jeudi 18 octobre 2018
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Contrats de licence illisibles, chasseurs de primes, méthodes de voyous, racket, les noms d’oiseaux fusent lorsqu’on évoque la problématique des licences logicielles auprès des DSI. Alors que les migrations vers le Cloud battent leur plein, le torchon brûle entre DSI et grands éditeurs. Article paru dans L'Informaticien n°170.

L'actualité high tech et IT de la rentrée avec Didier Barathon (Virage Digital) et Stéphane Larcher (L'Informaticien).

L’affaire remonte à 2016 : Facebook avait surestimé la durée moyenne de visionnage des vidéos diffusées sur son réseau social, induisant les annonceurs en erreur. Une petite erreur de métrique que l’entreprise jurait main sur le cœur avoir découverte il y a peu. Mais une nouvelle plainte vient remettre en cause cette version.

La plateforme de microblogging annonce avoir découvert un bug exposant ses utilisateurs à des risques de fuite de données. Si l&r...

Le gazouilleur est devenu un canal privilégié des opérations d’influence et de manipulation de l’information. Twitter...

Cinq sociétés d’assurance, trois filiales d’Humanis et deux de Malakoff-Médéric, ont été mises en demeure par la Cnil. Le gendarme des données personnelles leur reproche d’utiliser les données personnelles qu’elles détiennent dans le cadre de leur mission d’intérêt général de mise en oeuvre des retraites complémentaires à des fins de prospection commerciale.

Le repository a annoncé à l’occasion de sa conférence annuelle GitHub Universe une pléthore de nouveautés, no...

L’oiseau bleu pourrait bien perdre des plumes si jamais l’enquête ouverte par la Data Protection Authority irlandaise le reconnaissait coupable d’avoir refusé, sans motif légitime, de transmettre à un utilisateur qui le demandait ses données personnelles que le réseau social a collecté.

Suite à l’amende européenne, Google fait appel et révise ses accords avec les constructeurs de tablettes et smartphones Android pour le seul marché de l’UE.

L’opérateur historique travaillera avec Google sur ce câble transatlantique attendu pour 2020. Orange se charge de construire et de gérer la station d’atterrissement de notre côté de l’Atlantique.

Toutes les News