X
Les stations de communication remplacent les postes de travail
Yann Serra / mercredi 31 janvier 2018 / Thèmes: Mobilité, Dossier

Les stations de communication remplacent les postes de travail

La tendance 2018 : passer du poste de travail sordide à la station de communication sexy

Alors que les entreprises dépouillent leurs bureaux des équipements et du mobilier habituels pour parvenir à louer moins de surface, les salariés se voient attribuer, en échange, des PC très haut de gamme qui intègrent le must des télécommunications.

En échange de la suppression de leur espace de travail privatif, les salariés se voient équipés de PC très haut de gamme, 40 à 50 % plus chers qu’à l’habitude.

Des postes de travail de meilleure gamme pour compenser la perte des mètres-carrés. À La Défense, à Paris, tout comme dans de nombreux autres quartiers d’affaires dans le monde, la mode est aux salariés qui arrivent le matin et se « pluggent » sur la première chaise disponible. Plus personne n’a de bureau à soi, avec tiroirs et décorations attitrées. « Transformer ainsi les espaces de travail permet de répondre à la demande croissante des salariés de télétravailler à tour de rôle et résout la problématique de la rentabilité des espaces locatifs, qui est en chute libre. L’objectif actuel est de louer, chauffer et alimenter des locaux dont la capacité d’accueil ne correspondrait plus qu’à 70 % du personnel », témoigne ainsi Frédéric Fourdrinier, qui travaille à concrétiser techniquement de tels projets chez Pointnext, la nouvelle SSII de HPE.

De super PC pour les collaborateurs afin de compenser la perte de leur mobilier de travail

Reste que pour concrétiser un tel effort de transformation, plus question de se contenter des classiques PC de bureau. Officiellement, il s’agit de doter les salariés de postes de travail capables de les suivre n’importe où et intégrant dans la foulée toutes les fonctions téléphoniques qui ne peuvent plus être figées dans un combiné. Mais en vérité, les directions ont parfaitement intégré que de déposséder les salariés d’un mobilier personnel sera vécu comme une dégradation des conditions de travail. En compensation, les doter d’une machine qui flatte autant leur égo que le faisaient auparavant les voitures de fonction ne serait qu’un moindre mal.

« Comptez qu’un poste de travail portable, avec toutes les options dernier cri, qui intègre une connexion 4G et qui dispose d’un écran haut de gamme – alors que, historiquement, les entreprises ne prenaient toujours que des dalles d’entrée de gamme – ne coûtera qu’une petite centaine d’euros par mois par salarié. Par rapport au coût salarial du collaborateur, c’est dérisoire, surtout si cela permet d’éviter la fuite des troupes chez la concurrence », analyse pour sa part Yann Guérin, qui chapeaute les ventes de PC aux entreprises chez HP.

Yann Guérin note par ailleurs que la décision d’achat a changé de main dans les entreprises : « Alors que nous ne vendions auparavant des PC qu’aux DSI, ce sont désormais des utilisateurs-clés, représentatifs des métiers, qui sélectionnent les postes de travail dans la majorité des cas. Pour concrétiser des ventes, les fournisseurs organisent donc à présent des journées show rooms dans les locaux des entreprises », témoigne-t-il en sous-entendant qu’il ne s’agit plus pour le constructeur de montrer des produits utiles mais bel et bien épatants.

Les stations de communication offrent un système audio haut de gamme avec des touches de raccourcis Skype pour compenser la disparition des combinés téléphoniques.

Du poste de travail sordide à la station de communication sexy

Dans ce contexte, on ne parle plus de postes de travail, mais de stations de communication. Le profil type de l’équipement mobile est un PC portable de 12 ou 13 pouces, dit convertible – avec l’écran qui se retourne complètement dos au clavier pour faire office de tablette –, avec écran FullHD, webcam avec résolution la plus importante possible et une qualité audio digne d’un équipement de salon.

Chez HP, les modèles Elite Book 1020 et 1030 qui correspondent à ce descriptif intègrent un système audio Bang & Olufsen qui permet de mener de conversation et des visioconférences via Skype et consort avec une qualité d’écoute inédite. Ces modèles sont par ailleurs dotés d’un dispositif « Noise Cancelation » qui annule le bruit alentour pour que les interlocuteurs à l’autre bout d’Internet n’entendent que la voix de l’utilisateur, malgré le brouhaha de l’open space.

Parmi les autres particularités, le clavier se dote de toutes les touches de raccourcis pour décrocher, raccrocher, passer en mode mute ou partager son écran dans Skype. La webcam devient rétractable pour garantir au collaborateur qu’il ne sera pas filmé à son insu. La dalle est quant à elle équipée en option d’un mode « Sure View », débrayable en appuyant sur F2, qui interdit aux voisins de distinguer l’écran de l’utilisateur, à la manière d’un filtre – il s’agit ici d’un dispositif électronique.

« Pour bénéficier de cette option sans supplément de coût, tout comme d’une connexion 4G en plus du Wifi et d’un disque SSD NVMe plus rapide que les disques classiques, nous remarquons que les entreprises privilégient aujourd’hui les modèles équipés de zen Pro, le tout dernier processeur d’AMD qui permet d’avoir les mêmes performances qu’un Core d’Intel pour 10 % moins cher », remarque Yann Guérin. Il note cependant que les disques choisis ont toujours une capacité minimale (128 Go typiquement), l’essentiel des applications et des données étant désormais en Cloud.

Des caractéristiques similaires se déclinent dans les postes à disposition que les entreprises peuvent préférer installer sur des bureaux. Ce sont alors des unités centrales minuscules qui se clipsent derrière les écrans, voire s’accrochent au mur, toujours dans la volonté d’économiser au maximum la surface de travail. Chez HP, ces unités correspondent aux EliteSlice. « Nous avons désigné ces modèles pour qu’ils soient le plus sexy possible, avec une conception modulaire où l’on peut assembler plusieurs tranches qui ajoutent des fonctions additionnelles au boîtier de base, comme le backup ou le système audio Bang & Olufsen », décrit Yann Guérin. Et de préciser que les écrans qui vont de pair sont sans bord, autant pour l’élégance que pour assembler des murs d’images sans le quadrillage des bordures.

Dans des salles de réunion qui ne peuvent plus accueillir physiquement que trois ou quatre personnes, les stations de communication font à la fois office de pieuvre téléphonique et d’écran de projection pour les PowerPoint.

Huddle rooms et stations de communication réinventent les réunions

Dans leur effort pour réduire les mètres-carrés, les entreprises remplacent aussi les grandes salles de réunion par des « huddle-rooms » – que l’on évitera de traduire en français par « salle de confinement » – : sorte de bocal en verre au beau milieu d’un plateau et qui n’accueille pas plus de trois ou quatre personnes. Un huddle-room accueille idéalement les conf-calls ou les réunions-PowerPoint avec des collaborateurs – c’est nouveau ! – en télétravail.

« Dans ce genre de salles, les entreprises n’aménagent plus forcément d’équipement spécifique. Dans ce cas, c’est le portable convertible de l’utilisateur qui sert de pieuvre téléphonique : on le pose au milieu de la table, avec le clavier replié dans le dos de l’écran, et, grâce au système B " O, la qualité d’écoute est tellement bonne que l’on a l’impression que les interlocuteurs sont présents dans la pièce », témoigne Yann Guérin.

Quant aux réunions PowerPoint, les stations de communication intègrent désormais tous des dispositifs qui simplifient radicalement la connexion et le partage d’écran à distance. Il suffit d’abord d’envoyer aux participants une invitation avec l’adresse du PC qui fait office de pieuvre. Puis, selon les constructeurs, une app dédiée ou un plugin Skype permet d’afficher chez tout le monde l’écran de l’organisateur, voire l’écran d’autres participants, à concurrence de quatre écrans en simultané.

Selon Yann Guérin, cette transformation des locaux n’est pas qu’un effet de mode. « Les salariés ont désormais pris l’habitude de travailler pendant 40 % de leur temps au téléphone et le télétravail devrait augmenter de 150 % d’ici à deux ans », conclut-il. ❍

3262

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Après la publication de ses très controversées lignes directrices relatives aux traceurs, la Cnil vient de lancer la consultation publique sur ses recommandations pratiques, mises en ligne dans la foulée. Celles-ci n’apportent rien de nouveau, mais éclaire certains points quant au recueil du consentement des internautes sur lequel le gendarme des données personnelles attend les éditeurs au tournant.

Les clients d’IBM qui utilisent les systèmes Power peuvent maintenant aller sur le Cloud de Google pour migrer leurs données ou déporter des tâches de traitement.

Citrix avait poursuivi en justice AVI Networks pour utilisation abusive de brevets avant que l’entreprise soit reprise par VMware. L’accord actuel arrête la procédure judiciaire entre les deux acteurs de la virtualisation.

Au moins 70 employés de la fondation seront remerciés prochainement. Mozilla traverse une période difficile, marquée par le retard à la livraison de nouveaux produits supposés générer des revenus supplémentaires pour la fondation.

Forte de près de 6000 membres, l'association française des correspondants à la protection des données personnelles ouvre un nouveau chapitre avec sa 14ème université des DPO, où un millier de professionnels étaient attendus.

La lettre d’Elliott a vraisemblablement fait mouche. Malgré le souhait répété de Paul Hermelin de ne pas revoir l’offre initiale à la hausse, Capgemini a finalement annoncé porter son prix à 14,5 euros par action, contre 14 euros précédemment.

Le géant des centres de données rachète Packet, un fournisseur de service cloud sur des environnements bare metal.

En quelques heures Google a réalisé deux rachats sur des sujets très différents. Pointy est un spécialiste de la mise en ligne de catalogues produits et AppSheet développe un environnement pour le No Code.

Le géant des paiements signe un gros chèque pour mettre la main sur cette jeune pousse californienne. En effet, celle-ci permet aux développeurs d’applications opérant dans la fintech d’accéder aux données bancaires de leurs utilisateurs par le biais des institutions financières : un secteur en forte croissance, favorisé notamment par la réglementation à l’instar de PSD2.

L’ancien CEO d’Hortonworks, qui avait abandonné tout rôle opérationnel après la fusion avec Cloudera, revient aux commandes après le départ de Tom Reilly.

Toutes les News
LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
0123movie