X

LOGITECH : La réussite par l’innovation

par - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 30/06/2008 Article Rating

Plus de 25 ans d’innovations, de longues années à fournir les besoins périphériques des utilisateurs d’ordinateurs, et Logitech a réussi à s’imposer simplement, par la qualité de ses produits et leur utilité évidente.

Quel informaticien n’a jamais eu un produit Logitech entre les mains ? Ou plutôt sous les doigts ? Aujourd’hui, la marque est associée à un grand nombre de produits, principalement des périphériques pour ordinateurs. Claviers, souris, webcams… Le constructeur suisse n’en est plus à son coup d’essai. Après 27 ans, Logitech est encore et toujours numéro 1 du secteur. Chapeau ! Pour un business à l’échelle mondiale, la société est aujourd’hui connue et reconnue par ses pairs, mais surtout par les utilisateurs, toujours friands de ces produits qu’on dit haut de gamme, tout en restant relativement accessibles en termes de prix. 


Dans une grange… d’Apples, en suisse

Il aura fallu trois hommes pour fonder une société d’envergure désormais mondiale. Mais le 2 octobre 1981, contrairement aux apparences, le but n’est pas de créer une société qui fabriquera des périphériques pour ordinateur. Les fondateurs de Logitech S.A. – Daniel Borel, Pierluigi Zappacosta et Giacomo Marini – commencent leur activité dans le petit village suisse d’Apples (aucun rapport !). L’objectif est tout d’abord de créer un éditeur graphique pour la société Ricoh. Puis, de fil en aiguille, la société prend une autre allure, une seconde direction qui est celle que l’on connaît aujourd’hui. À l’origine, la société aurait même dû s’appeler Softech. Le nom étant déjà déposé, les fondateurs optent pour Logitech, utilisant les premières lettres du mot logiciel – en français, s’il vous plaît. Toujours aux côtés de Ricoh, à qui ils montrent leur premier prototype, l’équipe installe son second bureau à Palo Alto, près du centre de développement de l’équipementier, basé quant à lui à San Jose. 

Ce n’est que quelque temps plus tard qu’apparaît la première souris. Bluffé par ce concept à l’époque révolutionnaire, les trois acolytes imaginent déjà les possibilités de ce périphérique pour leur éditeur graphique. De plus, ils apprennent l’existence du développement d’une de ces souris au « Swiss Federal Institute of Technology » de Lausanne. Plus qu’intriguée, l’équipe de Logitech participe au développement, et sortira le produit sous son nom en 1982 : la souris P4 est la première d’une longue lignée…

Les premières souris pour Apollo et HP

Les ventes commencent donc grâce à l’envol de l’industrie graphique, et ce n’est qu’en 1983 qu’elles commencent à être destinées au grand public. Le premier contrat est signé avec Apollo Computer, qui commande 500 périphériques, à 299 dollars l’unité. En 1984, Logitech fait ses affaires avec le leader actuel de l’industrie informatique, HP, qui lui demande de dessiner une nouvelle souris à 44,95 dollars, avec 25 000 unités à la clé. 

Ainsi, le business commence à fleurir, le commerce s’agrandit et Logitech est confronté à plusieurs problèmes de capacité de production. Le choix est rapidement fait : c’est à Taiwan que seront construits les périphériques, dès septembre 1986, date qui marquera également le changement du siège de la société, d’Apples à Romanel-sur-Morges, toujours en Suisse bien sûr. 


En parallèle de ses ventes en OEM, Logitech s’intéresse à la vente au détail, sur un marché encore

fébrile. Après deux ans de négociations avec Microsoft qui n’aboutissent à rien, Logitech ressort un nouveau modèle de souris, la C7. Et malgré le peu de ressources marketing dont dispose la société, 800 exemplaires seront vendus le premier mois après la sortie. C’est également l’époque où une certaine société Apple commence à vraiment faire parler d’elle. Logitech sera d’ailleurs récompensé par celle-ci via un prix « Apple Business ». 



Quelques années plus tard, en 1988, l’heure est à l’expansion pour Logitech, qui ouvre une usine de fabrication à Cork, en Irlande. Tandis que son action fait son entrée au Swiss Exchange en 

Page 1 de 3 Page suivante

Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider