D’ici là toute l’équipe vous souhaite de bonnes vacances pour ceux qui en prennent et un été studieux pour les autres. Rappel de quelques liens utiles avant la rentrée...

La plateforme américaine a subi en juin une intrusion sur ses serveurs, une attaque « sérieuse » qui a vu fuir les mails envoyés par Reddit à ses utilisateurs en juin 2018, ainsi qu’une vieille base de données contenant identifiants et mots de passe chiffrés des utilisateurs entre 2005 et 2007. Le piratage a été rendu possible par une authentification par SMS défaillante.

Siemens mise sur la numérisation de l’industrie, en réalisant depuis plusieurs années des efforts en R&D dans MindSphere, son système d’exploitation pour l’usine. Une plateforme qu’il va renforcer avec une dimension Low Code par le biais du rachat de Mendix.

L’équipementier enrichit son portefeuille Networking and Security Business avec le rachat de cette start-up à l’origine d’une solution SaaS d’accès unifié et d’authentification multifacteur. Objectif de cette opération à 2,35 milliards de dollars : offrir à ses clients la possibilité de connecter en toute sécurité un utilisateur à n'importe quelle application sur n'importe quel réseau dans un monde multicloud.

Dans la série des publications trimestrielles des GAFAM et autres valeurs high tech en vue, Apple a de quoi rassurer par la solidité et la régularité de ses performances. Pour la première fois le X est le plus vendu des iPhone. Les 1000 milliards de capitalisation sont en vue.

Le spécialiste de la gestion de données et Nvidia font cause commune pour fournir une nouvelle architecture pour les applications de deep learning.

Selon une information de CNBC relayée par CRN aux USA, AWS vise à éliminer complètement les technologies Oracle de ses services e-commerce d’ici le premier trimestre 2020.

A mort les mots de passe et vive Web Authentication, hurle Microsoft en ce début août. L’éditeur annonce en fanfare l’arrivée de cet ensemble de technologies d’authentification en ligne sur son navigateur, permettant aux internautes de préférer la biométrie, reconnaissance digitale ou faciale (donc Windows Hello) ou encore les clés physiques aux si faibles mots de passe.

Le spécialiste du stockage en ligne rehausse deux de ses forfaits, Professional et Business Standard, les gonflant avec 1 To d’espace supplémentaire, et ce sans augmenter le prix de ses offres. Il s’agit de répondre à Google One, récente évolution de Drive, qui vient chercher des noises à Dropbox avec une tarification agressive.

En 2016, Dailymotion subissait une attaque ayant pour résultat le vol des données de plus de 82 millions de comptes. La Cnil a mené son enquête et estime que la plateforme de vidéos en ligne a manqué à ses obligations en matière de sécurisation des données, lui infligeant une amende de 50 000 euros.

Toutes les News