X
Chatbots : l’interface de demain ?

Chatbots : l’interface de demain ?

Les bots envahissent les ERP et les applications de gestion, redéfinissant la manière d’interagir avec les logiciels. Revue des différents bots proposés pour le moment et leurs applications. Article paru dans le n°158 de L'Informaticien.

 

Adieu souris et raccourcis clavier, interfaces tactiles et bienvenue aux chatbots ! Les quoi ? Les Chatbots ! De petites applications s’appuyant sur des moteurs d’intelligence artificielle et d’auto-apprentissage pour guider et réaliser de nombreuses opérations à l’intérieur d’un processus d’une application de gestion ou autre. Ils ont d’abord investi les réseaux sociaux et les applications grand public. Pour les utilisateurs assidus de Facebook, Slack ou Skype, les « assistants conversationnels » sont devenus banals. 48 % des Français ont déjà interagi avec un de ces assistants. Pour les millennials, ce chiffre monte à 65 %. Un cinquième des personnes interrogées lors de cette étude réalisée par Toluna utilise un assistant virtuel quotidiennement et 28 % au moins une fois par semaine. Pour plus d’un sur deux, ils utilisent les commandes vocales pour y accéder (Siri, Cortana ou Google Assistant). Si la satisfaction des utilisateurs est importante – plus des deux tiers de satisfaits –, la compréhension des demandes est parfois à améliorer ainsi que la qualité et la précision des réponses. Ils sont principalement utilisés en amont de l’achat ou pour obtenir des informations sur les produits ou les magasins. Ils sont mis en oeuvre aussi après la vente pour le suivi des commandes ou des livraisons. Comparativement aux pays asiatiques, le public français ne semble pas encore mûr pour acheter directement par ces types d’assistants. Cependant une autre étude réalisée par LivePerson auprès de 5 000 personnes indique que les Français sont plutôt réceptifs à ces outils avec 50 % de répondants voyant d’un oeil positif ces outils.

Des économies importantes… à venir

Selon une étude de Juniper Research, les économies réalisées par la mise en place de chatbots dans les services clients se montaient à 22 millions de dollars cette année et à 8 milliards de dollars en 2022 rien que pour les secteurs de la banque et de la santé. Comme le fait remarquer Kirill Tatarinoff, CEO de Citrix, « La seule chose que l’on ne peut acheter c’est le temps », et les chatbots permettent de réduire de 4 minutes les requêtes. Dans la santé, avec des questions prédéfinies, les bots peuvent définir plus rapi­dement des diagnostics. Dans le secteur de la santé, Juniper Research anticipe ainsi que les interactions avec les chatbots – sans transfert à un opéra­teur humain – pourraient pas­ser de 12 % aujourd’hui à 75 % en 2022. Un chiffre qui pourrait s’élever à 90 % dans le secteur bancaire estime l’institut déjà cité. Des variantes par SMS pourraient, par exemple, servir de notifications d’urgence en cas de crise graves par les pou­voirs publics. Tous les services de messagerie investissent d’ailleurs massivement dans la technologie et le nombre de SMS envoyés par ce biais pour­rait dépasser les 100 milliards par an dès 2022.

L’étude précitée de LivePerson indique comme principal résul­tat que les utilisateurs préfèrent un outil efficace répondant à leur problème plutôt que des bots dotés d’une personnalité car ils sont encore convain­cus à 60 % que les humains comprennent mieux leurs pro­blèmes que les bots.

Autre point d’impor tance, les gains de productivité que peuvent apporter les chatbots dans différents processus en gui­dant les utilisateurs : moins d’er­reurs, des tâches remplies plus vite et l’accès à des informations plus rapide et qu’il est possible que l’utilisateur ne connaisse pas, une simplification de l’utili­sation particulièrement adaptée pour les usages mobiles et par, conséquence, des programmes de formation allégés.

 

Sage développe actuellement l'assistant Pegg, un bot comptable de messagerie.

Les bots envahissent les applications business

Nous avions dans un récent Bullet Point (L’Informaticien n°157) développé comment les outils sociaux devenaient rapide­ment les points d’entrées dans la relation avec le client reléguant les outils de CRM au système d’enregistrement des données. Les chatbots renforcent cette tendance en s’appuyant sur des logiciels comme Facebook, Slack ou Skype pour interagir avec les applications métier ou des ERP. C’est dans ce dernier domaine que les avancées des bots est les plus visibles.

Wanda, le bot d’Unit4, intégré dans Business World, répond à la fois à des cas d’usages assez simples, comme le rembourse­ment de frais, ou des processus plus complexes, comme l’inscrip­tion d’un étudiant. Contrairement à d’autres bots, Wanda ne néces­site pas de phase d’apprentis­sage et est accessible par Skype, Slack ou Facebook pour auto­riser une utilisation simple et facile d’accès pour l’utilisateur. La dernière version de ce bot propose cinq assistants : pour les ressources humaines avec des tâches en self-service, un assistant pour les achats, pour le suivi des temps dans un projet et les notes de frais ainsi que l’en­semble des workflows d’appro­bations pour ces différents cas. Une évolution intéressante sur les interfaces avec les ERP qui tend à se généraliser. SAP, Sage, Oracle développent eux-aussi ce type d’assistant pour intera­gir avec leur ERP. Wanda semble cependant avoir une longueur d’avance du fait d’être déjà tota­lement opérationnel.

Sage développe actuellement en Beta un assistant du même type, Pegg, un bot comptable de messagerie. Là encore l’assistant passe par Facebook ou Slack pour permettre à l’utilisateur de gérer l’état de ses finances, le niveau de ses dépenses par une simple saisie en langage natu­rel. L’objectif est de rendre aussi simple l’utilisation des données financières que l’envoi d’un SMS.

SAP et Oracle ont des partena­riats avec Kore et Slack pour créer des chatbots répondant à de multiples possibilités d’usage. Cependant la plupart des bots actuels ne répondent qu’à un nombre limité d’usages, ceux pour qui ils sont pertinents pour les utilisateurs d’un ERP ou d’une application métier. L’important est donc la fonction et pas for­cément la ou les technologies sous-jacentes : intelligence arti­ficielle, apprentissage et traite­ment en langage naturel. Qui trop embrasse mal étreint ! L’ajout de trop de technologies peut ainsi ajouter des étapes inutiles dans le processus.

 

Créée par Unit4, Wanda ne nécessite pas de phase d'apprentissage.

Des mises en oeuvre rapides

Dans son centre de recherche de la Silicon Valley, SAP – avec Kore – a développé des bots en moins d’une semaine dont un sur le niveau en stock d’un certain produit avec, proactive­ment, l’envoi d’un message pré­venant qu’une commande de ce produit n’est plus possible et/ ou proposant des actions pour remédier au problème.

Avec la rapidité de mise en oeuvre vient aussi la multiplicité des usages du fait de la combi­naison des différents éléments technologiques qui composent les chatbots pour une augmen­tation importante de la produc­tivité des utilisateurs dans les applications métier tout en leur permettant d’utiliser une inter­face connue comme le réseau social qu’ils utilisent le plus. Le secteur bancaire, en pleine restructuration, avec l’évolu­tion de son réseau de distribu­tion dans la banque de détail, ou les assurances sur de nom­breux processus s’intéressent de près à ces technologies pour autoriser des interactions plus fréquentes et plus simples avec leurs clients. Photos de docu­ments, demandes vocales, le SMS pourrait devenir le moyen le plus naturel d’interagir avec les applications métier pour le plus grand bonheur des utilisateurs. ❍


Cisco aussi se met au chatbot !

Cisco a mis 125 millions de dollars sur la table pour s’offrir MindMeld, une plate-forme de développement d’agents conversationnels, qui associe langage naturel, gestion de dialogue et construction du rai­sonnement, et prend en charge les assistants Echo d’Amazon et Home de Google pour les intégrer dans ses solutions de gestion des objets connectés. Elle devient une entité à part entière sous le vocable de « Cognitive collaboration ». L’opération sera bouclée d’ici à la fin juillet.

 

Print
3008
Tags:dev

Name:
Email:
Subject:
Message:
x
Rechercher dans les dossiers
Actuellement à la Une...
Fuchsia OS, le système d’exploitation expérimental de Google reposant sur Magenta, remplacera-t-il d’ici cinq ans Android et Chrome OS ? Si Bloomberg le pense, Mountain View se refuse à commenter l’information, d’autant qu’aucune feuille de route n’a encore été approuvée.

L’ESN française s’appuie sur plusieurs banques partenaires et sur deux fonds pour réaliser un nouveau tour de table. Fort de ce renforcement de son capital, Talan compte atteindre son objectif de 500 millions de chiffre d’affaires en 2020 et ne pas se laisser marcher sur les pieds par ses concurrents dans son cœur d’activité.

Enterprise Cloud OS est une gamme complète de solutions qui facilite grandement le déploiement et la gestion automatisée d’un environnement multi-cloud. Le webinaire gratuit que nous vous proposons mardi 24 juillet à 10h30 permet de découvrir les avantages des solutions Nutanix, notamment au travers de cas concrets de déploiement présentés par l’intégrateur S-Cube. Les inscrits recevront également l'avant dernier numéro du magazine L'Informaticien dédié au cloud hybride.

Fondée par d’anciens de Datacore et d’autres entreprises de stockage, Lucidlink est une très jeune entreprise et son produit est en disponibilité générale depuis moins d’un trimestre. Son but est de proposer un système de fichiers distribué qui migre les fichiers vers le Cloud en streaming en complément d’un stockage objet comme S3.

Oculus ne sert pas qu’au divertissement et Facebook entend bien le faire savoir. Le pionnier de la réalité virtuelle lance une version « entreprise » de son casque standalone, l’Oculus Go. Baptisée Oculus Go for Business, cette offre se contente de proposer un support étendu et une prise internationale. Quant au casque, excepté un espace de stockage doublé, il est identique en tout point à l’édition grand public.

Au rythme de 20 000 nouveaux abonnés par jour, l’opérateur fait son nid dans la Botte. Iliad Italia s’est lancé fin mai en Italie et annonce compter un million de clients. Un tour de force pour celui qui a franchi les Alpes en septembre 2016.

On ne badine pas avec les données de géolocalisation. Teemo et Fidzup viennent d’en faire l’amère expérience. Ces deux entreprises collectent via leur SDK des données personnelles sur des applications mobiles, sans recueillir le consentement des utilisateurs. Ce qui a fortement déplu à la Cnil…

La plateforme d’aide à la transformation numérique des TPE-PME vient d’être lancée par le gouvernement. Outre sa mission d’information à l’attention des entreprises, France Num a pour ambition de faciliter la mise en relation des sociétés avec des « activateurs », conseillers et prestataires.

Flashpoint propose un service de préparation et de réponse à certains incidents comme des ransomwares ou des tentatives d'extorsion par abonnement.

Le spécialiste du stockage et backup dans le Cloud est maintenant certifié sur la plate-forme d’AWS.

Toutes les News

LIVRES BLANCS

En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Aujourd’hui, les entreprises doivent ouvrir leur SI à un nombre toujours plus important de prestataires extérieurs, d’abord pour réduire le budget informatique – recours à des prestataires externes pour des compétences qui ne font pas partie du cœur de métier de la DSI - ensuite pour gagner en rapidité dans le déploiement de nouvelles solutions.

  


Adoptée le 6 juillet 2016, la directive NIS (pour Network Infrastructure Security) doit être transposée par les Etats membres de l’Union Européenne au plus tard le 9 mai 2018.

Ce Livre Blanc éclaire les enjeux et les impacts de la directive NIS sur les pratiques de cybersécurité des pays européens.

  


"L'entreprise numérique", un Livre Blanc IDC/Interxion.

Ce livre blanc présente les résultats d'une enquête menée auprès de plus de 750 entreprises européennes.

Vous y découvrirez l'approche adoptée par les leaders du numérique, combinant l’adoption des services Cloud avec une politique d’hébergement externalisé.  

  


Tous les Livres Blancs