mercredi 22 novembre 2017
 

 

RDX QUICKSTATION : Un stockage rapide et facile à manipuler

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/01/2012 Article Rating
La technologie RDX a été développée afin de combiner les avantages des bandes magnétiques et de la sauvegarde sur disque. L’équipement doit répondre à un besoin de stockage amovible, portable, fiable, avec un transfert de données rapides et une récupération de fichier instantané. 


La solution RDX QuickStation se présente sous la forme d’un boîtier contenant un disque dur de 2,5 pouces du type de ceux intégrés dans les ordinateur portables (présentant un mécanisme de protection des têtes de lecture) ayant une capacité de 80 Go à 1 To avec une capacité de transfert de 45 Mo/s. 

Ce disque est monté sur patin pour absorber les chocs (chute jusqu’à 1 mètre) et vibrations et protéger de l’électricité statique. La cartouche présente un loquet de verrou d’écriture comme sur les bandes magnétiques. La durée de vie annoncée est de 30 ans. Le choix d’un disque dur en support de stockage permet de suivre l’évolution des capacités de stockage et même de technologie (SATA 2, SSD) sans changer le contenant et le lecteur. Cela permet une simplicité d’utilisation, l’équipement étant vu comme un disque amovible par les systèmes d’exploitation (Windows, Mac, Linux), et compatible avec la plupart des logiciels de sauvegarde et le transfert de fichiers en glisser déposer, la connexion en USB. La technologie est à compatibilité descendante et ascendante, une cartouche RDX sera toujours lisible dans n’importe quelle génération de lecteur et réciproquement. 

Cela permet également de réaliser des économies à long terme comparé, par exemple, au LTO, où il devient nécessaire de changer de lecteur et de bandes suivant les sauts de génération. Pour rappel, la norme LTO spécifie qu’un lecteur LTO doit être capable de lire et écrire des bandes de génération N-1 et de lire des bandes de génération N-2. Enfin, ces cartouches présentent une manipulation facilitée et permettent notamment l’envoi par transporteur sans problème d’emballage particulier. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Stockage, Tests 2012

/// Actuellement à la Une...
Comme en 2014, Uber s’est fait dérober des données. Cela remonte à octobre 2016 et 57 millions de personnes, clients et chauffeurs, sont concernées dans le monde. Les informations bancaires et historiques de déplacement ne seraient pas concernées. 

Suite à une attaque ransomware, ne jamais payer de rançon. Après une fuite ou un vol de données saisir les autorités compétentes… Voilà au moins deux règles de conduite que Uber a superbement ignoré en octobre 2016.

A la recherche d’un modèle économique alternatif pour financer ses reportages et accessoirement ses journalistes, le magazine en ligne StreetPress propose une approche originale : prêter la puissance de votre ordinateur pour « miner » ponctuellement une cybermonnaie, le Monero.

Le cabinet d’analyse IDC vient de publier quelques chiffres de son étude « le Cloud en France » parue le mois dernier. Ils concernent le marché du SaaS dans notre pays. Le secteur est toujours sur une croissance forte.

Le spécialiste de la gestion de données (stockage) devient co-vendeur ISV mondial de Microsoft Azure et supporte désormais la plate-forme de Microsoft.

Afin de répondre aux clients européens qui demandent plus de sécurité, des garanties sur la localisation des données ainsi que sur la protection des données personnelles, IBM propose une nouvelle approche de la responsabilité dans son datacenter de Francfort. 

Les utilisateurs d’une montre Samsung Gear S3 ont désormais droit à une mise à jour du système d’exploitation Tizen, qui passe en version 3.0 avec plusieurs nouvelles fonctionnalités. 

Le fabricant de smartphones a été conduit à s'expliquer suite à la découverte que des applications sur ses mobiles envoient des données en clair à la maison mère chinoise.

Les clients de la banque française pourront « prochainement » utiliser le service de paiement Apple Pay sur leur iPhone.

Alors que le titre a perdu en bourse environ la moitié de sa valeur en une vingtaine de jours, le ministre de l’Économie ne veut pas céder à la panique mais reste vigilant quant à la situation. Patrick Drahi, lui, s’efforce de jouer les pompiers.

Toutes les News