mercredi 23 janvier 2019
 

 

DEVICELOCK : Une solution complète de DLP

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2011 Article Rating
Fondé en 1996, DeviceLock fournit des solutions de gestion de réseau aux entreprises. Son produit phare est actuellement installé sur plus de 4 millions d’ordinateurs dans plus de 58 000 entreprises du monde entier. Il assure une protection efficace contre la fuite de données sensibles (Data Leak Protection). 


En adoptant une solution telle que DeviceLock, le responsable de SI cherche à protéger les données ou à prévenir les fuites de données. On comprend facilement que selon le type de données perdues, les inconvénients peuvent ternir la réputation d’une entreprise, lui entamer son chiffre d’affaires ou entraîner des amendes ou pénalités financières, voire des poursuites judiciaires. Les conséquences peuvent se chiffrer très rapidement en plusieurs milliers ou millions d’euros selon leur importance.

Des outils permettent de filtrer des fuites de données depuis une passerelle, mais cela implique bon nombre de faux positifs sur la surveillance des données défi nies comme sensibles. L’autre approche consiste à contrôler la fuite des données à partir de chaque poste faisant partie de l’infrastructure. Les différentes façons de surveiller les données se résument à agir sur les données elles-mêmes, pour les filtrer quand elles sortent, ou alors de bloquer les portes de sortie en y appliquant un contrôle. Cette deuxième approche, retenue par DeviceLock, permet une plus grande flexibilité à l’intérieur de l’entreprise. 

Page 1 de 4 Page suivante


/// Actuellement à la Une...
Si Microsoft 365 ne se destine pour l’heure qu’aux entreprises et au monde de l’éducation, une version grand public pourrait bientôt voir le jour.

L’entreprise toulousaine, après une intense expansion outre-Atlantique, ferait machine arrière. Elle aurait fermé ses bureaux à Boston et San Francisco, tandis que Christian Olivier, son président en charge des US, serait sur le départ.

Après la cyberdéfense, la cyberoffense. Florence Parly a présenté en fin de semaine dernière la toute nouvelle doctrine de lutte informatique offensive des forces armées françaises, qui seront dotées en 2025 de 4000 « cybercombattants ».

L’autorité russe en charge de l’information et des communications annonce avoir lancé des procédures administratives à l’encontre des deux entreprises. Celles-ci se voient reproché de ne pas avoir fourni suffisamment de précision quant à leur mise en conformité avec la loi russe sur l’hébergement des données. Sous peine de blocage ?

La 11ème édition du Forum International de la Cybersécurité vient de s’ouvrir à Lille sur son site habituel du Grand Palais. Le thème des débats de cette année, la sécurité et la confiance, les deux mamelles d’un Internet libre et ouvert.

Le compte à rebours a commencé, aussi bien pour le toujours très populaire Windows 7 que pour le nettement moins usité Win...

Pour la première fois, la Cnil condamne sur la base du RGPD. Et ce n’est nul autre que Google qui en fait les frais et se voit condamné à 50 millions d’euros d’amende pour une liste de manquements longue comme le bras.

La nouvelle est tombée vendredi : l’Elysée a trouvé le futur président pour la Cnil. Une présidente à nouveau, en la personne de Marie-Laure Denis, ancienne membre du CSA et de l’Arcep. Sa nomination doit encore être validée par le Parlement.

Ça pousse fort sur le marché entreprises. Iliad, dont les offres de cloud privé et public ont été regroupées autour de la marque Scaleway, prend la majorité du capital de Jaguar Network, mettant la main au passage sur deux datacentres, à Lyon et à Marseille.

C’est une fort grosse base de données qui vient d’être découverte. Contenant 702,9 millions d’adresses e-mail uniques, ainsi que 21,2 millions de mots de passe provenant de diverses fuites, Collection#1 se distingue d’ores-et-déjà comme la plus importante base de données du genre. Et 140 millions d’adresses ne sont pas issues de fuites connues.

Toutes les News