X
Jérôme Cartegini / mercredi 4 octobre 2017 / Thèmes: Cloud, Dossier

Gros plan sur les offres multicloud

Après s’être fait connaître auprès du grand public, la nouvelle génération de plates-formes multiclouds telles que CloudFuze, Multcloud, Odrive, ou Otixo, part à l’assaut des entreprises. Ces solutions visent à transformer la gestion du Cloud au quotidien en fédérant les différents services de Clouds publics et privés au sein d’un environnement commun sécurisé. Chacune d’entre elles apporte un nombre plus ou moins important de fonctionnalités facilitant le transfert, la migration et le partage des données.

 

Les platesformes multiclouds interconnectent une grande variété de services cloud et peuvent également offrir un accès au WebDAV et FTP.

Depuis quelques années, la grande majorité des entreprises n’utilisent pas un, mais plusieurs services cloud. Que cela soit pour ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier en confiant toutes leurs données à un seul et même fournisseur, dupliquer leurs sauvegardes, éviter de voir leurs activités bloquées en cas de panne, ou encore profiter des fonctionnalités propres à chaque service, les raisons de faire appel à différents prestataires ne manquent pas. Encore peu connus en France, les acteurs comme CloudFuze, Multcloud, ou Otixo développent des platesformes capables d’unifier et gérer de nombreux services cloud : Amazon­S3, Google Cloud Storage, OneDrive For Business, Oracle Documents, Drive, Box, Dropbox, etc. La­majorité d’entre eux offre également un accès WebDAV et FTP. Bien que ces platesformes répondent à différents usages, toutes se révèlent particulièrement simples à déployer et à utiliser. Elles fonctionnent par le biais d’une interface web, et pour certaines d’applications mobiles (Android et iOS) et/ou de clients PC, Mac et Linux. Une fois les différents comptes cloud enregistrés, ces derniers apparaissent dans un tableau de bord commun permettant d’avoir une vision globale de leurs espaces de stockage cumulés et de gérer plus facilement l’ensemble de leurs contenus. Selon le cabinet d’études IDC, 85 % de départements IT des grandes entreprises devraient adopter des architectures multicloud d’ici à 2018.

Sauvegarde mutualisée

La gestion de plusieurs services de sauvegarde sur le Cloud se révèle de plus en plus complexe pour les entreprises. Cela implique de se connecter à différents fournisseurs et d’utiliser des environnements et des modes de fonctionnement disparates. En mutualisant ces services et leurs contenus au sein d’une interface unifiée, les plates-formes multiclouds simplifient la duplication des sauvegardes, le transfert de données d’un service à un autre, ou encore le partage de fi chiers entre collaborateurs. Outre leur compatibilité plus ou moins étendue avec les fournisseurs cloud, ces solutions se distinguent par leurs fonctionnalités, leurs services et leurs tarifs. Certaines comme MultCloud et Odrive mettent l’accent sur la simplicité en s’apparentant un peu à un « gros » disque dur donnant un accès direct à l’ensemble des comptes cloud. Dépourvue d’applications, MultCloud dispose d’une interface web avec des options simples de transferts et de synchronisation de contenus entre les fournisseurs. L’interface web d’Odrive sert quant à elle uniquement à enregistrer et gérer les comptes cloud. Toutes ses fonctionnalités de transfert, de synchronisation et de partage fonctionnent par le biais d’un client PC, Mac ou Linux. Avantage­: toutes les données sont accessibles via l’explorateur Windows ou le Finder d’OS X, comme si elles étaient enregistrées en local. Odrive s’appuie sur le chiffrement AES-256 afi n de sécuriser l’ensemble des données qui transitent entre l’ordinateur et les Clouds.

Collaboration, migration et sécurité

CloudFuze et Otixo constituent les plates-formes multicloud les plus complètes. Outre les tâches classiques de duplications de sauvegardes, de classement et de traitement des fichiers (copier, renommer, supprimer…), ou encore de partage de données, elles disposent d’un large éventail de fonctionnalités. La start-up américaine CloudFuze est la première à avoir conclu un partenariat en France avec Orange. Une offre spéciale a d’ailleurs été mise en place pour les clients d’Orange, avec un an d’utilisation gratuite (offre sans engagement). Patrice Anglard, responsable Business Development du Cloud d’Orange détaille les avantages de ce service : « CloudFuze répond très bien aux besoins de ceux qui ont à la fois le Cloud d’Orange et un autre espace de stockage en ligne, car c’est une solution simple pour visualiser tous leurs fichiers dans une seule interface. CloudFuze est un très bon exemple de l’ouverture aux tiers proposée par le Cloud d’Orange, puisqu’ils ont proactivement utilisé les API de notre Cloud. » Outre une version grand public pour se faire connaître, CloudFuze lorgne surtout du côté des moyennes et grandes entreprises en développant des outils de sécurité et de collaboration avancés. Accessible via des applications mobiles (Android et iOS), la plateforme dispose en outre d’un chabot basé sur l’Intelligence artificielle. Cet assistant virtuel aide les collaborateurs pour la recherche et le traitement des fichiers sur les différents Clouds via les services de messagerie. De son côté, Otixo mise essentiellement sur ses outils de collaboration pour séduire les entreprises. Elle offre la possibilité de partager des fichiers entre les différents services cloud et collaborateurs, de créer des espaces collaboratifs personnels ou d’équipes (Personal Team Space et Team Spaces) ou encore de communiquer via un service de chat intégré. Chiffrés de bout en bout en AE256, les fi chiers peuvent être copiés et déplacés entre les Clouds en un seul clic ! Autre fonction intéressante, la possibilité de créer un disque virtuel sur le bureau et d’y accéder comme s’il se trouvait en local sur la machine. Compatible avec 35‑ fournisseurs de Cloud, Otixo se démarque par une interface dépouillée particulièrement intuitive, qu’il s’agisse de son interface web, de ses applications mobiles (Android et iOS) ou ses clients Mac et PC.

Déploiement du multicloud

Face à l’avènement du Cloud dans les entreprises, l’offre de solutions multicloud explose. On dénombre actuellement plus d’une vingtaine de solutions au bas mot, mais aucun acteur français ou même une plate-forme francisée. Le choix est forcément guidé par la compatibilité de ces plates-formes avec les fournisseurs de Cloud utilisés au sein de l’entreprise et la nécessité d’y ajouter des serveurs FTP ou WebDAV. Avec plus de 40‑services à son actif, CloudFuze fait la course en tête devant MultCloud et Otixo qui en comptent respectivement ‑35. La grande majorité des autres plates-formes telles que Mover, Cloudsfer, ou encore Odrive, proposent une vingtaine de fournisseurs. Différents abonnements basés sur la consommation de la bande passante et un nombre plus ou moins important de canaux de transfert utilisables en simultanée sont proposés. Les tarifs oscillent généralement entre 4,99 et 9,99‑$/mois pour les versions Basic, à 7,99 et 34,99‑$/mois pour les forfaits Premium. Le taux de bande passante et le nombre de canaux de transfert varient énormément d’un service à l’autre. Certaines plates-formes comme Otixo proposent également une facturation à la consommation (0,49‑$/Go). Pour les entreprises ayant des gros besoins, CloudFuze négocie des tarifs au cas par cas. Toutes ces solutions sans exception disposent d’une version gratuite et évidemment limitée pour les professionnels comme les particuliers.


 

«Nous avons encore augmenté les capacités de notre plate-forme en migrant plus d’un petabyte de données dans le Cloud»
Ravi Poli, fondateur et PDG de CloudFuze Inc.

« La force majeure de CloudFuze est d’être une plate-forme d’API unifiée. Contrairement à nos concurrents, nous proposons une solution compatible avec la grande majorité des fournisseurs de Cloud (ndlr : plus de 40). ClouFuze garantit un taux de transfert de données très rapide entre les services cloud. Dernièrement, nous avons encore augmenté les capacités de notre plate-forme en migrant plus d’un petabyte de données sur le Cloud. Pour assister les utilisateurs, notre service dispose également d’un chabot appelé « Fuzebot » basé sur l’Intelligence artificielle. Ce dernier a été conçu pour faciliter le partage de fichiers entre les collaborateurs depuis n’importe quels services de chat ou de messagerie. »


 

Jens Birnbaum, PDG d’Otixo

« Notre application est utilisée par de petites et grandes entreprises, mais aussi un grand nombre de travailleurs indépendants. Nous avons récemment développé un outil de collaboration plus élaboré qui permet aux entreprises et aux particuliers de travailler ensemble sur leur contenu dans le Cloud. Notre objectif est de rendre le flux de travail plus facile et de permettre d’accéder à un maximum de fournisseurs (ndlr : 30 actuellement). Grâce à notre accès FTP et WebDav, nous offrons également la possibilité de travailler en local, ce qui est particulièrement important pour les entreprises. Mais l’un des principaux atouts de notre solution réside dans ses zones de collaboration ultra sécurisées permettant de partager des fichiers et des dossiers toujours à partir d’un serveur local ou dans le Cloud. Dans ces salles virtuelles, celui qui partage les fichiers garde le contrôle et peut donner des autorisations de téléchargement, et visualiser toutes les modifications effectuées. Lorsqu’un fichier n’est plus nécessaire, la connexion du service Cloud à l’espace d’équipe peut être coupée. Avec les liens publics, par exemple, il n’est pas possible de savoir où ils vont et le temps qu’ils restent sur le Cloud. Notre flux de travail est un peu différent, mais il est beaucoup plus sécurisé. »


 

La plate-forme Otixo transforme l’expérience du Cloud en y ajoutant de nombreuses fonctionnalités intéressantes de collaboration et de communication.


 


 

CloudFuze prévoit des plans adaptés aux besoins des grandes et très grandes entreprises.


Print
1337
Tags:cloud

Name:
Email:
Subject:
Message:
x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
Atos annonce un partenariat avec Google Cloud avec pour dessein de permettre à la SSII de renforcer son offre sur les sujets de cloud et d’intelligence artificielle, avec notamment la création de trois laboratoires spécialisés en Machine Learning et IA.

La Commission européenne obtient enfin satisfaction. Apple va verser à l’Irlande les impôts que ce pays ne lui réclame toujours pas.

Âge minimum de 16 ans, filiale irlandaise, rappel du Privacy Shield… le service de messagerie instantanée a mis les petits plats dans les grands pour se mettre en conformité avec le RGPD, comme Papa Facebook. Reste maintenant à voir si les promesses seront réellement appliquées ou s’il ne s’agit que d’une façade.

Le trublion n’aura pas trublionné bien longtemps. Free a finalement trouvé un accord avec TF1 quant aux droits de diffusion TV. L’opérateur était le dernier à faire de la résistance, après que Orange ait trouvé un terrain d’entente avec le groupe audiovisuel.

L’éditeur a lancé hier Tableau Prep, un outil de tableau de données qui fait la part belle à l’automatisation et à la simplification, de sorte que le data wrangling soit accessible à des non-spécialistes dans les métiers.

Le géant du CRM nous gâte : en marge d’un voyage d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis, Salesforce annonce l’investissement de 2,2 milliards de dollars en France sur les cinq prochaines années, sans toutefois indiquer comment cet argent sera utilisé.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et AWS ne veut certainement pas avoir l’air d’un imbécile. Changeant son fusil d’épaule, le géant du cloud lance un service de blockchain-as-a-Service permettant de déployer rapidement une blockchain Ethereum ou Hyperledger Fabric sur le cloud Amazon.

La DINSIC a officialisé la messagerie chiffrée d’État évoquée par Mounir Mahjoubi. Développée sur des logiciels open source et sur un standard de communication IP ouvert, elle est actuellement en tests dans les cabinets du Secrétariat d’État au Numérique, de la DINSIC et dans les DSI de quelques ministères.

Malgré les inquiétudes liées à l'usage des données personnelles par les groupes technologiques, Alphabet, maison mère de Google, a vu ses résultats trimestriels continuer à progresser grâce à la publicité mais la hausse des dépenses inquiète les analystes.

Jamais contents, ces actionnaires. En janvier dernier, Carl Icahn et Darwin Deason poussaient Xerox à se vendre. Un accord avait rapidement été trouvé avec FujiFilm. Mais les deux investisseurs considèrent ce rachat honteusement désavantageux pour Xerox, tant et si bien que celui-ci renégocie avec Fujifilm.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Adoptée le 6 juillet 2016, la directive NIS (pour Network Infrastructure Security) doit être transposée par les Etats membres de l’Union Européenne au plus tard le 9 mai 2018.

Ce Livre Blanc éclaire les enjeux et les impacts de la directive NIS sur les pratiques de cybersécurité des pays européens.

  


"L'entreprise numérique", un Livre Blanc IDC/Interxion.

Ce livre blanc présente les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 750 entreprises européennes.

Vous y découvrirez l'approche adoptée par les leaders du numérique, combinant l’adoption des services Cloud avec une politique d’hébergement externalisé.  

  


La maintenance prédictive, pilier de la transformation digitale, un Livre Blanc Econocom.

LA MAINTENANCE IT, L’INVISIBLE PIERRE ANGULAIRE DE L’ENTREPRISE DIGITALE

La transformation digitale rebat les cartes de la performance des entreprises. Face à l’évolution simultanée des attentes des clients, des modèles économiques, des conditions de marché et des modes de travail, chaque métier doit revoir sa contribution aux trois axes qui conditionnent dorénavant la réussite: l’excellence opérationnelle, l’expérience utilisateurs et l’innovation métier.


CARTOGRAPHIE DU PAYSAGE DES RANSOMWARES, un Livre Blanc Fortinet.

Comprendre la portée et la sophistication de la menace.

Lorsque les cybermenaces sont multipliées par 35 en un an, chaque entreprise doit en tenir compte. C’est précisément le cas avec les ransomwares. Les hacktivistes ont ciblé des entreprises de pratiquement toutes les tailles et représentant une multitude de secteurs industriels dans le monde entier.


Comment moderniser ses centres de données, un Livre Blanc HPE.

La transformation numérique des entreprises crée de nouvelles contraintes sur les directions informatiques, en particulier pour les environnements de stockage. 

La croissance exponentielle des données, la virtualisation massive, l'évolution des charges de travail et la mise en place permanente de nouvelles applications (devops) obligent l'infrastructure de stockage informatique à évoluer. 


Tous les Livres Blancs