X
Jérôme Cartegini / vendredi 11 mai 2018 / Thèmes: Mobilité, Dossier, Mobilité

Comparatif smartphones

Samsung Galaxy S9 vs iPhone X vs Huawei Mate Pro 10

Les trois géants de la téléphonie mobile, Apple, Samsung et Huawei se livrent une guerre sans merci pour dominer le juteux marché des smartphones. Porte-étendards technologiques, leurs derniers modèles haut de gamme Galaxy S9, iPhone X, et Mate 10 Pro rivalisent de design, de puissance et de fonctionnalités. Écrans sans bord, double module photo, Intelligence artificielle, reconnaissance faciale, prouesses ergonomiques… Voici quelques-unes des principales innovations avancées par ces poids lourds de la mobilité.


APPLE IPHONE X
L’élégance et le perfectionnement en plus

Pour célébrer les dix ans de l’iPhone, la firme à la Pomme a sorti le grand jeu en lançant un nouveau modèle frisant la perfection. Porté par un nouveau design et un écran sans bord exceptionnel, l’iPhone X (prononcez dix) en jette dès le premier coup d’œil. Même le sublime design du Galaxy S8/9 prend un coup de vieux face à la finition de l’iPhone X qui, il faut bien le dire, atteint ici des sommets. Les deux façades de verre, du dos et de l’écran, qui sont reliées par un élégant cintre en acier, semblent littéralement fusionnées entre elles. L’autre prouesse d’Apple est d’avoir créé un nouveau form factor à peine plus grand qu’un iPhone 8, mais avec un écran quasiment de la même taille que l’imposant iPhone 8 Plus. 

Le terminal arbore un superbe écran Oled de 5,8 pouces occupant 82 % de la surface avant. Sans doute pour se distinguer de la concurrence et en particulier de Samsung, Apple a fait le choix discutable de mettre une encoche qui barre le haut de l’écran pour dissimuler la caméra infrarouge et le capteur photo frontal qui font fonctionner notamment la reconnaissance faciale. Cette dernière brise la ligne de la face avant et l’œil a du mal à s’habituer, mais paradoxalement cet élément distingue l’iPhone X des modèles concurrents tous traversés d’une barre noire linéaire. Pour remplacer le bouton Home, qui a disparu, Apple a conçu une nouvelle gestuelle comprenant douze nouveaux gestes. 

Après un petit temps d’adaptation, la navigation devient intuitive et fluide, mais le bouton physique présente certains atouts difficiles à remplacer. Même s’il fonctionne très bien, le déverrouillage Face ID (le système de reconnaissance faciale) nécessite d’approcher son visage de l’appareil pour l’ouvrir. Cela n’est pas forcément très pratique dans la voiture, ni même au bureau lorsque le terminal est posé à plat. Autre inconvénient, il n’est pas possible d’enregistrer des proches pour qu’ils puissent l’utiliser. À l’usage, l’iPhone X se montre particulièrement puissant et surtout très endurant. L’appareil est non seulement à l’aise dans toutes les tâches, mais il offre enfin une autonomie avoisinant les deux jours en utilisation standard et environ 12 heures en streaming vidéo en continu sur Netflix. 

Pas de révolution au niveau de l’appareil photo au dos de l’appareil qui repose sur un double capteur de 12 Mpx avec une optique stabilisée grand-angle. Il jouit d’un téléobjectif stabilisé plus lumineux, mais il se révèle toujours lent en basse lumière. Même si la qualité des clichés est excellente, son concurrent Galaxy S9 fait toujours mieux dans ce domaine. 

Avec l’iPhone X, Apple a su prendre ce qu’il y a de meilleur à la concurrence, tout en continuant à se démarquer par son savoir-faire en termes de design et d’ergonomie. Reste le prix prohibitif qui demeure un frein pour bon nombre de consommateurs.❍

Apple iPhone X • Système : iOS 11 • Écran : bord à bord OLED 5,8 pouces  (2436 x 1125 px) • Dimensions/Poids : 143,6 x 70,9  x 7,7 mm (H + L + E) / 174 g • Puce : A 11 / 6 cœurs (2,4 GHz) • APN dorsal : 2 capteurs de 12 Mpx  + flash • APN frontal : capteur 7 Mpx • Batterie : 2716 mAh (autonomie  env. 2 jours/utilisation standard) • Certification : IP67  (résistant à l’eau et à la poussière) • Prix : 1159 € (64 Go) à 1 329 € (256 Go)


SAMSUNG GALAXY S9
Une évolution timide

Présenté en grande pompe au mois de février dernier sur le salon du Mobile World Congress de Barcelone, le Galaxy S9 évolue malheureusement peu par rapport à son prédécesseur. Il faut dire qu’avec le Galaxy S8, Samsung avait frappé très fort en introduisant le premier design borderless du marché, mais également une dalle d’une qualité incroyable ou encore l’un des meilleurs capteurs photo du marché. 

Ce nouvel opus conserve tous ces atouts tout en ajoutant quelques changements au niveau du design avec notamment un form factor légèrement moins long, mais plus large, un dos incurvé moins glissant plus agréable à prendre en main, ou encore un lecteur d’empreinte digitale dorsal mieux placé. La dalle Amoled borderless de 5,8 pouces qui occupe 84,6 % de la surface avant demeure toujours aussi spectaculaire, mais gare aux chutes ! Contrairement à l’iPhone X et l’Huawei Mate 10 Pro, le verre qui déborde sur les arêtes du téléphone se révèle extrêmement fragile et casse à la moindre petite chute. Mieux vaut ne pas l’utiliser sans coque de protection, même si cela gâche l’effet « Whaou » de ce superbe écran. Sous le capot, le terminal embarque ce qui se fait de mieux en termes de composants, dont un SoC Exynos 9810 maison 8 cœurs ultras véloces et une puce graphique Mali-G72 MP18 de la même trempe. Cette puissance lui confère une efficacité à toute épreuve dans n’importe quelle tâche. L’autonomie relativement faible vient néanmoins gâcher ce tableau idyllique. Malgré une batterie de 3 000 mAh, le S9 fait moins bien que son prédécesseur et tient à peine une journée de travail. L’utilitaire d’économie d’énergie permet de gagner quelques heures en diminuant les performances de l’appareil, mais cela reste très décevant. 

Pour le lancement du S9, Samsung a misé l’essentiel de sa communication sur son nouvel appareil photo. Ce dernier se compose d’un capteur de 12 Mpx doublé d’une optique grand-angle stabilisée avec une ouverture variant de f/1,5 à f/2,4 en fonction de la luminosité. Là encore, on est loin de la révolution annoncée… La qualité des images est au rendez-vous avec un déclenchement ultra rapide et un piqué précis et détaillé, mais on peine à voir la différence avec le S8 sur ce point. Basée sous Android 8.0 Oreo et la surcouche de Samsung, l’interface est fluide, intuitive, et truffée d’options intéressantes dont les fameux raccourcis sur les bords de l’écran. L’assistant vocal Bixby ne parle toujours pas français, et les commandes vocales pour rédiger un message demeurent perfectibles. Le S9 propose désormais la gestion double SIM, mais le second port Nano partage son emplacement avec celui pour la carte microSD. 

Comme le Galaxy S8, le S9 fait partie des meilleurs smartphones haut de gamme du marché, mais ce nouvel opus ne semble pas suffisamment armé pour faire face à certains concurrents comme l’iPhone X. ❍

Samsung Galaxy S9 • Système : Android 8.0 • Écran : bordereless Super AMOLED  5,8 pouces (2960 x 1440 px) • Dimensions/Poids : 147,7 x 68,7  x 8,5 mm (H + L + E) / 158 g • Puce : Samsung Exynos 9810  8 cœurs (2,7 GHz) • Puce graphique : ARM Mali G72 MP18 • APN dorsal : capteur de 12 Mpx + flash • APN frontal : capteur 8 Mpx • Batterie : 3000 mAh (autonomie  entre 12 et 15 h/utilisation standard) • Certification : IP68  (étanche jusqu’à 1,30 m) • Capacité : 64 Go • Double SIM + port microSD • Prix : 859 € (64 Go)


HUAWEI MATE PRO 10
Des arguments forts à faire valoir

Le dernier fleuron haut de gamme du quatrième constructeur mondial – derrière LG, Apple et Samsung – mérite largement sa place parmi les meilleurs smartphones du moment. Même si la finition est moins raffinée que celle de l’iPhone X ou du Galaxy S9, elle s’avère néanmoins très soignée. Le Mate Pro 10 est enveloppé dans un élégant boîtier de verre robuste et certifié IP67 avec un dos légèrement incurvé offrant une excellente préhension. Il arbore un grand écran Amoled bord à bord de 6 pouces au format 18:9 qui occupe 81 % de la face avant. Lumineuse et contrastée, cette dalle de haut vol délivre une excellente qualité d’image, mais celle-ci n’est toute de même pas aussi bluffante que celle de ses deux concurrents. Judicieusement placé au dos de l’appareil, le lecteur d’empreinte digitale permet de déverrouiller intuitivement et en une fraction de seconde le terminal. Comme Apple, Huawei a malheureusement retiré la prise Jack pour ne laisser qu’un port USB-C. Gonflée à bloc, la configuration qui se compose d’un SoC Kirin 970 (8 cœurs), 6 Go de RAM et d’un puissant GPU fait merveille. Quelle que soit l’application utilisée, y compris les plus gourmandes, le terminal fait preuve d’une efficacité et d’une rapidité impressionnantes. 

Comme les derniers iPhone, il intègre également une puce NPU (Neural Processing Unit) dédiée à l’Intelligence artificielle qui gère entre autres les interactions vocales, la reconnaissance faciale, etc. Pour l’heure, il s’agit surtout d’un argument marketing qui n’apporte en réalité pas grand-chose hormis quelques fonctions photo. En termes d’autonomie, le Mate Pro 10 ne déçoit pas et peut tenir deux jours en utilisation standard – un peu moins de 13 heures en streaming vidéo sur Netflix. Huawei continue sa fructueuse collaboration avec Leica pour la partie photo. Le terminal intègre deux capteurs au dos, dont un de 12 Mpx couleur et un autre de 20 Mpx monochrome pour faire des photos en noir et blanc. Dopé à l’IA, l’appareil peut reconnaître automatiquement des sujets (humains, animaux, fleurs, etc.) et améliorer les photos en conséquence. Le niveau de détail, le piqué, les couleurs, ou encore la chaleur des clichés sont excellents. Pour finir, le smartphone repose sur Android 8.0 et une discrète interface maison aux graphismes un peu trop simplistes. 

Même si la navigation est intuitive, rapide et efficace, l’interface manque d’originalité dans l’ensemble. À 799 €, le Mate Pro 10 offre néanmoins un excellent rapport qualité-prix. ❍

Huawei Mate Pro 10 • Système : Android 8.0 • Écran : bord à bord AMOLED 6 pouces (2160 x 1080 px) • Dimensions/Poids : 154,2 x 74,5  x 7,9 mm (H + L + E) / 178 g • Puce : HiSilicon Kirin 970 (2,36 GHz) • Puce graphique : ARM Mali G72 MP12 • APN dorsal : 2 capteur de 12 Mpx  et 20 Mpx + flash • APN frontal : capteur 8 Mpx • Batterie : 4000 mAh (autonomie  env. 2 jours/ utilisation standard) • Certification : IP67 (étanche jusqu’à 1 m) • Capacité : 128 Go • Prix : 799 €

 

5232

x
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Après la publication de ses très controversées lignes directrices relatives aux traceurs, la Cnil vient de lancer la consultation publique sur ses recommandations pratiques, mises en ligne dans la foulée. Celles-ci n’apportent rien de nouveau, mais éclaire certains points quant au recueil du consentement des internautes sur lequel le gendarme des données personnelles attend les éditeurs au tournant.

Les clients d’IBM qui utilisent les systèmes Power peuvent maintenant aller sur le Cloud de Google pour migrer leurs données ou déporter des tâches de traitement.

Citrix avait poursuivi en justice AVI Networks pour utilisation abusive de brevets avant que l’entreprise soit reprise par VMware. L’accord actuel arrête la procédure judiciaire entre les deux acteurs de la virtualisation.

Au moins 70 employés de la fondation seront remerciés prochainement. Mozilla traverse une période difficile, marquée par le retard à la livraison de nouveaux produits supposés générer des revenus supplémentaires pour la fondation.

Forte de près de 6000 membres, l'association française des correspondants à la protection des données personnelles ouvre un nouveau chapitre avec sa 14ème université des DPO, où un millier de professionnels étaient attendus.

La lettre d’Elliott a vraisemblablement fait mouche. Malgré le souhait répété de Paul Hermelin de ne pas revoir l’offre initiale à la hausse, Capgemini a finalement annoncé porter son prix à 14,5 euros par action, contre 14 euros précédemment.

Le géant des centres de données rachète Packet, un fournisseur de service cloud sur des environnements bare metal.

En quelques heures Google a réalisé deux rachats sur des sujets très différents. Pointy est un spécialiste de la mise en ligne de catalogues produits et AppSheet développe un environnement pour le No Code.

Le géant des paiements signe un gros chèque pour mettre la main sur cette jeune pousse californienne. En effet, celle-ci permet aux développeurs d’applications opérant dans la fintech d’accéder aux données bancaires de leurs utilisateurs par le biais des institutions financières : un secteur en forte croissance, favorisé notamment par la réglementation à l’instar de PSD2.

L’ancien CEO d’Hortonworks, qui avait abandonné tout rôle opérationnel après la fusion avec Cloudera, revient aux commandes après le départ de Tom Reilly.

Toutes les News
LIVRES BLANCS
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
0123movie