X
Jérôme Cartegini / vendredi 4 mai 2018 / Thèmes: Développement, Formation, Dossier, Bootcamp

Le Wagon

Le bootcamp qui cartonne

Fondé en 2013 par Boris et Romain Paillard, le Bootcamp Coding LeWagon rencontre un très gros succès. Sa promesse : former des codeurs et des codeuses CSS, HTML, JavaScript, SQL et Ruby en neuf semaines de cours intensifs.

 

En à peine quatre ans d’existence, l’école de codage informatique Le Wagon s’est implantée sur 4 continents, 17 pays, 27 villes, dont 6 en France dans les villes de Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, et Nantes. Le concept clé du Wagon, former des développeurs en informatique aux cinq langages web – CSS, HTML, JavaScript, SQL et Ruby – en seulement neuf semaines. En 2018, l’école internationale fait carton plein et formera plus de deux mille élèves à travers le monde, soit l’équivalent de la totalité des élèves qu’elle a accueillis depuis son lancement. Respectivement avocat et ingénieur de formation, Boris et Romain Paillard ont su répondre à une problématique majeure de ces dernières années, à savoir le manque de développeurs informatiques sur le marché. Au-delà de lancer une école de formation dans un secteur porteur, les deux frères ont souhaité démystifier l’apprentissage de la programmation informatique en permettant à des personnes n’ayant aucune connaissance du code d’apprendre les fondamentaux des principaux langages du Web en neuf semaines de formation intensive. « Nous avons lancé Le Wagon en 2013 pour répondre à une double tendance mondiale qui n’a cessé de s’accentuer depuis : le manque de développeurs et l’aspiration à l’indépendance qui se développe fortement chez les salariés », explique Boris Paillard, CEO du Wagon. L’école permet non pas de devenir un programmeur très expérimenté en neuf semaines, mais d’acquérir les compétences nécessaires pour maîtriser les dernières solutions de développement informatique et pouvoir, par exemple, créer un site ou une application mobile de bout en bout.

Comme en témoignent de nombreux élèves passés par les bancs de l’institut, les sessions réunissent une majorité d’entrepreneurs en phase de création de start-up, mais aussi de salariés souhaitant booster leur CV ou se reconvertir dans le développement informatique. « Le Wagon réconcilie la programmation et le design. À l’issue du programme intensif de neuf semaines, les élèves savent développer un produit technologique : de l’idée à ses premiers utilisateurs », poursuit Boris Paillard.

Sur le site Internet de l’école, le slogan « Changez de vie : apprenez à coder », suivi de « Le Wagon apporte un savoir-faire technique aux esprits créatifs », fait sens auprès de nombreux candidats pressés de réussir. Réputée pour la qualité et l’efficacité de son enseignement, l’école Le Wagon voit sa cote ne cesser de grimper dans la sphère des technophiles. Chaque campus propose une session de neuf semaines tous les trimestres et les candidatures sont généralement ouvertes 4 à 5 mois avant leur commencement. L’école ne dresse aucune barrière et accepte d’étudier les candidatures de tous les types de profils d’élèves, dont l’âge varie actuellement entre 18 et 55 ans. En France, les cours sont donnés en français, mais l’ensemble du matériel pédagogique (cours, exercices…) ainsi que la documentation technique sont en anglais. La maîtrise de la langue de Shakespeare se révèle donc indispensable pour espérer intégrer l’école.


Romain Paillard, cofondateur du bootcamp Le Wagon.

360 heures de code

Le Wagon s’est inspiré du programme de Dev Bootcamp, une école américaine réputée qui propose une formation accélérée de programmation informatique durant 19 semaines. Le Bootcamp Coding made in France du Wagon se révèle encore plus intensif avec neuf semaines de cours à plein temps – de 9 à 19 heures du lundi au vendredi. À Paris, le ratio de professeurs et de Teaching Assistant varie de 1 pour 8 élèves, à un maximum de 1 pour 12. Les professeurs composés d’entrepreneurs et de développeurs enseignent les langages de programmation : Ruby, Ruby on Rails, JS, CSS, HTML et SQL. Le « Fullstack program » débute par l’apprentissage des langages de développement web Ruby et son Framework Ruby on Rails. Selon l’école, tous deux possèdent l’avantage d’être basés sur une syntaxe plus simple à comprendre que d’autres langages de développement web comme Python, par exemple. Un parti pris de l’institut qui permet aux élèves d’être rapidement autonomes en assimilant les compétences nécessaires pour développer une application web complète. Les participants apprennent également à créer un back-office d’administration, des bases de données SQL, le JavaScript ou encore les techniques de design avancé en CSS (flexbox, CSS grid). Durant ces neuf semaines, les élèves doivent porter et pitcher un projet individuel, avant de prototyper leur propre application avec des outils d’UX designer tels que Mavelapp ou Sketch. Après deux mois de formation intensive, les élèves ont ensuite deux semaines pour concrétiser et créer leur projet qui est ensuite présenté en public à l’occasion du demo day (journée de démonstration). Le coût de la formation dépend de la ville où elle est dispensée. Au début de 2018 en France, il fallait compter 6 500 euros à Paris, et 5 500 euros dans les cinq autres villes françaises : Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, et Nantes.

Des perspectives bien définies

À l’issue des neuf semaines de formation, les participants ne peuvent pas prétendre à des postes d’ingénieurs informatiques. En revanche, ils sont généralement prompts à monter un projet web, devenir un webdesigner confirmé, ou encore postuler à un poste de junior developer ou de product manager. Concrètement, Le Wagon délivre un enseignement express de programmation informatique permettant de comprendre la plupart des métiers du Web. Sur le site de l’institut, des centaines de témoignages d’« Alumni » (les anciens élèves du Wagon) relatant leurs différents parcours à la sortie du bootcamp sont là pour prouver que la formule fonctionne plutôt bien… ❍


 

« J’ai rejoint Le Wagon à Paris où j’ai pu apprendre les bases et les best practices du développement web »

Maxime Blondel, 22 ans, ancien élève du bootcamp de Paris

Diplômé d’une Licence en Marketing digital & e-Commerce, j’ai décidé d’arrêter mes études pour me lancer dans l’entrepreneuriat durant deux ans, en guise de Master. Avec trois amis, nous avons lancé une start-up baptisée TheYoungEconomy, « L’outil promotionnel idéal pour les jeunes talents », mais le projet s’est finalement arrêté au bout de 11 mois, surtout à cause de notre manque de compétences techniques dans le développement web. En octobre 2017, j’ai rejoint Le Wagon à Paris où j’ai pu apprendre les bases et les best practices du développement web : Ruby on Rails, JavaScript, jQuery, HTML et CSS, SQL, les API, git, Github, Bootstrap et Heroku. Une expérience incroyable suite à laquelle j’ai lancé un site web de niche appelé AnimationEvenement : une place de marché permettant aux organisateurs d’événements de trouver un performeur, un photographe, un traiteur et plus de trois cents animations à la demande partout en France. Aujourd’hui, je jongle au quotidien entre mon entreprise (trois plates-formes de mise en relation) et mon activité de consultant freelance en SEO.

 

« Grâce au Wagon, j’ai réussi ma reconversion »

Antoine Coulaud, 28 ans, ancien élève du bootcamp de Lyon

Diplômé de l’École de Commerce de Toulouse TBS, j’ai travaillé en tant qu’auditeur financier chez KPMG. Porté par l’envie d’entreprendre et de donner du sens à mon job, j’ai décidé de démissionner. Pour mener mon projet à bien et acquérir les compétences techniques qui me manquaient, non pas pour devenir développeur, mais pour avoir la capacité de développer les idées que j’avais en tête. J’ai choisi Le Wagon, car je cherchais une formation rapide de qualité, et leur créneau : « Le Wagon apporte un savoir-faire technique aux esprits créatifs », me correspondait parfaitement. L’école m’a donné les compétences et les outils nécessaires pour pouvoir lancer mon projet : WeDressFair, la marketplace des marques de vêtements responsables. On y met en avant les marques qui produisent en se souciant de leur impact sur l’homme et l’environnement. WeDressFair est lancé au cours du mois de février en même temps qu’une campagne de crowdfunding sur Ulule. Grâce au Wagon, j’ai réussi ma reconversion et je suis sûr que je ne remettrai jamais un costume de ma vie pour aller au boulot !

 

« La grande force du Wagon réside dans son réseau »

Audrey Labuxiere, 30 ans, ancienne élève du bootcamp de Bordeaux.

Après avoir eu en 2012 un master en marketing international et communication à Novancia Paris, j’ai travaillé à Londres pendant deux ans dans la performance et le marketing mobile. Après quoi je suis allée à Bordeaux où j’ai continué de travailler pendant deux ans dans le marketing mobile pour Wopata – une agence de développement. J’ai aussi fait du customer success chez Azendoo. Durant ces expériences, j’ai travaillé en étroite collaboration avec des développeurs et je me suis prise de passion pour ce métier. Le Wagon étant très souvent cité comme étant le meilleur bootcamp pour apprendre à coder, mon choix s’est fait très vite. Par ailleurs, je connaissais le lead teacher qui est un peu une star du développement à Bordeaux ! Avant même de commencer, je savais déjà que j’allais être formée par les meilleurs. L’école m’a permis de me reconvertir pour devenir développeuse front-end à Muxu : un studio que j’ai fondé avec mon compagnon et deux talentueux designers. Dernièrement, nous avons par exemple développé le site de PayFit. Outre un parcours de formation très bien fait, la grande force du Wagon réside dans son réseau que ce soit pour trouver du travail, des missions, ou même de l’aide lorsqu’on est bloqué.
4166

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Après Oodrive en janvier, c’est au tour de Outscale d’obtenir la précieuse qualification SecNumCloud, délivrée par l’Anssi. Outre la reconnaissance des engagements de la filiale de Dassault Systèmes en matière de sécurité, ce « visa de sécurité » est surtout un argument dont Outscale pourra se targuer auprès de ses clients.

Big Blue est réputée pour ses avancées technologiques développées dans ses laboratoires. IBM Research a encore frappé avec un nouvel algorithme capable de synthétiser les réseaux de neurones profonds.

Le Cloud pour les grandes entreprises de Dell Technologies se rénove pour apporter une meilleure gestion du stockage et une meilleure visibilité sur les coûts.

Compuware vient de rendre publique une étude réalisée pour son compte par Vanson Bourne auprès de 400 responsables informatiques dans le monde. Le principal résultat est que seulement 7 % des entreprises ont automatisé leurs tests d’applications sur mainframe.

Pour beaucoup d’applications, un faible temps de latence reste un critère essentiel. Aussi le Cloud Amazon va multiplier ses implantations de petits datacentres au plus près de ses clients.

Sous la contrainte de la norme DSP2, le secteur bancaire est contraint d’évoluer vers des opérations plus ouvertes vers l’extérieur en suivant un concept relativement nouveau, l’Open Banking. HSBC s’appuie sur la plate-forme de Mulesoft pour créer de nouveaux services et mieux servir ses 38 millions de clients.

Si financièrement le temps n’est pas au beau fixe pour l’équipementier, il tente de rassurer à l’occasion de son évènement londonien, et mise sur l’intelligence artificielle, avec Mist sur la partie WLAN, pour renouer avec la croissance.

C’est une première : un outil développé dans le cadre du « Data Transfer Project » va être mis à disposition du public pour transférer des fichiers personnels entre deux grandes plates-formes, directement, sans téléchargement intermédiaire. Une pratique qui devrait se généraliser rapidement.

GitHub a sorti une nouvelle version en bêta de son service Actions. Publié pour la première fois en 2018, il est voué à l’organisation de workflows en liaison avec des événements. Sa principale nouveauté est le support de l’intégration et du déploiement en continu (CI/CD). La version finalisée était attendue pour la mi-novembre 2019. Article paru dans L'Informaticien n°181.

L’emblématique constructeur de voitures de sport certifie ses véhicules à la revente avec la blockchain de Salesforce. Celle-ci avait déjà servi à certifier une Lamborghini Aventador S comme une œuvre d’art.

Toutes les News
LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs