X
Synology / mercredi 15 mai 2019 / Thèmes: Partenaires, Synology

Virtual Machine Manager de Synology permet d’exécuter presque tous les systèmes d’exploitation sur votre boîtier NAS

Les périphériques de stockage en réseau (NAS) modernes ne servent pas uniquement à stocker des fichiers. Souvent, ces boîtiers sont des ordinateurs puissants à part entière. Ils peuvent exécuter toutes sortes de logiciels complémentaires pour étendre considérablement leurs capacités. Synology a étendu ces possibilités en permettant aux utilisateurs d’exécuter des systèmes d’exploitation entièrement séparés via la fonction Virtual Machine Manager (VMM).

Avec VMM, il est possible d’installer Windows ou Linux sur votre NAS et d’effectuer des tâches telles que l’alimentation ou la mise hors tension de leurs machines virtuelles, la surveillance de l’utilisation de leurs ressources, ou leur clonage et leur sauvegarde. Les machines virtuelles sont relativement faciles à mettre en œuvre et peuvent être protégées du pare-feu du reste du système, ce qui signifie qu'elles sont très sécurisées. Il est même possible d’exécuter plusieurs machines virtuelles à la fois. Une machine virtuelle facilite le test de nouvelles applications dans un environnement contrôlé, l’expérimentation d’un nouveau système d’exploitation sans nécessiter de nouveau matériel, ou l’exécution d’un ancien système d’exploitation de manière à pouvoir exécuter des logiciels incompatibles avec les versions les plus récentes.

Grâce à Virtual Machine Manager, Synology facilite et accélère l’essai et l’expérimentation et l’utilisation de machines virtuelles dans un environnement domestique ou professionnel. Virtual Machine Manager n’est pas disponible sur tous les Synology NAS. Il doit s'agir d'un modèle assez puissant (vous pouvez consulter la liste de compatibilité complète ici) qui exécute DSM 6.1.3 ou une version plus récente, dispose d'au moins 4 Go de RAM et d'un volume Btrfs.

Version pro

La version de base de VMM est déjà disponible, et des fonctionnalités de niveau professionnel viennent de se greffer avec une version professionnelle. Pour l'essayer sur votre Synology NAS, ouvrez le Centre de paquets, et installez Virtual Machine Manager. Une fois installé, ouvrez VMM et suivez l’assistant de configuration qui vous demandera de sélectionner le volume à utiliser et de vérifier les paramètres.

Une fois VMM opérationnel, l'étape suivante consiste à ajouter des fichiers ISO pour les systèmes d'exploitation que vous souhaitez installer. Vous pouvez télécharger gratuitement le fichier ISO de Windows 10 ici (vous aurez toujours besoin d’une clé d’activation BYO) et de nombreuses options Linux sont également disponibles.

Le processus d’installation exact dépend du système d’exploitation choisi. Il est donc intéressant de consulter les fichiers d’aide Synology. Le processus est généralement assez simple : téléchargez un fichier ISO, puis sélectionnez l'onglet Machine virtuelle et exécutez l'assistant. Vous pouvez également choisir les spécifications matérielles auxquelles la machine virtuelle a accès. Une fois la configuration effectuée, il vous suffit de la mettre sous tension et d'appuyer sur Connecter, puis de suivre le processus d'installation de votre système d'exploitation comme d'habitude via l'interface Web. Grâce à VMM, vous pouvez vérifier l'utilisation des ressources, modifier les paramètres ou approfondir des fonctionnalités plus avancées pour votre machine virtuelle. 

Le Synology VMM est assez polyvalent et offre une gamme de fonctionnalités allant au-delà de la simple configuration de machines virtuelles. Par exemple, VMM peut importer des machines à partir d'autres plateformes de machines virtuelles populaires, telles que VMware. Les machines virtuelles peuvent également être facilement sauvegardées (même en utilisant des instantanés pris toutes les cinq minutes) et être récupérées très rapidement en cas de problème. Vous pouvez même cloner une machine virtuelle actuelle pour en créer une nouvelle sans partir de zéro ni les migrer entre services.

La version Pro propose jusqu’à 4096 commutateurs virtuels, 255 instantanés par Machine virtuelle, un plan de réplication à distance, la migration du stockage également à distance ou encore l’exécution d’une machine virtuelle sur un hôte distant. Cette version peut être testée gratuitement pendant 30 jours

Enfin, si vous devez garantir la disponibilité maximale d'une machine virtuelle, la fonctionnalité Haute disponibilité présente dans la version professionnelle exécute deux machines virtuelles identiques. En cas d'échec, la seconde prend automatiquement le relais.

 

Print
2336

x