samedi 18 août 2018
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Comme tous les ans à la même période, L’Informaticien fait une pause durant la première quinzaine du mois d’août. Nous serons de retour le lundi 20. D’ici là toute l’équipe vous souhaite de bonnes vacances pour ceux qui en prennent et un été studieux pour les autres. Rappel de quelques liens utiles avant la rentrée...

La plateforme américaine a subi en juin une intrusion sur ses serveurs, une attaque « sérieuse » qui a vu fuir les mails envoyés par Reddit à ses utilisateurs en juin 2018, ainsi qu’une vieille base de données contenant identifiants et mots de passe chiffrés des utilisateurs entre 2005 et 2007. Le piratage a été rendu possible par une authentification par SMS défaillante.

Siemens mise sur la numérisation de l’industrie, en réalisant depuis plusieurs années des efforts en R&D dans MindSphere, son système d’exploitation pour l’usine. Une plateforme qu’il va renforcer avec une dimension Low Code par le biais du rachat de Mendix.

L’équipementier enrichit son portefeuille Networking and Security Business avec le rachat de cette start-up à l’origine d’une solution SaaS d’accès unifié et d’authentification multifacteur. Objectif de cette opération à 2,35 milliards de dollars : offrir à ses clients la possibilité de connecter en toute sécurité un utilisateur à n'importe quelle application sur n'importe quel réseau dans un monde multicloud.

Dans la série des publications trimestrielles des GAFAM et autres valeurs high tech en vue, Apple a de quoi rassurer par la solidité et la régularité de ses performances. Pour la première fois le X est le plus vendu des iPhone. Les 1000 milliards de capitalisation sont en vue.

Le spécialiste de la gestion de données et Nvidia font cause commune pour fournir une nouvelle architecture pour les applications de deep learning.

Selon une information de CNBC relayée par CRN aux USA, AWS vise à éliminer complètement les technologies Oracle de ses services e-commerce d’ici le premier trimestre 2020.

A mort les mots de passe et vive Web Authentication, hurle Microsoft en ce début août. L’éditeur annonce en fanfare l’arrivée de cet ensemble de technologies d’authentification en ligne sur son navigateur, permettant aux internautes de préférer la biométrie, reconnaissance digitale ou faciale (donc Windows Hello) ou encore les clés physiques aux si faibles mots de passe.

Le spécialiste du stockage en ligne rehausse deux de ses forfaits, Professional et Business Standard, les gonflant avec 1 To d’espace supplémentaire, et ce sans augmenter le prix de ses offres. Il s’agit de répondre à Google One, récente évolution de Drive, qui vient chercher des noises à Dropbox avec une tarification agressive.

En 2016, Dailymotion subissait une attaque ayant pour résultat le vol des données de plus de 82 millions de comptes. La Cnil a mené son enquête et estime que la plateforme de vidéos en ligne a manqué à ses obligations en matière de sécurisation des données, lui infligeant une amende de 50 000 euros.

Toutes les News