mercredi 25 avril 2018
 

 

DATACORE SANSYMPHONY-V : Le renouveau du stockage virtualisé

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating
Datacore est un éditeur de logiciels spécialisé dans la virtualisation et la gestion d’infrastructures de stockage. C’est un des rares acteurs du marché du stockage encore indépendant. Pour les non-initiés, Datacore permet de créer et gérer un SAN (Storage Area Network) en toute indépendance matérielle. Cette virtualisation apporte une évolutivité parfaite sans affecter la production et à moindre coût.


SANsymphony-V est arrivé en début d’année 2011 et représente le nouveau fer de lance de l’éditeur Datacore. Et ce, à travers deux challenges : la fusion des deux produits actuels (SANmelody et SANsymphony) et une interface de gestion entièrement repensée pour la rendre plus accessible. Datacore a aussi profité de cette nouvelle version pour apporter quelques nouvelles fonctionnalités comme le CDP (Continuous Data Protection) et, à la fin juillet, l’Auto Tiering. Nous reviendrons plus tard sur ces deux points. 


Configuration

Le test s’est appuyé sur la dernière version en date du produit la R8 PSP2 Update1. Cette version, par rapport à la précédente (R8 PSP1), permet d’installer SANsymphony-V (SSV) sur la SP1 de Windows 2008 R2 64 bits. 

Pour des raisons de besoins matériels, nous nous sommes contentés d’installer deux serveurs Windows 2008 R2 SP1 sur une plate-forme de virtualisation Citrix Xenserver 5.6 SP2. Chaque VM comporte trois interfaces réseau – une pour administrer le serveur, une pour présenter les volumes en iSCSI, une pour le miroir synchrone entre les 2 VM. Chaque machine intègre cinq volumes – un pour l’OS et quatre autres pour les besoins du test. Une troisième VM, aussi en Windows 2008, a été mise en place afin de lui présenter en iSCSI la volumétrie issue des deux serveurs Datacore. 

Il reste pour le moment une autre limite à SSV, car il n’existe pas de procédure pour mettre à jour un SANmelody ou une ancienne version de SANsymphony vers SSV. Les changements sont tels dans le noyau et dans son fonctionnement que la future procédure n’est pas encore disponible. 

Il faut donc pour l’instant utiliser des procédures de migration des données pour passer à la nouvelle version. 

Pour rester dans le rayon des limites actuelles du nouveau produit, il manque toujours à l’appel le jeu de commandes qui permettent de gérer des actions Datacore à partir d’une machine distante, comme il est possible de le faire avec les anciennes versions. Cela est très utile voire indispensable quand on veut traiter des sauvegardes à partir de snapshots effectués afin d’automatiser certaines tâches. Néanmoins, pas d’inquiétudes à se faire, une nouvelle mise à jour de SSV va sortir dès la fin du mois de juillet et apportera le jeu d’API. 

En tant que contrôleur de stockage en mode bloc, SSV peut présenter des disques virtuels en FC, iSCSI ou encore FCoE. Il prend en compte tout type de technologie disque (SSD, SAS, SATA…). L’avantage d’être une solution logicielle est de pouvoir s’installer sur un éventail très large de matériels, du moment qu’on peut faire tourner un Windows 2008 R2 64 bits. Datacore est capable de faire évoluer rapidement son produit quand de nouvelles technologies apparaissent. Le fait de s’appuyer sur un OS Windows ouvre aussi un plus grand choix de matériels intégrables. SSV peut s’installer aussi sur la version Core de Windows 2008. 

Page 1 de 3 Page suivante

Autres tests Tests 2011, Stockage

/// Actuellement à la Une...
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et AWS ne veut certainement pas avoir l’air d’un imbécile. Changeant son fusil d’épaule, le géant du cloud lance un service de blockchain-as-a-Service permettant de déployer rapidement une blockchain Ethereum ou Hyperledger Fabric sur le cloud Amazon.

La DINSIC a officialisé la messagerie chiffrée d’État évoquée par Mounir Mahjoubi. Développée sur des logiciels open source et sur un standard de communication IP ouvert, elle est actuellement en tests dans les cabinets du Secrétariat d’État au Numérique, de la DINSIC et dans les DSI de quelques ministères.

Malgré les inquiétudes liées à l'usage des données personnelles par les groupes technologiques, Alphabet, maison mère de Google, a vu ses résultats trimestriels continuer à progresser grâce à la publicité mais la hausse des dépenses inquiète les analystes.

Jamais contents, ces actionnaires. En janvier dernier, Carl Icahn et Darwin Deason poussaient Xerox à se vendre. Un accord avait rapidement été trouvé avec FujiFilm. Mais les deux investisseurs considèrent ce rachat honteusement désavantageux pour Xerox, tant et si bien que celui-ci renégocie avec Fujifilm.

Critiqué pour être parfois trop zélé dans la suppression de photos, vidéos ou textes qu'il juge obscènes ou violents, Facebook a promis mardi qu'il serait possible pour les utilisateurs de "faire appel" de ces décisions.

La réglementation européenne en matière de rachat est extrêmement stricte sur toutes les questions de contrôle anti-concentration. Altice, en rachetant Portugal Telecom, n’a pas attendu son feu vert : il est aujourd’hui condamné à une amende de 124,5 millions d’euros.

Le LiFi permet de transmettre des données sur le spectre lumineux, en exploitant le scintillement des lampes LED, selon un principe proche du morse. Jusqu’alors cantonné à des marchés de niche, ce système passe à l’offensive à la conquête du grand public et des entreprises. Tour d’horizon de ses possibilités et de son positionnement par rapport aux autres technos sans fil. Article publié dans L'Informaticien n°165.

L’opération, annoncée en décembre dernier, doit permettre d’intégrer les algorithmes de reconnaissance musicale de Shazam à Apple Music. Mais la Commission ne l’entend pas de cette oreille : elle a ouvert une enquête approfondie sur ce rachat, craignant qu’Apple n’en profite pour désavantager ses concurrents.

Si on donnait à Samsung la primeur du premier smartphone à écran pliable, il semble que son concurrent chinois lui vole la vedette. Huawei pourrait en effet présenter un modèle équipé d’un écran pliable en novembre 2018 là où le Sud-Coréen ne serait prêt qu’en 2019.

La Blockchain des Fréquences, projet piloté par l’ANFR en partenariat avec la startup Blockchain Partner, servira aux utilisateurs des fréquences libres pour signaler leurs usages afin d’éviter les effets de congestions sur une même zone géographique.

Toutes les News