X
OpenClassrooms
Christophe Guillemin / lundi 17 septembre 2018 / Thèmes: Formation, Dossier

OpenClassrooms

L’e-learning « non élitiste » à la conquête du monde

Jeune pousse montante de l’EdTech française, OpenClassrooms propose des formations 100 % online qui attirent plus de 3 millions d’utilisateurs par mois. Après les cours gratuits, l’école se développe aujourd’hui autour de « parcours diplômants », garantissant de trouver un emploi sous 6 mois. Une formule payante, que l’école compte aujourd’hui décliner à l’international.

Les locaux parisiens de l’école : elle emploie aujourd’hui 25 collaborateurs et compte en embaucher une centaine en 2018.

Soixante millions de dollars ! Tel est le montant record de la levée de fonds réalisée par OpenClassrooms en mai dernier. Cet acteur de l’e-learning a tout simplement réussi à boucler un des plus gros tours de table de l’année 2018, sur l’ensemble de la French Tech. Qui est donc cette pépite tricolore qui a séduit un groupe d’investisseurs emmené par le fonds américain General Atlantic, accompagné de Citizen Capital, Alven et le fonds Ambition Numérique géré par Bpifrance ?

« Nous proposons des formations en ligne gratuites autour des métiers de l’IT, mais aussi du marketing, des RH ou du management, avec comme grand principe d’être accessibles à tous. Et pour ceux qui le souhaitent, nos offres payantes permettent de suivre un parcours professionnalisant débouchant sur un diplôme reconnu par l’État. Et surtout : avec un emploi garanti sous six mois », résume Mathieu Nebra, co-fondateur de cette école en ligne. Une formule qui semble avoir trouvé son public. Chaque mois, plus de 3 millions d’utilisateurs se connectent à ce campus numérique. Si OpenClassrooms ne communique pas son chiffre d’affaires, cet acteur montant de la « EdTech » annonce une croissance de 150 % par an.

C’est bien entendu la « formation jusqu’à l’emploi » qui est au cœur du modèle économique de l’école. Cette offre « Premium », facturée 300 euros par mois, permet d’obtenir un diplôme, puis d’être recruté en CDI ou en CDD avec une durée minimale de six mois. Même s’il doit bien entendu mener les démarches de recherche d’emploi par lui-même, l’étudiant sera accompagné par un conseiller jusqu’à l’obtention du poste. Un réseau d’entreprises partenaires facilite la recherche. Parmi les principales entreprises ayant embauché des diplômés d’OpenClassrooms, figurent le groupe LVMH, Capgemini, Disney ou encore Alten.

« Notre succès est dans ce parcours jusqu’à l’emploi. Si l’étudiant ne trouve pas un poste dans les six mois, ce qui est très rare, nous lui remboursons sa formation ! », souligne Mathieu Nebra. L’école annonce un taux d’employabilité proche des 100 %. Précisément, 75 % des étudiants terminent leur formation diplômante : sur ce total, 98 % obtiennent un diplôme et quasiment 100 % des diplômés décrochent un emploi. En 2018, plus de 1 500 étudiants ont trouvé un poste, indique OpenClassrooms. D’ici à 2025 l’école ambitionne de « former et insérer professionnellement » un million d’étudiants.

Des formations « non élitistes » mais pas d’entrée de gamme

L’école propose plus de trois cents cours « certifiants » – débouchant sur un diplôme –, dans des domaines liés au numérique, comme le développement web, ou mobile, les systèmes et réseaux ou le marketing digital. Depuis trois ans, OpenClassrooms a également entamé une diversification de son contenu pédagogique au-delà de l’IT pur, pour couvrir des thématiques telles que les RH, le management, l’entreprenariat, la gestion de projet ou même le design produit. Mais la formation phare de l’école reste celle dédié au développement web, qui intègre 43 cours certifiants, allant de la conception de sites web (PHP, HTML5, CCS3, JavaScript…), à l’administration de bases de données avec MySQL, en passant par la construction d’API REST avec Symfony.

« Le développement web est la formation historique de l’école. À l’origine, en 1999, j’ai développé un petit site de formation, baptisé “ Site du Zéro ”, qui expliquait les bases de la création d’un site web. J’étais alors en 4e et je ne trouvais pas de livres adaptés pour les débutants. J’ai reformulé ce que j’ai appris et mis en ligne ce site, qui se voulait accessible aux novices. Il a connu un petit succès, grâce au bouche-à-oreille. Il s’est ensuite étoffé avec des forums collaboratifs et de nouveaux cours. » En 2002, Mathieu Nebra rencontre Pierre Dubuc, alors visiteur du site, avec qui il décide de le développer grâce à des cours rédigés par les visiteurs eux-mêmes. Pour maintenir un certain niveau de qualité pédagogique, ces cours sont publiés après validation par un comité d’experts. Le catalogue s’étoffe rapidement grâce à cette approche communautaire. En 2007, les deux partenaires créent la société Simple IT, qui sera rebaptisée OpenClassrooms en 2013. Les cours étant gratuits, le site est alors financé par la publicité. En 2015, l’école passe un nouveau cap en proposant ses premiers parcours diplômants et payants, basés cette fois sur des contenus réalisés par des professionnels.

Le passage au modèle payant ne change pas l’esprit général de l’école, qui reste de proposer des formations simples et très accessibles. « Il n’y a pas de sélection élitiste. Nous demandons juste quelques compétences de base lors de l’inscription. D’ailleurs, la majorité des étudiants ne sont pas issus de l’IT », poursuit Mathieu Nebra. « Nous revendiquons cette accessibilité qui permet de donner sa chance au plus grand nombre. Cela ne signifie pas pour autant que nos formations sont d’entrée de gamme. Elles sont réalisées et encadrées par plus de deux cents formateurs experts dans leur domaine », tient à souligner Mathieu Nebra. Parmi les partenaires pédagogiques, OpenClassrooms collabore avec des grands industriels tels que Axa, Microsoft, Oui-SNCF en encore Google, avec lequel la jeune pousse française a noué un partenariat en 2015 pour former des développeurs cloud.

Pierre Dubuc et Mathieu Nebra proposaient dès 2005 que les visiteurs du site, alors baptisé « Site du Zéro », puissent rédiger leurs propres cours.

Des formations 100 % online

Les cours d’OpenClassrooms sont proposés uniquement en ligne, sans aucune étape en « présentiel ». Pour autant, les étudiants peuvent se retrouver physiquement dans des espaces de coworking proposés par des partenaires de l’école à Paris, Bordeaux, Toulouse Lille ou Marseille. Il s’agit juste d’entre-aide entre étudiants, aucun professeur n’est présent dans ces espaces.

Sur la plate-forme en ligne, les cours intègrent classiquement différents formats de contenus (textes, photos, vidéos, quiz…). Mais la vraie spécificité d’OpenClassrooms réside dans son dispositif d’accompagnement. Chaque étudiant est ainsi suivi individuellement par un mentor. « Il s’agit d’un professionnel du secteur avec lequel l’étudiant va avoir un rendez-vous en visioconférence chaque semaine. Le mentor va le coacher en lui donnant des objectifs personnalisés pour la semaine suivante, en maintenant sa motivation et en débloquant les éventuelles situations problématiques », explique Mathieu Nebra. Ce mentor n’est pas un professeur. Il n’enseigne pas aux étudiants, mais les accompagne dans leur apprentissage, qu’ils doivent réaliser seuls avec les cours en ligne.

Au début de la formation, l’étudiant est rapidement « mis dans le bain » en démarrant directement par un premier projet concret. La formation se poursuit avec une série d’autres projets (entre 5 et 10), d’une complexité grandissante. Ce parcours va durer de 6 à plus de 12 mois. Après une première validation des compétences par le mentor, un jury examine l’ensemble des projets et délivre le diplôme. Une cinquantaine de diplômes sont ainsi proposés, avec un niveau allant de Bac +2 à Bac +5. Ils sont reconnus par l’État (validé au RNCP, le Répertoire national des certifications professionnelles).

Les cours exploitent principalement la vidéo, le texte ou les schémas, ainsi que des quiz « corrigées entre pairs », c’est-à-dire par d’autres étudiants, de manière anonyme et aléatoire.

Développement à l’international

Grâce à la levée de fonds réalisée en mai, OpenClassrooms entend continuer d’étoffer son catalogue, mais surtout s’ouvrir plus largement à l’international. Aujourd’hui, 60 % du trafic sur le site provient de la France et le reste est issu en grande majorité de pays francophones. Seul un nombre limité d’étudiants étrangers utilisent la plate-forme. Ils sont principalement basés au Royaume-Uni ou en Amérique du Nord (lire encadrés internationaux). Cela s’explique par le fait que moins d’une dizaine de formations sont aujourd’hui disponibles en anglais. « Notre ambition est de passer à 50 % de formations en anglais d’ici à 18 mois. Nous allons principalement cibler le Royaume-Unis et les États-Unis avec des formations localisées, c’est-à-dire correspondants à la demande métier de chaque région », précise Mathieu Nebra. Par exemple, OpenClassrooms envisage une formation autour du métier de « Product manager IT » à destination des États-Unis. « C’est une fonction internalisée aux États-Unis, alors qu’en France, ce type de tâche est confiée en général à des ESN », indique-t-on chez OpenClassrooms. Pour réaliser ces nouvelles formations, l’école débute une campagne de recrutements de formateurs internationaux. « Nous allons également déployer des équipes locales, pour la partie commerciale et l’encadrement », conclut Mathieu Nebra. Objectif : réaliser 50 % du chiffre d’affaires de l’école en dehors de la France d’ici moins de deux ans.


« Je cherchais un poste stable après plusieurs années dans la vente »
Michael, 37 ans, développeur front-end au Royaume-Uni

Suite à une première carrière dans le commerce, Michael a souhaité se reconvertir professionnellement en 2017 pour devenir développeur front-end. « Initialement, je n’étais pas un passionné d’informatique. Mais après plusieurs années de travail, passant d’un job à un autre, je cherchais un poste stable et intéressant, dans un domaine où je pourrais créer ma propre activité. » Il choisit alors une formation autour du développement Front-end proposée par OpenClassrooms. « Ce fut assez intensif, avec des projets nécessitant beaucoup de travail. Il faut bien savoir s’organiser ». Selon lui, les points forts de la formation sont le principe du mentorat et la qualité des projets proposés. « Bon nombre de choses que j’utilise maintenant dans mon travail quotidien faisaient partie de la formation. » Michael est aujourd’hui développeur indépendant au Royaume-Uni. « Le marché est en plein essor, il y a beaucoup d’opportunités en ce moment. »

 


« Le développement web va me permettre de développer mon activité »
Tania, 32 ans, photographe au Canada

Photographe professionnelle, pour des mariages et autres événements privés, Tania souhaitait ajouter une corde à son arc pour développer son activité sur le Net. En 2018, elle décide de suivre une formation de développeur front-end chez OpenClassrooms. « En ajoutant le développement web à mes compétences, je vais pouvoir étoffer mon offre autour du numérique. L’idée est de proposer un site web où mes clients pourront retrouver les photos, les partager avec leurs proches, etc. ». Tania est toujours en formation. Son parcours diplômant devrait se terminer d’ici à quelques mois. « Cela représente beaucoup de travail. Mais je suis une personne axée sur les défis et j’aime la pression qui accompagne la livraison des projets à temps. » Elle apprécie particulièrement le fait que la formation soit plus pratique que théorique, avec une série de projets concrets. « L’approche pédagogique progressive est également une bonne chose. Cela devient de plus en plus compliqué, mais l’on arrive globalement à suivre. »

Print
1750

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
Si Microsoft 365 ne se destine pour l’heure qu’aux entreprises et au monde de l’éducation, une version grand public pourrait bientôt voir le jour.

L’entreprise toulousaine, après une intense expansion outre-Atlantique, ferait machine arrière. Elle aurait fermé ses bureaux à Boston et San Francisco, tandis que Christian Olivier, son président en charge des US, serait sur le départ.

Après la cyberdéfense, la cyberoffense. Florence Parly a présenté en fin de semaine dernière la toute nouvelle doctrine de lutte informatique offensive des forces armées françaises, qui seront dotées en 2025 de 4000 « cybercombattants ».

L’autorité russe en charge de l’information et des communications annonce avoir lancé des procédures administratives à l’encontre des deux entreprises. Celles-ci se voient reproché de ne pas avoir fourni suffisamment de précision quant à leur mise en conformité avec la loi russe sur l’hébergement des données. Sous peine de blocage ?

La 11ème édition du Forum International de la Cybersécurité vient de s’ouvrir à Lille sur son site habituel du Grand Palais. Le thème des débats de cette année, la sécurité et la confiance, les deux mamelles d’un Internet libre et ouvert.

Le compte à rebours a commencé, aussi bien pour le toujours très populaire Windows 7 que pour le nettement moins usité Win...

Pour la première fois, la Cnil condamne sur la base du RGPD. Et ce n’est nul autre que Google qui en fait les frais et se voit condamné à 50 millions d’euros d’amende pour une liste de manquements longue comme le bras.

La nouvelle est tombée vendredi : l’Elysée a trouvé le futur président pour la Cnil. Une présidente à nouveau, en la personne de Marie-Laure Denis, ancienne membre du CSA et de l’Arcep. Sa nomination doit encore être validée par le Parlement.

Ça pousse fort sur le marché entreprises. Iliad, dont les offres de cloud privé et public ont été regroupées autour de la marque Scaleway, prend la majorité du capital de Jaguar Network, mettant la main au passage sur deux datacentres, à Lyon et à Marseille.

C’est une fort grosse base de données qui vient d’être découverte. Contenant 702,9 millions d’adresses e-mail uniques, ainsi que 21,2 millions de mots de passe provenant de diverses fuites, Collection#1 se distingue d’ores-et-déjà comme la plus importante base de données du genre. Et 140 millions d’adresses ne sont pas issues de fuites connues.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


Tous les Livres Blancs