X

Salezeo : réinventer la prospection commerciale

par La rédaction - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 26/03/2015

Salezeo a été créée il y a 3 ans. Aujourd’hui, la start-up compte une trentaine de personnes, et a levé 1,5 million d’euros auprès du fonds  d’investissement Newfund. Dès le départ, la société a misé sur le cloud computing et des services SaaS. Le but de salezeo est simple : proposer une solution de prospection commerciale collaborative innovante en combinant des technologies Open Source et Azure.

L’idée de départ est de briser l’approche traditionnelle de la prospection commerciale et du métier même de commercial et notamment de ne plus être dans des silos étanches, sans échanges entre eux. Salezeo veut améliorer l’efficacité de la prospection commerciale avec un accès plus rapide aux informations, une réduction des saisies de données chronophages et un reporting clair et immédiat, le tout dans une solution mobile et disponible partout.

La donnée au centre de tout

Tout part de la donnée, donc de la base de données. Celle-ci repose sur de multiples sources : réseaux sociaux, communiqués de presse, Wikipédia, Google, géolocalisation, données de l’entreprise, etc. C’est une base B2B contenant un million et

demi de prospects référencés et documentés, 20 000 membres actifs et plus de 50 000 nouveaux contacts chaque mois. Cette base a été construite selon le principe du crowdsourcing. 

Le crowdsourcing est une approche collaborative pour créer du contenu et collecter des informations. On mutualise ainsi les données provenant des membres pour alimenter la base de données et compléter les informations existantes. Chaque membre échange en ligne, partage avec la communauté, un peu comme un wiki. Salezeo est une plate-forme d’échanges avec des mécanismes de Big Data comme la collecte permanente de contenus et de données provenant du Web. Il s’agit de capter l’empreinte numérique des prospects, des entreprises.

L’idée est de proposer aux commerciaux des informations plus complètes et actualisées afin de mieux cibler et de mieux comprendre les besoins du client et être ainsi plus efficace, plus pertinent dans la démarche commerciale et le développement de nouvelles activités. Les principaux enjeux techniques du service concernent la collecte, le traitement et l’accès à de grands volumes d’informations multi-sources.

Le Cloud et l’Open Source : une flexibilité nécessaire

Dès son lancement, Salezeo avait l’ambition de construire une architecture logicielle et système suffisamment flexible, notamment pour supporter un déploiement à l’international et une forte croissance des volumes de données à traiter, tout en conservant une capacité d’évolution des technologies utilisées et des coûts adaptés. La solution repose sur des briques Open Source pour construire des architectures SaaS. La partie front-end s’appuie sur le Framework PHP, Symfony, un choix dicté principalement par les compétences disponibles et la richesse de la communauté en France. Le back-end qui est au coeur du traitement et de la valorisation des données, utilise Java (JEE 1.7). La couche serveur Java est de l’Apache sur lequel on trouve des API internes et externes. L’information collectée alimente ce moteur interne basé sur des algorithmes dédiés et des moteurs d’apprentissage (Machine Learning). La base, dont le volume croît rapidement, possède plusieurs dizaines de millions de lignes et est beaucoup sollicitée pour les analyses et les traitements des données. 

Le choix de la base de données s’est porté rapidement sur MariaDB, un fork de MySQL, notamment pour ses performances en termes de réplication de base et la possibilité de mettre en oeuvre des clusters de base de type Galera pour répondre aux problématiques de montée en charge. 

L’un des points majeurs pour ce service est l’accès à la donnée, que ce soit pour le moteur de recherche mis à disposition du front-end ou pour le traitement de la donnée. Pour ce faire, Elastic Search (basé sur Lucene — fondation Apache), associé à Kibana pour visualiser les informations, a été mis en place pour un accès rapide à la donnée, sa flexibilité face à une montée en charge et pour libérer la base de données des accès en lecture. La particularité d’Elastic Search est d’utiliser une architecture distribuée et de s’interfacer avec des bases SQL ou NoSQL. Il supporte REST et JSON. 

Les performances de l’indexation sont une des problématiques des développeurs. Les instances utilisées dans cette architecture sont des Machines Virtuelles OS Linux (Debian) dont les performances doivent pouvoir évoluer continuellement pour répondre à la montée en charge de la plateforme. 

Le tout fonctionne sur les services IaaS d’Azure depuis presque 3 ans. Ce choix a été dicté par la robustesse de l’offre et le sérieux de la plateforme. Il fallait aussi un Cloud mondial capable d’assurer la disponibilité et les performances partout dans le monde ; en Europe dans un premier temps et rapidement sur d’autres continents. Salezeo est entré dans le programme Bizspark+ de Microsoft. Ce programme accompagne les sociétés à fort potentiel, identifiées comme telles par Microsoft, en proposant support technique et ressources pour accélérer leur croissance.

La performance au cœur des préoccupations

Comme d'autres, Salezeo a mis en place des instances de production et de préproduction sur Azure. La préproduction sert à valider les modifications de codes et l’ajout de nouvelles API des partenaires externes. Ce n’est qu’après la phase de validation que le déploiement des évolutions se fait en production. Pour les équipes techniques, les enjeux de performances sont importants, particulièrement en ce qui concerne la base de données et les performances d’écriture. La solution de stockage temporaire basée sur des disques SSD a permis de répondre cette exigence.

L’infrastructure doit être très flexible sur le front-end et sur le back-end. L’autoscaling est une des fonctions utilisées pour assurer la montée en charge et l’automatisation. Le loadbalancing est tout aussi crucial. C’est pour cela que Salezeo utilise 2 Clouds chez 2 fournisseurs différents avec des fonctions de backups et de réplication de données. L’architecture Open Source et la nonadhérence technologique sont les deux éléments clés pour pouvoir basculer d’un fournisseur à un autre immédiatement et sur la même architecture. En cas de panne, Salezeo bascule sur le fournisseur de secours. 

SLA

La double architecture mise en oeuvre par Salezeo assure un niveau de service de haute disponibilité et permet le déploiement d’instances pour chaque brique Open Source déployée (base, indexation, back-end…). La supervision de la plate-forme est réalisée avec un outil Open Source, Icinga, et le support de la partie IaaS est assurée par Microsoft, avec un support on-line réactif.

Quel prix ?

Chaque plate-forme (production et préproduction) représente un coût d’environ 1 100 €/mois.

Ressources

http://entreprise.salezeo.com
https://twitter.com/Salezeo
https://www.linkedin.com/company/salezeo
https://www.facebook.com/Salezeo


Pour en savoir plus

Découvrez d’autres retours d’expériences techniques et tout ce que vous pouvez faire dans le cloud Azure grâce à des projets innovants à cette adresse

Découvrez toute l’offre Microsoft Azure et bénéficiez d’un mois offert à hauteur de 115 euros (sans engagement) ici

Startups ! Rejoignez gratuitement Bizspark et bénéficiez de 4 175€ de crédit Microsoft Azure.

La Pépinière Microsoft Azure : une équipe Microsoft pour vous accompagner dans votre projet cloud et mettre à votre disposition de l’aide personnalisée et gratuite.




Autres dossiers Microsoft Azure
Les actualités Microsoft Azure
Des rumeurs couraient déjà sur ce rachat au mois de mai. C’est maintenant chose faite pour ce rachat de la start-up américano-israélienne CyberX spécialisée dans la sécurisation des environnements de l’Internet des Objets (IdO).
Aucun chiffre n’a été fourni sur la reprise d’ADRM, un spécialiste de la modélisation des données industrielles, par Microsoft. Les technologies d’ADRM vont aider à faciliter l’intégration et la visualisation des données dans les « data lakes » en cloud sur Azure.
Le spécialiste de la gestion des données étend les fonctionnalités de ses services vers les environnements de travail virtuels en faisant l’acquisition de CloudJumper, une start-up qui a développé une plate-forme de gestion des environnements de bureau virtualisés.
Dans le cadre du plan de soutien à l’économie lié au Covid-19, Younited Business Solutions s’associe à BpiFrance pour lancer et opérer une plateforme digitale dédiée au dispositif « Prêt Rebond » mis en place grâce au soutien des Régions afin de permettre aux TPE et PME de renforcer leur trésorerie en moins de 7 jours, via une démarche 100% en ligne.
Le réassureur a la volonté de devenir le premier dans la connaissance du risque. Pour y parvenir, l’entreprise a choisi de s’appuyer sur les outils de Microsoft autour de l’analyse des données et de l’intelligence artificielle.
Actuellement à la Une...
La plateforme de cryptomonnaies planifierait une introduction en bourse, ce pour quoi elle privilégierait une cotation directe plutôt qu’une traditionnelle IPO. Si la SEC devait accepter le dossier de Coinbase, cette arrivée sur les marchés financiers représenterait un pas de géant dans la reconnaissance de la légitimité des devises virtuelles. 

Le fonds d’investissements annonce avoir racheté 100% du capital de Silae, une jeune pousse française spécialisée dans les solutions SaaS de paie et de gestion des ressources humaines, déboursant 600 millions d’euros.

Les collectivités locales semblent devenir des cibles privilégiées des cybercriminels. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir annonce avoir été victime d’une attaque qui a mis ses systèmes d’information “hors service”.

Le bras armé dans le cloud du géant chinois accentue sa présence sur plusieurs marchés en s’appuyant sur l’infrastructure d’Equinix, notamment en Amérique du Nord mais aussi en Europe, avec deux zones à Francfort et à Londres.

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine de mégawatts sont-elles vraiment un gouffre énergétique ? Article paru dans L'Informaticien n°186.

Toutes les autres News
0123movie