mercredi 26 juin 2019
 

 

Sauvegarde sur bandes OVERLAND ARCVAULT 12 : Une bibliothèque pour les PME

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/12/2008 Article Rating
Overland augmente les capacités de ses bibliothèques de bandes d'entrée de gamme en y ajoutant une connectique SAS et le support du LTO4. L’Arcvault 12 que nous avons évaluée est destinée aux PME/PMI. Elles pourront ainsi sauvegarder dans les meilleures conditions de sécurité jusqu’à 8,8 To.

La bibliothèque Arcvault 12 d’Overland est au format 2U. Elle possède un magasin d'une capacité de 12 bandes (l'ajout d'un second magasin correspond au modèle Arcvault 24). Cette bibliothèque peut être connectée en SCSI, FC et, depuis peu, en SAS. Elle intègre également un lecteur LTO4 HH. Il s'agit d'un lecteur compact pouvant être intégré dans des châssis de faible hauteur.
Pour information, le format LTO4 permet de stocker 800 Go (non compressés) sur une bande et d'atteindre une vitesse de 120 Mo/s. Les lecteurs LTO4 sont capables de lire et écrire des bandes en LTO3, et lire (uniquement) des bandes LTO2.
ARCvault_2u

Mise en route : trois minutes de démarrage
La bibliothèque est bien protégée dans son emballage, et il vaut mieux lire la notice explicative afin de procéder à l'installation physique. Pour utiliser la bibliothèque, il faut dévisser des attaches situées sous celle-ci et retirer une platine à l'emplacement d'un magasin. Ces attaches servent à bloquer le chariot permettant le déplacement des bandes.
La façade de la bibliothèque est équipée d'un écran de contrôle tactile avec, de chaque côté, une trappe d'accès aux magasins. A l'arrière, on retrouve une prise RJ45 qui permet de profiter des fonctionnalités de remontées SNMP ainsi que de la gestion à distance par interface Web. On trouve également un bouton ON/OFF, la prise de courant, la prise SAS ainsi qu'une connexion série.

Au démarrage, l'Arcvault 12 met environ trois minutes avant d'être opérationnel. Ce temps comprend le démarrage de la bibliothèque et l'inventaire des magasins. Après ce premier démarrage de la bibliothèque, il faut commencer par les réglages préliminaires.
A partir de l'écran de contrôle, on définit l'identifiant sur la chaîne SCSI puis l'adresse IP. Ensuite, il convient de procéder à l'insertion des bandes. Pour cela, le magasin doit être déverrouillé, ce qui permet de le retirer dans le but de manipuler les bandes. A la réinsertion, il sera automatiquement verrouillé.
La bibliothèque peut être administrée par le panneau de contrôle et la console Web. A l'usage, l'écran de contrôle est plutôt intuitif. Les noms des sections sont encadrés formant ainsi des boutons. Une pression sur l'une des zones permet d'entrer dans le menu désiré. Des flèches sur le bas de l'écran permettent d'afficher successivement le contenu d'un menu, tandis qu'un bouton « back » permet de remonter d'un cran dans l'arborescence. Lors du paramétrage d'une valeur, l'écran présente les options accessibles (clavier numérique ou autre) ainsi que les zones de validation et d'annulation. Pour s'y retrouver aisément, le guide de l'utilisateur donne l'arborescence complète des menus.

Deux niveaux de sécurité
Il est possible d'activer les niveaux de sécurité (désactivés par défaut). Ils sont au nombre de deux : User et Admin. Le niveau User permet l'accès à l'alimentation, aux médias, aux magasins de bandes, aux statuts et à l'historique. Le niveau Admin n'a, quant à lui, aucune restriction. Ces deux niveaux de sécurité sont possibles pour l'écran tactile et la console Web.
Une fois la sécurité activée sur le panneau de contrôle, il est nécessaire d'entrer le mot de passe (composé de quatre chiffres maximum) pour valider l'entrée dans un menu requérant l'un des deux niveaux. L'affichage des paramètres ne nécessite, en revanche, aucun mot de passe.
Dernier point, lorsque l'Arcvault est éteint mais toujours sous tension, l'écran de contrôle apparaît d'une couleur bleutée. Une pression sur ce dernier permet de démarrer la bibliothèque.
Au niveau de la console Web, la différence entre les deux niveaux de sécurité est plus flagrante. La console présente plusieurs sections sous forme d'onglets : Status, Media, Setup, Functions et History. Le niveau de sécurité User ne permet d'accéder qu'aux onglets Status et History.
Voici un descriptif de chaque onglet:
• Status : affiche le statut de la bibliothèque (avec numéro de série, version de firmware, etc.), représentation du magasin (avec affiche des bandes et leurs codes) et du lecteur, avec la possibilité d'afficher un rapport détaillé de chaque élément.
• Media : permet de déplacer les bandes, nettoyer le lecteur, lancer l'inventaire.
• Setup : donne accès au paramétrage de la bibliothèque (mot de passe, configuration réseau, scsi, notification, etc).
• Functions : permet la mise à jour du firmware de la bibliothèque ou du lecteur, lancer des diagnostiques, redémarrer la bibliothèque, etc.
• History : permet d'accéder au fi chier de log, envoyer un requête au support Overland.
Pour finir la présentation de l'inventaire de l'interface, on peut trouver en haut à droite un lien vers le guide de l'utilisateur (au format PDF) et la déconnexion de l'utilisateur.

Jusqu’à 12 bandes par magasin
Lors de la première connexion, Overland recommande de configurer la notification par e-mail (jusqu'à quatres adresses de destination) et SNMP. La notification permet, notamment, d'envoyer un mail au support d'Overland, directement depuis la console Web (à partir de l'onglet History). On remarque que toutes les options ne sont pas accessibles par chacune des méthodes de contrôle de la bibliothèque.
Par exemple, il n'est pas possible d'éteindre la bibliothèque depuis la console Web (uniquement un reboot). D'une manière générale, la répartition est bonne et elle est liée au bon sens.
L'exemple de gestion de l'alimentation ci-dessus permet d'éviter que l'administrateur éteigne une bibliothèque sur un site distant auquel il n'a que difficilement accès.
Parmi les spécificités de la bibliothèque, on notera qu'un magasin peut contenir jusqu'à douze bandes. Il est possible de lire l'ID de chaque bande à partir de l'écran de contrôle ainsi que depuis la console Web. Il est également possible de changer l'emplacement d'une bande dans le magasin. En revanche, le retrait d'une ou plusieurs bandes nécessite obligatoirement la sortie du magasin. Comme souvent, il est possible de réserver un slot à l'usage de la bande de nettoyage du lecteur.
Enfin, Overland permet le remplacement de certaines pièces défectueuses par le client.
Nous avons également testé cette bibliothèque avec des logiciels de sauvegarde que l'on retrouve souvent dans les PME/PMI (EMC Retrospect et CA Arcserve Backup). A chaque fois, l'Arcvault 12 a été reconnu sans problème par les logiciels et l'exécution des jobs courants s'est bien déroulée.

status
Sous l’onglet Status, toutes les caractéristiques de la bibliothèque..


Pour plus d'informations sur le produit, visitez le site
www.overlandstorage.com/French/index.html.


Les "Plus"
·Fonctionnalités
· Performances
· Prix raisonnable
· Connectique
Cette bibliothèque nous a convaincus. Elle intègre l'essentiel des fonctionnalités demandées par la clientèle visée : accès au support constructeur, remontée d'informations, capacités et performances. Si l'on considère qu'un emplacement du magasin de la bibliothèque est réservé à une bande de nettoyage, la capacité brute est de 8,8 To. L'adjonction d'un second magasin permettra de doubler la capacité. En ajoutant à cela un prix raisonnable (à partir de 3 300 euros) et le choix de la connectique (FC, SCSI, ou SAS), cette bibliothèque est un bon choix pour passer à l'automatisation de la sauvegarde.

Les "Moins"
· Extension de capacité limitée
Puisqu'il faut bien lui trouver un défaut, on peut évoquer le fait qu'il ne soit pas possible d'étendre ses capacités au-delà du second magasin. Il faut bien définir ces besoins en amont, ainsi que prévoir l'évolution de la quantité de données à sauvegarder à moyen terme. Ce modèle ne permet pas, en effet, de rajouter des lecteurs supplémentaires ou d'ascenseur vers une autre bibliothèque


Pour en savoir plus
L’Informaticien et le Competence Center, de Non Stop Systems, sont
partenaires pour la réalisation de tests de logiciels, de matériels ou de
services du marché. Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations
sur ces tests, n’hésitez pas à contacter Non Stop Systems à cette adresse :
ZI de la Madeleine, 27, rue de la Maison-Rouge, 77185 LOGNES
Tél. : +33 (0)1 60 95 08 80
Fax : +33 (0)1 60 95 08 81
ou sur le site www.nonstop.fr

Autres tests Tests 2008

/// Actuellement à la Une...
Le nouveau leader mondial de la transformation numérique des entreprises industrielles et de technologie est Français et s'appelle Capgemini.

Mylène Jarossay succède à Alain Bouillé à la présidence du club des RSSI des grandes entreprises et administrations françaises et est chargée de conduire son plan de transformation.

On ne présente plus cette petite carte à tout faire qui évolue régulièrement depuis sa sortie en 2014. Voici qu'arrive la génération 4 avec nouveau processeur et capacités graphiques améliorées. Seul le prix ne change pas : 35$ pour le modèle de base.

Ça continue ! Le Bitcoin poursuit son ascension et dépasse désormais la barre des 10 000 dollars. Cette remontée, après plus d’un an de marasme, est toujours aussi difficilement explicable.

Toujours aussi avare de détails, Mozilla se contente de la rapide description de cette nouvelle vulnérabilité, la deuxième découverte en une semaine. Il faut aller chercher du côté de Coinbase pour apprendre que les deux failles ont été associées pour créer un exploit visant les salariés des plateformes d’échange de cryptomonnaies.

Presque 20 ans après la publication de l’Agile Manifesto , toutes les directions générales veulent pouvoir annoncer que leur DSI a basculé sur les « méthodes agiles ». Les géants du CAC 40 rivalisent dans la communication sur leurs stratégies agiles. Pourtant, derrière les beaux discours, le passage à l’Agile At Scale reste un exercice difficile… et la révolte des développeurs couve. Article paru dans L'Informaticien n°177.

L’éditeur de solutions analytiques propose maintenant un outil pour modéliser simplement des processus de machine learning.

Le cabinet Gartner vient de rendre publique une étude sur le marché du RPA (Robotic Process Automation). Le cabinet s’attend à ce qu’il atteigne 1,3 milliard de dollars à la fin de cette année.

Le NYSE a accueilli hier un nouveau venu : Slack. La plateforme collaborative avait opté pour une cotation directe, ne levant pas de fonds au passage. Mais ses investisseurs historiques ont fait une belle plus-value : le titre a ouvert 50% au-dessus de son prix de référence et a grimpé à près de 42 dollars à la mi-journée.

Le groupe automobile annonce un accord exclusif avec la filiale d’Alphabet dédiée à la conduite autonome. Ce rapprochement se concrétisera dans une première phase d’exploration des services de mobilité autonome en France et au Japon.

Toutes les News