X
Arnaud de La Pommeraye / mercredi 19 juin 2019 / Thèmes: Test

Test Huawei P30 Pro

Le roi de la photo

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations, principalement dans le domaine de la photographie : un grand capteur, une plage focale étendue grâce à ses trois optiques signées Leica, et un piqué d’image bien présent. Voyons ce qu’il en est vraiment du dernier smartphone produit par le fabricant asiatique, n° 2 mondial du marché.

Les trois optiques Leica sont l’un des points forts du Huawei P30 Pro, avec des capacités optiques inégalées sur un smartphone. Il offre une plage ISO la plus étendue disponible sur un smartphone, de 64 à 65 000 ISO.

Le P30 Pro n’était pas encore sorti que toute la presse en parlait déjà. Et pour cause, le dernier né de la série P – optimisée pour la photo – est déjà propulsé sur le devant de la scène avec comme atout principal un module photo révolutionnaire, tant par ses composantes technologiques que par ses possibilités en matière de prise de vues. Les résultats nous ont très agréablement surpris. Mais commençons par une présentation générale du smartphone qui séduit aussi par son esthétisme et son écran OLED…

Première bonne impression

Avec sa forme allongée et ses bords incurvés, rappelant l’ergonomie des Samsung, le P30 Pro fait tout de suite très bonne impression tant au niveau de sa prise en main que de son indéniable qualité de fabrication, à l’image de son superbe écran FHD+ OLED de 6,47’’. Offrant une résolution de 2340x1080 (398 dpi), il couvre plus de 90 % de la surface du terminal. La luminosité est élevée (maximale : 670 cd/m²), les couleurs sont neutres et les contrastes infinis. Tout est donc réuni pour mettre parfaitement en lumière le détail des clichés pris avec le smartphone.

 

La réactivité au toucher est excellente et le lecteur d’empreintes réactif. L’encoche sur la face avant est réduite au capteur photo dédié aux selfies. Quant à la face arrière, on y retrouve le module photo composé des trois « fameuses » optiques Leica disposées les unes en dessous des autres, le flash et le capteur ToF (time of flight), pour optimiser l’exposition. La disposition globale est harmonieuse même si l’on regrette l’excroissance de la zone optique qui, malgré la volonté d’être la plus fine possible, n’offre pas une stabilité parfaite lorsque l’appareil est posé à plat. Fonctionnant sous Android Pie 9.1, le P30 Pro est propulsé par une puce octo-cœur Kirin 980 (8 Go de RAM, 128 ou 256 Go ROM de stockage, extensible via une carte d’extension mémoire Huawei NM de 128 GO). Celle-ci offre des performances élevées en termes de rapidité, quels que soient les applications ou jeux utilisés. La batterie de 4 200 mAh permet de tenir plus de 18 heures en usage intensif avant de nécessiter une recharge, de quoi avoir l’esprit libre plus d’une journée. Le P30 Pro est 4G et non 5G. Il faudra attendre 2020 – et le P40 Pro – pour profiter du très haut débit mobile, les puces 5G de Huawei étant semblet-il très convoitées par Apple pour ses futurs iPhone. Enfin, il offre le Bluetooth 5.0, le NFC et il est résistant à l’eau, à la poussière et aux éclaboussures (norme IP 68).

Photos de la même scène mais avec différents rapports de zoom 

1 : Photo prise au super grand-angle (16 mm). L’image est clairement détaillée. Le piqué est bien présent au centre avant de s’estomper légèrement sur les bords.

2 : Prise de vues au zoom 1x, soit le grand-angle de 27 mm. Rien à redire sur la qualité globale de l’image d’autant que nous sommes à contre-jour.

3 : Zoom 5x utilisé (équivalent du 135 mm). L’image reste piquée même dans les coins. L’un des atouts majeurs du P30 Pro.

4 : Le zoom 10x peut être utile pour se rapprocher du sujet, mais il perd sensiblement en définition.

Photo : changement de règles…

C’est incontestablement dans la section photo que l’on trouve la « vraie nature » du P30 Pro, ses atouts en la matière devenant selon nous le premier critère d’achat. Car Huawei, fort de son partenariat avec l’emblématique fabricant allemand Leica – bien connu pour ses Leica M –, a réussi à doter son nouveau smartphone de caractéristiques tout simplement hors du commun. Huawei a littéralement changé les règles de la photographie sur smartphone avec plusieurs innovations de taille qui balayent d’un trait ses principaux concurrents. Voyons plutôt… Le module photo se compose de trois optiques : un ultra grand angle de 16 mm qui ouvre à f/2.2 (résolution 20 Mpx), un grand angle de 27 mm (f/1.6) faisant office d’optique standard (40 Mpx) et un téléobjectif « zoom 5x » de 135 mm ouvrant à f/3.4 (8 Mpx) ; la stabilisation optique et logicielle est présente pour ces deux derniers. Côté usage, le passage d’une optique à l’autre est transparent pour l’utilisateur : soit par pincement/élargissement de l’écran, soit en choisissant un niveau de zoom sur la réglette affichée en superposition de la zone de prise de vues. Quant au capteur avant, il permet de réaliser des selfies de qualité avec une résolution de 32 Mpx (f/2.0). Huawei innove clairement avec un capteur 2 fois plus grand que celui de ses concurrents pour offrir aux clichés un très haut niveau de détails. Quant à sa structure RYYB (et non plus RGB), le filtre jaune (Yellow) laisse passer plus de lumière que le vert (Green). Réunies, ces deux composantes permettent d’obtenir des images piquées et contrastées à souhait dans la plupart des conditions de prise de vues : soleil, contre-jour, scènes de nuit. Sur ce dernier point, le P30 Pro permet d’atteindre un niveau inégalé à ce jour en termes de sensibilité puisqu’il offre une plage ISO la plus étendue disponible sur un smartphone, de 64 à 65 000 ISO à l’image d’un reflex. Les modes de prise de vues sont multiples de quoi laisser libre cours à sa créativité : ouverture (pour jouer l’effet Bokeh), cliché nocturne, portrait (avec option d’embellissement du visage), photo (le mode standard), vidéo, Pro (pour choisir soi-même les paramètres (ISO, vitesse, zone de mesure de la lumière, type de mise au point, balance des blancs… comme sur un Reflex) ainsi que de divers autres modes : monochrome (façon Leica avec différentes options de contraste), filtres, panoramique, HDR, time-lapse, light painting, aquatique… Un panel très complet donc qui ravira les photographes avertis et experts.

Nos tests (voir les images ci-jointes) montrent que la qualité des optiques est bel et bien au rendez-vous. La colorimétrie est neutre et le rendu homogène sur toute l’image, y compris en mode grand-angle où la déformation de l’image est bien maîtrisée. Au niveau zoom 5x, l’image est piquée, la stabilisation optique et logicielle faisant parfaitement leur « job ». À des niveaux de zoom supérieur à 10, il faudra poser le téléphone sur un support pour éviter un flou de bougé. Le mode macro est quant à lui tout simplement génial, nous permettant de nous rapprocher jusqu’à 2,5 cm du sujet. Inédit sur un smartphone.

Seul point noir, inhérent à tous les smartphones, la photo au flash. Disons plutôt avec une lampe d’assistance. Celle-ci écrase les ombres. Le résultat est plus probant en laissant l’appareil choisir soi-même sa sensibilité pour obtenir un cliché bien plus nuancé sur l’ensemble de l’image. Côté vidéo, le P30 Pro filme en UHD (3840x2160) à la cadence de 30 images secondes (MP4 ou 3GP). Les résultats sont également à la hauteur d’autant que l’image est stabilisée. De là à remplacer une GoPro, nous n’en sommes pas encore là. Côté son, le P30 Pro dispose d’un haut-parleur situé sur la tranche inférieure droite de l’appareil. Le rendu est de bonne facture, le son étant clair, riche et suffisamment puissant pour les occasions courantes.

Le mode macro jusqu’à 2,5 cm du sujet – même s’il est peu utilisé en pratique – permet de révéler tous les détails d’un objet, d’un animal, d’une fleur…

En remplacement d’un Reflex ?

Face à ces résultats hors du commun pour un smartphone, nous sommes en droit de nous poser la question : le P30 Pro peut-il remplacer l’appareil photo traditionnel, lourd et encombrant même avec un zoom trans-standard ? Oui, si le but est de visionner les clichés sur un écran 4K ou faire des petits et moyens tirages papier. Plusieurs de nos confrères n’ont pas hésité à le nommer « meilleur photophone au monde ». L’idée est effectivement séduisante car Huawei a vraiment réalisé un travail de génie en la matière. Le plaisir de prendre des photos de qualité est indéniable.

Le P30 Pro semble donc prédestiné à tous ceux qui recherchent un excellent photophone polyvalent. Commercialisé aux alentours des 1 000 euros (version 128 Go), le nouveau smartphone de Huawei est un sérieux concurrent au Samsung Galaxy S10 et à l’iPhone XS.

Photo prise vers 23h avec le mode « Cliché nocturne ». L’image finale est conçue par empilement de différentes prises de vues pour faire apparaître le maximum de détails dans les ombres. Mais l’image peut paraître un peu « trafiquée » comparée à un cliché pris avec le mode Photo standard (IMG8). Le 30 Pro fait merveille en faible luminosité d’autant qu’il offre une plage de sensibilité étendue, de 64 à 409 600 ISO !


Contenu du package

Le package comprend le téléphone, les écouteurs filaires USB-C (forme boutons) et le chargeur secteur rapide. On regrette l’absence du convertisseur USB-C vers jack 3,5 mm pour écouter la musique sur ses anciens écouteurs, sur une chaine Hi-Fi ou dans sa voiture sans passer par le Bluetooth. Pas non plus de film/vitre de protection posé sur l’écran par le fabricant ni de coque de protection. Dommage car ces éléments étaient fournis en standard avec le P20 Pro. Ils deviennent ici des accessoires optionnels, et indispensables pour protéger ce nouveau bijou. Le P30 Pro existe dans quatre coloris : noir, orange, nacré et aurora.

3590

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Après Oodrive en janvier, c’est au tour de Outscale d’obtenir la précieuse qualification SecNumCloud, délivrée par l’Anssi. Outre la reconnaissance des engagements de la filiale de Dassault Systèmes en matière de sécurité, ce « visa de sécurité » est surtout un argument dont Outscale pourra se targuer auprès de ses clients.

Big Blue est réputée pour ses avancées technologiques développées dans ses laboratoires. IBM Research a encore frappé avec un nouvel algorithme capable de synthétiser les réseaux de neurones profonds.

Le Cloud pour les grandes entreprises de Dell Technologies se rénove pour apporter une meilleure gestion du stockage et une meilleure visibilité sur les coûts.

Compuware vient de rendre publique une étude réalisée pour son compte par Vanson Bourne auprès de 400 responsables informatiques dans le monde. Le principal résultat est que seulement 7 % des entreprises ont automatisé leurs tests d’applications sur mainframe.

Pour beaucoup d’applications, un faible temps de latence reste un critère essentiel. Aussi le Cloud Amazon va multiplier ses implantations de petits datacentres au plus près de ses clients.

Sous la contrainte de la norme DSP2, le secteur bancaire est contraint d’évoluer vers des opérations plus ouvertes vers l’extérieur en suivant un concept relativement nouveau, l’Open Banking. HSBC s’appuie sur la plate-forme de Mulesoft pour créer de nouveaux services et mieux servir ses 38 millions de clients.

Si financièrement le temps n’est pas au beau fixe pour l’équipementier, il tente de rassurer à l’occasion de son évènement londonien, et mise sur l’intelligence artificielle, avec Mist sur la partie WLAN, pour renouer avec la croissance.

C’est une première : un outil développé dans le cadre du « Data Transfer Project » va être mis à disposition du public pour transférer des fichiers personnels entre deux grandes plates-formes, directement, sans téléchargement intermédiaire. Une pratique qui devrait se généraliser rapidement.

GitHub a sorti une nouvelle version en bêta de son service Actions. Publié pour la première fois en 2018, il est voué à l’organisation de workflows en liaison avec des événements. Sa principale nouveauté est le support de l’intégration et du déploiement en continu (CI/CD). La version finalisée était attendue pour la mi-novembre 2019. Article paru dans L'Informaticien n°181.

L’emblématique constructeur de voitures de sport certifie ses véhicules à la revente avec la blockchain de Salesforce. Celle-ci avait déjà servi à certifier une Lamborghini Aventador S comme une œuvre d’art.

Toutes les News
LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs