X

Captain Contrat : le numérique au service du juridique

par La rédaction - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 26/03/2015

Captain Contrat est un site internet sur lequel des entrepreneurs/sociétés peuvent acheter des documents juridiques à travers une mise en relation avec un avocat à un prix abordable.

La start-up a développé un algorithme à destination des avocats qui permet d’automatiser une partie de la production de documents juridiques et ainsi de baisser les prix. Le logiciel comprend les réponses de l’entrepreneur à différentes questions et est capable de modéliser de 80 % à 100 % du document. Ainsi l’avocat intervient tout de suite après que le logiciel ait généré une première version du document et ne se concentre que sur la partie où sa valeur ajoutée est la plus forte (le conseil juridique et la personnalisation avancée du document). En conséquence, les honoraires proposés pour la rédaction des documents juridiques par des avocats sont également plus faibles.

Quand le numérique aide l’avocat

En travaillant avec des cabinets d’avocats sur la façon dont ils rédigent des documents juridiques pour leurs clients, Captain Contrat a constaté des structures communes dans la façon de collecter les informations (série de questions posées au client) et de mobiliser ces informations pour rédiger le document final. De nombreux éléments relèvent du secrétariat et il est possible de les automatiser. 

L’innovation réside dans l’algorithme pour chaque document. Ainsi, l’avocat ne fait plus de secrétariat juridique et peut se concentrer sur le conseil juridique. 

Captain Contrat a participé à l’accélérateur Microsoft Ventures, ce qui a permis un suivi des développements du service SaaS. L’objectif de ce logiciel SaaS est de permettre à tout profil, y compris et en particulier des personnes n’ayant pas de compétences en développement informatique, de créer leurs propres documents automatisés et de définir des arbres de décision pour la génération automatique de ces documents. 

L’architecture

Pour concevoir la plateforme, Captain Contrat a mis en place une architecture sous forme de services. Deux applications Ruby On Rails hébergées dans des machines virtuelles Linux assurent la partie Web pour le site et le questionnaire dynamique. Les bases de données SQL ont été externalisées dans un service dédié, qui assure la réplication et la redondance. Un CDN pour les assets et des services de cache ont été mis en place pour la rapidité et les performances. Un Worker Azure, déployé en quelques clics via le SDK Azure pour Visual Studio, et quelques services de stockages et d'échange de messages assurent la communication entre les applications Ruby et .NET.

La personnalisation des documents

L’utilisateur accède au service par le site principal https://captaincontrat.com/, choisit un document et fournit les détails sur son entreprise. L’outil de collecte d’informations est une application Web Ruby On Rails qui à la fin du questionnaire exporte un fichier XML contenant l’ensemble des réponses vers un des 3 Blob Storage Azure utilisés pour les échanges. Un message contenant la tâche à exécuter est envoyé dans une Queue de type Service Bus et le fichier matrice est stocké dans un second Blob Storage. La communication entre Ruby On Rails et les services Azure se fait avec le SDK pour Ruby disponible sur Github qui permet l’upload/récupération de fichier et l’envoi de message en assurant la communication avec les APIs Azure pour les services Blobs/Queues Storage et Service Bus Queues.

Un Worker Azure interroge la queue régulièrement dans l’attente d’une tâche à exécuter. Quand une tâche est disponible, il récupère les informations des documents à assembler, fournis dans le message. La sauce secrète de Captain Contrat se trouve dans ce service qui à partir d’une matrice au format Docx et des réponses obtenues, personnalise un document juridique répondant aux besoins du client. Le générateur de documents est développé en interne, en C#.

Lorsqu’un nouveau questionnaire est créé dans l’interface Web, la matrice du document est mise à disposition de l’assembleur dans le stockage dédié aux matrices. Le générateur peut ensuite aller récupérer ces matrices ainsi que les fichiers XML de réponses dans les stockages pour commencer l’assemblage et appliquer les algorithmes. Une bibliothèque de classes C# a été développée, qui donne un fichier .dll une fois compilé, et fait appel à plusieurs autres librairies disponibles en Open Source et fournies par Microsoft, principalement :
- Open XML SDK 2.5 permettant la manipulation de documents Office. Rendu Open Source en juin 2014.
- .NET Compiler Platform(« Roslyn ») permettant des traitements complexes (Roslyn permet entre autres de pouvoir générer des AST à partir d’un code C#, d’interpréter du code C# stocké sous forme de string au runtime…).

Ces librairies sont installées via le système Nuget package, disponible dans Visual Studio, qui permet le téléchargement de librairies externes et la gestion des références au sein du projet. Dans le fonctionnement de l’assembleur, Open XML SDK est indispensable. Cette librairie permet la manipulation des nodes XML et attributs au sein de document au format Office Open XML(9) (docx, xlsx, pptx…) et assure la validation du schéma XML en sortie. Elle est difficilement remplaçable au vu de sa compatibilité avec le format de fichier et sa puissance/simplicité d’utilisation. Roslyn fournit un compilateur de codes sources C# et des API d’analyse de codes. Il est utilisé pour évaluer les expressions et la logique stockée dans les matrices. Tous les traitements associés sont développés sous forme de module remplaçable pour pouvoir ajouter ou supprimer des fonctionnalités ou faire évoluer la librairie si nécessaire.

Les matrices de document au format Office 2013 contiennent des marqueurs de type Content Controls (défini par la norme ECMA 376, qui précisent les conventions de format de fichier Open Office XML. Ces marqueurs indiquent les blocs où des traitements vont intervenir et la manipulation à appliquer (exemple : l’insertion d’une valeur donnée par le client, calcul de l’âge, conversion de nombres en lettres…). Les algorithmes d’assemblage sont appliqués sur la matrice à partir des informations fournies. Le fichier assemblé (au format .docx) est uploadé sur le stockage final et une notification est envoyée à l’application principale pour qu’elle le récupère et le communique à l’avocat qui va relire et ajouter sa touche finale.

Le développement

Des heures de lecture de la documentation MSDN, des normes et des ressources du site OpenXmlDeveloper ont été nécessaires pour comprendre le format Office XML, le manipuler et développer un plug-in Office. Des développements sont encore en cours avec le .NET Compiler Platform (« Roslyn »), pour une partie du traitement logique des documents. Pour le développement, Visual Studio 2013, Office 2013 et Azure SDK pour Visual Studio sont utilisés. Ces outils ont été obtenus dans le cadre du programme Bizspark Plus. Le dernier permettant la simulation en local de l’environnement Azure et le déploiement de l’ensemble dans le Cloud.

Prix de la solution

Aujourd’hui, la plateforme consomme environ 200 € du crédit par mois pour quelques services : machine virtuelle, stockage, service Bus, CDN. Captain Contrat a été finaliste du concours Frenchweb /Azure 2014 ce qui donne accès à des ressources pendant 24 mois. 

Ressources 

  • http://msdn.microsoft.com/en-us/library/azure/jj149831.aspx
  • https://github.com/Azure/azure-sdk-for-ruby
  • https://github.com/OfficeDev/Open-XML-SDK
  • http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/office/cc471858%28v=office.15%29.aspx#BKMK_Introduction
  • http://blogs.office.com/2014/06/25/open-xml-sdk-goes-open-source/
  • http://msdn.microsoft.com/fr-fr/vstudio/roslyn.aspx
  • https://www.nuget.org
  • http://msdn.microsoft.com/fr-fr/magazine/hh547106.aspx
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/Office_Open_XML
  • http://fr.wikipedia.org/wiki/XML_Schema
  • http://www.ecma-international.org/publications/standards/Ecma-376.htm
  • http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/office/gg607163%28v=office.14%29.aspx
  • http://openxmldeveloper.org
  • http://www.microsoft.com/BIZSPARK/plus/default.aspx



Autres dossiers Microsoft Azure
Les actualités Microsoft Azure
Des rumeurs couraient déjà sur ce rachat au mois de mai. C’est maintenant chose faite pour ce rachat de la start-up américano-israélienne CyberX spécialisée dans la sécurisation des environnements de l’Internet des Objets (IdO).
Aucun chiffre n’a été fourni sur la reprise d’ADRM, un spécialiste de la modélisation des données industrielles, par Microsoft. Les technologies d’ADRM vont aider à faciliter l’intégration et la visualisation des données dans les « data lakes » en cloud sur Azure.
Le spécialiste de la gestion des données étend les fonctionnalités de ses services vers les environnements de travail virtuels en faisant l’acquisition de CloudJumper, une start-up qui a développé une plate-forme de gestion des environnements de bureau virtualisés.
Dans le cadre du plan de soutien à l’économie lié au Covid-19, Younited Business Solutions s’associe à BpiFrance pour lancer et opérer une plateforme digitale dédiée au dispositif « Prêt Rebond » mis en place grâce au soutien des Régions afin de permettre aux TPE et PME de renforcer leur trésorerie en moins de 7 jours, via une démarche 100% en ligne.
Le réassureur a la volonté de devenir le premier dans la connaissance du risque. Pour y parvenir, l’entreprise a choisi de s’appuyer sur les outils de Microsoft autour de l’analyse des données et de l’intelligence artificielle.
Actuellement à la Une...
La plateforme de cryptomonnaies planifierait une introduction en bourse, ce pour quoi elle privilégierait une cotation directe plutôt qu’une traditionnelle IPO. Si la SEC devait accepter le dossier de Coinbase, cette arrivée sur les marchés financiers représenterait un pas de géant dans la reconnaissance de la légitimité des devises virtuelles. 

Le fonds d’investissements annonce avoir racheté 100% du capital de Silae, une jeune pousse française spécialisée dans les solutions SaaS de paie et de gestion des ressources humaines, déboursant 600 millions d’euros.

Les collectivités locales semblent devenir des cibles privilégiées des cybercriminels. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir annonce avoir été victime d’une attaque qui a mis ses systèmes d’information “hors service”.

Le bras armé dans le cloud du géant chinois accentue sa présence sur plusieurs marchés en s’appuyant sur l’infrastructure d’Equinix, notamment en Amérique du Nord mais aussi en Europe, avec deux zones à Francfort et à Londres.

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine de mégawatts sont-elles vraiment un gouffre énergétique ? Article paru dans L'Informaticien n°186.

Toutes les autres News
0123movie