X
Alain Clapaud / mercredi 13 juin 2018 / Thèmes: Dossier, IA

Robotic Process Automation

Quand les Bots remplacent les derniers humains dans les processus

Un nouveau niveau d’automatisation pourrait bien être franchi dans les entreprises. Le RPA veut remplacer les dernières étapes manuelles des workflows par des bots et, à terme, par des IA.

Microsoft et McDonald’s testent aux États-Unis le duo « RPA + Chatbot » pour remplacer l’opérateur de prise de commandes au Drive In’, avec d’emblée de premiers résultats très probants.

On l’appelle RPA pour « Robotic Process Automation » et c’est la grande tendance du moment dans le domaine du BPM. Ces logiciels automatisent les tâches effectuées par l’homme dans les processus actuels. Pour y parvenir, le RPA met en œuvre toute une batterie de techniques, de la plus simple aux plus complexes pour automatiser ces dernières tâches d’un workflow qui nécessitent une intervention humaine. Le robot de capture de Contextor, par exemple, peut aller chercher une ou plusieurs données dans une page web, une application Windows, Java, un écran 3270 ou les applications de la suite Office. Le bot peut déclencher de lui-même des actions comme générer un ticket sur ServiceNow, créer un nouveau contact ou nouveau compte client sur Salesforce.com ou un ordre d’achat sur SAP.

Au cours du dernier salon Documation, Philippe Poux, directeur général de Contextor, expliquait qu’« en règle générale, lorsqu’ils connaissent le RPA, les métiers demandent à automatiser les phases de couper/coller afin de libérer du temps pour que les collaborateurs puissent discuter avec leurs clients, négocier. On remonte dans la chaîne de valeur et on se débarrasse de ce qui alourdit les process. »

Cette automatisation intéresse particulièrement les entreprises car elle est rapide à mettre en œuvre et présente un ROI ultra-rapide car les processus et les applications ne sont pas remis en cause, seules les étapes humaines sont remplacées. Les analystes de Forrester estiment le coût annuel d’un bot entre 5 000 à 1 000 $ par an. Un bot pouvant remplacer de trois à cinq employés humains, le ROI est facile à imaginer.

L’architecture d’une plate-forme de RPA moderne, ici la plate-forme d’AutomationEdge qui est aussi disponible en mode RPAaaS (RPA as a Service).

Le RPA de plus en plus couplé avec l’IA

Les entreprises adoptent dans un premier temps le RPA pour « robotiser » les tâches de back office sans valeur ajoutée. Philippe Poux ajoute qu’« elles commencent généralement par automatiser le patrimoine informatique existant puis, arrivé à un certain stade, elles souhaitent traiter des documents sous forme d’images ; donc on a besoin d’OCR. C’est comme cela que l’IA arrive dans le RPA, afin de compléter les process. » Ce couplage entre le RPA et les algorithmes d’IA permet à cette robotisation des processus d’aller bien au-delà du simple « scraping » de données sur des pages écran. Le bot peut ainsi identifier les coordonnées d’un fournisseur dans une facture scannée, traduire une requête reçue par e-mail ou par Skype, etc. Tous les éditeurs de solutions de RPA proposent maintenant des interfaces vers les principaux services d’IA dans le Cloud, qu’il s’agisse d’IBM Watson, de Google, de Microsoft ou encore d’Abbyy pour le volet OCR. Julien Kopp, directeur Robotic & Cognitive Automation chez Deloitte France souligne que « Les fonctions cognitives que l’on peut ajouter à une solution comme UiPath ou les autres solutions de RPA via des intégrations avec des IA best-of-breed comme IBM Watson qui sont très faciles à intégrer à UiPath. Cela permet de remplacer l’humain sur des tâches verticales avec le NLP (Natural Langage Processing), la vision par ordinateur, etc. » Les éditeurs de RPA vont ajouter de plus en plus de fonctions cognitives, mais sur des tâches très limitées. Daniel Dines, co-fondateur d’UiPath a bâti le succès de sa société sur ce marché des RPA par sa maîtrise de l’IA, en particulier la vision par ordinateur, activité d’origine de l’éditeur : « Le RPA est, par essence, cognitif car il faut reconnaître le texte sur une image. Nous avons démarré notre activité sur la vision par ordinateur et l’IA permet à la plate-forme de détecter si des modifications sont apparues sur la page où elle va extraire la donnée. »

L’utilisation d’une plate-forme RPA ne demande pas un niveau d’expertise très élevé en termes de programmation. Le développeur doit travailler de pair avec un expert du processus qu’il s’agit d’automatiser.

Vers un couplage RPA/chatbot de plus en plus fréquent ?

L’usage de l’IA dans les processus va devenir de plus en plus fréquent afin de traiter des tâches de front office. Le dernier élément humain du processus, qu’il s’agisse de l’opérateur en centre d’appel ou de l’agent au guichet, pourrait bien rapidement laisser la place à un chatbot. C’est un scénario évoqué par Alain Bernard, division One Commercial Partner, Microsoft France : « Nous avons développé un cas d’usage très intéressant pour McDonald’s aux États-Unis. Le Drive’in présente traditionnellement un taux d’erreur très important : la personne qui prend les commandes derrière son micro est souvent gênée par les bruits extérieurs et comprend mal ce que dit le client. La mise en place d’une chatbot avec de l’Intelligence artificielle pour filtrer les sons, convertir la conversation via Speech To Text puis intégrer la commande dans l’application de prise de commande existante a permis de faire chuter le taux d’erreur de 30 à 10 %. »

Un marché en train de se structurer rapidement

Alors que la demande des entreprises explose, les éditeurs sont en train de se structurer. Du côté des pure players du RPA, Automation Anywhere affichait une croissance du chiffre d’affaires de 146 % en 2017, UiPath vient de lever 153 millions de dollars et atteindre ainsi le statut de Licorne. En parallèle, les éditeurs de BPM se tournent vers ces spécialistes afin de doper leurs plates-formes au RPA. Appian qui a noué un partenariat avec Blue Prism, ITEsoft qui s’est tourné vers le Français Contextor tandis que de son côté, Pegasystems dispose aujourd’hui de sa propre solution de RPA suite à l’acquisition de l’éditeur OpenSpan, en 2016. L’offre logicielle se structure et des leaders sont en train d’émerger, mais outre les employés qui seront remplacés par ces robots logiciels, le RPA pourrait faire d’autres victimes collatérales, les outsourceurs : « Le RPA est aujourd’hui un vrai challenge pour les outsourceurs qui risquent de perdre une partie de leur activité BPO, puisque les entreprises vont pouvoir rapatrier ces process en France sur des robots », estime Éric Dupont, associé chez PMP Conseil. Du rôle de simple outil de « scraping » d’écran, le RPA est en train de changer de dimension et va, d’une certaine façon, redéfinir le monde du travail.


« LE RPA EST LE MEILLEUR MOYEN DE FAIRE ENTRER L’IA DANS LES ENTREPRISES »

Daniel Dines, co-fondateur d’UiPath

« Nous considérons que le RPA est le meilleur moyen de faire entrer l’IA dans les entreprises. Il faut voir l’IA comme le cerveau et le RPA comme le corps. Avoir l’un sans l’autre n’a pas de sens et c’est la raison pour laquelle beaucoup de start-ups qui ont été lancées sur l’IA depuis 2015 vont échouer. Elles ont fait parfois d’excellentes choses mais sans traction du marché, car il est difficile de partir d’une technologie pour en faire un processus d’entreprises. Nous avons conçu la plate-forme pour le faire, une plate-forme qui va amener l’IA aux entreprises. »
Print
5336

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
La plus grosse levée de fonds de la FrenchTech n'est plus celle de BlaBlaCar de 2015 (177 M€) mais celle dont vient de bénéficier Meero, le disrupteur du marché de la photo.

Il en a marre, le géant de Mountain View. Depuis de longues années il promeut le RCS, remplaçant promis du SMS, mais les opérateurs prennent leur temps. Alors, pour offrir le meilleur service possible aux utilisateurs, Google pousse le RCS par défaut sur Android Message en France et en Grande-Bretagne, contournant au passage les telcos.

Une enquête d’Opinium pour le compte d’Okta indique que les Français souhaitent se détourner des technologies de mots de passe.

Disponible en France depuis le 5 avril dernier, le P30 Pro est le nouveau porte-étendard du fabricant chinois Huawei. Six mois après la sortie du Mate 20 Pro, le P30 Pro attire tous les regards à cause de ses innovations, principalement dans le domaine de la photographie : un grand capteur, une plage focale étendue grâce à ses trois optiques signées Leica, et un piqué d’image bien présent. Article paru dans L'Informaticien n°177.

L’éditeur de solutions de stockage annonce de nouvelles solutions et services qui enrichissent son environnement en s’appuyant sur sa pile hyper convergente.

Mais quelle est donc cette mystérieuse vulnérabilité critique de Firefox que Mozilla vient de patcher. Sinon un court texte descriptif, les CERTs sont muets à son sujet et la documentation Bugzilla n’est pas disponible au commun des mortels. On sait seulement que cette faille 0day a déjà été exploitée.

GitHub, propriété de Microsoft, annonce le rachat du tout jeune Pull Panda. A tout juste un an, cette startup fournit une gamme d’outils collaboratifs destinés à la révision de code informatique. Désormais gratuites, ces fonctionnalités seront progressivement intégrées à GitHub.

Pas de compteur sur le site officiel des soutiens à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris ? Qu'à cela ne tienne, des devs citoyens ont remédié à ce défaut de transparence.

Au Google Cloud Summit, qui se tient aujourd’hui à Paris, la direction du géant du cloud public a confirmé les orientations annoncées en avril. Si la division Google Cloud continue de parler de technologies et de technique, elle s’attaque aux verticaux et en particulier au secteur de la finance.

Le laboratoire pharmaceutique et le fournisseur de services Web vont mettre en place un nouveau laboratoire virtuel pour innover dans le domaine de la santé en puisant dans les nouvelles technologies.

Toutes les News

LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs