X

CA : Le retour au sommet ?

par Bertrand Garé - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 01/02/2010 Article Rating
CA, plus connue sous son nom d’origine, Computer Associates, est l’une des plus grandes entreprises de l’histoire de l’informatique. Elle connut une réussite spectaculaire, mais aussi les affres du scandale, pour revenir depuis peu sur le devant de la scène après une transformation qui aura été parfois douloureuse. Renouera-t-elle avec les premiers rôles ?

En 1976, dans la banlieue de New-York, quelques collègues développeurs, quatre en tout et pour tout, s’unissent pour monter une entreprise. Son nom : Computer Associates International Inc. Parmi eux : Russ Arzt et Charles B. Wang. En quelques années, ils vont connaître une réussite comme peu de sociétés informatiques en ont vécu. Ils s’engouffrent dans la possibilité offerte par IBM qui, à la fin des années 60 a découplé la vente de matériels mainframes des logiciels et services de support.

L’équipe de direction lors du transfert du titre CA du NYSE vers le NASDAQ. Au centre : John Swainson qui venait de prendre les commandes pour remettre en marche « le nouveau CA ».

Deux produits à succès

Étudiants ensemble, puis développeurs dans des entreprises, les deux compères découvrent qu’il existe de nombreux points d’automatisation et d’amélioration possiblesur les mainframes d’IBM. Ce sera la base même de leur réussite quasi-immédiate. Largement présents dans les grandes entreprises, les mainframes sont le bras armé de la finance, un sujet ô combien important dans une entreprise. La création de l’entreprise coïncide avec la mise sur le marché du logiciel CA-SORT, un programme qui permet de trier, de fusionner et de copier sur les environnements OS/390. C’est un succès immédiat. En une année, le logiciel procure 5 millions de dollars de revenus à Computer Associates. Le produit est ensuite étendu à d’autres plates-formes. Développé à l’origine par une entreprise suisse, le produit connaissait déjà une forte reconnaissance en Europe, mais ne s’était pas imposé aux États-Unis. Un partenariat avec l’entreprise suisse a permis à CA de fournir sa propre mouture du produit.
Dès l’année suivante, un autre programme, Dynam-T, permet de gérer le stockage dans les entreprises. La réussite de ce produit confirme celle de SORT. La belle aventure prend sa vitesse de croisière. D’ailleurs, cette réussite rapide a été souvent enjolivée. Ainsi, lors d’un CA World, il était évoqué par des collaborateurs de CA que Charles Wang jouait sur les différents fuseaux horaires pour rencontrer le maximum de clients de CA aux États-Unis dans la journée en prenant un avion tôt de New-York pour une tournée vers l’Ouest !

Une bonne surprise tous les jours

Russ Arzt, lui-même, ne connaissait pas cette légende dans l’entreprise lorsque nous l’avons interrogé. « En fait, quand nous avons commencé, c’était plutôt dans le mode start-up et nous n’avions pas beaucoup d’argent. On ne risquait pas de prendre beaucoup l’avion. De plus, notre situation près de New-York venait surtout que nous y avions toujours vécu, que nos familles étaient là.
Cela nous semblait une bonne localisation pour pouvoir rayonner aux États-Unis mais aussi sur l’Europe. » Il se souvient de l’engouement des débuts : « Le plus étonnant est que la réussite des produits doit beaucoup au bouche-à-oreille. Nos clients présentaient notre code à d’autres clients et les commandes tombaient. On avait une bonne surprise tous les jours ! »

En 1981, la société entre en Bourse, au Nasdaq après une introduction de 500 00 actions qui valorise l’entreprise à 3,2 millions de dollars. La société continue son développement rapide et la filiale française est créée dès l’année suivante. Elle deviendra rapidement l’un des grands acteurs de la place.

Du mainframe à Windows NT

Ce développement ne concerne pas que le secteur commercial. CA étend aussi vigoureusement son portefeuille de produits avec, dès 1984, une base de données relationnelle puis un best-seller, Unicenter, en 1985. À la fi n des années 80, CA dépasse le milliard de dollars de chiffre d’affaires. Elle devient la première entreprise à atteindre ce niveau dans le logiciel. Les années 90 voient un développement tous azimuts. Ce développement suit des paris technologiques ambitieux et très novateurs dans l’industrie. CA est ainsi pionnier dans le choix de supporter différentes platesformes pour ses produits. C’est ainsi qu’elle sera la première à suivre Windows NT et à penser que la plateforme de Microsoft sera un environnement majeur dans les entreprises, et ce, alors qu’Unix domine les environnements distribués.
La décennie voit le développement de CA sur la zone Pacifique et Asie. La deuxième moitié est le théâtre d’une véritable course à la taille et à la chasse technologique avec l’enchaînement de rachats toujours plus spectaculaires pour l’époque. Les plus emblématiques sont les acquisitions de Cheyenne et de Platinum dans les secteurs du stockage et de la gestion des données.

Parfum de scandale

 En 2000, Sanjay Kumar remplace l’emblématique fondateur Charles Wang. Deux ans plus tard, il devient le président du Board. On lui doit principalement un nouveau modèle de facturation qui révolutionne à plus d’un titre l’industrie. Deux ans plus tard, poursuivi par la justice américaine pour fraude comptable, il démissionne.
L’annonce est une véritable bombe. Elle entachera longtemps la réputation de l’entreprise et entamera la confiance des clients envers l’éditeur.
Cela n’empêchera pas l’entreprise de poursuivre les rachats et d’étendre son portefeuille de produits. Celui-ci devient proprement gigantesque. À l’époque, on peut estimer que le catalogue comporte 400 produits actifs et près de 1 200 sont au catalogue et juste maintenus pour les grands clients, en particulier dans le domaine des environnements mainframes. Au départ de Charles Wang se sont près de 50 entreprises qui ont été rachetées. Lors de ces rachats, Charles Wang ne s’est pas fait que des amis, loin de là. Il reste encore aujourd’hui un patron original et controversé dans l’industrie informatique. Les innovations concernent tous les secteurs et les réorganisations succèdent aux réorganisations. Chez CA, le rythme donne le tournis.

Le renouveau Swainson

Après la crise profonde qui a marqué l’entreprise, un nouveau CEO vient sur le devant de la scène : John Swainson, un ancien de chez IBM, à la forte personnalité. En quelques années, il abattra un travail considérable pour remettre l’entreprise sur les rails, en simplifiant le catalogue produit, en rationalisant la stratégie autour de thèmes simples mais compréhensibles et en réinsufflant un esprit plus conquérant au sein de l’entreprise. Cela ne s’est pas fait sans casse, mais de l’entreprise est aujourd’hui redevenue l’un des plus grands acteurs du secteur. Sa venue coïncide avec une nouvelle vague de rachats visant à refaire de CA un leader ou – au pire – le numéro deux sur ses activités. CA s’est recentré sur ses points forts et a investi des secteurs porteurs comme la virtualisation, le développement durable ou le SaaS. À l’aube d’une nouvelle décennie, l’entreprise est en ordre de marche pour redevenir conquérante, comme nous l’a précisé dernièrement Russ Arzt, dans un entretien.



Le fondateur, et premier
patron de CA,
Charles B Wang. Il a laissé
un souvenir mitigé chez ses
 collaborateurs des débuts..

Charles Wang une personnalité complexe

 Arrivé à New-York dans le quartier du Queen’s à l’âge de 8 ans, Charles Wang intègre une école de haut niveau à Brooklyn, obtient un diplôme de mathématiques et commence à travailler à l’Université de Columbia avant de fonder Computer Associates, en 1976. Ses méthodes lors des rachats et avec certains employés lui ont valu des surnoms souvent désobligeants comme « Attila le Hun ». Sa manière paternaliste de diriger son entreprise a pu aussi en exaspérer certains. Sa personnalité est complexe. Très engagé dans des programmes humanitaires, il a beaucoup investi dans le sport, en particulier le hockey à New-York où il a détenu tout ou partie d’une franchise d’équipe. Depuis 2002, il est retiré de Computer Associates et gère des programmes immobiliers dans la région new-yorkaise.
Page 1 de 3 Page suivante

Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Autres dossiers Logiciel, Développement