X
Jérôme Cartegini / vendredi 4 mai 2018 / Thèmes: Développement, Formation, Dossier, Bootcamp

Le Wagon

Le bootcamp qui cartonne

Fondé en 2013 par Boris et Romain Paillard, le Bootcamp Coding LeWagon rencontre un très gros succès. Sa promesse : former des codeurs et des codeuses CSS, HTML, JavaScript, SQL et Ruby en neuf semaines de cours intensifs.

 

En à peine quatre ans d’existence, l’école de codage informatique Le Wagon s’est implantée sur 4 continents, 17 pays, 27 villes, dont 6 en France dans les villes de Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, et Nantes. Le concept clé du Wagon, former des développeurs en informatique aux cinq langages web – CSS, HTML, JavaScript, SQL et Ruby – en seulement neuf semaines. En 2018, l’école internationale fait carton plein et formera plus de deux mille élèves à travers le monde, soit l’équivalent de la totalité des élèves qu’elle a accueillis depuis son lancement. Respectivement avocat et ingénieur de formation, Boris et Romain Paillard ont su répondre à une problématique majeure de ces dernières années, à savoir le manque de développeurs informatiques sur le marché. Au-delà de lancer une école de formation dans un secteur porteur, les deux frères ont souhaité démystifier l’apprentissage de la programmation informatique en permettant à des personnes n’ayant aucune connaissance du code d’apprendre les fondamentaux des principaux langages du Web en neuf semaines de formation intensive. « Nous avons lancé Le Wagon en 2013 pour répondre à une double tendance mondiale qui n’a cessé de s’accentuer depuis : le manque de développeurs et l’aspiration à l’indépendance qui se développe fortement chez les salariés », explique Boris Paillard, CEO du Wagon. L’école permet non pas de devenir un programmeur très expérimenté en neuf semaines, mais d’acquérir les compétences nécessaires pour maîtriser les dernières solutions de développement informatique et pouvoir, par exemple, créer un site ou une application mobile de bout en bout.

Comme en témoignent de nombreux élèves passés par les bancs de l’institut, les sessions réunissent une majorité d’entrepreneurs en phase de création de start-up, mais aussi de salariés souhaitant booster leur CV ou se reconvertir dans le développement informatique. « Le Wagon réconcilie la programmation et le design. À l’issue du programme intensif de neuf semaines, les élèves savent développer un produit technologique : de l’idée à ses premiers utilisateurs », poursuit Boris Paillard.

Sur le site Internet de l’école, le slogan « Changez de vie : apprenez à coder », suivi de « Le Wagon apporte un savoir-faire technique aux esprits créatifs », fait sens auprès de nombreux candidats pressés de réussir. Réputée pour la qualité et l’efficacité de son enseignement, l’école Le Wagon voit sa cote ne cesser de grimper dans la sphère des technophiles. Chaque campus propose une session de neuf semaines tous les trimestres et les candidatures sont généralement ouvertes 4 à 5 mois avant leur commencement. L’école ne dresse aucune barrière et accepte d’étudier les candidatures de tous les types de profils d’élèves, dont l’âge varie actuellement entre 18 et 55 ans. En France, les cours sont donnés en français, mais l’ensemble du matériel pédagogique (cours, exercices…) ainsi que la documentation technique sont en anglais. La maîtrise de la langue de Shakespeare se révèle donc indispensable pour espérer intégrer l’école.


Romain Paillard, cofondateur du bootcamp Le Wagon.

360 heures de code

Le Wagon s’est inspiré du programme de Dev Bootcamp, une école américaine réputée qui propose une formation accélérée de programmation informatique durant 19 semaines. Le Bootcamp Coding made in France du Wagon se révèle encore plus intensif avec neuf semaines de cours à plein temps – de 9 à 19 heures du lundi au vendredi. À Paris, le ratio de professeurs et de Teaching Assistant varie de 1 pour 8 élèves, à un maximum de 1 pour 12. Les professeurs composés d’entrepreneurs et de développeurs enseignent les langages de programmation : Ruby, Ruby on Rails, JS, CSS, HTML et SQL. Le « Fullstack program » débute par l’apprentissage des langages de développement web Ruby et son Framework Ruby on Rails. Selon l’école, tous deux possèdent l’avantage d’être basés sur une syntaxe plus simple à comprendre que d’autres langages de développement web comme Python, par exemple. Un parti pris de l’institut qui permet aux élèves d’être rapidement autonomes en assimilant les compétences nécessaires pour développer une application web complète. Les participants apprennent également à créer un back-office d’administration, des bases de données SQL, le JavaScript ou encore les techniques de design avancé en CSS (flexbox, CSS grid). Durant ces neuf semaines, les élèves doivent porter et pitcher un projet individuel, avant de prototyper leur propre application avec des outils d’UX designer tels que Mavelapp ou Sketch. Après deux mois de formation intensive, les élèves ont ensuite deux semaines pour concrétiser et créer leur projet qui est ensuite présenté en public à l’occasion du demo day (journée de démonstration). Le coût de la formation dépend de la ville où elle est dispensée. Au début de 2018 en France, il fallait compter 6 500 euros à Paris, et 5 500 euros dans les cinq autres villes françaises : Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, et Nantes.

Des perspectives bien définies

À l’issue des neuf semaines de formation, les participants ne peuvent pas prétendre à des postes d’ingénieurs informatiques. En revanche, ils sont généralement prompts à monter un projet web, devenir un webdesigner confirmé, ou encore postuler à un poste de junior developer ou de product manager. Concrètement, Le Wagon délivre un enseignement express de programmation informatique permettant de comprendre la plupart des métiers du Web. Sur le site de l’institut, des centaines de témoignages d’« Alumni » (les anciens élèves du Wagon) relatant leurs différents parcours à la sortie du bootcamp sont là pour prouver que la formule fonctionne plutôt bien… ❍


 

« J’ai rejoint Le Wagon à Paris où j’ai pu apprendre les bases et les best practices du développement web »

Maxime Blondel, 22 ans, ancien élève du bootcamp de Paris

Diplômé d’une Licence en Marketing digital & e-Commerce, j’ai décidé d’arrêter mes études pour me lancer dans l’entrepreneuriat durant deux ans, en guise de Master. Avec trois amis, nous avons lancé une start-up baptisée TheYoungEconomy, « L’outil promotionnel idéal pour les jeunes talents », mais le projet s’est finalement arrêté au bout de 11 mois, surtout à cause de notre manque de compétences techniques dans le développement web. En octobre 2017, j’ai rejoint Le Wagon à Paris où j’ai pu apprendre les bases et les best practices du développement web : Ruby on Rails, JavaScript, jQuery, HTML et CSS, SQL, les API, git, Github, Bootstrap et Heroku. Une expérience incroyable suite à laquelle j’ai lancé un site web de niche appelé AnimationEvenement : une place de marché permettant aux organisateurs d’événements de trouver un performeur, un photographe, un traiteur et plus de trois cents animations à la demande partout en France. Aujourd’hui, je jongle au quotidien entre mon entreprise (trois plates-formes de mise en relation) et mon activité de consultant freelance en SEO.

 

« Grâce au Wagon, j’ai réussi ma reconversion »

Antoine Coulaud, 28 ans, ancien élève du bootcamp de Lyon

Diplômé de l’École de Commerce de Toulouse TBS, j’ai travaillé en tant qu’auditeur financier chez KPMG. Porté par l’envie d’entreprendre et de donner du sens à mon job, j’ai décidé de démissionner. Pour mener mon projet à bien et acquérir les compétences techniques qui me manquaient, non pas pour devenir développeur, mais pour avoir la capacité de développer les idées que j’avais en tête. J’ai choisi Le Wagon, car je cherchais une formation rapide de qualité, et leur créneau : « Le Wagon apporte un savoir-faire technique aux esprits créatifs », me correspondait parfaitement. L’école m’a donné les compétences et les outils nécessaires pour pouvoir lancer mon projet : WeDressFair, la marketplace des marques de vêtements responsables. On y met en avant les marques qui produisent en se souciant de leur impact sur l’homme et l’environnement. WeDressFair est lancé au cours du mois de février en même temps qu’une campagne de crowdfunding sur Ulule. Grâce au Wagon, j’ai réussi ma reconversion et je suis sûr que je ne remettrai jamais un costume de ma vie pour aller au boulot !

 

« La grande force du Wagon réside dans son réseau »

Audrey Labuxiere, 30 ans, ancienne élève du bootcamp de Bordeaux.

Après avoir eu en 2012 un master en marketing international et communication à Novancia Paris, j’ai travaillé à Londres pendant deux ans dans la performance et le marketing mobile. Après quoi je suis allée à Bordeaux où j’ai continué de travailler pendant deux ans dans le marketing mobile pour Wopata – une agence de développement. J’ai aussi fait du customer success chez Azendoo. Durant ces expériences, j’ai travaillé en étroite collaboration avec des développeurs et je me suis prise de passion pour ce métier. Le Wagon étant très souvent cité comme étant le meilleur bootcamp pour apprendre à coder, mon choix s’est fait très vite. Par ailleurs, je connaissais le lead teacher qui est un peu une star du développement à Bordeaux ! Avant même de commencer, je savais déjà que j’allais être formée par les meilleurs. L’école m’a permis de me reconvertir pour devenir développeuse front-end à Muxu : un studio que j’ai fondé avec mon compagnon et deux talentueux designers. Dernièrement, nous avons par exemple développé le site de PayFit. Outre un parcours de formation très bien fait, la grande force du Wagon réside dans son réseau que ce soit pour trouver du travail, des missions, ou même de l’aide lorsqu’on est bloqué.
Print
3025

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
Le Microsoft Engineering Center, créé en 2011 sur le campus d’Issy-les-Moulineaux de Microsoft, va accueillir un centre mondial de développement d’applications autour de l’intelligence artificielle.

Quand on parle de 5G, la première chose qui vient en tête est réseau. Antennes et modems suivent, mais on pense moins souvent aux cartes SIM. Et pourtant, Gemalto se place en pointe sur le sujet et annonce une carte SIM 5G mettant l’accent notamment sur la sécurité et la confidentialité.

Dans un communiqué, Palo Alto Networks a indiqué être entré en discussion exclusive avec Demisto pour reprendre l’entreprise pour une somme de 560 M$.

Leidos cyber est la partie cybersécurité de Leidos (ex-SAIC) une importante compagnie américaine de services très liée aux différentes agences de défense aux USA. Aucun détail n’a été donné sur la transaction.

Derrière l’attaque du 24 janvier dont a été victime l’entreprise française se cache un crypto-locker encore inconnu, indétectable selon Altran, qui a obligé l’entreprise à faire appel à un fournisseur de services afin de mettre au point un nouveau protocole de restauration. Les systèmes devraient être entièrement rétablis dans les prochains jours.

Déjà épinglé sur iOS par Apple, le géant des réseaux sociaux décide de faire profil bas sur Android. ...

L'application de partage de photos par centres d'intérêt Pinterest, qui revendique 250 millions d'utilisateurs, a déposé discrètement son dossier pour entrer en Bourse et escompte une valorisation d'au moins 12 milliards de dollars.

Samsung a présenté son Galaxy S10 hier soir et a profité de l’évènement pour dévoiler son smartphone pliable. Baptisé Galaxy Fold, ce terminal de 7,3 pouces déplié et 4,6 pouces plié affiche des caractéristiques techniques et un prix à faire pâlir respectivement la concurrence et les portefeuilles.

Le projet de loi annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron pour mieux lutter contre les propos racistes et antisémites publiés en ligne prévoira des amendes pour les plateformes internet qui ne les suppriment pas, a indiqué jeudi le secrétaire d'État en charge du numérique, Mounir Mahjoubi.

Le repository des repositories célèbre le cinquième anniversaire de son programme de chasse aux bugs. Après avoir versé un total de 250 000 dollars en 2018, GitHub augmente cette année ses primes et ajoute une protection juridique à l’endroit des chercheurs.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les Livres Blancs