X
Loïc Duval / dimanche 5 novembre 2017 / Thèmes: Dossier

Microsoft Teams : Des équipes et des discussions pour mieux collaborer

Office 365 est en passe de totalement bouleverser les schémas collaboratifs au sein des entreprises. Sa nouvelle brique, MS Teams, donne davantage de cohérence à l’univers Microsoft, tout en l’ancrant dans les nouveaux usages de communication.

Le travail collaboratif est un peu une arlésienne qui focalise l’attention des éditeurs de logiciels – et leur marketing – depuis la fin des années 80 et l’introduction de Lotus Notes. 

Microsoft a toujours été l’un des piliers de cette croisade pour implanter des outils à même de fluidifier la collaboration au sein de l’entreprise, avec comme porte étendard les incontournables Exchange, Sharepoint et Office.

Pour autant, la donne a été complètement bouleversée par l’arrivée dans le paysage des réseaux sociaux, de la mobilité et du Cloud. Les réseaux sociaux ont changé la façon de discuter et de diffuser l’information. Parallèlement, les utilisateurs ont cherché à rester en contact avec leurs collègues par le biais de leurs smartphones et ont permis à toute une nouvelle génération de messageries instantanées « mobiles » de s’imposer à commencer par Twitter, WhatsApp, SnapChat, et tant d’autres. Le Cloud a fluidifié et simplifié les transferts et les échanges avec des offres novatrices comme Dropbox, Box ou même WeTransfer. Enfin, Google Docs et sa co-édition en ligne de documents sont venus proposer une approche simplifiée – voire simpliste – de la bureautique et appuyer sur le talon d’Achille de la suite Office depuis ses origines : l’impossibilité d’ouvrir à plusieurs un même document.

Il s’ensuivit une profonde transformation des usages et des interactions entre les collaborateurs sur laquelle sont venus surfer des pionniers comme Slack.

Le nouvel ordre collaboratif

Microsoft a évidemment réagi à tous ces mouvements concurrents avec, dans un premier temps, Skype, OneDrive, et les Office Web Apps, qui implémentaient la co-édition sous Word, Excel et PowerPoint mais exclusivement depuis le navigateur web.

Cependant, l’arrivée d’Office 365 a véritablement permis à l’éditeur de reprendre la main sur ce marché. Office n’est plus désormais présenté comme une suite bureautique mais comme une suite collaborative. OneNote, Word, PowerPoint, et même Excel depuis juillet dernier, supportent enfin la co-édition des documents, et ce, que les utilisateurs exploitent les versions web, les versions mobiles ou les véritables versions Windows de ces incontournables outils.

Mais surtout, Office 365 est une véritable plate-forme extensible et cloud qui ne cesse de s’enrichir et d’en offrir toujours plus : Delve, Forms, Yammer, Power BI, Planner, etc.

Des outils en vogue

Le dernier effort de Microsoft en matière de collaboration a été lancé en mars dernier : Microsoft Teams est un outil de discussion, centré autour de « chats » d’équipes, intégré à l’offre Office 365. Il s’inscrit dans un marché déjà très encombré et dominé par Slack, qui compte 5 millions d’utilisateurs actifs quotidiennement et 1,5 million de comptes payants, mais sur lequel on retrouve également des outils comme Stackfield, Azendoo, Confluence, Co:tunity, Samepage, Sapenta, Pobuca, mais aussi Facebook Workplace, Amazon Chime, Google Hangouts, Jostle, HipChat, Ryver, Talkspirit ou des solutions open source comme Rocket.chat ou Mattermost.

Bref MS Teams n’est vraiment pas seul sur ce marché, mais il a pour lui deux atouts clés : il est gratuit pour toutes les entreprises ayant déjà opté pour un abonnement Office 365 et il offre une très forte intégration à la suite Office.

Mieux encore, il est à plus d’un titre l’espace de collaboration qui unifie le mieux les outils clés que sont SharePoint, OneDrive for Business, Planner, et OneNote. Par exemple, les documents communs à une équipe sont directement accessibles depuis Teams, et la création d’une équipe engendre automatiquement la création d’un notebook OneNote partagé.

Les messages peuvent incorporer  du texte ou des images, mais aussi des émoticônes personnalisables et des « Memes ». 

Espace collaboratif par excellence

Car Microsoft Teams est pensé pour être cet espace centralisateur où tout coéquipier se rend pour collaborer quelle que soit sa méthode de communication favorite : discussions textuelles, discussions audio ou vidéo, partages de fichiers. L’idée de Teams n’est pas de vous forcer à changer vos habitudes de travail mais plutôt de les retrouver toutes au même endroit.

De par son approche centrée sur les équipes, Teams se révèle bien adapté à ce fonctionnement moderne d’entreprise qui veut que l’on assigne de petites équipes à des projets – équipes qui seront dissoutes à la fin du projet, tout comme probablement la discussion associée.

Un espace vraiment universel

Pour satisfaire aux usages actuels, Teams se révèle très universel. Il s’utilise soit d’un navigateur web (IE, Edge, Chrome, Firefox), sur PC comme sur Mac – mais Safari n’est pas supporté –, soit au travers d’une app dédiée relativement incontournable sous Windows 10 – y compris mobile –, mais aussi sous iOS et Android.

Si lors de son lancement, en mars dernier, les applications mobiles étaient encore très limitées, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Elles offrent grosso-modo toutes les fonctionnalités du client Windows à commencer par le support des onglets et la possibilité de voir et même de modifier les documents Office depuis Teams. Microsoft a donc fait l’indispensable effort pour que les utilisateurs nomades ne se sentent pas exclus des conversations et profitent d’une expérience mobile aussi riche que sur PC.

Les meetings ainsi définis sont automatiquement intégrés aux calendriers Outlook. 

Premier contact

De façon très classique, l’interface du logiciel se présente avec un panneau de gauche listant les différentes équipes et discussions, et un canvas général affichant la discussion sélectionnée.

Sur Teams, chaque équipe peut créer de multiples canaux de discussions, assimilables à des sous-équipes pour couvrir une action particulière ou un sous-projet. Chaque membre d’une équipe peut choisir de souscrire ou non à un canal.

Si vous voulez simplement tchater avec un collègue en « one on one », Teams propose un onglet spécial à ces fins via lequel vous pouvez facilement rechercher un collègue dans l’entreprise et démarrer la discussion sans avoir à retourner dans un outil comme Skype for Business.

N’importe quel collaborateur de l’entreprise peut se joindre à une conversation d’une équipe définie comme publique, alors que celles définies comme privées sont limitées aux seuls collaborateurs invités.

Des discussions multimédias

Au sein des discussions, les messages peuvent incorporer du texte ou des images mais aussi des émoticônes personnalisables et des « Memes » – autrement dit des Gifs animés – et des Stickers, pour par exemple encapsuler du texte dans une bulle façon BD. De quoi rendre les conversations plus fun et la prise en main du logiciel plus ludique. Mais attention à ne pas abuser de ces artifices visuels peu productifs

Le système de discussion autorise aussi les mentions (@nom) pour mieux alerter un collaborateur ou le mettre en évidence. Originalité de Teams, le canevas offre des onglets permettant d’ajouter des documents liés à la discussion, des rapports de réunion OneNote ou de simples notes. Ces fonctionnalités exploitent totalement les nouvelles capacités de co-édition simultanée des composantes de la suite Office 2016. Par ailleurs, si vous utilisez déjà intensivement Sharepoint, il n’est nullement nécessaire de copier les documents dans Teams, votre bibliothèque de documents Sharepoint pouvant être intégrée dans l’espace de discussion.

On notera au passage que Microsoft a ouvert cette intégration à la concurrence. Si, à l’origine, les documents partagés devaient impérativement être stockés sous Office 365, ce n’est désormais plus une obligation, Teams supportant également Citrix Sharefile, Google Drive, Dropbox et Box.

Des meetings vidéo intégrés

Un tchat vidéo, plus exactement une réunion vidéo, peut être instantanément initié avec les participants d’un canal ou d’une équipe, mais il est aussi possible de planifier de tels meetings à l’avance. Les meetings ainsi définis sont automatiquement intégrés aux calendriers Outlook (et on peut ainsi rejoindre un meeting vidéo Teams directement depuis Outlook). Inversement, sachez que Teams peut aussi afficher les détails de vos réunions planifiées sous Outlook.

Jusqu’à 80 personnes peuvent participer à ces discussions vidéo (la technologie s’appuyant sur l’infrastructure de Skype, le service était d’ailleurs au départ connu sous le nom de projet Skype Teams) qui s’affichent directement au sein de Teams et ne passent pas donc pas par un client tierce partie.

Au-delà des discussions

L’une des forces de Teams, c’est que l’on peut directement envoyer des e-mails aux participants, définir un nouveau meeting Outlook ou éditer les documents (Word, Excel, PowerPoint, OneNote, Power BI…) sans quitter la discussion.

L’envoi direct d’e-mail à toute une équipe ou juste aux participants d’un canal est ainsi l’une des bonnes trouvailles de Teams. Quel intérêt ? D’abord l’e-mail est directement intégré au flux de conversations et y restera jusqu’à la dissolution de l’équipe. Cela facilite donc les discussions directes autour du contenu de cet e-mail. Ensuite, si vous avez attaché un fichier à votre e-mail, il est automatiquement téléchargé dans les fichiers associés au canal et tout le monde pourra le coéditer via les fonctions de coédition de Word, Excel, PowerPoint. Enfin, et de façon assez contradictoire, cela tend à limiter le nombre de mails dans la boîte, la plupart des destinataires réagissant dans Teams plutôt que par e-mail.

Planner, un compagnon naturel

Parmi les modules bénéficiant d’une forte intégration avec Teams, on retrouve évidemment les services d’Office 365. À commencer par Planner, l’outil de gestion de tâches, voire de projets de la suite collaborative. Planner est mieux adapté que l’ancestral Microsoft Project dès lors que l’on évoque des projets de petite taille, sans réelles complexités et aisément découpés en tâches élémentaires. Comme Teams fonctionne typiquement pour simplifier la collaboration autour d’un projet, il s’accorde parfaitement avec Planner. L’intégration permet ainsi d’avoir dans les discussions d’équipe un onglet Planner qui permet à chacun de visualiser l’avancement des différentes tâches du projet et vérifier qui travaille sur quoi. Une transparence qui facilite les entraides mutuelles. Au passage, signalons que Teams s’intègre avec d’autres solutions de gestion de projets plus ambitieuses que Planner telles que Trello ou KanBo.

Exemple de l’intégration de «Meme» dans Teams. 

Un service très ouvert

Cette forte intégration ne se limite pas aux seuls modules Office 365 et services Microsoft tels que Power BI, Visual Studio, Stream, Flow ou PowerApps.

L’éditeur a pensé Teams comme une plate-forme ouverte sur laquelle peuvent aisément venir se greffer :

• des Bots pour des conversations automatisées : aide en ligne, FAQ interactive, recherches en langue naturelle dans les banques de données de l’entreprise, etc., mais aussi d’autres Apps ;

• des Connecteurs pour incorporer des informations toujours à jour directement dans les discussions ou recevoir des notifications d’équipe en fonction des informations émises par des services externes. On en dénombre aujourd’hui plus d’une centaine qui vont des flux RSS aux activités Visual Studio Team Services ou aux bugs relevés dans Jira, des tickets ZenDesk aux objectifs BeeMinder, etc. ;

• des Apps qui s’affichent sous forme d’onglets au sein du canevas de discussions et qui renforcement l’intégration de Teams avec des services comme ZenDesk, HootSuite, Asana, Growbot, Trello, SmartSheet, Wrike, et autres. Typiquement cette intégration permet de consulter une liste Trello, d’afficher les tickets de support ZenDesk, de gérer des projets Wrike ou de visionner des vidéos YouTube sans quitter la conversation, ni avoir à lancer une page web ou une autre app. Les entreprises peuvent, elles aussi, venir intégrer leurs propres applications métier. Elles pourront soit passer par le SDK, soit bien plus simplement directement incorporer leurs propres « Power Apps » mobiles dans un onglet Teams. De même, l’intégration de vos tableaux de bord Power BI se fait en deux clics.

Un service administrable

Mais l’autre élément différenciant de Teams, concerne les possibilités de contrôle avancé par l’IT du service. C’est un point sur lequel Microsoft se démarque de la plupart de ses concurrents. Outre l’intégration native à Azure Active Directory, Teams adhère à de multiples standards et régulations en matière de sécurité et compliance : European Union Model Clauses, ISO27001, HIPAA, SOC1, SOC2, etc.

Ainsi, l’archivage des conversations pour des contraintes légales est directement intégré au produit avec des fonctions de recherche dans les Logs d’audit. De même, les administrateurs ont un contrôle total sur les bots, connecteurs et Apps que les utilisateurs peuvent incorporer à leurs espaces de discussions afin d’éviter les dérives du Shadow IT.

Un frein en moins à son adoption

Jusqu’ici, l’adoption de Teams a été freinée par un gros défaut originel : l’impossibilité d’insérer dans une équipe de personnes externes à l’entreprise (fournisseurs, partenaires…). Ce manque, souvent jugé rédhibitoire, vient de s’évanouir avec la dernière mise à jour du service. Désormais, vos clients, partenaires et fournisseurs, peuvent être invités dans les équipes Teams. À une condition cependant : qu’ils disposent d’un compte Azure Directory – ce qui est forcément le cas de tous vos partenaires abonnés à Office 365 – ou d’un Compte Microsoft, cas des utilisateurs Windows 10, Skype, Hotmail, etc. Dans le cas contraire, ils seront redirigés vers la création d’un tel compte au moment où ils cliqueront sur le lien d’invitation à rejoindre l’équipe. Avec l’arrivée de cette fonctionnalité « Guest Access », Teams comble son principal retard sur son concurrent Slack.

Les membres invités peuvent dès lors participer aux discussions, rejoindre les réunions et collaborer aux documents partagés.

Techniquement, ce « Guest Access » est implémenté via le service Azure AD B2B Collaboration ce qui donne aux DSI l’assurance que ces comptes invités ne bénéficieront que d’un accès conditionnel et sécurisé, une implémentation qui offre également aux administrateurs des fonctionnalités à base de machine learning pour détecter les comportements déviants et suspicieux. À tout moment, les droits d’accès d’un invité pourront bien sûr être révoqués par les admins Office 365

Les administrateurs ont un contrôle total sur les bots, connecteurs et Apps. 

Des améliorations attendues

Reste que tout n’est pas pour autant parfait dans l’univers Teams. L’une des absences les plus notables face à son concurrent Slack demeure l’impossibilité de créer des canaux privés.

Certes, Teams permet de créer des « Private Teams » de sorte que les discussions de l’équipe restent confidentielles à l’équipe et que personne d’autre ne puisse les trouver par la recherche ou s’y abonner. En revanche, il n’existe aucune solution pour définir un canal de discussion privé parmi les canaux de discussions d’une équipe. Microsoft a récemment annoncé qu’une telle fonctionnalité était en développement mais n’a pas précisé de date de disponibilité. D’autres améliorations, là encore sans date, sont aussi prévues comme la possibilité d’utiliser plusieurs comptes Teams simultanément ou de lancer un partage d’écran sans déclencher d’abord un appel vidéo.

On regrettera également la lenteur au lancement du client Windows 10 qui vous donne clairement envie de ne jamais quitter le logiciel. Mieux vaut ne pas être pressé, un comble pour un outil de discussions. Heureusement, la clôture de la fenêtre entraîne l’icônification de l’application plutôt que sa fermeture, ce qui limite le problème.

Un effet Jungle à appréhender

Enfin, l’introduction de Teams complexifie mécaniquement le paysage des outils de mise en relation des collaborateurs : entre Teams, Yammer, Sharepoint, Skype for Business, Outlook, il existe des zones de recouvrement et des redondances qui pourront plonger DSI comme utilisateurs dans une certaine perplexité. On peut se demander si Microsoft conservera encore des fonctionnalités comme les groupes Yammer ou les groupes Outlook. Il n’est pas facile de s’y retrouver d’autant que Microsoft n’a pas prévu de mécanismes de migration entre ces zones de recouvrement. Nul doute que Microsoft va devoir remettre un peu d’ordre dans toutes les fonctionnalités sociales de ses produits afin de supprimer les redondances et mieux focaliser les attentions sur les complémentarités des services. En effet, pour des discussions sur le long terme ou la diffusion d’informations au sein de toute l’entreprise, Yammer – le réseau social d’entreprise d’Office 365 – se révèle plus adapté que Teams. De même, pour récapituler tous les éléments de l’équipe à la clôture du projet, on utilisera volontiers Sharepoint plutôt que de conserver indéfiniment les discussions des équipes.

Au final, il faut bien reconnaître que la forte intégration de Teams à l’univers collaboratif Office 365 a beaucoup de sens et que cette nouvelle brique a ses atouts pour séduire les entreprises. Le service est universel, ouvert et bien ancré dans les nouveaux usages. Le principal risque est finalement d’en tenter une adoption sauvage sans une réflexion préalable sur le fonctionnement de l’entreprise, la stratégie de gouvernance et la capacité d’adoption d’un tel produit par les utilisateurs. ❍


Adobe & Microsoft : accords croisés autour de Teams

Décidément Microsoft et Adobe ne cessent de renforcer leurs partenariats. Après le Cloud et le Windows Store, les deux entreprises ont annoncé l’élargissement de leur alliance stratégique à la productivité des équipes. Ainsi, Adobe Sign-In devient officiellement la solution d’e-signature favorite de Microsoft et d’Office 365. Adobe Sign devient ainsi disponible sous forme de Teams App. Parallèlement, Microsoft Teams devient le service de collaboration par défaut d’Adobe Creative Cloud, Document Cloud et Experience Cloud qui voient leur intégration dans Teams renforcée. Signalons aussi que Adobe Sign est désormais parfaitement intégré à Microsoft Flow, l’indispensable service d’automatisation de l’univers Office 365/Azure.


L’éducation en point de mire

Microsoft s’intéresse de plus en plus attentivement au marché de l’éducation, des universités et des écoles. Après Windows 10S et les extensions scolaires de OneNote, c’est au tour de Teams de se voir enrichi de quelques fonctionnalités « spécial professeurs ». Les extensions de OneNote font leur apparition sous Teams avec l’intégration de la Class Notebook Toolbar mais aussi Class Notebook et Staff Notebook avec la possibilité d’afficher ces derniers en plein écran sans quitter les discussions.


Skype for Business fusionné dans Teams

Bien que Teams trouve ses origines dans les équipes de Skype, il reste un service séparé de Skype for Business. Mais les deux services sont en passe de fusionner sous la bannière Teams, le nom Skype restant dédié à l’outil de communication grand public. De quoi perturber un peu plus les DSI, qui ont vu la solution passer de Exchange Conferencing Server à Live Communications Server, puis Office Communications Server, puis Lync Server, puis Skype for Business… comme les utilisateurs, qui sont passés de NetMeeting à Office Communicator puis Lync, puis Skype for Business et désormais Teams).

Pour l’instant, cette fusion semble être relativement expérimentale et uniquement accessible aux entreprises qui en font la demande – compter 30 jours avant de basculer sur la nouvelle expérience unifiée. Nous n’avons pas eu l’occasion de la tester mais Microsoft devait en dévoiler davantage lors de sa conférence Ignite fin septembre. Une chose est sûre, elle permettra enfin d’unifier l’état de présence entre Outlook, Teams et Skype for Business… Enfin !

Print
1936

Name:
Email:
Subject:
Message:
x
Rechercher dans les Dossiers
Actuellement à la Une...
Là où la fibre n’est pas attendue à court ou moyen terme, l’Arcep va attribuer des fréquences dans la bande 3,5 GHz aux opérateurs pour le très haut débit radio. Le régulateur a publié les modalités des délivrances d’autorisation.

C’est la deuxième fois cette année qu’un enregistreur de saisie est découvert dans les pilotes présents sur les PC de HP. Cette fois-ci, la faille de sécurité affecte les drivers des pavés tactiles Synaptics sur 450 modèles d’ordinateurs portables.

Si les cartes de débit Payoneer sont on ne peut plus légales, elles peuvent faciliter la fraude fiscale en compliquant le travail du fisc. Airbnb a accepté sur demande des ministres de l’Économie et de l’Action et des Comptes publics de retirer ce moyen de paiement qu’il proposait aux hébergeurs.

En juillet dernier, SFR annonçait tambour battant son intention de déployer son propre réseau FTTH, sur fonds propres. Le voici qui revient aujourd’hui sur ce projet, ne souhaitant pas trop s'engager envers les collectivités territoriales. Et manquant accessoirement des capacités d’investissements nécessaires.

Après le passage de 140 à 280 caractères, Twitter débride toujours plus ses services quitte à perdre encore un peu de son âme.

C’est désormais officiellement confirmé, la marque à la pomme va mettre la main sur les technologies de reconnaissance musicale de Shazam, laissant Spotify et Snap, eux-aussi candidats au rachat, sur le carreau.

Microsoft n’a pas encore d’ordinateur quantique, mais il propose déjà un kit de développement d’applications quantiques, reposant sur Q#, son nouveau langage de programmation dédié. Le kit embarque par ailleurs un simulateur de calcul quantique, simulant 30 qubits, pour remédier au manque de hardware à Redmond.

Quantum, le spécialiste de la gestion des données, rend disponible une solution Xcellis de Scale-out NAS prêt à faire face à toutes les tâches même les plus exigeantes pour un coût inférieur à 100 $/To.

Les 30 membres du CNNum sont désormais connus. Avec à sa tête l’entrepreneuse Marie Ekeland, la formation regroupe des acteurs de l’économie, des personnalités de la société civile et des chercheuses et chercheurs issus du monde académique.

L’outil, intégré notamment à Windows Defender, est censé protéger l’internaute des vils malwares qui traînent sur le Net et dans les messageries. Paradoxe qui serait cocasse s’il n’était pas aussi inquiétant, Malware Protection Engine était lui-même affligé d’une méchante faille simple à exploiter.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

"L'entreprise numérique", un Livre Blanc IDC/Interxion.

Ce livre blanc présente les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 750 entreprises européennes.

Vous y découvrirez l'approche adoptée par les leaders du numérique, combinant l’adoption des services Cloud avec une politique d’hébergement externalisé.  

  


La maintenance prédictive, pilier de la transformation digitale, un Livre Blanc Econocom.

LA MAINTENANCE IT, L’INVISIBLE PIERRE ANGULAIRE DE L’ENTREPRISE DIGITALE

La transformation digitale rebat les cartes de la performance des entreprises. Face à l’évolution simultanée des attentes des clients, des modèles économiques, des conditions de marché et des modes de travail, chaque métier doit revoir sa contribution aux trois axes qui conditionnent dorénavant la réussite: l’excellence opérationnelle, l’expérience utilisateurs et l’innovation métier.


CARTOGRAPHIE DU PAYSAGE DES RANSOMWARES, un Livre Blanc Fortinet.

Comprendre la portée et la sophistication de la menace.

Lorsque les cybermenaces sont multipliées par 35 en un an, chaque entreprise doit en tenir compte. C’est précisément le cas avec les ransomwares. Les hacktivistes ont ciblé des entreprises de pratiquement toutes les tailles et représentant une multitude de secteurs industriels dans le monde entier.


Comment moderniser ses centres de données, un Livre Blanc HPE.

La transformation numérique des entreprises crée de nouvelles contraintes sur les directions informatiques, en particulier pour les environnements de stockage. 

La croissance exponentielle des données, la virtualisation massive, l'évolution des charges de travail et la mise en place permanente de nouvelles applications (devops) obligent l'infrastructure de stockage informatique à évoluer. 


Repensez votre approche en matière de cybersécurité, un Livre Blanc Fortinet.

Pourquoi les leaders de la sécurité sont désormais contraints de faire face aux principales menaces de sécurité. 

Le paysage de cybermenace continue de croître et d’évoluer. Cybersecurity Ventures prévoit que la cybersécurité deviendra un business de mille milliards de dollars entre 2017 et 2021.


Tous les Livres Blancs