samedi 23 juin 2018
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Le Car Connectivity Consortium vient de sortir un premier standard pour les Digital Keys, soit le fait d’embarquer la clé de contact d’un véhicule dans un smartphone ou tout autre terminal. Cette norme veut faciliter l’interopérabilité des dispositifs, créer un écosystème robuste et démocratiser ces technologies.

Définitivement absorbé par Dassault Systèmes, dont il prend le logo, Outscale représente l’offensive du groupe dans les domaines du cloud et de l’infrastructure. Et fort de son futur label SecNumCloud, l’entreprise de Laurent Seror entend bien s’imposer auprès du secteur public… avec un cloud « souverain ».

Le géant du paiement en ligne se renforce dans la lutte contre la fraude en mettant la main sur les solutions de Simility pour 120 millions de dollars. Celles-ci proposent un système de détection des fraudes basé sur le machine learning et l’analyse de données de transactions.

Voici le mantra de Werner Vogel, le CTO d’AWS, mardi matin lors de la conférence parisienne. Le géant du cloud veut répéter ses coups dans l’infra et le déploiement applicatif avec le machine learning, dont AWS veut simplifier l’accès aux entreprises dont ce n’est pas le cœur de métier.

Le patron d’Intel a entretenu une relation consentie avec un (ou une) salarié(e) de son entreprise, ce qui enfreint la politique interne de l’entreprise. Brian Krzanich a donc démissionné de son poste de CEO et du conseil d’administration de la société. Le CFO Robert Swan assure l’intérim jusqu’à ce qu’un nouveau CEO soit désigné.

L’éditeur de solutions de signature électronique de documents et autorité de confiance est quasiment prêt pour la conformité avec le RGPD. Pour y parvenir, l’entreprise a mis en place un plan d’action dans le temps.

Décidément, ça va devenir une habitude en Corée du Sud… Moins de deux semaines après que Coinrail ait été victime d’un vol, une autre plateforme d’échange se fait dérober l’équivalent de 30 millions de dollars en cryptoactifs.

L’éditeur de solutions de sécurité informatique a signé un accord avec Interpol. Rien de nouveau sous le soleil, Fortinet travaillait déjà avec l’entité dédiée à la lutte contre la cybercriminalité de l’organisation internationale. Mais ce partenariat formalise le partage d’informations entre l’entreprise et l’IGCI (Interpol Global Complex for Innovation).

Le réseau hertzien numérique rend encore de grands services mais l’Arcep propose de basculer très vite vers le câble, le satellite ou l’ADSL, avant la fibre optique.

La jeune entreprise belge spécialisée dans l’analyse et la visualisation des données de processus de fabrication tombe dans l’escarcelle de l’éditeur allemand. Ce rachat, dont le montant reste confidentiel, viendra compléter l’offre de solutions pour l’IoT industrielle de Software AG, une activité issue du rachat l’an dernier de Cumulocity.

Toutes les News