X

Chatbots : l’interface de demain ?

Les bots envahissent les ERP et les applications de gestion, redéfinissant la manière d’interagir avec les logiciels. Revue des différents bots proposés pour le moment et leurs applications. Article paru dans le n°158 de L'Informaticien.

NGINX, le serveur web aux dizaines de milliers de connexions

Le serveur web «nginx» est une plate-forme de distribution d’applications qui répond aux besoins d’un Internet moderne, nécessitant rapidité et multiplicité des connexions. Nous allons voir quels sont ses avantages par rapport à ses « concurrents ». Article paru dans le n°158 de L'Informaticien.


Apps mobiles urbaines : comment elles nous facilitent la vie

Lorsque vous tapez le nom d’une ville dans Google Play ou dans l’App Store d’Apple, c’est une myriade d’applications qui sont proposées tant par les municipalités que par des éditeurs divers et variés. Une grande partie de celles proposées par les collectivités locales servent plus de vitrines technologiques que de véritables outils au service des citoyens. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

Comment le backup se réinvente

Avec la croissance du volume des données dans les entreprises et les nouvelles technologies comme le Cloud ou la virtualisation, les architectures classiques de sauvegarde des données montrent leurs limites. Elles répètent un vieux modèle en silo et en îlots de protection de données. De nouveaux acteurs essaient de renouveler le modèle pour assurer un backup plus adapté aux nouvelles contraintes des entreprises. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

Astuces Windows 10 Creators Update

Trackpad virtuel, des dossiers dans le Menu Démarrer, ayez pitié de vos yeux, une nouvelle commande disque, du neuf dans Regedit, picture in picture, nettoyage disque, stop aux malwares et adwares, plus de contrôle...

Maîtrisez Windows 10 Creators Update

La quatrième version de Windows 10 est disponible depuis plusieurs semaines. Il est temps d'explorer ses nouveautés et découvrir ce que ces dernières nous dévoilent sur le futur du PC et l’évolution du système. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

Stockage Cloud : des services en pleine mutation

Tout le monde utilise à titre privé ou professionnel un service de stockage dans le cloud. L’espace de stockage est le paramètre le plus évident pour comparer ces services. Néanmoins bien d’autres critères doivent être considérés pour choisir le cloud auquel on accordera toute sa confiance. Article paru dans le n°158 de L'Informaticien.

RGPD : la parole aux entreprises !

Si de nombreuses entreprises n’ont pas encore débuté le chantier, ou très peu, d’autres l’ont déjà entamé depuis plusieurs mois. Nous avons interrogé trois d’entre elles pour comprendre leurs démarches. Article paru dans le n°158 de L'Informaticien.


RGPD : serez-vous prêt ? (2)

Comment s'attaquer à cet énorme projet de mise en conformité RGPD autrement qu'en commençant par dresser une cartographie des processus de l'entreprise ? Une première étape indispensable avant de s'astreindre à tenir à jour un registre des traitements des données.  Fin de l'article paru dans le n°157 de L’Informaticien.

RGPD : serez-vous prêt ? (1)

Le Règlement européen sur la Protection des Données (RGPD) est d’abord un texte de 88 pages. il constitue l’un des plus grands chantiers informatiques de ces dernières années. Imposé à toutes les entreprises qui traitent des données personnelles de citoyens européens, il crée plusieurs impératifs, en termes de transparence sur les données par exemple. Formant le nouveau cadre d’investissements majeurs, il n’est pas que contraintes et ouvre aussi la voie à une relation entreprise-client réinventée. Article paru dans le n°157 de L’Informaticien.

Messageries sécurisées : des solutions pour tous les usages

L’actualité de ces derniers mois l’a démontré : si l’on veut réellement que les échanges d’e-mails soient sécurisés, il est impératif de chiffrer les messages. Or, la cryptographie est considérée comme trop lourde à utiliser pour la majorité des utilisateurs. Mais une nouvelle génération de logiciels est apparue. Article paru dans le n°156 de L'Informaticien.

Solutions analytiques : quels besoins pour quels métiers ?

Poussées par la recherche de la productivité et les meilleurs résultats financiers, les entreprises sont de plus en plus dans une approche « Data Driven ». Les managers veulent des tableaux de bord temps réel de l’activité. Une exigence qui a fait émerger une nouvelle race de logiciels : la BI Agile.

Devenir développeur web en 5 mois, c’est possible !

La Wild Code School propose une formation accélérée au métier de développeur web. Avec 80 % d’embauches à la sortie de l’école, cette formule offre une réponse à la pénurie de développeurs en France. Elle s’adresse principalement à des salariés à la recherche de nouvelles perspectives professionnelles sur un secteur en forte demande.

Windows et Android : les meilleurs ennemis

L’univers Android est à la mobilité ce que le monde Windows est au PC et à l’informatique. Ces deux mondes sont aujourd’hui contraints de cohabiter. Et les utilisateurs doivent apprendre à jongler entre leurs apps. Voici les solutions pour profiter du meilleur d'Android sous Windows... et inversement !

Les NOUVEAUX MÉTIERS de l'informatique

par La rédaction - Dossier publié par le magazine L'Informaticien le 01/09/2011 Article Rating

Les jobs en pointe

Si la reconnaissance n’est pas au rendez-vous, cela n’empêche pas de nouvelles fonctions d’apparaître. Suivant la mixité des fonctions métier et techniques, les postes auront une orientation différente. Tour d’horizon des métiers stars dans l’IT new look.

Suivant l’évolution organisationnelle des services informatiques, la DSI devient la DOSI, avec un « o », pour organisation. De simple division en charge de l’informatique de l’entreprise, l’ex-DSI prend désormais en compte les aspects organisationnels. Le service informatique devient ainsi le garant de différents nouveaux éléments pour le métier de l’entreprise comme sa sécurité, la conformité de ses actions avec la législation ou les règles internes de l’entreprise, son image sur Internet… D’une certaine manière, c’est plutôt une bonne nouvelle puisque le défunt service informatique prend une place plus stratégique sur l’échiquier des divisions de l’entreprise.

Architectes et responsables de domaine
Son deuxième rôle reste très technique. Elle doit accompagner et aider les autres divisions dans leurs fonctions et leur proposer, au moins des solutions, au mieux leur apporter des innovations qui leur permet de faire la différence face à la concurrence. Si cela doit se faire en accord avec l’approche économique compatible avec la situation de l’entreprise, ce n’est pas non plus la seule coupe claire des ressources IT qui est donc au programme ! Cette réorganisation, tout du moins dans les grandes entreprises, a fait émerger de nouvelles fonctions qui sont désormais les profils les plus courus du moment.
Un des premiers exemples de cette évolution tient dans l’émergence du responsable de domaine dans les Dosi. Ce poste, présent dans les directions des études, prend en charge les différents composants qui permettent à un domaine d’activité de l’entreprise d’avoir à la fois les bons outils, mais aussi d’avoir un interlocuteur pour améliorer en continu le domaine d’activité par les demandes du métier vers les responsables des études. Ainsi, Pierre et Vacances a étendu son champ d’activités vers la promotion immobilière. Ce nouveau métier pour le loueur de solutions de vacances a été concrétisé par la mise en place de responsable pour chaque domaine d’activité dans l’entreprise.
Dans le même ordre d’idée, on voit l’apparition des directeurs de programme qui sont des « super directeurs de projet ». Eux aussi ajoutent une orientation métier à leurs prérogatives historiques de chef de projet. Conséquence première : si un directeur de projet pouvait toucher jusqu’à 120 000 € par an, le directeur de programme peut aller jusqu’à demander 200 000 € !
Autres stars du moment, les architectes ! Si leur rôle était bien connu et très technique lors de la vague d’urbanisation des systèmes d’information et le passage vers les architectures orientées services, ils évoluent aujourd’hui vers un rôle d’architecte fonctionnel. Celui-ci, en plus de sa connaissance technique précise sur telle ou telle technologie, doit connaître parfaitement le métier de l’entreprise pour concevoir une solution technique répondant au métier de l’entreprise. « Ces profils sont très recherchés et donc très chers », précise Mickaël Cambot du cabinet de recrutement spécialisé Robert-Walters.
Suivant la maturité de l’entreprise, les urbanistes ont toujours largement droit de cité et sont des personnes jalousement conservées par les entreprises. Selon la taille de l’entreprise et le secteur d’activité, la fourchette de leur salaire s’étale de 45 000 € à 90 000 €.

La sécurité, un vrai métier
Le recruteur chez Robert-Walters voit également pour l’avenir une évolution sur un poste d’architecture des postes de travail lorsque la virtualisation de ces postes aura été largement effectuée dans les entreprises. Encore hypothétique, cette vision n’est pas sans intérêt.
Avec une entreprise ouverte sur le monde via Internet, la sécurité a acquis un rôle important voire prépondérant dans les entreprises. Les attaques récentes n’ont fait que renforcer le phénomène et apporte une spécialisation accrue des personnes en charge de cette fonction. Il prend une dimension plus large avec une mission de prévention des risques et explique aux différents services de l’entreprise les impacts potentiels que peuvent avoir les dangers inhérents à une forte ouverture des systèmes d’information. Là encore, la rémunération dépend de la taille de l’entreprise et du secteur d’activité et de l’expérience de la personne, mais les salaires constatés oscillent entre 70 000 € et 90 000 € dans les grandes entreprises.
Certainement les plus médiatisés, les métiers en rapport avec les outils 2.0, comme les réseaux sociaux ou les outils collaboratifs sur Internet, sont cependant bien moins présents qu’affiché.

Internet ! Internet ! Suis-je toujours la plus belle ?
Ce phénomène tient à la complexité du sujet et les compétences très différentes que ces métiers demandent. Un animateur de communauté doit savoir rédiger, utiliser parfaitement les outils de veille et de recherche, vérifier auprès des équipes internes ce qu’il va mettre en ligne. Consommateur de temps et de ressources, ces différents éléments font que beaucoup d’entreprises ont choisi d’externaliser cette partie.
Alors, s’il existe de plus en plus de Community Managers ou de responsables du référencement internet, ils sont présents le plus souvent dans des agences de communication spécialisées, les héritières de nos bonnes vieilles Web Agency du début des années 2000. Contrairement à une idée reçue, les animateurs de communauté ont des salaires plutôt confortables pouvant aller jusqu’à 65 000 € avec de l’expérience – qui ne peut être que récente de toute façon ! – alors qu’un référenceur plafonnera à 40 000 €, selon nos informations.
Le responsable e-business, à forte connotation commerciale, est déjà un profil plus ancien mais toujours aussi couru et prend en charge l’ensemble des opérations de vente et de génération de leads par Internet. Il est le garant de la politique commerciale en ligne de l’entreprise et doit veiller sur tous les aspects de cette activité, dont le retour sur investissement. Sa rémunération aura une forte part de variable, d’où des salaires parfois spectaculaires. Ils s’étalent entre 45 000 € et 120 000 € par an.

Les champions de la performance
L’ouverture vers Internet a fait prendre conscience aux entreprises que la performance de leurs systèmes était essentielle pour soutenir leur activité. Éric K’Dual, manager associé chez Neoxia, entreprise spécialisée dans le conseil et l’intégration de systèmes, le constate chez ses clients : « entre la production et les études de vrais métiers apparaissent comme les métrologues ou les responsables de performance ». Ils interviennent donc dans l’optimisation des systèmes pour obtenir la performance maximale pour que le métier de l’entreprise ne pâtisse pas de l’informatique.
Encore à part de ses spécialistes de la performance, on peut ranger le responsable ou la personne en charge des aspects durables dans l’utilisation des technologies. Son poste est multi facette et demande des connaissances technologiques larges puisqu’il va intervenir sur des dossiers très différents comme la réduction des impressions papier, la gestion des postes de travail, la mise en œuvre du télétravail…  Ces postes sont récents et quasi inexistants voici quelque temps.

Les manques sur le marché
Malgré la pénurie affichée sur le marché de l’emploi informatique, il reste des niches d’emploi qui ne trouvent guère de preneurs. Ainsi, depuis quelques années, le secteur des ERP manque de consultants alors que ceux-ci gagnent très bien leur vie. Mickaël Cambot rappelle qu’un consultant sur SAP gagne autant en étant spécialisé sur un module de l’éditeur allemand qu’un spécialiste Windows avec quinze ans d’expérience ! Il en est de même dans les technologies de la virtualisation. Les certifiés sur les technologies de VMware sont des personnes très recherchées, car surtout présentes dans les sociétés de services ou chez les éditeurs, mais peu dans les entreprises pourtant grandes consommatrices de virtualisation dans leurs centres de données.
Autre secteur sensible, la Business Intelligence. Selon une étude récente menée pour le compte de Teradata, ils devraient manquer près de 60 % des ressources nécessaires dans ce secteur en 2018 aux États-Unis du fait de l’inadéquation de la formation aux besoins des entreprises. Rien que sur le marché américain, près de 190 000 spécialistes en analytique seront nécessaires en plus des analystes et managers – soit 1,5 million de personnes ! – en place sur le traitement des données.
Si dans notre pays, le phénomène de pénurie peut sembler contestable, il est évident que le recrutement ne se fait pas à l’échelle des ressources disponibles et que le manque sur certains postes, en particulier ceux demandant des compétences managériales, fait que les profils évoluent et que l’expertise technique n’est plus l’argument ultime pour des emplois dans l’informatique.
Mickaël Cambot souligne enfin que bon nombre des managers dans l’IT proviennent désormais des écoles de commerce et non plus uniquement des écoles d’ingénieurs… 


Noter ce dossier (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


Autres dossiers Dossiers 2011, Formation
Rechercher dans les Dossiers
Actuellement à la Une...

Passé par Lagardère et le ministère de l’Economie, Grégoire Tirot remplace Hélène Brisset à la direction du cabinet du secrétariat d'Etat au Numérique, auprès de Mounir Mahjoubi. 


Le gouvernement saoudien fait marche arrière et autorise désormais les appels en passant par des applications comme Viber ou WhatsApp. En revanche, il se réserve le droit de surveillance et de censure. 

Afin de réduire sa dépendance à Nvidia et livrer une voiture intégralement autonome en 2019, Tesla est en train de développer ses propres processeurs pour l’IA. Le constructeur automobile serait épaulé par AMD et une équipe d’une cinquantaine de développeurs serait affectée en interne à ce projet.


Le constructeur dévoile de nouveaux produits au sein de ses gammes XS, Plus et Value, destinés tant aux professionnels qu’au grand public. 

Le géant du Web va acquérir la division de HTC en charge de la conception de la gamme Pixel. Elle comprend surtout 2 000 ingénieurs et designers du fabricant taïwanais. 

Afin de faciliter la vie des développeurs et de soutenir la croissance de sa communauté, Dropbox lance la DBX Platform. De nouvelles API sont aussi mises à disposition, ainsi que de nouvelles intégrations avec des tiers comme JIRA, AutoCAD et Outlook.

Canon, Epson, Brother et HP sont dans le viseur de l’association Halte à l'Obsolescence Programmée (HOP). Elle les accuse de sciemment mettre en place une stratégie d’obsolescence programmée et donc de tromperie vis-à-vis des consommateurs. 

Le site consacré au développement propose de calculer votre salaire selon 5 critères : situation géographique, formation, expérience, type de développeur et technologies utilisées. Sans surprise, les développeurs basés aux Etats-Unis gagnent le double que dans les 4 autres pays étudiés (France, Allemagne, Royaume-Uni et Canada). L’hexagone est à la traîne.

L’équipementier télécoms finlandais a été contraint de suspendre jusqu’au 2 octobre prochain son plan de suppression d’emplois en France. Il doit rencontrer le gouvernement et les instances représentatives.

L’entreprise japonaise Hitachi vient de decider de fusionner trois de ces entités américaines : Hitachi Data Systems, Hitachi Insight Group et Pentaho dans une seule unité baptisée Hitachi Vantara pour affirmer sa présence dans le secteur de l’IoT industriel.

Toutes les News
LIVRES BLANCS

Une étude Ponemon sur les coûts liés aux failles de sécurité en France, un Livre Blanc 3M France

IBM et Ponemon Institute ont réalisé une étude en 2016 sur les coûts liés aux brèches de sécurité. L'étude a été accomplie dans de nombreux pays dont la France. Il ressort de cette étude que les coûts ont augmenté en passant de 134 € à 141 € par personne. Et, en moyenne, le coût pour une entreprise s'élève désormais à 3,4 millions d'euros. 


Les nouvelles possibilités du Service Management, un Livre Blanc easyvista.

La transformation numérique des entreprises offre de nouveaux champs d’actions en matière de services rendus aux utilisateurs et ce afin d’améliorer leur vie quotidienne et leur productivité. 


Infrastructure IT gérée dans le cloud, un Livre Blanc Cisco Meraki et Inmac-WStore.

Ce Livre Blanc traite des tendances informatiques modernes et explique comment les produits Cisco Meraki fonctionnent en synergie pour fournir une solution informatique globale, fiable et complète pour les entreprises.


Comment choisir la solution de surveillance réseau adéquate ?  Un Livre Blanc Paessler.

Pour que son infrastructure informatique lui donne entière satisfaction, toute entreprise doit pouvoir compter sur un réseau haute performance. Pour maintenir la fluidité des procédures, tous les processus doivent fonctionner de manière fluide, y compris les communications internes et externes entre sites de l’entreprise, ainsi qu’avec les clients et partenaires. Les dysfonctionnements et pannes des processus opérationnels provoquent facilement des pertes de temps et surtout d’argent.


Stockage Flash : 1 000 utilisateurs témoignent, un Livre Blanc HPE.

1 000 responsables informatiques ont été interrogés à l'initiative d'HPE afin de relater les "surprises", bonnes et mauvaises qu'ils ont rencontré lors du déploiement puis l'utilisation de solutions de stockage Flash. L'essentiel des configurations et des utilisations ont été passées en revue pour ce qui constitue la plus grande enquête jamais réalisée sur ce thème et qui permet à chacun de préparer au mieux sa propre voie d'évolution, ceci en évitant les écueils qu'ont pu rencontrer les professionnels interrogés. 


Tous les Livres Blancs