mardi 18 décembre 2018
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Île-de-France Mobilités a choisi aux termes d’un appel d’offres le groupement composé de Conduent, un spécialiste des solutions de mobilité, et Worldline, la filiale paiements en ligne d’Atos. Ensemble, ils se chargeront de mettre sur pied le futur système informatique central sur lequel reposera le Smart Navigo.

Comme chaque année en septembre, Apple présentait ses nouveaux smartphones, dont l’iPhone Xs. Si le terminal arbore le design de son prédécesseur, l’iPhone X, les évolutions internes, matérielles et logicielles, font toute la différence. Article paru dans L'Informaticien n°172.

La startup cofondée par Bertrand Diard change de main. Ogury, une autre jeune pousse spécialisée dans le marketing, annonce le rachat d’Influans, pour un montant non divulgué. Au menu de cette opération, des algorithmes destinés à automatiser les campagnes marketing.

Le spécialiste de la gestion des données a profité de notre visite dans la vallée pour nous convier à un dîner afin de nous présenter la version 5.0 Andes de sa plate-forme de protection des données. Principales nouveautés de cette version la prise en compte de manière approfondie des environnements critiques d’entreprise et des améliorations de la performance et de la sécurité.

La campagne de propagande menée par la Russie sur les réseaux sociaux avant la présidentielle américaine de 2016 a tenté d'inciter les Noirs à s'abstenir de voter, avant de prendre le procureur spécial Robert Mueller lui-même pour cible après la victoire de Donald Trump, selon des rapports commandés par le Sénat.

Igneous est devenu un habitué de nos visites dans la Silicon Valley. L’entreprise annonce son Acte 2 avec l'ajout de la gestion des données non structurées pour son portefeuille de stockage.

Le projet DragonFly n’est maintenant plus un secret, y compris pour certaines équipes au sein de Google. Notamment le personnel en charge des questions de privacy, qui n’est guère ravi d’avoir été tenu à l’écart du projet quand celui-ci s’appuyait en partie sur l’analyse de requêtes d’internautes chinois. Son coup de gueule aurait mis à mal le développement du moteur de recherche.

L’éditeur de système de fichiers pour le HPC et les entreprises renouvelle ses baies pour optimiser performance et coût de possession pour ses clients.

La France commencera à prélever la taxe sur les géants du numérique Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, etc.) à partir du 1er janvier, sans attendre son adoption au niveau européen, a annoncé ce lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Et rebelote ! Facebook a une nouvelle fois exposé les données de ses utilisateurs à des développeurs tiers. Cette fois-ci, l’API bugué permettait de récupérer les photos d’un membre du réseau social, y compris les photos non publiées. 6,8 millions de comptes sont affectés.

Toutes les News