mercredi 23 janvier 2019
 

 

L’essentiel des XENSERVER ESSENTIALS

par La rédaction - Test publié dans le magazine L'Informaticien le 01/01/2010 Article Rating
Deuxième volet de l’exploration de l’outil de virtualisation de serveur XenServer de Citrix avec la prise en main de l'offre complémentaire "Essentials".

Le mois dernier nous avons abordé l'offre de virtualisation de serveur de Citrix par la partie gratuite : XenServer. Cette fois-ci, nous nous intéressons à l'offre complémentaire, les « Essentials ». Il est à noter que les Essentials existent pour Citrix XenServer ainsi que pour Hyper-V.
Cette offre payante se décline en version Enterprise et Platinum et vient étendre les possibilités de la plateforme de virtualisation précédemment déployée.
Elle comprend :
• l'activation des fonctions de haute disponibilité (High Availability) et de répartition de charge (Workload Balancing) sur les hôtes XenServer ;
• le StorageLink pour faciliter l'utilisation du stockage ;
• le Workflow Studio, automatisation de processus de gestion ;
• les LabManager & StageManager pour la gestion automatisée des configurations et le cycle de vie des VM (en version Platinum) ;
• les Provisionning Services, déploiement des charges serveurs en environnement virtuel (version Enterprise) et physique (version Platinum).

interface_affiche_les_etapes_pas_a_pas

Mise en oeuvre
Cela représente un nombre certain de produits. Beaucoup d'entre eux nécessitent l'utilisation d'une base de données. Pour une petite plateforme de virtualisation, il est possible d'installer l'ensemble de ces outils sur un serveur et d'utiliser une base MS SQL Express (fournie). C'est ce que nous avons fait, sur un seul serveur à la puissance modeste et qui accuse le coup sous la charge. Dédier un serveur à l'hébergement des bases de données ne sera pas superflu surtout si votre plate-forme est amenée à grandir un tant soit peu.

Les apports des Essentials sont donc nombreux. Toutefois, nous n’avons pas eu l'occasion de tous les tester dans le détail (notamment les Provisionning Services). Nous commençons par les fonctionnalités activées sur nos hôtes XenServer. Leur activation s'effectue par l'installation de la licence à partir de la console XenCenter. Au lieu du bouton « buy » (acheter) dans les onglets HA et WLB du pool de ressources, nous pouvons configurer les ressources correspondantes. La haute disponibilité est mise en oeuvre facilement et rapidement. Le point important est de bien réfléchir aux machines virtuelles que l'on souhaite protéger d'une panne matérielle. Trois niveaux sont possibles : protéger, redémarrer si possible, ne pas redémarrer. Suivant les ressources matérielles de votre plateforme de virtualisation, toutes les machines virtuelles ne peuvent pas être secourues, il faut donc faire un choix. L'assistant indique si vous dépassez les capacités de votre plateforme.

Deux éléments sont à prendre en compte dans un système de haute disponibilité : que celui-ci fonctionne bien en cas de panne (ce qui est le cas) et que le rétablissement du niveau de résilience initial soit aisé. Dans le cas de XenServer, le retour à la normale n'est pas intuitif. Suivant le rôle de l'hôte (maître ou esclave) qui est tombé en panne, il faudra jouer de la ligne de commande pour activer/désactiver la HA, désigner le maître à l'hôte qui revient de l'enfer. Bref, l'administrateur devra être calme et serein lors de la remise à la normale de la plateforme, ce qui est rarement le cas dans ce genre d'incident et pourrait empirer la situation en cas de mauvaise manipulation.
Remarque : Marathon Technologies édite un produit, développé en partenariat avec Citrix, Everun VM for XenServer permettant d'assurer la haute disponibilité de l’application exécutée par les machines virtuelles.

WLB et StorageLink
La mise en place de la partie WLB (Workload Balancing) est différente. Le WLB permet d'optimiser la répartition de la charge des hôtes suivant deux directives opposées (homogénéisation de la charge entre les hôtes ou concentration de la charge sur un nombre d'hôtes limité). Le WLB utilise une capacité d'apprentissage, c'est-à-dire que le comportement des hôtes et machines virtuelles est suivi dans le temps (données collectées dans une base de données) afin d'améliorer la répartition. Le principe est intéressant, mais nous ne l'avons pas testé suffisamment longtemps pour vous en dire plus sur cette fonction.

Pour ce qui est des autres changements notables, le suivi des performances des hôtes reste identique, mais il permet désormais de remonter jusqu'à une année. Nous avons également accès à un outil de rapport détaillé des hôtes (fichiers de confi gurations, logs). StorageLink est dédié à la gestion du stockage. L'idée de départ est que le stockage n'est pas géré par la même équipe que l'administration des serveurs. Citrix a donc développé une technologie permettant de faire un pont entre les deux. Cette application s'interface avec les API des équipements de stockage (suivant le standard SMI-S ou propriétaire) pour accéder à leurs fonctions (création de volume, snapshot, réplication, etc.).

Le serveur fonctionne hors bande, c'està-dire que les hôtes accèdent toujours directement au stockage. StorageLink s'intercale pour l'administration du stockage. Cette application nécessite également une base de données. L'utilisation de StorageLink est simple et plutôt intuitive, et la console montre clairement les étapes à suivre (connexion au pool de XenServer, puis au stockage, création de configurations types, déploiement de machine virtuelle, etc.). Le point important, avant de déployer cette application, est de consulter la liste de compatibilité matérielle pour s'assurer que StorageLink est capable de piloter votre équipement de stockage.

Un environnement de test
Nous avons évoqué au début de ce test le LabManager. L'objectif de cette application est de permettre à différentes équipes (par exemple les développeurs) d'utiliser une partie des ressources de la plateforme de virtualisation pour exécuter des tests sur des machines virtuelles. Le LabManager est en quelque sorte un environnement de travail dédié au test. Les utilisateurs pourront, à travers une interface web de gestion et suivant leur niveau d'accréditation, créer et déployer des confi gurations types (ensemble de VM préconfigurées) ou des applications sur des VM indépendamment de l'informatique de production. Une fois validées, ces VM pourront être déployées en production (StageManager). Là encore, une base de données est nécessaire et il faudra consacrer une part de la plateforme de virtualisation à cette utilisation. Cette application vise plutôt les entreprises d'une certaine taille où le service informatique est composé de plusieurs équipes indépendantes.

Test_d_un_Workflow

Le Workflow Studio est un outil d'ordonnancement des processus de gestion. En clair, il s'agit d'un outil permettant de créer et automatiser toutes tâches d'administration répétitives ou sur événement (workfl ow). Pour cela, le produit se décompose en deux, l'outil de planification de processus (ensemble de tâches) et l'outil de création des processus (Workflow Studio Designer). Ce dernier est un outil graphique de création de scripts. Il possède une bibliothèque de séquences de scripts que l'on peut utiliser en glisser/déposer pour composer un algorithme.
Le produit comprend déjà un ensemble de séquences pour des tâches d'administration d'hôtes XenServer ou encore d'Active Directory. Il est possible de compléter avec ses propres scripts (notamment en Powershell). Workflow Studio nécessite également une base de données.

Au vu de tous ces produits, nous voyons que les Essentials pour XenServer offrent un large panel de fonctionnalités. Cette offre est également un peu déroutante car, en défi nitive, les Essentials (comme leur dénomination le laisse entrevoir) sont un ensemble de produits s'articulant autour de XenServer. L'ensemble paraît décousu car décomposé en autant d'applications à installer séparément et ayant peu d'interactions entre elles.

Dans l'ensemble, ces applications ne sont pas trop compliquées mais, vu leur nombre et leurs objectifs différents, il est préférable de s'approprier chacun de ces produits les uns après les autres et de ne pas essayer de les déployer tous d'un coup. Leur utilisation en sera facilitée.

avantages_inconvenients


Pour en savoir plus
L’Informaticien et le Competence Center, de Non Stop Systems, sont
partenaires pour la réalisation de tests de logiciels, de matériels ou de
services du marché. Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations
sur ces tests, n’hésitez pas à contacter Non Stop Systems à cette adresse :
ZI de la Madeleine, 27, rue de la Maison-Rouge, 77185 LOGNES
Tél. : +33 (0)1 60 95 08 80
Fax : +33 (0)1 60 95 08 81
ou sur le site www.nonstop.fr

Autres tests Tests 2010, Serveurs

/// Actuellement à la Une...
Google a dévoilé un calendrier relatif à la migration d’Hangouts vers Chat et Meet. Si les nouveaux services seront lancés en avril, Hangouts ne sera pas éliminé de G Suite avant octobre. Pour le grand public, Hangouts sera supporté jusqu’à une date ultérieure, mais sans doute pas si lointaine.

Quels sont les langages de programmation les plus utilisés par les développeurs et surtout quels sont ceux à « bûcher » pour trouver du travail et être bien payé ? Et, au contraire, quels langages sont en perte de vitesse et risquent d’être abandonnés à plus ou moins long terme ? C’est ce que nous allons voir dans ces lignes, non codées. Article paru dans L'Informaticien n°172.

Pour la deuxième fois en deux ans, l’éditeur fait l’objet d’une plainte du Department of Labor pour discrimination. Le gouvernement américain l’accuse de discriminer les hispaniques et les afro-américains à l’embauche, tout en sous-payant femmes et personnes de couleur.

La bataille des assistants vocaux fait toujours rage, mais bientôt sans Microsoft. L’éditeur semble avoir décidé de faire évoluer Cortana dans le sens d’un service complémentaire d’Office 365 intégré à ses anciens concurrents, Alexa et Google Home.

Si Microsoft 365 ne se destine pour l’heure qu’aux entreprises et au monde de l’éducation, une version grand public pourrait bientôt voir le jour.

L’entreprise toulousaine, après une intense expansion outre-Atlantique, ferait machine arrière. Elle aurait fermé ses bureaux à Boston et San Francisco, tandis que Christian Olivier, son président en charge des US, serait sur le départ.

Après la cyberdéfense, la cyberoffense. Florence Parly a présenté en fin de semaine dernière la toute nouvelle doctrine de lutte informatique offensive des forces armées françaises, qui seront dotées en 2025 de 4000 « cybercombattants ».

L’autorité russe en charge de l’information et des communications annonce avoir lancé des procédures administratives à l’encontre des deux entreprises. Celles-ci se voient reproché de ne pas avoir fourni suffisamment de précision quant à leur mise en conformité avec la loi russe sur l’hébergement des données. Sous peine de blocage ?

La 11ème édition du Forum International de la Cybersécurité vient de s’ouvrir à Lille sur son site habituel du Grand Palais. Le thème des débats de cette année, la sécurité et la confiance, les deux mamelles d’un Internet libre et ouvert.

Le compte à rebours a commencé, aussi bien pour le toujours très populaire Windows 7 que pour le nettement moins usité Win...

Toutes les News