X
Guillaume Renouard / lundi 9 novembre 2020 / Thèmes: Dossier, Web

Bientôt un moteur de recherche Apple ?

Qui pourrait passer par le rachat de DuckDuckGo

La rumeur selon laquelle l’entreprise à la Pomme pourrait lancer son propre moteur de recherche a récemment affolé la Toile. Pour l’heure très spéculative, elle met cependant en lumière tout ce que Apple aurait à gagner dans l’affaire.

Et si Apple lançait son propre moteur de recherche pour rivaliser avec Google? C’est l’hypothèse que formule John Henshaw, analyste technologique américain, après avoir repéré plusieurs signaux faibles qui, selon lui, méritent de prendre en considération cette idée a priori saugrenue. Il note que Apple recrute en ce moment massivement des ingénieurs de recherche, avec des compétences en Intelligence artificielle, apprentissage machine et programmation neuro-linguistique. Il constate également que les versions bêta d’iOS et iPadOS 14 s’appuient uniquement sur Spotlight Search, contournant complètement Google. Apple a aussi récemment mis à jour le page de support de l’Applebot, son robot d’indexation web qui se charge de recueillir des informations ensuite utilisées par les différentes applications de l’entreprise à la Pomme, dont Spotlight et Siri. Depuis la mise à jour, la page inclut ainsi la vérification du trafic depuis Applebot, des informations plus détaillées sur l’agent utilisateur Applebot, y compris les différences entre la version de bureau et la version mobile, ainsi qu’une section sur le classement des recherches et les facteurs qui influent sur la manière dont il classe les résultats de ses recherches sur la Toile. Henshaw note enfin que l’Applebot semble particulièrement actif ces derniers temps : son site est ainsi exploré quotidiennement par celui-ci, ce qui n’était pas le cas auparavant. Sur Twitter, plusieurs experts ont réagi en affirmant qu’ils avaient fait un constat similaire, dont James Field, consultant en marketing, et Nick Craver, ingénieur chez Stack Overflow. Une combinaison de facteurs qui, mis bout à bout, ont contribué à alimenter la rumeur sur la Toile.

« Il est très probable que Apple possède en réalité déjà un moteur qui ressemble à Google Search et fonctionne de la même manière, qu’ils utilisent pour faire de la recherche et du contrôle qualité. Sans doute ont-ils songé à le rendre disponible au public, choix qui dépendra de nombreux facteurs. Ils pourront être contraints de lancer un moteur de recherche concurrent de Google si leur relation avec cette entreprise se dégrade ou si de nouvelles régulations les y contraignent », explique John Henshaw.

Contourner Google Search

À quoi un tel moteur de recherche pourrait-il ressembler? « À partir des offres d’emploi d’ingénieurs postées par Apple, de leur approche de la recherche jusqu’à présent et de leur propension à réimaginer et améliorer des produits existants, on peut supposer que leur version d’un engin de recherche différerait de Google Search. Siri et Spotlight Search ont été conçus comme des outils universels qui indexent et trouvent l’information parmi les fichiers et applications de l’utilisateur. Siri peut également fonctionner comme un assistant numérique et renvoyer vers des sites internet. Tout cela est fait en natif par le système d’exploitation. S’ils continuent d’introduire de nouvelles interactions qui contournent le besoin de visiter et utiliser Google Search, ils finiront par remplacer Google sans que l’utilisateur ne s’en rende compte. Cela leur permettrait d’offrir une meilleur expérience utilisateur et serait plus facile à défendre en justice.»

Cette idée relève toutefois à l’heure actuelle de la pure spéculation, et suscite un certain scepticisme chez d’autres analystes familiers de l’entreprise de Cupertino. « Il me paraît peu probable que Apple lance son propre moteur de recherche. Bien que le crawler Applebot soit actif depuis cinq ans, il n’y a pour l’heure aucune preuve irréfutable que Apple cherche à concevoir une version web de celui-ci. Et même si l’entreprise vaut des milliers de milliards de dollars, il y a peu de chances pour qu’elle décide de s’asseoir sur les plus de huit milliards annuels que lui verse Google pour demeurer le moteur de recherche par défaut sur les produits Apple », affirme Michael Wuerthele, analyste chez Apple Insider.

Un ancien de la maison Apple, ayant travaillé au sein de l’équipe Siri, affirme n’avoir jamais eu vent d’un tel projet. « Je ne les vois pas mettre en place une interface utilisateur autour de la recherche autrement que sur leur hardware en utilisant Siri », confie-t-il. D’autres données publiées par le site Thinknum montrent en outre que, si le nombre d’offres d’emplois publiées par Apple pour des ingénieurs de recherche s’accroît bien avec le temps, il a en revanche baissé au cours de l’été. Ce n’est pas non plus la première fois que des rumeurs émergent quant au lancement d’un moteur de recherche par Apple : des discussions similaires avaient émaillé la Toile lors de l’annonce du lancement de l’Applebot, il y a cinq ans.

Racheter DuckDuckGo ?

Mais le fait que cette idée soit régulièrement remise au goût du jour montre aussi qu’elle n’est pas totalement fantaisiste. Pour posséder son propre moteur de recherche, Apple ne serait du reste pas forcée de construire le sien en partant de zéro, et pourrait au contraire acheter un moteur déjà existant. C’est l’idée qu’avançait Toni Sacconaghi, analyste chez Bernstein Research et spécialiste Apple, en juillet dernier. Selon lui, la marque à la Pomme aurait ainsi tout intérêt à racheter DuckDuckGo, un moteur de recherche qui met l’accent sur la protection de la vie privée des utilisateurs. L’analyste estimait alors que la raison pour laquelle Google payait huit milliards de dollars par an à Apple pour assurer sa suprématie tenait principalement au fait que l’entreprise craignait la concurrence de Microsoft et de son moteur de recherche Bing. « Maintenant, imaginons que Microsoft décide un jour d’abandonner la recherche. Dans ce cas, Google se retrouverait sans concurrent, et pourrait annoncer à Apple qu’ils ne paieront plus qu’un demi-million pour avoir Google installé par défaut sur ses appareils… ce serait un gros risque pour Apple », affirmait-il alors.

En acquérant DuckDuckGo, Apple se prémunirait par avance contre ce risque. Et si elle renonçait ainsi aux huit milliards de revenus annuels de Google, l’entreprise à la Pomme pourrait également espérer grignoter une partie des 25 milliards de dollars de revenus que, selon Sacconaghi, Google engrange chaque année grâce aux revenus publicitaires tirés des recherches effectuées sur iPhone, iPad et Mac. L’écosystème Apple en sortirait renforcé, et l’entreprise pourrait plus facilement promouvoir ses propres produits ou services, y compris ceux qui peinent pour l’heure à convaincre le public, comme Apple News+ et Apple TV+.

Procès en cours

Dernier avantage : Apple, qui se pose depuis plusieurs années en champion de la privacy, ferait taire les critiques qui l’accusent de double jeu en montrant du doigt son partenariat avec Google, dont le bilan en matière de protection des données personnelles n’est pas irréprochable. L’entreprise de Tim Cook y gagnerait l’occasion de concevoir un moteur de recherche en accord avec ses principes.

« Apple pourrait continuer à miser sur la privacy et l’anonymat, dans la droite ligne de ce qu’ils font avec l’iOS 14 et qui déplaît à Facebook et à d’autres publicitaires. Les recherches Siri d’Applebot sont à l’heure actuelle anonymisées, et je ne pense pas que cela changera. Quant à la monétisation, ils pourraient recourir à des liens affiliés vers des vendeurs, comme le font Google et Amazon », imagine Michael Wuerthele.

Un autre facteur qui pourrait peser dans la balance est l’enquête antitrust qu’ont lancée les autorités britanniques contre l’accord entre Apple et Google. Celles-ci estiment en effet que les paiements versés à Apple pour faire de Google le moteur de recherche par défaut sur Safari constituent une importante entrave à la concurrence pour les rivaux de Google, …dont Bing, Yahoo et DuckDuckGo. Elles ont d’ores et déjà évoqué plusieurs issues possibles, dont la nécessité pour Apple de proposer à l’utilisateur quel moteur de recherche choisir par défaut lors de la mise en route de l’appareil, ou encore l’interdiction de monétiser les positions par défaut.

Ainsi contrainte de renoncer à son accord avec Google, la firme Apple pourrait-elle être davantage tentée de lancer son moteur de recherche ou de racheter DuckDuckGo ?


Article paru dans L'Informaticien n°190 (octobre 2020).

2576

x
hardcore black fuck
Rechercher dans les dossiers

Actuellement à la Une...
Le géant du CRM officialise le rachat de la plateforme collaborative, déboursant dans le processus 27,7 milliards de dollars (environ 60% en cash et 40% en actions Salesforce). Slack sera intégré à tous les étages de Salesforce Cloud, et en particulier à Customer 360 dont il deviendra la nouvelle interface. 

Silencieuse depuis avril, l’association impulsée par Facebook change de nom et devient Diem, sans doute pour faire oublier son passif, et revoit ses ambitions à la baisse, ne semblant plus prétendre à développer une nouvelle monnaie virtuelle mondiale. 

L’éditeur de solutions de gestion des données propose de nouvelles fonctions dans sa suite de reprise après désastre dont la réplication continue pour les environnements de VMware et l’orchestration entre les environnements sur site et différents Clouds publics.

On ne connaît pas la cause des dysfonctionnements que connaissent depuis ce mercredi midi des abonnés mobiles Bouygues Télécom un peu partout en France. Mais la panne a l'air sérieuse.

Le fournisseur de solutions de cybersécurité met à disposition des RSSI un outil pour rationaliser les budgets de cybersécurité par l’approche des risques et qui les aide à prendre une décision.

Toutes les autres News
LIVRES BLANCS

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs