X

Aggrego de Semsoft : une base de données virtuelle en mode Cloud

par La rédaction - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 30/03/2015

Semsoft a été fondé en 2009. il édite la plate-forme Aggrego qui permet d’exploiter instantanément toutes les données pour des besoins applicatifs ou décisionnels. Aggrego assemble dynamiquement l’information fragmentée dans des silos tant internes qu’externes, sans centralisation des données ni programmation. c’est en fait une base de données virtuelle qui permet d’avoir une vue 360° des utilisateurs, des clients, des produits, des contenus.

Semsoft est un essaimage d’Orange Labs et s’appuie sur 12 ans de R&D conjointement avec l’INRIA et le laboratoire de Recherche en Informatique d’Orsay. L’éditeur permet aux entreprises d’accélérer leur transformation numérique pour innover, mieux opérer et mieux décider, en mobilisant toutes les données disponibles, maintenant. Aggrego réduit par un facteur 10 les coûts et les délais de projets d’intégration traditionnellement mis en oeuvre avec des technologies de type ETL, Datawarehouse et MDM. Concrètement, il s’agit d’une solution SaaS de portail, qui agrège à la demande des données multisources permettant aux utilisateurs fonctionnels de :

  • Générer des fichiers de données sur la base de requêtes en langage naturel.
  • Enrichir des fichiers ou bases de données à partir de données multisources par simple paramétrage fonctionnel.
  • Exposer des données au travers d’APIs configurables, permettant à des applications (portails, etc.) et outils (décisionnels, analytiques, etc.) tiers d’accéder à l’ensemble des données comme si elles étaient présentes au sein d’une même base de données, sans centralisation ni programmation.
L’innovation de la solution réside dans l’automatisation de tous les traitements sur les sources (train de requêtes, jointures, réconciliation…), en se basant sur un paramétrage du sens métier des sources. Cette innovation apporte les gains suivants :
  • Réduction par 10 des temps et délais de projet d’intégration de données par rapport aux solutions traditionnellement utilisées de type ELT/Datawarehouse/MDM.
  • Totale agilité pour faire évoluer le périmètre des sources, par simple configuration.
  • Autonomie des utilisateurs fonctionnels qui peuvent avec des outils simples et conviviaux « prendre le pouvoir sur les données » cloisonnées en silos pour mieux opérer et décider, sans nécessiter de transformer le SI tout en pouvant exploiter les données externes.

L’architecture a été pensée pour accompagner l’évolution des besoins des clients tant sur le périmètre des sources que sur la montée en charge. Pour permettre cette montée en charge et cette fiabilité, tout en garantissant des niveaux de sécurité importants, Azure a été choisi pour les raisons suivantes :

  • Scalabilité : Azure fournit des modules de gestion de la montée en charge qui ajustent le nombre de serveurs en fonction du trafic et de la charge.
  • Sécurité : contrôle d’accès du plus simple (HTTPS, IP) au plus spécifique (OAuth).
  • Fiabilité : supervision et contrôle du SLA au travers d’un portail « user-friendly » nous permettant très facilement d’avoir une vue globale sur l’état et l’utilisation de tous nos services. 

Par ailleurs, Azure supporte le système d’exploitation Ubuntu (distribution Linux) qui est l’environnement maîtrisé par les équipes techniques. Le déploiement de la solution Aggrego sur Azure a été extrêmement rapide et aucune défaillance n’est survenue. 

Semsoft capitalise sur la richesse de l’offre Azure (par exemple : stockage des logs d’Aggrego, des fichiers de configuration et du cache dans des bases NoSQL telles que MongoDB) pour ajouter des fonctionnalités facilitant la manipulation des données. Enfin, Aggrego se connecte nativement aux protocoles standardisés, comme oData. Les clients peuvent ajouter des sources respectant ce format et c’est encore plus simple lorsqu’elles sont disponibles sur Azure Marketplace ! Le service est facturé à l’usage ou sur abonnement, selon un périmètre de données et d’usage défini. Les abonnements vont de 20 à 100 000 €/an. 

Quel prix ?

Le prix dépend globalement du contexte lié au projet client (charge, sécurité, etc.). Cela étant, Semsoft faisant partie du programme BizSpark, la start-up bénéficie de prix sans équivalent sur le marché. Dans ce prix il faut prendre en compte le support apporté par les équipes de Microsoft. Ce support commercial permet de bénéficier du support des équipes Microsoft auprès d’un client qui cherche à être rassuré sur la solution provenant d’une start-up. C’est aussi un support technique, avec l’engagement de la division DX auprès de la start-up. Ce support permet de rapidement appréhender les nouveaux services d’Azure et l’ensemble du portefeuille de produits Microsoft. Ce point est particulièrement important pour Semsoft qui n’est pas né avec une culture technique Microsoft.

Pour en savoir plus :

  • Découvrez d’autres retours d’expériences techniques et tout ce que vous pouvez faire dans le cloud Azure grâce à des projets innovants à cette adresse
  • Découvrez toute l’offre Microsoft Azure et bénéficiez d’un mois offert à hauteur de 115 euros (sans engagement) ici
  • Startups ! Rejoignez gratuitement Bizspark et bénéficiez de 4 175€ de crédit Microsoft Azure.
  • La Pépinière Microsoft Azure : Une équipe Microsoft pour vous accompagner dans votre projet cloud et mettre à votre disposition de l’aide personnalisée et gratuite.



Autres dossiers Microsoft Azure
Les actualités Microsoft Azure
Des rumeurs couraient déjà sur ce rachat au mois de mai. C’est maintenant chose faite pour ce rachat de la start-up américano-israélienne CyberX spécialisée dans la sécurisation des environnements de l’Internet des Objets (IdO).
Aucun chiffre n’a été fourni sur la reprise d’ADRM, un spécialiste de la modélisation des données industrielles, par Microsoft. Les technologies d’ADRM vont aider à faciliter l’intégration et la visualisation des données dans les « data lakes » en cloud sur Azure.
Le spécialiste de la gestion des données étend les fonctionnalités de ses services vers les environnements de travail virtuels en faisant l’acquisition de CloudJumper, une start-up qui a développé une plate-forme de gestion des environnements de bureau virtualisés.
Dans le cadre du plan de soutien à l’économie lié au Covid-19, Younited Business Solutions s’associe à BpiFrance pour lancer et opérer une plateforme digitale dédiée au dispositif « Prêt Rebond » mis en place grâce au soutien des Régions afin de permettre aux TPE et PME de renforcer leur trésorerie en moins de 7 jours, via une démarche 100% en ligne.
Le réassureur a la volonté de devenir le premier dans la connaissance du risque. Pour y parvenir, l’entreprise a choisi de s’appuyer sur les outils de Microsoft autour de l’analyse des données et de l’intelligence artificielle.
Actuellement à la Une...
La plateforme de cryptomonnaies planifierait une introduction en bourse, ce pour quoi elle privilégierait une cotation directe plutôt qu’une traditionnelle IPO. Si la SEC devait accepter le dossier de Coinbase, cette arrivée sur les marchés financiers représenterait un pas de géant dans la reconnaissance de la légitimité des devises virtuelles. 

Le fonds d’investissements annonce avoir racheté 100% du capital de Silae, une jeune pousse française spécialisée dans les solutions SaaS de paie et de gestion des ressources humaines, déboursant 600 millions d’euros.

Les collectivités locales semblent devenir des cibles privilégiées des cybercriminels. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir annonce avoir été victime d’une attaque qui a mis ses systèmes d’information “hors service”.

Le bras armé dans le cloud du géant chinois accentue sa présence sur plusieurs marchés en s’appuyant sur l’infrastructure d’Equinix, notamment en Amérique du Nord mais aussi en Europe, avec deux zones à Francfort et à Londres.

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine de mégawatts sont-elles vraiment un gouffre énergétique ? Article paru dans L'Informaticien n°186.

Toutes les autres News
0123movie