X
Loïc Duval / jeudi 19 avril 2018 / Thèmes: Cloud, Dossier

Guide des grands Clouds Publics

AWS, Azure, Google Cloud Platform, Bluemix et les autres… Des centaines de services à portée de clics mis à disposition via le Nuage. Mais entrer dans ces univers n’est pas toujours évident. Voici quelques pistes et conseils…

On dit souvent que la meilleure méthode pour apprivoiser les grands Clouds publics, c’est encore de commencer à les utiliser. C’était assez vrai il y a quelques années. Désormais, l’explorateur néophyte, qui souhaite se lancer à la découverte de ces services, a toutes les chances de se sentir dépassé. Il est loin le temps où AWS se limitait à EC2 et S3 et où Azure expérimentait le PaaS. Désormais, l’utilisateur qui débarque la première fois sur l’écran d’accueil de ces Clouds est immergé d’emblée dans un monde composé de centaines de services. Il devient du coup difficile de trouver ce que l’on cherche – quand on ne connaît pas le service – et tout aussi compliqué de savoir comment bien démarrer.

Au fil des années, les services proposés se sont multipliés à une vitesse exponentielle. Il ne se passe pas une semaine sans que les ingénieurs d’Azure ou AWS n’ajoutent de nouvelles fonctionnalités, en mettant certaines plus anciennes au rebut et en proposant moult nouvelles expérimentations en bêta. Il en résulte un foisonnement qui ne peut que dérouter les nouveaux entrants. Ces Clouds en sont bien conscients.

Ces derniers mois, on a vu apparaître de nouvelles interfaces et de nouveaux portails spécialement destinés à accueillir les nouveaux venus et les guider progressivement dans les méandres des services proposés. Voici comment bien démarrer sur ces grands Clouds afin de découvrir les offres de ces acteurs, leurs interfaces et certains de leurs outils.

 


Le marché du Cloud public

Selon Forrester, AWS, Google et Microsoft vont à eux trois représenter 76 % de l’ensemble des revenus du Cloud en 2018. Pourtant l’an dernier IBM a surpris tous les observateurs en annonçant des revenus « liés au Cloud » notablement supérieurs à ceux d‘Amazon AWS. Il y a bien entendu une astuce qui masque la réalité. IBM, Microsoft ou Oracle intègrent dans leurs chiffres cloud toutes leurs activités dans le nuage – notamment tout leur SaaS largement majoritaire dans leurs résultats – pour éviter toute comparaison directe avec AWS. Plus intéressante, Gartner estime ainsi la répartition des workloads sur le marché IaaS en 2017: 41,5 % pour AWS ; 29,4 % pour Azure ; 3 % pour GCP ; 2,6 % pour IBM ; tous les autres acteurs, dont Rackspace et Oracle, se partageant les 23,6 % restants.


Quels services dans quels Clouds ?

Pour comparer succinctement les différents Clouds publics et repérer aisément les catégories de services proposés (ou non), il existe un site géré par Ilyas qui ne s’attache nullement à la qualité des prestations, mais uniquement à la disponibilité des fonctionnalités dans les offres ainsi qu’à leurs dénominations. Alors, certes, la liste n’est pas totalement exhaustive mais l’effort est louable. Ce site très pratique est accessible à l’URL : comparecloud.in


Cloud Academy

Pour s’entraîner et se former au Cloud, le site « CloudAcademy. com » propose des cours, des quiz et des « hands-on lab », autour d’AWS, Azure et Google Cloud Platform. L’accès à la plate-forme est payant mais on peut l’essayer gratuitement durant 7 jours. https://cloudacademy.com

 

Cliquez ci-dessous sur les numéros de page pour lire la suite du dossier.

12345
4426

x
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Microsoft fait évoluer Excel afin de prendre en charge un nombre toujours plus grand de types de données. Outre les chiffres et les lettres, les informations Stock et Geography, le tableur va s’intégrer avec Power BI, améliorer Power Query et donner accès à des jeux de données issus de Wolfram.  

En juillet 2018, l’ESN française s’attaquait au marché nord-américain en procédant à l’acquisition de Syntel. Le rachat de cette entreprise américaine spécialisée dans les services applicatifs et principalement tournée vers les secteurs financiers coûtait à Atos la modique somme de 3,4 milliards de dollars. Le Français va pouvoir y rajouter 855 millions de dollars, montant de l’amende infligée par la justice américaine à Syntel, reconnue coupable de vol de propriété intellectuelle.

On prend les mêmes et on recommence ! La France est de nouveau confinée depuis cette nuit, et les attestations de déplacement dérogatoire font leur retour, sans grand changement puisqu’on retrouve les mêmes versions qu’en mars dernier, ainsi que l’application web générant un QR Code. La nouveauté se situe au niveau de l'application TousAntiCovid mise à jour à cette occasion.

[L1foCR] Un peu moins d’un an après avoir obtenu la qualification de sa région Secteur public par l’ANSSI, Outscale ouvre une seconde région qualifiée SecNumCloud, anticipant une forte croissance de la demande des administrations et collectivités. 

Le service d’accès Internet par satellite de Space X sera très prochainement lancé en Amérique du Nord. Starlink promet des débits entre 50 à 150 Mbps, non exempts de pertes de connectivité, à un tarif de 99 dollars par mois, auquel s’ajoute 499 dollars d’équipement et d’installation. 

Toutes les autres News
LIVRES BLANCS

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs