X
Jérôme Cartegini / mercredi 19 septembre 2018 / Thèmes: Dossier

Cryptoradiateur

Qarnot Computing transforme le calcul informatique en chauffage

Chauffer gratuitement et écologiquement des bâtiments et des logements grâce à la chaleur issue de serveurs informatiques ! C’est ni plus ni moins la promesse magique de Qarnot Computing.

Les cofondateurs de Qarnot Computing, Paul Benoit et Miroslav Sviezeny proposent une plate-forme de calcul alternative dans l’air du temps.

En partant du constat que les serveurs informatiques des data centers coutent extrêmement chers à refroidir et que le prix du chauffage est en constante augmentation, la start-up francilienne a eu l’idée de concevoir le tout premier radiateur-ordinateur. Baptisé Q.Rad, ce radiateur high-tech connecté à Internet diffuse gratuitement la chaleur émise par ses processeurs chargés de faire du calcul pour les clients de la société. Doté d’une vingtaine de capteurs, l’appareil offre en prime une expérience smart-home complète avec des applications pour le suivi de la qualité de l’air, la détection de présence, le déclenchement d’alertes, ou encore la reconnaissance vocale.

Créée en 2010 par Paul Benoit et Miroslav Sviezeny, Qarnot Computing a commencé à déployer sa solution dans des bâtiments en France à partir de 2013. L’idée de créer un radiateur-ordinateur a mûri peu à peu dans l’esprit de Paul Benoit dans les années 2000 alors qu’il travaillait pour une grande banque française en tant que responsable de la recherche et développement informatique. Durant cette période, il constate toute l’importance et l’essor que prenait la puissance de calcul dans les banques, mais également tous les problèmes d’infrastructure que cela posait en particulier pour refroidir les ordinateurs de plus en plus nombreux. 

Rendre les PC silencieux

Passionné d’informatique, Paul Benoit – il avait six ordinateurs dans sa chambre – remarque dans le même temps que ces derniers suffisaient à chauffer la pièce. À partir de là, il se dit que s’il parvenait à les rendre silencieux, il pourrait les utiliser comme un système de chauffage et exploiter leur puissance pour vendre du calcul aux banques. Étant donné qu’à l’époque il n’y avait pas encore la fibre optique (indispensable pour connecter les Q.Rad) et que la miniaturisation des cartes mères et des processeurs n’était pas encore aussi aboutie qu’aujourd’hui, le projet s’avérait techniquement impossible à réaliser. Mais l’idée de chauffer gratuitement des bâtiments grâce à l’informatique fait son chemin. 

Une fois la partie logicielle développée, il se rapproche en 2009 de Miroslav Sviezeny qui travaillait pour une société spécialisée dans le hardware et lui demande de l’aider à concevoir un radiateur-ordinateur ! Après les premières études techniques, les deux hommes décident de se lancer dans l’aventure et de fonder Qarnot Computing en 2010. Ils développent un premier prototype en 2012, et installent leur premier Q.Rad à la fin 2013. 

L’entreprise s’adresse à des acteurs B2B tels que des promoteurs immobiliers, des bailleurs publics et privés, ou encore des gestionnaires de bâtiments résidentiels ou tertiaires. Pour fonctionner et être rentables, les bâtiments équipés par Qarnot doivent impérativement être connectés à la fibre optique et compter une vingtaine de radiateurs numériques au minimum. Une fois installés, ces appareils vendus 2 500 € pièce permettent aux utilisateurs de bénéficier d’un chauffage à 100 % gratuit, entièrement « payé » par Qarnot. Outre un immeuble de la mairie de Paris, celle du XVe arrondissement, comptant 110 logements sociaux, Qarnot a notamment équipé les locaux de l’incubateur de start-up Paris Tech où se trouvent ses locaux, à Montrouge.

Pilotable via une application dédiée, l’élégant Q-Rad embarque une carte mère et de puissants processeurs multicœurs Ryzen Pro d’AMD.

Une approche smart building

Avec son concept, Qarnot pointe le doigt sur le gouffre énergétique que représentent les data centers. Ces fermes de serveurs informatiques gigantesques qui se multiplient à travers le monde pour faire tourner l’économie numérique doivent non seulement être alimentées en électricité, mais maintenues à des températures suffisamment basses pour pouvoir fonctionner correctement. Pour cela, les data centers sont équipés de très gros systèmes de climatisation, particulièrement gourmands, eux aussi, en électricité. Selon les derniers chiffres publiés par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), le trafic de données géré par les data centers a été multiplié par 4,5 entre 2011 et 2016 et cette croissance n’est pas près de s’arrêter dans les années à venir. 

Selon Qarnot, les data centers consomment aujourd’hui 3 % de l’électricité mondiale, et cette consommation double tous les cinq ans. Alors que certains envisagent de construire des data centers en Antarctique pour refroidir naturellement les serveurs, Qarnot propose de déporter les puissances de calcul dans des bâtiments intelligents équipés de radiateurs et de chaudières numériques. Un moyen de réduire drastiquement l’empreinte carbone des calculs informatiques tout en offrant des tarifs très compétitifs. Qarnot propose des services cloud IaaS/PaaS/ SaaS (Infrastructure/Platform/Software as a service) avec des applications logicielles telles V-Ray ou Mathworks. L’entreprise vend d’un côté des radiateurs intelligents qui ont vocation à être déployés dans des bâtiments, et de l’autre de la puissance de calcul ou du temps de processeurs disponible sur ses radiateurs. Les clients de l’entreprise sont principalement des banques, des studios d’animation 3D, et des centres de recherche qui ont besoin de grandes puissances de calcul en mode cloud tels que la BNP, Air Liquide ou encore Disneyland.

Installée dans les locaux de l’incubateur de start-up Paris Tech, à Montrouge, Qarnot emploie 23 personnes.

Un modèle écologique vertueux

Miroslav Sviezeny, directeur général de Qarnot, détaille les points forts de la solution : « Ce qui distingue véritablement Qarnot, c’est que bien sûr on fait des data centers et de l’informatique distribué, mais surtout on fait de l’informatique par rapport à une contrainte qui est très forte, à savoir la demande en chauffage des bâtiments. Au lieu de climatiser une salle de serveurs, nous régulons la fréquence des processeurs des Q.Rad pour s’adapter aux besoins de chauffage du bâtiment. La machine est juste un bout de la technologie, car Qarnot Computing est avant tout une société de développeurs informatiques. La prouesse, ce n’est pas tant d’avoir conçu cette machine-là, mais d’avoir développé une plate-forme de calcul sur laquelle nos clients vont pouvoir pousser leurs calculs. C’est vraiment la plate-forme de distribution qui fait tout le gros du travail. Sans cela, ce serait très compliqué d’aller convaincre la Société Générale, la BNP ou HSBC de nous confier des calculs pour qu’ils soient distribués et sécurisés de manière fiable. Au lieu de louer de la puissance de calcul chez Google, Amazon ou Microsoft, nous proposons à nos clients une alternative qui a deux avantages : c’est un calcul beaucoup plus « green » car l’empreinte carbone de notre mode de calcul se révèle bien meilleure, et puis c’est un calcul qui est beaucoup moins cher car nous n’avons pas à assumer le coût de construction des data centers, celui des achats d’ordinateurs – ce sont les propriétaires des bâtiments qui les paient –, ou encore celui des systèmes de climatisation. Nous avons des coûts de maintenance qui sont à peu près les mêmes, sauf que nous ne payons pas la maintenance de systèmes de climatisation, mais des personnes qui s’occupent de la maintenance de nos machines. Nous sommes donc structurellement beaucoup moins chers. »

Destiné aux particuliers, le QC-1 est un cryptoradiateur qui génère des revenus tout en chauffant l’habitat.

Une offre pour  les technophiles

Plus récemment, l’entreprise a imaginé un concept de radiateur intelligent destiné cette fois-ci au particulier. Lancé au mois de mars dernier, le QC-1 est un cryptoradiateur qui rémunère ses utilisateurs en minant de la cryptomonnaie ! Ultra design, l’appareil intègre deux puissants GPU associés à un logiciel maison pré-configuré pour lancer automatiquement des opérations de minage dès que l’utilisateur actionne le thermostat pour se chauffer. Le QC-1 mine la monnaie qui est la plus rentable à l’instant « t » parmi les trois cryptomonnaies Ether, Monero et Zcash. « Le QC-1 s’adresse plutôt à des néophytes en termes de minage de cryptomonnaies. Il suffit en effet de le connecter à une box internet ainsi qu’à une prise électrique et saisir les identifiants de son cryptowallet via une application dédiée et le tour est joué ! Aucune connaissance en cryptomonnaie n’est nécessaire », explique Miroslav Sviezeny. Selon les estimations de l’entreprise, en se chauffant uniquement durant les périodes de froid, le QC-1 peut rapporter entre 400 et 500 € de revenu net par an. L’appareil est vendu uniquement en ligne à 2 900 € TTC l’unité. Une quarantaine de machines ont été commandées en ligne durant la première vente organisée au mois de mars dernier. Pour le moment, l’entreprise n’a pas de stock et lance la production une fois les machines vendues et payées. Une belle réussite pour cette prometteuse pépite de la high-tech française qui n’a sans doute pas fini de faire parler d’elle.

Print
3420

x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
Samsung a présenté son Galaxy S10 hier soir et a profité de l’évènement pour dévoiler son smartphone pliable. Baptisé Galaxy Fold, ce terminal de 7,3 pouces déplié et 4,6 pouces plié affiche des caractéristiques techniques et un prix à faire pâlir respectivement la concurrence et les portefeuilles.

Le projet de loi annoncé mercredi soir par Emmanuel Macron pour mieux lutter contre les propos racistes et antisémites publiés en ligne prévoira des amendes pour les plateformes internet qui ne les suppriment pas, a indiqué jeudi le secrétaire d'État en charge du numérique, Mounir Mahjoubi.

Le repository des repositories célèbre le cinquième anniversaire de son programme de chasse aux bugs. Après avoir versé un total de 250 000 dollars en 2018, GitHub augmente cette année ses primes et ajoute une protection juridique à l’endroit des chercheurs.

L’offreur d’espace de location a inauguré Lundi dernier un nouveau centre de données, PA8, sur son campus de Pantin. Le centre a reçu à cette occasion Bruno Le Maire, ministre de l’Économie qui a tenu à cette occasion un discours très offensif.

En inaugurant le centre de Pantin IBX PA8, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire a revisité et mis à jour la notion de cloud souverain. 


L’éditeur français spécialisé en cybersécurité annonce avoir bouclé une levée de fonds à laquelle a participé la Scopelec, qui tisse en parallèle un partenariat avec ITrust. L’entreprise compte utiliser ces fonds afin d’étoffer ses équipes R&D et commerciales.

Il est rare d’avoir pareille réaction de la Cnil. Le gendarme des données personnelles s’est fendu de plusieurs tweets visant à recadrer Christian Estrosi, alors que celui-ci affirmait avoir obtenu l’autorisation de la Cnil pour tester la reconnaissance faciale à Nice… sauf que, depuis l’entrée en vigueur du RGPD, le régulateur ne délivre plus d’autorisation préalable à la mise en place de dispositifs biométriques.

Le géant de Mountain View met la main sur une startup israélienne, Alooma. Cette jeune enterprise est spécialisée dans l’intégration de données de sources multiples vers un seul et unique entrepôt.

Apple a corrigé le bug permettant à un utilisateur d’entendre son interlocuteur avant que celui-ci ne décroche. Toutefois, le correctif semble apporter son lot de problèmes, dont des restrictions vraisemblablement volontaires de la part de la marque à la pomme.

L’éditeur britannique s’empare d’une société spécialisée dans la détection de menaces, ou ...

Toutes les News

LIVRES BLANCS

Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les Livres Blancs