X

FACEBOOK : 1 milliard d'utilisateurs en moins de 10 ans

par Stéphane Larcher - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 28/02/2013 Article Rating

Un soir de novembre 2003…

Outre Priscilla, Mark Zuckerberg va faire une autre rencontre décisive à Harvard. Il s’agit d’Eduardo Saverin, un jeune homme d’origine brésilienne, issu d’une famille très riche et lui-même fort doué pour les affaires, notamment en Bourse. M. Saverin est un autre des personnages clés de Facebook pour plusieurs raisons. Zuckerberg et Saverin deviennent rapidement très proches partageant les mêmes goûts.

Facebook va véritablement démarrer par une absence de fonctionnalité au sein des trombinoscopes de Harvard. En effet, ils sont cloisonnés par maisons où logent les étudiants et il n’est possible d’accéder qu’aux images des habitants de sa propre résidence, pas aux autres. Le second aspect est que ces photos prises sur le vif à l’arrivée des élèves ne les mettent pas en valeur et il est impossible de les changer. Un soir de novembre 2003, pendant que l’essentiel des étudiants fait la fête, Zuckerberg et ses amis restent dans leur chambre à partager quelques bières. Voilà ce qu’il écrit sur son blog. « 21h48: bon, j’ai un peu bu, je ne vais pas vous mentir. On est mardi et il n’est même pas 22h. Et alors ? J’ai ouvert le trombinoscope de Kirkland sur le PC. Le moins que l’on puisse dire est que certaines photos sont franchement ignobles ! » L’idée est donc que chacun puisse accéder aux photos et, en plus, il lance un concours de beauté un peu spécial puisqu’il accole des photos d’animaux à côté de portraits d’étudiants –et d’étudiantes– en demandant de voter pour la meilleure des deux. Le site en question s’appelle Facemash.

Pour obtenir toutes les photos de tous les étudiants, il convient de pirater le serveur du campus. Pas difficile du point de vue technique pour un informaticien du niveau de Zuckerberg mais autrement plus délicat du point de vue juridique. Pendant huit heures, le travail se poursuit et le 2 novembre 2003 voit la naissance de Facemash. En quelques heures, c’est l’effervescence sur le campus. Car le programme permet de choisir entre deux personnes (hommes ou femmes) lequel a le meilleur look: 22 000 votes sont enregistrés en quelques heures et tous les serveurs d’Harvard sautent. La bonne blague se transforme en cauchemar puisque le brillant élève est menacé d’exclusion. Finalement, il écope d’un simple avertissement. La principale victime de cette histoire sera Joe Green. Cet ami de Mark qui a participé à l’aventure Facemash subira les foudres de son père qui lui interdira de travailler avec Zuckerberg. Le fils docile obéira, ce qu’il continue à regretter car si son amitié avec Mark Zuckerberg a perduré, il n’a pas participé à la construction de Facebook et les dollars qui vont aujourd’hui avec…

De Facemash à Thefacebook

Pour Zuckerberg, tout a véritablement commencé ce 2novembre et dans les semaines qui ont suivi. Il est vite devenu l’idole du campus et tout le monde voulait désormais savoir qu’elle était la prochaine idée. Parmi toutes ces personnes figurent les jumeaux Tyler et Cameron Winklevoss. Ces deux brillants jeunes hommes sont beaux, riches et compétiteurs internationaux en aviron : ils participeront à deux reprises aux Jeux olympiques (2008 et 2012) et ils ont une belle idée pour un site internet : Harvard Connection, un site de mise en relation des élèves du campus. Le seul hic, mais de taille, est qu’ils ne connaissent strictement rien à l’informatique. Ils choisissent donc Zuckerberg pour développer leur site, lequel accepte. Mais ils ne lui font rien signer et Mark ne les informe pas non plus qu’il travaille sur son propre projet. Thefacebook est en chantier. Pour les 1 000 dollars apportés, Eduardo Saverin gagne 30 % des parts. Trois semaines après son lancement, 6 000 utilisateurs sont inscrits et en moins de deux mois, neuf nouvelles universités américaines sont connectées. Pour sa première interview télévisée sur CNBC, Zuckerberg revendique 100 000 utilisateurs.

Bien entendu, il veut aller plus loin mais il faut de l’argent. Saverin continue à financer mais la divergence s’installe entre les deux car Saverin voudrait voir un retour sur investissement rapide, notamment par la publicité. Zuckerberg ne veut pas de cela, estimant qu’il convient d’abord de grandir et grandir encore jusqu’à se rendre incontournable avant de tenter de récupérer les sommes investies puis gagner de l’argent. À l’instar de Bill Gates trente ans plus tôt, Mark Zuckerberg quitte Harvard pour se rendre en Californie – de fait Zuck n’est pas diplômé de Harvard tout comme Bill Gates, lequel obtiendra simplement un diplôme honorifique vingt-cinq ans après avoir claqué la porte pour fonder Microsoft.


Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Autres dossiers Mobilité, Réseau