samedi 23 février 2019
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Le Microsoft Engineering Center, créé en 2011 sur le campus d’Issy-les-Moulineaux de Microsoft, va accueillir un centre mondial de développement d’applications autour de l’intelligence artificielle.

Quand on parle de 5G, la première chose qui vient en tête est réseau. Antennes et modems suivent, mais on pense moins souvent aux cartes SIM. Et pourtant, Gemalto se place en pointe sur le sujet et annonce une carte SIM 5G mettant l’accent notamment sur la sécurité et la confidentialité.

Dans un communiqué, Palo Alto Networks a indiqué être entré en discussion exclusive avec Demisto pour reprendre l’entreprise pour une somme de 560 M$.

Leidos cyber est la partie cybersécurité de Leidos (ex-SAIC) une importante compagnie américaine de services très liée aux différentes agences de défense aux USA. Aucun détail n’a été donné sur la transaction.

Derrière l’attaque du 24 janvier dont a été victime l’entreprise française se cache un crypto-locker encore inconnu, indétectable selon Altran, qui a obligé l’entreprise à faire appel à un fournisseur de services afin de mettre au point un nouveau protocole de restauration. Les systèmes devraient être entièrement rétablis dans les prochains jours.

Déjà épinglé sur iOS par Apple, le géant des réseaux sociaux décide de faire profil bas sur Android. ...

L'application de partage de photos par centres d'intérêt Pinterest, qui revendique 250 millions d'utilisateurs, a déposé discrètement son dossier pour entrer en Bourse et escompte une valorisation d'au moins 12 milliards de dollars.

Samsung a présenté son Galaxy S10 hier soir et a profité de l’évènement pour dévoiler son smartphone pliable. Baptisé Galaxy Fold, ce terminal de 7,3 pouces déplié et 4,6 pouces plié affiche des caractéristiques techniques et un prix à faire pâlir respectivement la concurrence et les portefeuilles.

Le projet de loi annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron pour mieux lutter contre les propos racistes et antisémites publiés en ligne prévoira des amendes pour les plateformes internet qui ne les suppriment pas, a indiqué jeudi le secrétaire d'État en charge du numérique, Mounir Mahjoubi.

Le repository des repositories célèbre le cinquième anniversaire de son programme de chasse aux bugs. Après avoir versé un total de 250 000 dollars en 2018, GitHub augmente cette année ses primes et ajoute une protection juridique à l’endroit des chercheurs.

Toutes les News