X
Emilien Ercolani / mercredi 27 décembre 2017 / Thèmes: Dossier

Le NAS dans l'entreprise

Une bonne idée ?

Si les NAS ont commencé par se répandre plutôt dans les foyers pour des besoins personnels, de plus en plus d’entreprises, de toutes tailles, optent pour des serveurs de ce type. Et pour bien des raisons…

Les NAS sont directement livrés avec leur(s) propre(s) OS et des dizaines d'applications en tout genre.

Un NAS dans l’entreprise ? Soyons sérieux. Avec les nombreuses offres cloud public-privé, sans compter les offres SaaS en tous genres, pourquoi une telle machine répondrait-elle à des besoins professionnels ? Un conseil : regardez-y à deux fois. Car, oui, les Network Attached Storage (NAS) sont plutôt orientés pour des besoins personnels. Mais les constructeurs ont déployé de gros efforts ces dernières années pour faire monter en gamme leurs appareils. Et ce ne sont pas uniquement les machines en elles-mêmes qui ont bénéficié de ces efforts : l’environnement applicatif est devenu riche, souvent réparti entre les applications du constructeur mais aussi celles de certains éditeurs ainsi que des développeurs tiers.

Cas d’usages spécifiques pour les grands comptes

Coupons de suite court aux préjugés : même les grandes entreprises ont parfois recours à des NAS. Bien entendu, il n’est pas envisageable que tout le système d’information s’appuie dessus. Pour les grands comptes, ces machines servent surtout pour des applications particulières, très segmentées. Le constructeur automobile Audi par exemple utilise un NAS Synology (RS2414+) et la solution maison Surveillance Station, qui lui permet de centraliser les données d’enregistrement d’une trentaine de caméras de surveillance sur plusieurs sites. Le studio audiovisuel du parc du Puy du Fou a quant à lui opté pour des NAS pour son stockage. Les exemples sont nombreux, et beaucoup convergent aussi vers le backup dans la mesure où les constructeurs proposent désormais des agents à installer sur les postes pour s’assurer de la synchronisation des fichiers. Synology a par ailleurs récemment annoncé son service Active Backup, une solution globale entre fichiers internes sur les périphériques de l’entreprise mais aussi prenant en compte les données issues du ou des clouds publics (Office 365 et G Suite). « La compagnie aérienne Jetstar Pacific Airlines utilise nos produits pour tout le backup. C’est comme une extension naturelle de l’entreprise », souligne Rosiel Lee, directrice France de Synology.

TPE-PME : un véritable environnement

Environ 800 NAS sont en production dans le datacenter français d'Ikoula.

Si les NAS sont donc intéressants pour satisfaire à des besoins spécifiques, ils peuvent aussi répondre à des besoins beaucoup plus larges : « Serveur mail, d’imprimante, serveur web, etc. Entre nos applications, les tierces et celles de la communauté, nous proposons environ trois cents applications ! », rappelle Anthony Geraldo, Marketing Manager de Qnap. De quoi contenter la plupart des entreprises ! Car la force des constructeurs est également de rester à l’affût des tendances applicatives. Ainsi la virtualisation a fait son entrée depuis plusieurs années sur les NAS par exemple, mais pas seulement. « Nous essayons d’être précurseur sur l’Internet des Objets notamment. Mais globalement notre rôle est de proposer des outils qui facilitent la vie au quotidien, dans l’automatisation des tâches par exemple », poursuit-il. « Nous montrons avec nos produits et applications que nous fournissons tous les outils dont les entreprises ont besoin, de la collaboration au partage, mais aussi qu’il leur faut moins de serveurs. C’est une de nos forces : réduire le coût total de possession », souligne Rosiel Lee.

Les NAS se déclinent sous forme de "boîtes" comme celles-ci, mais aussi sous forme de racks.

Synology met quant à lui l’accent justement sur les applications de productivité. Outre sa suite Synology Office, le logiciel Chat – sorte de Slack – a fait son entrée, intégré avec les autres applications comme MailPlus ou Calendar.

Au-delà de cet aspect applicatif, nous voyons dans le NAS deux autres avantages. Tout d’abord, un tel environnement vous redonne la main sur vos données que vous maîtrisez totalement. Inutile de passer par des logiciels tiers puisqu’ils sont déjà inclus et, si c’est tout de même le cas, rien ne vous en empêche ! Par ailleurs, les interfaces des NAS sont désormais si simples et intuitives que la plupart du temps elles ne nécessitent pas, ou très peu, de connaissances techniques.

Des NAS hébergés, ça existe !

Certaines entreprises optent pour un NAS directement dans leurs locaux, avec ou non une réplication dans un Cloud tiers. Mais, depuis la fin 2016, le Français Ikoula propose une autre approche : l’hébergement des NAS de la marque Synology. « C’est un véritable carton ! », se réjouit Yann Farines, chargé d’affaires de l’hébergeur français. Pour le moment, trois modèles sont proposés (DS115J, DS216J ou RS815+). Environ huit cents machines sont déjà en production. « Nous livrons les machines à jour et patchées, avec les disques durs déjà chiffrés. À partir de là, le client prend directement la main dessus », ajoute-t-il. Pas d’installation, de configuration complexe… Le NAS est directement fonctionnel. Une application s’installe en deux clics et se déploie rapidement. « L’un de nos derniers clients est une chaîne de bars en France avec environ deux cents employés. Ils cherchaient un couteau suisse de l’IT et ont opté pour ce type de système », relate encore Yann Farines. Mais même chez un hébergeur professionnel, un NAS n’est pas à l’abri d’un crash de disque dur. Ikoula propose naturellement une redondance avec ses autres services, comme la solution de « partage – synchronisation – sécurisation » de données iKeepinCLoud notamment. Dernière astuce : « La base de connaissance sur le site de Synology est géniale, et pour les installations RAID parfois complexes, le RAID Calculator est devenu incontournable ! », termine-t-il. ❍

7494

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Après la publication de ses très controversées lignes directrices relatives aux traceurs, la Cnil vient de lancer la consultation publique sur ses recommandations pratiques, mises en ligne dans la foulée. Celles-ci n’apportent rien de nouveau, mais éclaire certains points quant au recueil du consentement des internautes sur lequel le gendarme des données personnelles attend les éditeurs au tournant.

Les clients d’IBM qui utilisent les systèmes Power peuvent maintenant aller sur le Cloud de Google pour migrer leurs données ou déporter des tâches de traitement.

Citrix avait poursuivi en justice AVI Networks pour utilisation abusive de brevets avant que l’entreprise soit reprise par VMware. L’accord actuel arrête la procédure judiciaire entre les deux acteurs de la virtualisation.

Au moins 70 employés de la fondation seront remerciés prochainement. Mozilla traverse une période difficile, marquée par le retard à la livraison de nouveaux produits supposés générer des revenus supplémentaires pour la fondation.

Forte de près de 6000 membres, l'association française des correspondants à la protection des données personnelles ouvre un nouveau chapitre avec sa 14ème université des DPO, où un millier de professionnels étaient attendus.

La lettre d’Elliott a vraisemblablement fait mouche. Malgré le souhait répété de Paul Hermelin de ne pas revoir l’offre initiale à la hausse, Capgemini a finalement annoncé porter son prix à 14,5 euros par action, contre 14 euros précédemment.

Le géant des centres de données rachète Packet, un fournisseur de service cloud sur des environnements bare metal.

En quelques heures Google a réalisé deux rachats sur des sujets très différents. Pointy est un spécialiste de la mise en ligne de catalogues produits et AppSheet développe un environnement pour le No Code.

Le géant des paiements signe un gros chèque pour mettre la main sur cette jeune pousse californienne. En effet, celle-ci permet aux développeurs d’applications opérant dans la fintech d’accéder aux données bancaires de leurs utilisateurs par le biais des institutions financières : un secteur en forte croissance, favorisé notamment par la réglementation à l’instar de PSD2.

L’ancien CEO d’Hortonworks, qui avait abandonné tout rôle opérationnel après la fusion avec Cloudera, revient aux commandes après le départ de Tom Reilly.

Toutes les News
LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
0123movie