X
Jacques Cheminat / mardi 27 mars 2018 / Thèmes: Développement, Dossier

Les tendances IT vues par Gartner

Expérimenter, recruter, associer IoT et Blockchain, organiser les DevSecOps et se préparer au quantique

Lors de sa grand-messe européenne, Gartner a livré pendant plusieurs jours  les grandes tendances IT pour les prochains mois, et au-delà. Un événement pour  mieux connaître l’intérêt des DSI et ce qui guidera les orientations budgétaires. Bien des thèmes ont été abordés au cours des plénières et des sessions du symposium.

Investissez dans l’expérimentation et recrutez !

Une chose est sûre, le thème le plus plébiscité par les DSI, capable de remplir les sessions y compris celles des fournisseurs, c’est l’Intelligence artificielle. Peu importe ce que l’on entend derrière ce terme, apprentissage automatique (machine learning), apprentissage profond (deep learning), réseaux neuronaux (neural networks)… L’IA est devenue plus qu’un mantra, elle est un sésame pour toucher le cœur et l’esprit des DSI. Encore balbutiante, l’heure est néanmoins à l’expérimentation. « Les investissements doivent être orientés vers les expériences, les POC », souligne Magnus Revang, analyste spécialiste de l’IA au Gartner, en ajoutant, « Expérimenter l’IA ne coûte pas cher ». Une musique douce aux oreilles des DSI, mais qui s’interrogent : par où débuter ?

Pour Magnus Revang, il faut répondre à trois questions : « Comment augmenter les services existants ? Comment changer les services existants pour les améliorer ? Quels sont les nouveaux services qui peuvent être créés et qui étaient impossible avant ? » Et de citer comme exemple, la société américaine Staples, spécialiste des fournitures de bureau qui a inventé un bouton doté de la reconnaissance du langage naturel et d’un chatbot.

Installé dans la salle des fournitures des entreprises, les employés peuvent appuyer sur le bouton et commander ce qui manque (papeterie, cartouches d’encre, etc.). Au final ce simple bouton associé à des éléments d’IA a permis à Staples d’avoir une relation client fluide et optimisée. Mais en bonus, la firme a réussi à attirer des partenaires, comme les fournisseurs de capsules de café, ouvrant ainsi la voie à du business supplémentaire.  Si les expériences sur l’IA ont pour vocation à parfaire la maturité des technologies et industrialiser les processus, cette tendance doit faire face à deux écueils. Le premier est social avec comme question centrale, combien d’emplois l’IA va-t-elle supprimer ? Gartner a bien compris que cette interrogation était cruciale et a tenté de rassurer, car « l’IA va supprimer 1,8 million d’emplois et devraient en créer 2,3 millions d’ici à 2020 ». La balance devrait être négative en 2017 et 2018 avant de connaître un accroissement des créations de postes sur 2019 et 2020. Reste que le cabinet d’analyses reste évasif sur le profil des sacrifiés sur l’autel de l’Intelligence artificielle. « Il y a des métiers qui vont se transformer, par exemple les spécialistes du test de la qualité du code, ils vont évoluer vers la connaissance de l’impact sur l’engagement client de l’application », avoue Helen Poitevin, analyste au Gartner. L’IA peut être également une réponse au manque de talents comme dans le domaine de la cybersécurité.

Second défi pour les responsables IT, le recrutement des talents en IA. La pénurie est mondiale, Gartner estime qu’il y a aujourd’hui seulement 1 275 vrais experts en IA dans le monde (25 à Paris), 60 % de ses spécialistes sont concentrés dans 50 villes dans le monde. Le cabinet appelle donc à une prise de conscience pour mener un grand plan de formation sur plusieurs années. Un pari gagnant sur l’avenir, car l’IA devrait représenter un revenu de 2,9 trillions de dollars d’ici à 2021.

L’IoT à l’heure  du Edge computing  et de la Blockchain

L’Internet des objets constitue toujours une tendance forte pour les responsables informatiques. La question de l’architecture pour gérer la prolifération des objets et leurs données a été au cœur de plusieurs ateliers. Le titre d’une session était à dessein provocateur, « Le Edge Computing va-t-il manger le Cloud ? ». Le Edge Computing est la technique pour placer au plus près de l’objet connecté la capacité de traitement des informations. Aujourd’hui, la plupart des données transmises et la gestion des dispositifs s’effectuent via un Cloud. Mais ce dernier a quelques désavantages, une latence trop importante quand il s’agit d’interagir rapidement avec l’objet, la demande en bande passante peut engendrer des coûts élevés et enfin il peut y avoir des contraintes réglementaires sur la confidentialité des données. Pour l’ensemble de ces raisons, Gartner privilégie l’Edge computing pour gérer le temps réel et cantonne le Cloud à la partie back-end. Une évolution vers l’Edge computing que 41 % des grands comptes vont intégrer dans leurs projets en 2021, ils ne représentent que 1 % aujourd’hui. La sécurité est l’autre volet important de l’Internet des objets. Les attaques, comme Mirai, Hajime ou BrickerBot, ont mis en lumière la faiblesse native des objets connectés. Une réponse peut être apportée par la Blockchain pour rétablir la confiance. Cette technologie a sur le papier plusieurs arguments pour cela. Elle est capable de gérer le commissionnement des objets, leurs mises à jour, de les authentifier notamment sur leur provenance. Elle apporte une fluidité dans la communication, pour s’inscrire dans une économie de partage. Tout à l’air parfait, mais il y a quand même quelques limites. La première est que la Blockchain nécessite de la vitesse incompatible avec les connectivités actuelles IoT (LoRa ou Sigfox). La Blockchain est une technologie immature selon le Hype Cycle de Gartner, alors que l’IoT est plus avancé. Les analystes constatent par ailleurs que la Blockchain est une des options parmi d’autres pour l’IoT. Cependant, des start-up essayent de mêler Blockchain et IoT et certaines entreprises lancent des expériences sur des activités non critiques. Les DSI doivent donc garder un œil attentif à ce duo.

Le DevSecOps  en germe et API incontournable

Parmi les autres tendances à suivre par les responsables informatiques, la sécurité est un socle important. La transformation digitale des entreprises apporte de la complexité et une accélération des processus. L’approche de la gestion du risque et la mise en place des règles de sécurité doivent évoluer. Gartner a son idée sur cette transformation à travers le concept de CARTA (Continuous Adaptive Risk and Trust Assessment). L’idée est de prendre en compte les problématiques de sécurité en temps réel sur l’ensemble du cycle de vie des applications. Et les premiers touchés sont les développeurs, en particulier ceux qui opèrent en mode DevOps. Cette méthode se transforme en « DevSecOps » où la sécurité est prise en compte lors de l’élaboration des produits. Certes l’automatisation est au rendez-vous comme brique technologique, mais les programmeurs doivent « avoir un état d’esprit basé sur le Security By Design », explique Peter Sondergaard, analyste en chef chez Gartner. Il prend l’exemple des emprunts de bouts de codes sur GitHub sans se préoccuper des mises à jour des versions des programmes. Trait d’union entre les applications, les API assurent la réussite de l’économie du partage et l’enrichissement des services. Pour Paolo Malinverno, analyste au Gartner, les API ne sont pas uniquement une technologie d’accélération de la transformation digitale, mais ils apportent d’autres bénéfices comme l’ouverture de nouveau business, un lien entre le monde réel et la réalité virtuelle. DSI et CDO vont devoir être vigilants sur les API en tant que produit et doivent réfléchir à la mise en place d’un gestionnaire de ce produit. Cette personne fera le lien entre les producteurs et les consommateurs d’API en ayant une bonne visibilité du catalogue, structurer une feuille de route et une stratégie de monétisation des API.

Ordinateur quantique et réalité contrefaite à l’horizon

Au-delà de 2018, Gartner a dressé les orientations technologiques auxquelles les DSI doivent réfléchir à moyen terme. Parmi celles-ci, la première citée est l’ordinateur quantique. Sur le plan commercial, IBM et Google via D-Wave ont amorcé des offres d’informatique quantique. Daryl Plummer, vice-président du Gartner, constate qu’aujourd’hui, les ordinateurs quantiques ne sont plus de la science-fiction et que la perception de l’informatique va changer. « Trois cents qubits complètement ‘intriqués’ peuvent manipuler autant de bits traditionnels qu’il y a d’atomes dans l’univers », explique l’analyste. Une capacité de traitement vertigineuse que les DSI doivent anticiper. Ils vont devoir nourrir cette puissance de calcul, recruter des data scientist et revoir leurs solutions de sécurité basées sur le chiffrement. Ils ont néanmoins un peu de temps pour se préparer, Gartner prévoit que la révolution quantique atteindra sa plénitude en 2030.

Autre élément de rupture à anticiper, la réalité contrefaite. Gartner la définit comme étant « la création numérique d’images, de vidéos, de sons ou de documents très réalistes, mais représentant des choses qui n’ont jamais existé ou qui n’ont jamais eu lieu ». Sur ce sujet, le cabinet d’analyses distingue deux éléments, la détection et la création de réalité contrefaite. Dans le premier cas, les responsables informatiques vont devoir prendre en compte les fake news en créant par exemple des comités de vérification des informations, être vigilant sur les fausses marques et l’impact sur la réputation de l’entreprise. Dans le second cas, le constat est simple : d’ici à 2022, en majorité, les individus consommeront plus de fausses informations que de vraies. Les DSI devront être vigilants sur la création des réalités contrefaites. Ils pourront se tourner vers l’Intelligence artificielle pour détecter les distorsions informationnelles, mais aussi pour en créer. Et c’est là le paradoxe, les DSI vont être obligés de jouer sur deux tableaux ; à la fois la détection et la création d’une réalité contrefaite. La schizophrénie numérique n’est pas si loin.

6662

x
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Slack a tenu récemment sa conférence virtuelle Frontiers et a proposé de nombreuses innovations qui visent à étendre le champ de la collaboration au-delà des frontières de l’entreprise.

Splunk a profité de sa conférence utilisateurs et partenaires, .conf20, qui s’est tenue en ligne pour annoncer deux acquisitions et de nombreuses nouveautés dont un environnement autour de l’apprentissage machine.

Les places de Paris, Dublin, Lisbonne et Amsterdam ont connu hier une panne importante provoquant l’arrêt des transactions pendant trois heures. Le problème s’est poursuivi dans la soirée : à 17h30, la clôture du CAC40 n’a pas eu lieu et les ordres ont continué d’être pris par erreur pendant une heure. La faute à un bug informatique, et non pas à une cyberattaque assure Euronext.

Encore une opération de consolidation dans le secteur des puces. Intel, soucieux de se concentrer sur quelques secteurs prometteurs, tels que l...

Le fournisseur de solutions de sécurité renforce son offre Prisma Cloud avec quatre modules et intègre l’offre d’Aporeto acquis récemment par Palo Alto.

Toutes les autres News
LIVRES BLANCS

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs