X

FUJITSU : Un discret leader technologique

par Bertrand Garé - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 01/06/2011 Article Rating

Souvent effacé dans sa communication, le groupe japonais est pourtant un des premiers acteurs dans le monde des serveurs et des services IT. Sa branche informatique, FTS (Fujitsu Technology Solutions) est plus médiatisée que l’ensemble du conglomérat japonais. Retour sur l’histoire de cette entité toujours un peu à part.


75 ans ! On peut presque parler d’une entreprise vénérable lorsqu’on évoque Fujitsu. Son histoire commence cependant d’une manière un peu dramatique. Dans les années vingt, un tremblement de terre dévaste totalement la plaine du Kanto au Japon, en 1923. Il détruit les principales infrastructures japonaises, dont celles des télécommunications de Tokyo et de Yokohama, les deux grandes métropoles nippones. Le gouvernement japonais décide de mettre en place des systèmes automatiques de commutation pour le réseau téléphonique, alors que cette technologie est à peine introduite en Europe et en Amérique. Cette étape marquera le formidable développement des télécommunications au Japon.

La même année, un joint-venture se crée entre Furukawa Electric et l’Allemand Siemens AG, un hasard de l’histoire – nous y reviendrons –, qui conduit au développement de générateurs et de moteurs électriques. Elle revend aussi les commutateurs de Siemens puis finit par développer un modèle propre.

En 1935, Fuji Tsushinki devient une spin-off spécialisée dans les télécommunications de Fuji Electric et deviendra plus tard, Fujitsu Limited.

L’entreprise contribuera plus tard à l’effort de guerre japonais. Mais la société prend son envol à la suite du conflit mondial en aidant à la reconstruction du pays et des infrastructures de communication. Elle est même reconnue par le gouvernement comme « le » constructeur officiel du pays. Elle connaît alors un développement très rapide.

L’entreprise sera cotée dès 1949 sur le marché tokyoïte dès sa réouverture. L’entreprise restera spécialisée dans les communications jusqu’au milieu des années 50, en relançant au passage son partenariat avec Siemens.

Page 1 de 3 Page suivante

Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Autres dossiers Serveurs, Technologie, HPC