X
Loïc Duval / vendredi 20 avril 2018 / Thèmes: Cloud, Dossier

Guide des grands Clouds Publics

AWS, Azure, Google Cloud Platform, Bluemix et les autres… Des centaines de services à portée de clics mis à disposition via le Nuage. Mais entrer dans ces univers n’est pas toujours évident. Voici quelques pistes et conseils…

On dit souvent que la meilleure méthode pour apprivoiser les grands Clouds publics, c’est encore de commencer à les utiliser. C’était assez vrai il y a quelques années. Désormais, l’explorateur néophyte, qui souhaite se lancer à la découverte de ces services, a toutes les chances de se sentir dépassé. Il est loin le temps où AWS se limitait à EC2 et S3 et où Azure expérimentait le PaaS. Désormais, l’utilisateur qui débarque la première fois sur l’écran d’accueil de ces Clouds est immergé d’emblée dans un monde composé de centaines de services. Il devient du coup difficile de trouver ce que l’on cherche – quand on ne connaît pas le service – et tout aussi compliqué de savoir comment bien démarrer.

Au fil des années, les services proposés se sont multipliés à une vitesse exponentielle. Il ne se passe pas une semaine sans que les ingénieurs d’Azure ou AWS n’ajoutent de nouvelles fonctionnalités, en mettant certaines plus anciennes au rebut et en proposant moult nouvelles expérimentations en bêta. Il en résulte un foisonnement qui ne peut que dérouter les nouveaux entrants. Ces Clouds en sont bien conscients.

Ces derniers mois, on a vu apparaître de nouvelles interfaces et de nouveaux portails spécialement destinés à accueillir les nouveaux venus et les guider progressivement dans les méandres des services proposés. Voici comment bien démarrer sur ces grands Clouds afin de découvrir les offres de ces acteurs, leurs interfaces et certains de leurs outils.

 


Le marché du Cloud public

Selon Forrester, AWS, Google et Microsoft vont à eux trois représenter 76 % de l’ensemble des revenus du Cloud en 2018. Pourtant l’an dernier IBM a surpris tous les observateurs en annonçant des revenus « liés au Cloud » notablement supérieurs à ceux d‘Amazon AWS. Il y a bien entendu une astuce qui masque la réalité. IBM, Microsoft ou Oracle intègrent dans leurs chiffres cloud toutes leurs activités dans le nuage – notamment tout leur SaaS largement majoritaire dans leurs résultats – pour éviter toute comparaison directe avec AWS. Plus intéressante, Gartner estime ainsi la répartition des workloads sur le marché IaaS en 2017: 41,5 % pour AWS ; 29,4 % pour Azure ; 3 % pour GCP ; 2,6 % pour IBM ; tous les autres acteurs, dont Rackspace et Oracle, se partageant les 23,6 % restants.


Quels services dans quels Clouds ?

Pour comparer succinctement les différents Clouds publics et repérer aisément les catégories de services proposés (ou non), il existe un site géré par Ilyas qui ne s’attache nullement à la qualité des prestations, mais uniquement à la disponibilité des fonctionnalités dans les offres ainsi qu’à leurs dénominations. Alors, certes, la liste n’est pas totalement exhaustive mais l’effort est louable. Ce site très pratique est accessible à l’URL : comparecloud.in


Cloud Academy

Pour s’entraîner et se former au Cloud, le site « CloudAcademy. com » propose des cours, des quiz et des « hands-on lab », autour d’AWS, Azure et Google Cloud Platform. L’accès à la plate-forme est payant mais on peut l’essayer gratuitement durant 7 jours. https://cloudacademy.com

 

Cliquez ci-dessous sur les numéros de page pour lire la suite du dossier.

12345
3736

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Les deux associations présentaient aujourd'hui à Lille, à l'occasion de l'édition 2020 du FIC, un Livre Blanc dont l'objectif est de sensibiliser les dirigeants d'entreprise à la cybersécurité, abordant 15 thématiques telles que le BYOD, l'Active Directory, la certification ou encore le cloud. Le tout sans jargon, qu'il soit technique ou marketing.

Annoncée il y a quelques jours, la mise à jour d’Office 365 ProPlus de février installe d’autorité Bing comme outil de recherche par défaut… sur Google Chrome. Tollé général.

Récemment Decathlon s’est réinstallé aux États-Unis. L’entreprise est revenue avec un œil neuf et de nouvelles idées dans ses magasins de San Francisco – et de Montréal – pour réinventer le système informatique de l’entreprise. Le maître mot de cette réinvention : API. Avec l’aide de Mulesoft, la plate-forme d’intégration d’applications de Salesforce. Article paru dans L'Informaticien n°183.

Après avoir frôlé la liquidation, l’opérateur de gros est sur le point d’être sauvé. L’entreprise doit avoir déposé aujourd’hui un plan de continuité, soutenu par un autre opérateur, Altitude Infrastructure, à hauteur de 100 millions d’euros sur cinq ans.

La plateforme de bug bounty vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds. Après un tour de table à 1,2 million d’euros en 2017, Yogosha réunit cette fois-ci 2 millions d’euros, qui seront mis à profit pour se développer dans la zone EMEA et continuer à recruter.

Le fournisseur d ’énergie s’est engagé dans une transformation ambitieuse pour devenir un leader dans les énergies propres et se transformer en offreur de services. Pour y parvenir, Engie s’est allié à Accenture, Vlocity et Salesforce en vue de déployer une plate-forme unique de gestion de la relation client qui devient sa priorité stratégique. Article paru dans L'Informaticien n°183.

L’éditeur de solutions de business intelligence crée deux nouveaux services pour aider les entreprises à s’imprégner d’une réelle culture de la donnée.

Xerox a annoncé son intention de placer 11 candidats au conseil d’administration de HP à l’occasion de l’assemblée annuelle de ses actionnaires. Si le premier assure que les investisseurs de HP sont prêts à le suivre, le second répète que la proposition de Xerox sous-estime sa valeur.

L’emblématique constructeur de voitures de sport certifie ses véhicules à la revente avec la blockchain de Salesforce. Celle-ci avait déjà servi à certifier une Lamborghini Aventador S comme étant une œuvre d’art. 1er épisode d'une série de retours d'expérience autour de solutions Salesforce. Article paru dans L'Informaticien n°183.

L’éditeur de solutions de monitoring et de sécurisation des environnements clouds natifs réalise un nouveau tour de financement et reprend 70 M$ pour accélérer son empreinte sur le marché.

Toutes les News
LIVRES BLANCS

Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Tous les Livres Blancs
0123movie