samedi 20 avril 2019
 

 

Baie de stockage SAN iSCSI Hitachi SMS100 : Le SAN démocratisé ?

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/01/2009
Le département dédié au stockage chez Hitachi lance un système d'entrée de gamme de stockage SAN iSCSI ou FC. Le souci a été d'y apporter simplicité et fonctions évoluées. Déjà sur le segment du midmarket, Hitachi veut renforcer ses positions avec cette nouvelle ligne de baies. Pari réussi ?

Le matériel se présente sous la forme d'un ensemble rackable 2U. Le modèle testé contenait 8 disques SAS de 146 Go non extractible à chaud. Cet ensemble de disques est configuré par défaut en RAID 6, soit dans notre cas, six disques utiles et deux autres pour les parités. Bref, on peut se « permettre » de perdre deux disques avant de perdre des données. Rien de particulier donc en façade, à part deux emplacements libres pour insérer des disques de remplacement, ceux de la parité RAID. Par contre la face arrière comporte, elle, un certain nombre de connecteurs.
SMS_100_right_medresI

Configuration : Un minimum de connaissances indispensable
Notre modèle de test comportait 2 contrôleurs en actif/actif avec connections iSCSI. 2 ports réseaux iSCSI, 1 port de gestion et 1 port de maintenance pour chaque contrôleur, avec bien évidemment, 2 prises d'alimentation. En plus, chaque contrôleur intègre une prise appelée Ext Port qui est utilisée pour migrer ses données et sa configuration d'une SMS100 vers une autre. Ici Hitachi propose une politique de support quelque peu différente de celle d'autres constructeurs. Sur ce modèle dont les disques ne sont pas extractibles facilement, il est prévu (comme indiqué plus haut) de remplacer un disque défaillant, non pas, en le changeant, mais en ajoutant un nouveau disque dans l'un des deux emplacements libres. En cas de problème plus important, les Ext Ports vont prendre le relais en rendant possible la migration de toute votre baie vers une autre de remplacement. Il suffira pour y arriver de connecter chaque contrôleur à son homologue sur la baie de remplacement grâce aux câbles fournis en standard avec la baie. Ensuite vous « switchez » un commutateur à l'arrière de la nouvelle baie. Vous vous connectez à l'interface de gestion d'Hitachi pour ajouter la nouvelle baie, puis, dans le menu Settings, il suffira de sélectionner Replacement of Array puis Auto Migration et suivre les instructions. On se doit de préciser qu'un minimum de connaissances en stockage de données est indispensable pour la bonne compréhension et la configuration de ce type de matériel.

initiateur iSCSI
L'interface est intuitive. Nous avons confi guré deux LUNs pour nos tests.
Il ne reste plus qu'à confi gurer les connexions iSCSI Target des différents ports de la baie
et y affecter les LUNs qui nous intéressent, comme on peut le voir ci-dessus.

Prise en main : 2 contrôleurs à configurer
Nous avons connecté un serveur avec 2 prises configurées en iSCSI avec l'initiateur de Microsoft et une prise connectée à notre réseau permettant de communiquer entre l'interface de gestion et la baie SMS100. La première étape a été de câbler correctement les différents éléments, rien de bien compliqué. Ensuite, on lance l'installation du logiciel Hitachi Storage Navigator Modular 2 (HSNM2) sur notre serveur en suivant les recommandations inscrites sur la documentation.
Le but était ici de valider le fonctionnement de la baie en mode actif/actif avec notre serveur configuré en multipath iSCSI. En effet, ce modèle d'entrée de gamme est capable de fonctionner sur les deux contrôleurs. Pour éviter tout conflit, il reste ensuite à configurer la gestion du multipath sur le ou les serveur(s) connecté(s) à la baie.
En iSCSI sous Windows, il faudra donc installer et configurer l'initiateur de Microsoft (version 2.07) en n'oubliant pas de cocher lors de l'installation l'option MPIO. Une fois installé, et après avoir rebooté votre serveur, vous pouvez vous lancer dans la configuration de vos différents chemins pour accéder à chacun des deux contrôleurs de la SMS100. Dans l'onglet Targets de l'initiateur Microsoft, quand vous cliquerez sur le bouton Log on, cochez les deux cases pour obtenir une persistance des connexions et activer l'option MPIO.
Une fois ces pré-requis effectués, il ne reste plus qu'à configurer la SMS100 à partir du logiciel précédemment installé, HSNM2. Pour accéder à l'interface de gestion, il faut ouvrir un navigateur Internet et entrer l'adresse indiquée dans la documentation. Une fenêtre de connexion vous demandera de vous identifier. Une fois l’étape validée, une autre fenêtre s'ouvre et vous propose de configurer l'accès à votre nouvelle baie, suivre les instructions, tout est expliqué dans la documentation. Si cette étape est déjà effectuée, vous arrivez directement à la vue permettant de visualiser la ou les baie(s) à votre disposition. Cliquez sur la baie, la vue suivante s'affiche.

SIMULATION DE PANNE
DU CONTRÔLEUR ACTIF

Le plus dur est fait, il ne vous reste plus qu'à vérifier que tout est OK avant les premiers transferts. Allez dans le gestionnaire de disques Windows afin de contrôler qu'il n'y ait pas plusieurs fois le même disque visible. Si c'était le cas, vérifiez la configuration de l'initiateur iSCSI de votre machine. Au pire, réinstallez l'initiateur Microsoft, tout devrait rentrer dans l’ordre après. Nous avons lancé un long transfert de fichiers sur les deux disques configurés sur notre serveur. Ensuite nous avons simulé une panne du contrôleur actif en y débranchant le câble iSCSI connecté. Après quelques secondes où le transfert est fi gé, il reprend sans problème une fois que la bascule de lien est validée par le MPIO. Aucune perte de données constatée. Nous n'avons pas eu le temps, malheureusement, de tester la même chose avec une application de base de données transactionnelle. A priori, le comportement devrait être le même.

En conclusion, ce produit répond tout à fait à ce que l'on attend de lui et ce, pour un prix somme toute raisonnable. On navigue dans une fourchette allant de 5 000 $ (env. 3 500 euros) à 15 000 $ (env. 10 700 euros), auxquels il faudra rajouter le support. Le bas de la fourchette correspond à des configurations SATA avec 6 disques 500 Go et un seul contrôleur iSCSI, le haut concerne des confi gurations en SAS 12 disques de 400 Go et double contrôleur FC. De quoi répondre à pas mal de besoin.

initiateur iSCSI
Au niveau initiateur iSCSI Microsoft sur le serveur, il faut obtenir
l'équivalent de la vue suivante.


documentation
La démarche est suffisamment bien décrite dans la documentation fournie
(en anglais). Il est quand même possible d'obtenir une documentation traduite en
français. Pour la partie d'Auto Migration, les explications existent déjà en français.
C'est plutôt rare pour le signaler.

 

avantages_inconvenientsPour en savoir plus
L’Informaticien et le Competence Center, de Non Stop Systems, sont
partenaires pour la réalisation de tests de logiciels, de matériels ou de
services du marché. Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations
sur ces tests, n’hésitez pas à contacter Non Stop Systems à cette adresse :
ZI de la Madeleine, 27, rue de la Maison-Rouge, 77185 LOGNES
Tél. : +33 (0)1 60 95 08 80
Fax : +33 (0)1 60 95 08 81
ou sur le site www.nonstop.fr


/// Actuellement à la Une...
Pour s’inscrire sur le réseau social, il arrive depuis trois ans que Facebook demande l’adresse mail, mais aussi le mot de passe du compte mail de l’utilisateur. Et qu’il en profite pour collecter les adresses des contacts. Mais cela était purement « involontaire » plaide l’entreprise.

Selon un rapport réalisé par Alibaba Cloud Intelligence, l’unité Cloud Computing du groupe Alibaba, l’ampleur des attaques DDoS est en augmentation flagrante dans la période entre juin et novembre 2018.

L’ESN de la région de Bordeaux va regarder à 2 fois avant de renouveler son partenariat avec Oracle et propose à ses clients une offre de migration d’Oracle DB vers Postgre SQL en s’appuyant sur les travaux de sa Direction de Modernisation Technologique (DMT) et d’un partenariat avec une ESN tourangelle, Dalibo.

L’application de messagerie des pouvoirs publics contient au moins une faille, très rapidement découverte par un chercheur en sécurité et corrigée tout aussi promptement. La vulnérabilité permettait de contourner l’authentification des adresses mails .gouv.fr ou .elysee.fr.

Plusieurs testeurs du smartphone pliable de Samsung rapportent que l’écran du Fold se casse au bout de quelques jours. Une malfaçon ? Non, répond le Sud-Coréen, c’est la couche protectrice de l’écran qui a été enlevée par les utilisateurs.

Destinée à remplacer WhatsApp et Telegram dans les administrations, Tchap est disponible sur mobile et en client Web. Messagerie chiffrée, l’application n’est accessible qu’aux possesseurs d’une adresse mail gouv.fr.

Si seuls nos quatre opérateurs télécoms nationaux pourront enchérir à l'automne pour obtenir les précieux blocs de fréquences 5G, Orange assure ce matin que les entreprises participeront elles aussi à la nouvelle génération de technologie cellulaire, dans une démarche de co-construction chère à Stéphane Richard.

Nutanix met en disponibilité générale sa distribution certifiée de Kubernetes sous le nom de Karbon.

L’entreprise franco-américaine vient de finaliser un tour de table de 41 M$ auprès de divers investisseurs. Elle vise à faire migrer les grandes entreprises qui sont ses clients vers un nouveau modèle, celui de l’organisation apprenante.

Surprise ! Alors qu’un nouveau procès s’ouvrait aux Etats-Unis, Qualcomm et Apple enterrent la hache de guerre. Le règlement à l’amiable, dont les modalités financières ne sont pas connues, comporte un accord de licences sur six ans et la fourniture de puces. La récente décision d’Intel de ne pas produire de modems 5G pour les smartphones n’est certainement pas étrangère à ce dénouement.

Toutes les News