X
Bertrand Garé / lundi 4 décembre 2017 / Thèmes: Développement, Dossier

Low Code

Passer la main aux métiers pour les applications

Le numérique impose un rythme plus rapide aux entreprises pour leurs projets IT. Le raccourcissement des cycles oblige à trouver des méthodes plus efficaces dans les services informatiques pour suivre les demandes des lignes de métiers. Article paru dans le n°161 de L'Informaticien.

Héritiers des RAD et 4GL des années 90 et 2000, le Low Code, parfois No Code, permet aux utilisateurs métier de configurer des applications qui correspondent à leurs besoins sans faire appel aux développeurs de l’IT. Il investit de nombreux secteurs de l’industrie informatique, en particulier le Business Process Management (BPM).

Ce n’est pas d’hier que l’industrie informatique essaie d’améliorer la productivité et l’efficacité des développeurs. Dès les années  90 se sont développées les plate-formes de quatrième génération et les ateliers de développement générant une grande partie du code avec pour simple travail à intégrer l’application à une base de données et au design de l’interface utilisateur. Les plates-formes Low Code/No Code d’aujourd’hui viennent en droite ligne de cette logique et proposent de créer des fonctions par une simple configuration de celles-ci plutôt que par un développement « en dur».

Ces outils s’appuient sur trois piliers principaux : une conception s’appuyant sur des modèles, la génération automatique du code et une interface graphique de développement avec des «templates» ou des fonctions préconfigurées.

L’idée fondamentale est de permettre de développer rapidement des applications qui répondent aux besoins des métiers afin de proposer des services innovants à même de conquérir et retenir les clients de l’entreprise. La vitesse de développement et les améliorations constantes que l’on peut apporter aux applications ainsi créées est d’ailleurs un point de différenciation entre leaders et retardataires dans la transformation numérique que connaissent la plupart des secteurs d’activité.

Autre point d’importance, le faible investissement nécessaire et le faible niveau d’expertise requis autorise de mettre ce type de plate-forme dans les mains d’utilisateurs dans les lignes de métiers et de lutter ainsi contre le manque de ressources humaines dans les équipes de développement des entreprises ou de les concentrer sur de plus gros projets de transformation ou d’innovation. Il est à noter que les platesformes existantes s’orientent toutes vers des applications plus larges et transverses qu’auparavant. On peut aussi mettre en avant la possibilité de réutilisation et de simplification des adaptations des applications dans un contexte de changement rapide et constant.

Un marché encore fragmenté

Au milieu de l’année dernière, le cabinet Forrester Research recensait près de 67 acteurs de platesformes Low Code. Son étude de ce marché se concentrait sur seulement 14 de ceux-ci. Ils proviennent de différents secteurs de l’industrie : CRM, BPM outils de développements, management de services IT… Les revenus de ce marché sont estimés à 10 milliards de dollars en 2019 par le cabinet Forrester dans une étude sponsorisée par Appian, un des acteurs majeurs de ce marché. Ce chiffre, qui peut sembler élevé pour une technologie émergente, s’appuie sur le fait que 79% des décideurs informatiques évaluent ou déclarent utiliser des plates-formes de ce type. Pour cette année, le même cabinet évalue les revenus du marché à 3,8 milliards de dollars. Ces chiffres sont confortés par des taux de croissance de plus de 50% des revenus des acteurs pré- sents actuellement et par l’entrée de nouveaux acteurs de poids, comme Microsoft et Oracle, ce qui légitime le marché vis-à-vis des entreprises.

Des leaders peu connus

Les principaux acteurs de ce secteur sont encore peu connus. En effet, le phénomène est bien jeune. Stéphane Antona, en charge du marketing pour l’Europe chez Appian, nous l’expliquait lors d’un entretien que « peu de dirigeants ou de directeurs informatiques sont aujourd’hui au courant de ces nouvelles technologies. Il nous faut encore beaucoup expliquer comment l’assemblage comme des legos simplifie et rend plus rapide la mise sur le marché d’applications. L’automatisation résonne bien et nous permet souvent d’entrer au niveau des directions ». Ainsi OutSystems, une entreprise américaine aujourd’hui est originaire du Portugal ! Les points forts de la plate-forme sont la large présence de fonctions sur de nombreux types d’applications et d’intégration. La plate-forme est cependant facile d’accès, même pour des non-initiés.

Mendix est un autre éditeur, peu connu. Cette entreprise a des origines néerlandaises, même si son siège est maintenant aux États-Unis. Là encore, l’étendue des fonctions et son ouverture en font une plate-forme qui doit retenir l’attention.

 

Stéphane Antona est en charge du marketing pour l'Europe chez Appian.

Ces éditeurs de petites tailles côtoient des poids lourds, comme Salesforce.com, Microsoft – récemment –, Service Now, Oracle, Appian, Pegasystems… Si OutSystems et Mendix surprennent par leurs fonctions, il leur reste le besoin souvent de convaincre au plus haut niveau des entreprises de leur capacité à soutenir des projets de grandes envergures ou complexes. Ce n’est pas le cas avec Salesforce.com qui a été pionnier dans le domaine avec sa plate-forme Force.com et, plus récemment, avec son environnement Lightning. Ces outils permettent aux clients d’étendre les possibilités des applications de Salesforce.com. Comparativement à plusieurs autres plate-formes du marché, Salesforce.com intègre de fortes assurances et certifications de sécurité, ce qui est une faiblesse assez générale dans les environnements Low Code qui n’ont pas tous atteint un niveau de maturité suffisant.

De son côté Appian capitalise sur les investissements forts, réalisées depuis plusieurs années pour proposer une plate-forme de haut niveau pour les développeurs et de nombreuses fonctions intéressantes autour de son modeleur de processus métier et les déploiements dans le Cloud ou à destination des processus de relation client. Aujourd’hui devant Pegasystems dans ce secteur, l’entreprise doit continuer ses efforts pour garder son avantage. Son concurrent travaille depuis quelques temps sur ce domaine et va proposer rapidement des outils d’automatisation qui vont estomper l’avantage pris actuellement. Appian s’appuie sur les réalisations en production pour appuyer son attaque du marché, en particulier dans le secteur banque-finance, où des références comme Natixis en France et Ventobel en Suisse, lui permettent de démontrer la puissance et la valeur économique de sa solution.

 

Le modeleur de processus d'Appian.

Une voie nouvelle

Vantiq, une start-up américaine créée en 2015 par d’anciens de chez Forte et Ingres, explore une autre voie, l’« event driven application» ou comment développer rapidement des applications business temps réel.

Avec l’explosion des nouvelles technologies, le développement et la gestion des applicatifs devient exponentiellement complexe. Dans le cadre de leur transformation digitale, les entreprises recherchent des gains de productivité et des différenciateurs compétitifs par des applications permettant une meilleure relation avec le client dans un temps court. Face à cela les entreprises manquent de ressources qualifiées et d’argent pour soutenir ce rythme rapide. Pour aider les entreprises à faire face à ce défi, les éditeurs de logiciels relèvent le niveau d’abstraction de leurs plates-formes pour permettre à des utilisateurs peu avertis de développer des applications ou des services applicatifs. C’est la tendance Low Code/ No Code qui permet à des utilisateurs métier de développer des applicatifs métier utilisables rapidement pour les aider dans leurs tâches quotidiennes.

Une approche différente

Vantiq veut aller plus loin et apporter aux utilisateurs des possibilités de développer des applications modernes, temps réel et évolutives, car prenant en compte le contexte applicatif de l’entreprise et des sources de données. L’Event Driven Application repré- sente une nouvelle approche du développement des applications, parfois complexes, mais demandant une expertise modeste côté utilisateur. Selon le directeur technique de Vantiq, Paul Butterworth (exSun Microsystems), un niveau basique en javascript suffit pour pleinement profiter de la plateforme Vantiq, un aPaaS selon la définition du Gartner.

Microservices et serverless

La plate-forme se compose d’un modeleur graphique, de points d’intégration pour les différentes sources de données et de différents moteurs d’analyse et contextuels. Après la conception graphique des fonctions, la plate-forme intègre les données et les enrichit puis analyse et propose une application suivant ce contexte. Un changement de contexte autorise un changement dans l’application pour s’adapter à la nouvelle situation. L’architecture est composée d’une cascade de microservices sur une infrastructure serverless. Du fait de son approche contextuelle, la plate-forme s’adapte aux différentes possibilités d’infrastructure de manière distribuée et sécurisée. Des intégrations avec AWS Lamba et d’autres systèmes de ce type sont dans la feuille de route de Vantiq.

La robotisation comme futur

Une des pistes d’avenir de ce type de plate-forme est l’ajout d’outils de machine learning ou d’Intelligence artificielle les autorisant à traiter de manière automatique les tâches récurrentes et à faible valeur ajoutée dans les processus tout en laissant se concentrer l’utilisateur métier sur les exceptions ou cas complexes. On se rapproche ainsi de plus en plus d’un «case management» plus efficace avec des applications plus à l’écoute des «clients». À l’analyse, les plates-formes de Low Code accélèrent de nombreux aspects critiques de la transformation numérique des entreprises en apportant des solutions à de nombreux problèmes comme les cycles de développement, le manque de développeurs et l’adaptation au métier des applications. En général, les plates-formes actuelles doivent devenir moins dépendantes en termes de sécurité des politiques mises en place dans les entreprises et gagner en maturité pour passer à un stade supérieur dans les entreprises.

Autre point fondamental avec le Low Code, ce sont enfin les utilisateurs métier qui composent les applications qui leur conviennent le mieux, mais sans évincer la DSI, qui reste maître de la plate-forme sur laquelle les utilisateurs métier apportent leur touche sans avoir à suivre le cycle classique d’expression des besoins, développements, tests et mise en production souvent trop tardive en ce qui concerne les besoins métier.

 

Architecture Mendix.

Print
2033

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
CLIP OS, c’est ce système d’exploitation « multiniveau sécurisé » développé par l’ANSSI. Sous l’impulsion de la Dinsic, ce projet vieux de bientôt 15 ans passe en open source afin de s’enrichir des contributions de la communauté.

Avec l’acquisition de StackCloudPoint, NetApp se renforce sur l’orchestration des applications et complète son offre de services autour de Kubernetes.

A l’occasion de ses 20 ans, dignement fêtés, Equinix livre une étude sur les interconnexions dans le monde. Les interconnexions privées ou directes prennent la main sur les connexions classiques par les opérateurs.

Après les révélations de septembre 2017 quant au vol de données dont a été victime Equifax, la Cnil britanni...

La base MariaDB, le fork communautaire de MySQL, complète ses fonctions avec la base NoSQL distribuée Clustrix.


Le géant du e-commerce se donne les moyens de mettre de l’Echo dans chaque pièce du domicile, et jusque dans la voiture. Hier soir, il a dévoilé un large éventail d’appareils compatibles avec son assistant vocal, du four à micro-ondes à l’horloge murale en passant par un caisson de basse.

Du gigabit Ethernet déployé à partir d’un simple tableau électrique permet, pour moins de 250 €, de desservir une douzaine de postes en TPE, dans un point de vente, ou en habitation. Article paru dans L'Informaticien n°169.

50 l’an prochain, 3000 en 2021… ces chiffres provenant de sources officieuses peuvent surprendre par leur énormité. D’autant qu’Amazon a déjà démenti en 2016 les rumeurs lui prêtant l’intention d’ouvrir 2000 Amazon Go. Mais, maintenant que la machine est rodée, pourquoi le géant se retiendrait-il ?

Alors qu’elle planche sur un règlement type relatif à la biométrie sur le lieu de travail, la Cnil épingle une soci&...

A elle seule, elle représente 20% du marché au deuxième trimestre. La plus petite des enceintes intelligentes de Google s’e...

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Tous les Livres Blancs