X

ACER : Toujours le sourire de Stan Shih !

par Bertrand Garé - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 30/11/2009 Article Rating

Née MultiTech, puis devenue Acer Inc., l’entreprise taïwanaise s’est imposée au fil des années comme l'un des plus grands fournisseurs de PC au monde. Désormais sur le podium des constructeurs, le leader asiatique a pourtant conservé ses valeurs de départ et joue la carte
multi-marque.

En 1976, un ingénieur en électronique, Stan Shih, monte sa propre entreprise, MultiTech, avec 25 000 $ de capital, sa femme et 5 collaborateurs. Il a déjà des idées très arrêtées sur le modèle qu’il veut mettre en place. Pour lui, la valeur n’est pas dans la production ni la fabrication mais dans le système de vente et de conception. Cette vision est restée dans l’histoire sous le nom de « sourire de Stan Shih ». Dès 2000, l’entreprise mettra d’ailleurs un terme à ses opérations de production pour répondre à ce modèle.

En tant que constructeur, Acer développe ses propres pièces et composants qui entrent ensuite dans la fabrication de ses produits. C’est le support d’une très ambitieuse vision de recherche et développement pour satisfaire les besoins et désirs des utilisateurs finaux. L’entreprise renforce cette conception par des liens capitalistiques avec ses fournisseurs fabricants de composants. Acer a ainsi des participations dans BenQ ou AOpen, pour ne citer que les entreprises les plus connues en Europe. Par ailleurs, le fondateur de l’entreprise a une véritable vision sociétale avec sa volonté de faire tomber les barrières entre les hommes et la technologie. Il conçoit donc ses produits pour être peu chers et fabriqués en masse.
Moins révolutionnaire, Acer s’appuie commercialement sur un modèle de type indirect en utilisant des canaux de distributions classiques, que ce soit en magasins spécialisés, grandes surfaces ou en ligne par Internet. Mais ce modèle a plutôt du bon puisqu’aujourd’hui, l’entreprise joue les premiers rôles après avoir misé sur le développement des appareils mobiles et portables, le portant à la première place en Europe et deuxième place mondiale derrière HP, après avoir détrôné très récemment Dell.

Des marques fortes

Autre approche originale, une fois la marque Acer bien installée dans le monde de l’informatique à partir de 1986, le constructeur taïwanais s’est développé par croissance externe avec l’acquisition de l’activité notebooks de Texas Instruments en 1997, les fameux Travelmate. Par la suite, Acer reprend d’autres marques fortes, bien installées sur le marché grand public, comme Gateway et Packard Bell (en 2007). Acer est aussi propriétaire d’une marque moins connue en Europe, eMachines, pour le segment d’entrée de gamme. Il a conservé pour chaque label son marketing distinct, son identité, sa personnalité. Loin de phagocyter les entreprises rachetées, Acer préfère conserver des approches différenciées pour attaquer les marchés que ce soit géographiquement ou par segment.

Ces approches ont été concrétisées par des succès retentissants comme le modèle Aspire ou le HPM, un système très innovant de gestion de l’alimentation, puis l’extension de l’offre logicielle et de services sur le PC. Toutes ces innovations ont été depuis reprises par les autres constructeurs. 

A la suite du départ à la retraite de Stan Shih, Acer a changé de patron et a nommé Gianfranco Lanci en 2005 donnant ainsi une véritable connotation internationale à l’entreprise qui s’éloignait de son identité « made in Taïwan ». Après des études d’ingénieur à Turin, Gianfranco Lanci entre chez Texas Instruments puis rejoint Acer où il devient le dirigeant de la filiale italienne, puis de la zone Europe. En 2003, il prend en charge les opérations sur l’Europe et le continent américain. Depuis l’année dernière, il combine les fonctions de président et de directeur général. 

 

Page 1 de 3 Page suivante

Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider